Émile Rousseau (chanteur)

chanteur lyrique français
Émile Rousseau
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Émile Charles Rousseau
Naissance
Fleury-les-Aubrais, Loiret
Décès (à 79 ans)
Lamotte-Beuvron, Loir-et-Cher
Drapeau de la France France
Activité principale artiste lyrique
baryton
Style
Activités annexes Professeur de chant
Lieux d'activité Paris
Années d'activité 1923-1970
Formation Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Enseignement Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Ascendants Emile Rousseau et Marie Sébastien
Conjoint Marthe Duval - Paulette Veau
Distinctions honorifiques Chevalier dans l'Ordre de la Légion d'Honneur

Répertoire

Émile Rousseau, né à Fleury-les-Aubrais, dans le département du Loiret, en région Centre-Val de Loire, le [1],[2] et mort à Lamotte-Beuvron, dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire, le , est un artiste lyrique baryton français. Son père Émile Désiré Rousseau était boulanger et sa mère Marie Onézine Charlotte Sébastien, sans profession.

CarrièreModifier

Il est mobilisé en 1918, puis démobilisé en 1921 (avec le grade de brigadier fourrier)[3].

Parallèlement à ses études de chant, il travaille en usine dans la banlieue parisienne.

Il épouse, le à Paris, Marthe Rachel Blanche Duval, dont il aura deux enfants.

Il est admis au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris où il obtient le 1er Prix en 1923.

La même année, il entre comme soliste à l'Opéra-Comique où il restera jusqu'en 1965. Il y débute dans l'opéra La Bohème de Giacomo Puccini.

Il enregistre la chanson du film de René Clair « A nous la liberté » de Georges Auric en 1932[4].

On l'entend régulièrement sur les ondes de Radio-Paris, boulevard Haussmann.

Il est rappelé sous les drapeaux en septembre 1939 et obtient le grade de maréchal des logis chef. Il est démobilisé le . Il se produit régulièrement au bénéfice des prisonniers de guerre.

Il est nommé co-directeur de l'Opéra-Comique en 1945.

Le , il divorce d'avec Marthe Duval et épouse, le à Orléans, Paulette Marguerite Veau.

Il se produit notamment dans:

et participe à 25 créations.

Il participe à de nombreuses tournées à l'étranger, notamment en Tchécoslovaquie et se produit aux concerts Colonne, Lamoureux et Pasdeloup.

Parallèlement, il enseigne au Conservatoire d’Orléans, puis en 1958 au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris[5]. Il prend sa retraite en 1971.

Tout au long de sa carrière, il enregistre de nombreux disques 78 tours[6].

Il est nommé Chevalier dans l'Ordre de la Légion d'Honneur dont il reçoit la distinction des mains de son ami Roger Bourdin.

Il vit par intermittence à La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret) où ses parents se sont installés en 1932 et se produit régulièrement dans l'église Saint-Mesmin et lors des fêtes de quartiers[7].

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Archives départementales du Loiret, acte de naissance cote 7 E 147/1 Fleury-les-Aubrais : registre d'état civil naissances 1893-1902, acte n°28 avec mention marginale du décès, vue 85 / 122
  2. Archives départementales du Loiret Registre matricule militaire, classe 1919, recrutement Orléans, matricule n°646, vue 138 / 414
  3. Jean Rousseau, De la boulange à l'opéra, Bulletin annuel du Groupe d'Histoire Locale n° 15, La Chapelle Saint-Mesmin, GHL, , 53 p. (ISSN 0981-0706), p. 36.
  4. « A nous la liberté » interprété par Emile Rousseau sur Youtube
  5. Les professeurs de chant au conservatoire de Paris, Site artlyriquefr.fr
  6. « Emile Rousseau (1899-1985) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le ).
  7. Bulletin annuel du GHL de La Chapelle-Saint-Mesmin N° 33 (2016), page 27.

Liens externesModifier