Ouvrir le menu principal

Émile Baillaud, né le à Laissac (Aveyron) et mort en 1945, est un scientifique, voyageur et pédagogue.

Secrétaire général de l'Institut colonial de Marseille[1], il lance des missions sur les matières premières du point de vue agronomique et publie de multiples ouvrages qui font autorité[2]. En parcourant le Bulletin des matières grasses de l’Institut colonial de Marseille, on constate que l’ensemble des questions relatives à un corps gras était traité par une série d’articles. Ses nombreux contacts avec les spécialistes d’agronomie coloniale, français et européens, permettaient à Baillaud de suivre de près les progrès de la recherche scientifique. Ce foisonnement d’activités faisait de lui un véritable ’’homme-orchestre’’.

Avec Frédérique Bohn et Auguste Chevalier, il s'oppose en particulier au régime concessionnaire, qu'il accuse d'être une "mise en esclavage -un neo esclavage- des indigènes au profit des sociétés capitalistes, c'etait le début du colonialisme en Afrique noire et l'emploie du travail forcé au profit de quelques-uns. Tous les produits du sol étaient retirés au indigènes et attribués aux concessionnaires qui avaient le monopole de l'exploitation[3]".

Émile Baillaud est membre de l'Académie des sciences coloniales et est l'un des fils du célèbre astronome Benjamin Baillaud.

BibliographieModifier

  • Les territoires français du Niger (1900)
  • Sur les routes du Soudan (Éditions Privat 1902)
  • La question monétaire en Afrique occidentale (F. Alcan, 1905 - 577 pages)
  • La situation économique de l'Afrique occidentale anglaise et française (A. Challamel, 1907 - 95 pages)
  • Moyrazès (Privat, 1910 - 280 pages)
  • Rodez (Privat, 1910 - 335 pages)
  • Coutumes et privilèges du Rouergue (É. Privat, - Droit - 1910)
  • La politique indigène de l'Angleterre en Afrique occidentale (Hachette, 1912 - Histoire - 560 pages)
  • Les amandes et l'huile de palme : préparation, commerce, industrie (Institut colonial, 1920, 349 pages)
  • Mémoires et rapports sur les matières grasses (1922)
  • Institut colonial de Marseille. Le commerce et la production des colonies françaises (1926)
  • L'Institut colonial de Marseille. 1906-1926. (Émile Baillaud, Institut colonial, 1927)
  • Annuaire économique colonial (1929)
  • L'organisation économique de l'Afrique occidentale française : notes de voyage de Baillaud Émile (Institut colonial - Technologie - 1936, 72 pages)
  • L'Augmentation de la production des oléagineux dans l'empire français (1942, 208 pages)

RéférencesModifier

Liens externesModifier