Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mathis.
Émile Mathis
Description de cette image, également commentée ci-après
Émile Mathis au Mans pour le GP de France en 1921
Nom de naissance Emil Ernst Carl Mathis
Naissance
Strasbourg (Alsace-Lorraine, Empire allemand)
Décès (à 76 ans)
Genève
Nationalité
Activité principale
Formation
Formation technique
Lahms eu GP de l'A.C.F. des voitures légères en 1922.

Émile Mathis, né le à Strasbourg et mort le à Genève, est un ingénieur automobile alsacien, fondateur de la marque de constructeur automobile Mathis.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'hôtelier (Hôtel de Paris) de Strasbourg, Émile Mathis travaillait à ses débuts pour le groupe De Dietrich en compagnie d'Ettore Bugatti entre 1902 et 1904. Bugatti était chargé de la conception de la voiture De Dietrich tandis qu’Émile Mathis était, lui, chargé de sa commercialisation. Lorsque De Dietrich les remercia, en 1904, il investit ses économies pour créer la société « Mathis et Cie » à Strasbourg et embaucha Ettore Bugatti à ses côtés. En parallèle, il créa une seconde société « EEC Mathis » en vue de devenir distributeur d'automobiles de diverses marques. En 1905, alors représentant des grandes marques de l'époque, comme Fiat, Panhard et Levassor ou Minerva, il fit construire un garage à Strasbourg, l'Auto Mathis Palace, qui devint alors le plus grand garage d'Europe et le troisième du monde[1].

Son association avec Ettore Bugatti permit de produire des véhicules Mathis Hermes Simplex de 40, 60, et 90 ch à l'usine de Graffenstaden. En 1907, les associés se séparèrent, Dragutin Esser succédant à Bugatti, et Mathis fit construire en 1911 une vaste usine à Strasbourg afin de développer ses activités.

En 1907, une Mathis aux mains d’Émile Mathis participa au Kaiserpreis en catégorie « course[2] ». En 1911, une Mathis toujours pilotée par Émile concourut pour représenter l'Allemagne à la Coupe de L'Auto pour voiturettes de Boulogne-sur-Mer, le 25 juin[3] (épreuve qu'il termina à la treizième place). Entre 1906 et 1911 il participa à d'autres compétitions encore, parfois sur Fiat et en courses de côte[4]. En 1912, trois Mathis Hermes Simplex s'imposèrent au Grand Prix Sport de l’Automobile Club Belge (ou GP du RACB)[2].

Le 26 juin 1913, en premières noces, Émile Mathis épousa Marie-Jeanne-Alice Boyer.

Il dut abandonner lors du Grand Prix automobile de France 1921 (unique participation personnelle à l'épreuve de l'A.C.F.), puis "Lahms"[5] remporta pour lui le Grand Prix de l'A.C.F. des moins de 400 kg en 1923 (doublé de la marque), et 1924 (triplé)[6].

Dans l'entre-deux-guerres, il devint l'un des plus importants constructeurs d'automobiles français (le 4e par l'importance de sa production derrière Citroën, Renault et Peugeot) avec des automobiles Mathis populaires et réputées par leur économie d'utilisation (le slogan de la marque était « Le poids, voilà l'ennemi »).

 
Ettore Bugatti & Émile Mathis (1904), plaque rue de la Nuée Bleue à Strasbourg.

Pour faire face à la grande crise des années trente, il s'associa en 1934 avec Ford pour former la société automobile Matford. Association dissoute en 1941.

 
Le fanion de la marine américaine.

Dès que la France tomba aux mains des Allemands, lors de la Seconde Guerre mondiale, il quitta la France pour les États-Unis, emportant les plans de son usine, qu'il transmit aux Américains pour qu'ils la bombardent aux points stratégiques afin de détruire la production de munitions et moteurs d'avions que les Allemands avaient lancée et créa une nouvelle société appelée Matam Corporation (Matam pour MAthis AMérique) afin de poursuivre l'effort de guerre auprès des Alliés en produisant du matériel de guerre, notamment une quantité impressionnante d'obus pour la marine américaine, ce qui lui valut d'être décoré du fanion E à cinq étoiles (en).

De retour en France, en juillet 1946, il essaya de reconstruire et de remettre en marche ses usines, mais âgé et sans descendant, il cessa peu à peu ses activités. En secondes noces, le 30 novembre 1950, il épouse Jeanne-Marie-Marguerite Donnefort.

En 1953, les biens des usines de Strasbourg furent vendus à Citroën.

Il mourut accidentellement le 3 août 1956 à Genève en tombant par la fenêtre de son hôtel. Il est inhumé au cimetière de Passy, à Paris, le 8 août 1956.

Hommage et postéritéModifier

  • à Schiltigheim : un lycée - CFA porte son nom.
  • à Strasbourg : une rue et un arrêt de tram portent son nom.

Notes et référencesModifier

 
Mathis en 1931.
  1. Journal L'Alsace du 30 septembre 2015.
  2. a et b Le voyage de noce d'Emile Mathis au Mans (Les24Heures, article de Thierry Chargé, le 8 novembre 2011).
  3. 1911 Grand Prix (Team DAN).
  4. Vainqueur de la côte d'Adliswil-Albis en 1911 sur Fiat 4.5L. -HILL CLIMB WINNERS 1897-1949, by Hans Etzrodt, Part 1 (1897-1914) RacingSportsCars.
  5. Pilote également vainqueur pour Mathis de la côte de Danon près de Schirmeck en 1924.
  6. (en) « All Results of Mathis » (consulté le 3 mars 2019).

BibliographieModifier

 
Une Mathis-Hermes simplex de 1904.
  • Pierre Haas: Émile Mathis - Passionnément automobile, Portraits célèbres d'Alsace, Éditions Vent d'Est (2013) (ISBN 979-10-90826-19-9)
  • Jean-François Blattner, « Émile Ernest Charles Mathis », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 26, p. 2559
  • Jean-François Blattner, Émile Mathis - Constructeur Automobile, Éditions Edifree/La Vie de l'Auto, mars 1990.
  • Automobilia, no 9, janvier 1997.
  • « Le destin d'un constructeur automobile oublié » La Charte, no 3, mai/juin 2009 (organe de la Fédération nationale André Maginot).
  • Émile Mathis, in Généalogie-magazine, no 110, novembre 1992.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :