Ouvrir le menu principal

Émile Cloarec

personnalité politique française

Émile Auguste Cloarec, né à Morlaix (Finistère), le et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un homme politique français, député de 1901 à 1914. Il a soutenu activement le théâtre populaire en breton.

VieModifier

Licencié en droit, il exerce la profession d'avocat, puis d'avoué.

Carrière politiqueModifier

En 1892, il est élu maire de Ploujean (Finistère), près de Morlaix. Très attaché à la langue bretonne, il crée et encourage fortement la troupe locale, Paotred Plouiann, qui participe à la rénovation du théâtre populaire en breton[1].
C'est avec son appui, que se tiennent dans sa commune, dans le Bois d'Amour, des fêtes bretonnes en août 1898, à l'occasion desquelles est créée l'Union régionaliste bretonne (URB)[2] et dont, selon François Jaffrennou, il est un membre fondateur[3].
Le 20 juillet 1900, il est reçu comme barde sous le nom de Mab Plouian (Fils de Ploujean) par le Gorsedd des bardes de l'Île de Bretagne, à l'occasion de l'Eisteddfod tenue à Cardiff[4]. Il n'apparaît avoir joué un rôle effectif dans le Gorsedd de Bretagne.
Il est élu député de la circonscription de Morlaix en 1901 et réélu en 1902, 1910 et 1914. Il siège dans le groupe de la Gauche démocratique.
Lors des votes importants à l'assemblée, il suit la majorité du Bloc des gauches qui soutient le gouvernement d'Émile Combes. Il vote pour la limitation du nombre de congrégations enseignantes et il approuve la loi de séparation de l'Église et de l'État en 1905.
Le 16 mars 1903, il préfère rejoindre les députés de droite qui approuvent l'interpellation du gouvernement par Ernest Lamy, député de droite du Morbihan, à propos de la circulaire de décembre 1902 qui tend à limiter l'usage du breton dans les paroisses.
Le 22 novembre 1908, il est avec Paul Guieysse dans la délégation de députés qui viennent demander au Ministre de l'Instruction publique, Gaston Doumergue, que des cours de breton soient mis en place dans les lycées et collèges de Bretagne. Le ministre leur répond qu'« (il ne peut) en aucun cas souscrire à cette requête, cet essai ne pouvant profiter qu'aux idées séparatistes ».
La même année, il obtient cependant 1 500 francs de subvention pour la troupe de théâtre en breton de Ploujean.
En 1910, il est élu conseiller général du canton de Saint-Thégonnec. La même année, il réussit à faire acheter par l'État, afin d'en faire un musée régional, le château de Kerjean, en Saint-Vougay, à la vieille famille de Coatgouréden.

HommagesModifier

  • L’École Émile Cloarec de Morlaix porte son nom en hommage.

BibliographieModifier

  • Jean Pascal, Dictionnaire des députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983.
  • « Émile Cloarec », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et référencesModifier

  1. Anatole Le Braz, Le Théâtre celtique, 1904.
  2. L'URB est créée le 13 août 1898, à l'hôtel de ville de Morlaix, avec comme président, Anatole Le Braz.
  3. Le Consortium breton-Ar C'hevre breizek, n° 1, février 1927. p. 95.
  4. Philippe Le Stum, Le néo-druidisme en Bretagne, Éditions Ouest-France, 1998, p. 33. [ (ISBN 2-7373-2281-2)]