Ouvrir le menu principal

Émile Blanche

aliéniste français (1820-1893)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanche.
Émile Blanche
Fonction
Conseiller municipal de Paris
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Enfant

Antoine Émile Blanche, né le à Paris où il est mort le , est un aliéniste français.

BiographieModifier

Blanche est né au sein de la maison de santé que son père Esprit Blanche, lui-même aliéniste, dirigeait. Il fut interne des hôpitaux, docteur en médecine à 28 ans. Il prit la suite de son père dans la très réputée clinique de Passy, située à l'hôtel de Lamballe. Personnage assez mondain, mais également expert médico-légal, il soignait dans son établissement des célébrités de son temps comme le musicien Fromental Halévy, les écrivains Guy de Maupassant et Gérard de Nerval, ou Theo Van Gogh (négociant en art) . Il est le père du peintre mondain Jacques-Émile Blanche, le beau-frère de l'architecte Léon Ohnet et l'oncle de l'écrivain Georges Ohnet, le frère d'Alfred Blanche, architecte à Paris.

Il habitait rue de la Source, à Auteuil, une villa voisine de celle des Proust, la maison où Marcel Proust est né. Les deux familles étaient très proches.

Il épousa sa cousine, Félicité Baron-Chatillon (1820-1895). Leurs trois premiers enfants sont morts jeunes : Marie (1855-1860), Joseph (1856-1868) et Louis (janvier 1858-décembre 1858).

En 1879, il commande à Auguste Renoir deux dessus de porte pour la salle à manger de sa maison de Dieppe. Grand amateur de musique, il indique au peintre le sujet Tannhauser de Richard Wagner acte I et acte III: Apparition de Vénus à Tannhauser - Wolfram et Vénus, deux œuvres formant pendant[1].

Il est enterré au cimetière de Passy, 2e section.

Sarah Lévy a réalisé le téléfilm la Clinique du docteur Blanche en 2013[2].

Notes et référencesModifier

  1. Huiles sur toile à vue arrondie sur les côtés 53 X 139, signées et datées. Vente de la succession Mica Salabert par Hoebanx & Couturier en collaboration avec Ader & Tajan, Dauberville, Pacitti & de Louvencourt Drouot le 29 novembre 1993, Gazette de Drouot N° 45, p.18. Les deux toiles furent acquises par le même acheteur français
  2. Véronique Cauhapé, « La Clinique du docteur Blanche », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Georges-Paul Collet, Jacques-Émile Blanche - le peintre écrivain, Paris, Bartillat, 2006, 567 p., (ISBN 978-2-84100-385-3), p. 17, 18, 19.
  • Laure Murat, La Maison du docteur Blanche : histoire d’un asile et de ses pensionnaires, de Nerval à Maupassant, Paris, Jean-Claude Lattès, 2001, 424 p., (ISBN 978-2-70962-088-8).

Liens externesModifier