Émile Grosjean-Maupin

espérantiste et espérantologue français

Émile Charles Henri Grosjean-Maupin ( - ), connu sous le pseudonyme de Fakulo, est un professeur français espérantiste.

Émile Grosjean-Maupin
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Pseudonyme
FakuloVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Espérantiste (depuis ), espérantologueVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Jean Grosjean (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Marie Maupin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Henri Grosjean-Maupin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Comité linguistique d’espéranto (d)
Académie d'espérantoVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

BiographieModifier

JeunesseModifier

Émile Grosjean-Maupin nait le à Nancy, de Jean Grosjean, libraire et Marie Maupin[1],[2]. De à , il étudie à l’École normale supérieure et obtient une agrégation de grammaire[1].

Carrière d’enseignantModifier

En , il donne des cours de langues et de littérature au lycée de Tulle, avant d’être envoyé, par le ministère de l’Instruction publique, en mission d’études en Allemagne de à [1],[3]. À son retour en France, il enseigne dans un lycée de Roanne, qu’il quitte en , coupable d’actes scabreux sur un de ses élèves[1],[3]. Il déménage et s’installe à Paris[4]. Il obtient un poste d’enseignant à l’École alsacienne, qu’il occupe de à [1],[3], ainsi qu’à l’École des Beaux-Arts de Paris où il enseigne la littérature[1],[3]. À partir de , il est chargé d’éducation artistique à l’école municipale supérieure Turgot[3],[4]. À propos de ce cours, Émile Grosjean-Maupin explique qu’il doit être « cette éducation, qui ne se confond point avec les cours habituels d’histoire de l’art et qui ne cherche point à accumuler dans le cerveau de l’élève des noms, des faits et des dates qui resteront inertes dans sa mémoire comme des cadavres dans un tombeau, mais bien à faire travailler son esprit, à éveiller son activité et son jugement personnel en le mettant en contact avec les ouvriers mêmes et en lui enseignant à les analyser »[4].

Longtemps directeur de l’institution nationale des jeunes aveugles, il est fait, en , Chevalier de la Légion d'honneur[1],[2].

Espérantiste convaincuModifier

Il découvre l’espéranto durant l’Exposition universelle de 1900 et rejoint en l’un des groupes espérantistes de Paris[4]. Il collabore à la revue Franca Esperantisto de sa création, en , jusqu’en [1],[4]. Il y tient une rubrique nommée Notes pédagogiques, dans laquelle il répond aux questions sur les règles de grammaire de l’espéranto[4].

Membre du Comité Linguistique en 1909, puis de l'Académie d'espéranto en 1920, il fut le principal lexicologue de l'espéranto, et un des coauteurs de l'Enciklopedio.

Retraite et fin de vieModifier

Lorsqu’il prend sa retraite, en , il déménage à Wavrans-sur-Ternoise, où il se dédit à la lexicographie de l’espéranto[1],[4]. Il décède le à Wavrans-sur-Ternoise et est enterré dans le village voisin de Hernicourt[1].

ŒuvresModifier

Outre de nombreux fascicules, il fut l'auteur des dictionnaires complets espéranto-français (1910) et français-espéranto (1913) et fut directeur du Plena Vortaro de Esperanto (1930).

  • Émile Grosjean-Maupin et Michel Becker, Cours élémentaire pratique d’Espéranto d’après la méthode directe combinée, Paris, Hachette Livre, (lire en ligne)
  • Dictionnaire complet espéranto-français, Paris, Hachette, 1910
  • Dictionnaire usuel espéranto-français, Paris, Hachette, 1910

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i et j Halina Gorecka et Aleksander Korĵenkov, Nia diligenta kolegaro : Biografio de 200 eminentaj esperantistoj, (ISBN 978-609-95087-6-4 et 609-95087-6-7, OCLC 1082448709, lire en ligne)
  2. a et b « Recherche - Base de données Léonore », sur www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le )
  3. a b c d et e Patrick Dubois, « GROSJEAN-MAUPIN (É.) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 17, no 1,‎ , p. 81–81 (lire en ligne, consulté le )
  4. a b c d e f et g Paul-André Trollé, Émile Grosjean-Maupin, le lexicologue de l’espéranto, (lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :