Ouvrir le menu principal

L’électroencéphalographie quantitative est la quantification par des méthodes de traitement du signal électrique en physique des électroencéphalogrammes (EEG) et du rythme cérébral, qui sont enregistrés sur le cuir chevelu par des enregistreurs polygraphiques, puis quantifiés ultérieurement par des méthodes et techniques de plus en plus sophistiquées. L’analyse spectrale de Joseph Fourier de l’EEG, les potentiels évoqués, la cartographie EEG en haute et basse résolution, sont parmi les quantifications les plus utilisées en recherche, en neurosciences, en médecine et en psychologie. Cet article est une revue de 1924 à nos jours de l'électroencéphalographie quantitative qui est réalisée par des appareils spécialisés, des ordinateurs et des programmes spécifiques qui sont de plus en plus performants en imagerie cérébrale.

Sommaire

HistoriqueModifier

De Hans Berger à Zénon DrohockiModifier

Dès 1924, le médecin neurologue allemand Hans Berger découvre l'activité électrique spontanée enregistrée sur le cortex (électrocorticogramme) d'un jeune garçon de 17 ans au cours d'une opération neurochirurgicale. Il découvre ensuite, et obtient, le tracé de l’activité électrique spontanée enregistrée sur le scalp à la surface du crâne humain et qu’il appelle l’électroencéphalogramme (EEG) ; découverte qu'il publie en 1929 (Berger[1], voir aussi Gloor[2] et Mary Brazier[3]). Il constate ensuite l’existence de deux rythmes cérébraux différents (associés à l'état d’éveil actif et d’éveil calme) qu’il dénomme respectivement alpha et beta. C’est sur les conseils de Hans Berger que Dietsch[4] (1932) effectue une première décomposition manuelle en sinusoïdes simples, par analyse de séries de Fourier appliquée à de courtes périodes d’EEG. Mais les séries de Fourier sont applicables à des signaux périodiques déterministes et ce n’est pas le cas de l’électroencéphalogramme qui sera mieux étudié par la suite par l'analyse spectrale de Fourier.

Dès 1937, Zenon Drohocki[5] décrit une première analyse quantitative de l’EEG, puis il développe au Collège de France une première technique d'électrospectrographie qui devient ensuite[6] la méthode intégrative de l’EEG. Hans Berger en 1938 utilise et applique ensuite la méthode intégrative de Drohocki.[7],[8]

L’électroencéphalographie et les différentes méthodes d’analyse quantitative de l’EEG se sont depuis développées de plus en plus à partir de méthodes du traitement du signal qui sont issues de la physique mathématique et des mathématiques, comme récemment les ondelettes. C’est ce dont témoigne tout d'abord, la publication en 16 volumes du Handbook of electroencephalography and clinical neurophysiology[9], qui s’est échelonnée sur six ans, et dont quatre volumes traitent de l’étude méthodologique de l’électroencéphalographie quantitative.

William Grey Walter et le toposcope. Les nappes spatio-temporellesModifier

Le neurophysiologiste britannique d'origine américaine William Grey Walter est un pionnier de la neurophysiologie[10],[11] et aussi de la cybernétique. Il invente un toposcope fait de tubes cathodiques qui permettaient de visualiser des différences de phases de 22 dérivations EEG enregistrées simultanément pour des périodes successives de 0.25s. Ce toposcope (Walter et Shipton, 1951)[12] peut être considéré comme l’ancêtre de la cartographie EEG (EEG brain mapping ou EEG topography) une cartographie cérébrale qui sera inventée ensuite à partir d’enregistrements simultanés de signaux EEG enregistrés sur le scalp. Rémond et Offner (en 1952)[13], décrivent ensuite un appareillage analogue qui conduisit après à l’étude des nappes iso-potentielles bi-dimensionnelles sur la surface du scalp.

Léonide Goldstein et la méthode intégrative de Zénon DrohockiModifier

Le comte Zenon Drohocki perfectionne sa méthode intégrative de l’EEG en 1938, puis il réalise un premier intégrateur électronique en 1948[14] pour ce qui va devenir ensuite la méthode de l’électroencéphalographie quantitative. De nombreux travaux sont publiés ensuite à partir des intégrateurs de Drohocki[15]. Cette méthode réduit considérablement les données de l’EEG tout en perdant l’information de fréquence et de phase. C’est une suite de mesures de tension efficace de l’électroencéphalogramme. Elle utilise un redresseur à double alternance suivie d’un intégrateur qui somme les amplitudes du signal électrophysiologique EEG sur une période de temps T qui peut être d’une seconde ou plus (2,53 s sur ordinateur ensuite), jusqu'à une minute. La suite de ces mesures successives, appliquée à des enregistrements EEG sur des temps longs (1 heure et plus), permet ensuite d'obtenir par des statistiques simples (moyenne (m), écart-type à la moyenne, coefficient de variation (C.V.)) qui caractérisent les EEGs enregistrés selon des protocoles spécifiques.

 
Le professeur Léonide Goldstein est devant son polygraphe Grass d'enregistrement EEG avec les deux intégrateurs de Drohocki au-dessus, situé dans le Neuropharmacology Dept, New Jersey Neuropsychiatric Institute (NJNPI) de Princeton en 1965.

Léonide Goldstein est en France le pionnier de l'électroencéphalographie quantitative qui a travaillé avec Zénon Drohocki au Collège de France à Paris avant la Seconde Guerre mondiale. Il part ensuite aux États-Unis avec des intégrateurs de Drohocki qui sont placés en dérivations de son polygraphe d'enregistrement EEG.

Léonide Goldstein[16] lorsqu'il a travaillé avec Drohocki au Collège de France, a publié avec lui[17] avant de poursuivre l'analyse intégrative de Drohocki[18] en appliquant l'électroencéphalographie quantitative en neuropharmacologie et en psychiatrie au New Jersey Neuropsychiatric Institute (NJNPI) de Princeton qui est dirigé par Humphry Osmond. Léonide Goldstein est chercheur dans le département de neuropharmacologie du NJNPI qui est dirigé par le pharmacologue Carl Pfeiffer, et où Pierre Etevenon devient son collaborateur en 1966 après une formation postdoctorale auprès de lui en 1965. Pierre Etevenon publie ensuite les résultats trouvés à Princeton des changements de latéralité cérébrale, de la dominance hémisphérique[19] des structures visuelles cérébrales du lapin, après administration de LSD[20],[21], d'amphétamine et de pentobarbital[22].

Les méthodes actuellesModifier

D.O. Walter et l’analyse spectrale, de modulation et de phaseModifier

 
Analyse spectrale d'un tracé d'EEG d'éveil calme enregistré en occipital chez un sujet relaxé les yeux fermés. Le spectre de puissance calculé est représenté en déciBels (dB) en fonction des fréquences (Hz). L'EEG est décomposé en activités électriques selon les bandes de fréquences qui correspondent aux portions du spectre de puissance (delta, theta, alpha, beta).

Le baron Joseph Fourier (1769- 1830) est célèbre en physique avec l’équation de Fourier, les formules de Fourier, les séries de Fourier, l’intégrale de Fourier, la transformation de Fourier, la Transformée de Fourier rapide (ou Fast Fourier Transform, FFT). L’analyse de Fourier s’applique en biologie et spécialement en électroencéphalographie quantitative avec l’analyse spectrale des électroencéphalogrammes. La théorie de Fourier s’applique en électrophysiologie, chaque fois qu’il s’agit d’extraire un signal temporel x(t) tel qu’un signal EEG, à partir d’une observation y(t) qui est obtenue par un appareil comme un polygraphe qui enregistre les rythmes cérébraux des activités électriques spontanées que sont les tracés au cours du temps des électroencéphalogrammes. Alors il est possible d’écrire l’équation y(t) = a*x(t), avec a qui est lié à l’appareil d’enregistrement. On est ensuite amené à résoudre une équation telle que (Transformée de a)*(Transformée de x) = (Transformée de y) où intervient partout la transformée de Fourier rapide de a, de x(t), et de y(t) qui sont alors dans le domaine fréquentiel et qui permettent d'obtenir ensuite l'analyse spectrale de x(t).

Donald O. Walter[23] à UCLA, Los Angeles, est un mathématicien devenu électrophysiologiste qui met au point de nouvelles méthodes d’analyses de l’EEG, utilisées par exemple pour les enregistrements EEG des astronautes dans l’espace. Il applique d’abord l’analyse spectrale par transformée de Fourier rapide aux signaux EEGs recueillis simultanément sur le scalp[24]. Mais cette méthode suppose que les signaux EEGs soient stationnaires, ce qui n’est pas le cas si sur une période de 20 s de tracés EEGs il y a des périodes d’éveil actif avec des rythmes rapides beta (de 13 à 35 Hz en fréquence) et gamma (de 35 Hz à au-dessus), et aussi des périodes d’éveil calme avec des rythmes alpha plus lents (de 8 à 13 Hz) et de plus grande amplitude, sinon encore des périodes de stade 1 d’endormissement, de somnolence, avec des rythmes rapides de plus faibles amplitudes avec une activité et rythme theta (de 4 à 7 Hz). Dans ce dernier cas l’EEG n’est plus stationnaire et D.O. Walter applique une démodulation complexe[25], bien connue et appliquée en radioélectricité et en géophysique, pour obtenir l’analyse de modulation à partir de l’enveloppe de l’EEG et aussi pour séparer cette modulation de l’analyse de phase de ces signaux EEGs non stationnaires. Par la suite en 1977 Etevenon[26], dans sa thèse puis dans High Temporal Resolution Dynamic Mapping of Instantaneous EEG Amplitude Modulation after Tone-burst Auditory Stimulation[27] décrit une nouvelle méthode analogue en appliquant à l’EEG non stationnaire la Transformée de Hilbert dans le domaine fréquentiel à la place de la Transformée de Fourier rapide. Ces dernières méthodes sont décrites, discutées et approfondies par John S. Barlow[28] en 1993.

L’électroencéphalographie quantitative pour l’étude des psychotropes, en psychiatrie et neurologieModifier

L’électroencéphalographie quantitative a été beaucoup utilisée et pendant des décennies, pour l’étude des profils et des caractérisations des effets des produits psychotropes. Ces études ont été conduites chez des volontaires sains dans le cadre de phases d’essais cliniques avant AMM puis mise sur le marché par les sociétés pharmaceutiques. Ces mêmes études en fait l’objet de protocoles chez des patients en psychiatrie[29],[30] et neurologie, comme en médecine de ville, afin de rechercher les effets de traitements institués, les habituations, les résistances, sinon même l'accoutumance et la dépendance. Chez des sujets volontaires sains l'étude d'EEG quantitative par analyse spectrale a précisé le profil analeptique d'activation cérébrale locale[31] de la caféine[32]. De même le Delta 9-tétrahydo-cannabinol ou T.H.C. qui est le principe actif du chanvre indien, le cannabis, entraîne chez des sujets volontaires sains des stades successifs de sommeil léger de stade 1 d'endormissement suivis de sommeil paradoxal[33]. Voir encore l'ouvrage collectif de Kunkel et Dolce[34], avec en particulier l'article de Max Fink[35]. Voir aussi l'ouvrage collectif et l'article de Turan Itil[36].

Deux sociétés savantes ont été créées : l'International Pharmaco EEG Group (IPEG) fondé en 1980 qui est devenu l'International Pharmaco-EEG Society dont le 19th Biennal Meeting a eu lieu en 2016 aux Pays-Bas[37] ; puis l’International Society for Brain Electrical Activity (ISBET) qui a promulgué des Recommandations[38] pour l'EEG quantitative et les potentiels évoqués.

De nombreux articles et aussi des ouvrages entiers spécialisés ont été écrits et publiés. Qu'il s'agisse de la pharmaco-encéphalographie quantitative ou de l'électroencéphalographie quantitative en psychiatrie[39], en neurologie, sur l'épilepsie avec la recherche des pointes ondes, et plus récemment en neuropsychologie.

Analyse automatique des enregistrements d’éveil et de sommeil. L'onirologieModifier

Un autre champ d’application de l’électroencéphalographie quantitative est celui de l’analyse automatique des enregistrements d’éveil[40] et de sommeil[41] qui étaient effectués précédemment pendant des heures à partir des blocs de papier pliés en continu et en éventail pour les enregistrements polygraphiques des EEGs et des signaux polygraphiques comme pour l'électromyogramme des muscles du menton (EMG), l’électrocardiogramme (ECG), les électro-oculogrammes (EOG), les respirations, la pression partielle d'oxygène (pO2), etc. Des appareils spécialisés ont été réalisés pour obtenir à domicile chez les patients des enregistrements de sommeil exploitables ensuite sur ordinateur, de la même manière qu’un holter en cardiologie. Plus rares sont les études de cartographie EEG au cours d’une nuit de sommeil[42]. Les premières études ont permis d’obtenir des documentaires (films, VHS, DVD)[43] à partir d’images de synthèse de cartes EEG prises toutes les 2,56 secondes pendant une nuit enregistrée en laboratoire, avec des phases d'éveil au début puis des stades de sommeil avec des d’épisodes de sommeil paradoxal pendant lesquels la plupart du temps le dormeur vit subjectivement un état de rêve dont il rapporte le souvenir de rêve s’il est réveillé à la fin d’un épisode de sommeil paradoxal (Rapid Eye Movement, REM).

Carte EEG de sommeil paradoxal

 
La carte EEG de 2,56s de sommeil paradoxal, selon Pierre Etevenon, est représentée la tête vue de dessus, nez en haut. Les aires en rouge sont activées avec de faibles amplitudes EEG. Les aires en bleu sont relaxées, avec de plus grandes amplitudes de l'EEG enregistré sur le scalp.

Plusieurs articles de presse ont cité cette image comme une carte de rêve[44],[45] ou carte des songes[46]. L’auteur de cette Carte EEG de sommeil paradoxal a rectifié ce titre en rappelant que le sommeil paradoxal enregistré en EEG est un état physiologique et non le rêve vécu subjectivement la plupart du temps simultanément par le rêveur. Cette précision a été ensuite reprise par la suite dans d'autres revues[47],[48].

À partir des années 1990, des recherches nouvelles[49] ont permis de préciser les aires cérébrales, puis plus précisément les réseaux d’assemblées de neurones qui sont co-activés ou inhibés lors des différents stades de sommeil, pendant un cycle de sommeil de 90 minutes : stade 1 d’endormissement, stade 2 de sommeil confirmé avec fuseaux de sommeil (15Hz), stades 3 et 4 de sommeil à ondes lentes (activités lentes delta de 1 à 4Hz), puis de sommeil paradoxal[49]. Le sommeil paradoxal a fait l'objet de nombreux ouvrages et articles dont particulièrement les articles et le livre[50] d'Allan Hobson[51] et les articles et le livre[52] de Pierre Maquet[53] et collaborateurs[54].

Le neurobiologiste français Michel Jouvet[55] raconte en 2013 dans son dernier livre[56] l’histoire scientifique du sommeil paradoxal qu’il a découvert : ce cinquième état de sommeil s’accompagne dans 80% des réveils du dormeur d’un vécu subjectif de récits de rêves. Il présente ensuite dans ses Mémoires d’un onironaute, à la fin de son dernier livre, un bilan des 1755 récits de rêves qu’il a notés et souvent dessinés dans 22 gros cahiers de son onirothèque débutée en 1970. Pierre Etevenon est un neurobiologiste qui a aussi rédigé une onirothèque depuis 1970[57] qui comporte 3200 récits de rêves insérés dans un journal quotidien à multiples entrées. Il a publié en 2013 un nouveau modèle de compréhension des rêves qui est multidimensionnel[58] et qui est explicité ensuite par 141 récits de rêves[59]. Patricia Garfield[60] est une psychologue en Californie qui a, dès 15 ans, noté et souvent dessiné ses récits de rêves jusqu’à en collectionner 25 000 et dont le premier livre[61] est devenu une référence en onirologie.

Les potentiels évoqués. Évènements synchronisés et désynchronisés de l'EEGModifier

Les potentiels évoqués sont évoqués par des stimulations codifiées répétitives qui peuvent être externes — nerfs périphériques, stimuli sensoriels : auditifs et musicaux[62], visuels, somesthésiques : toucher, chaleur ou froid, olfactifs, douleur : nociceptifs, etc. —, ou bien internes — cognitifs : P300, tâches mentales, facteurs émotionnels, etc. —. Ils font partie des explorations fonctionnelles du système nerveux qui sont pratiquées quotidiennement en clinique au début des années 1990[63], comme dix ans avant en recherche avancée[64] dans ce domaine électrophysiologique qui ne cesse de se développer.

Une autre méthode qui a été développée par Gert Pfurtscheller[65] et Aranibar à Graz en 1977, consiste à étudier de brefs événements électriques EEG[66]. qui sont quantifiés après des stimuli spécifiques. Ces événements EEG sont dits désynchronisés — éveil transitoire — ou synchronisés — relaxation, inhibition de l’éveil transitoire — pendant de brèves périodes de 250 ms ou 125 ms (« Event Response Desynchronisation » : ERD, « Event Response Synchronisation » : ERS)[66]. Cette méthode est souvent appliquée en neuropsychologie[66],[67].

Roy E John, Frank H. Duffy et la cartographie EEGModifier

La cartographie du cerveau appelée en France cartographie EEG (Brain EEG mapping) s’est développée rapidement avant l’imagerie cérébrale fonctionnelle métabolique (IRMf, TEP ou PET-scan). Elle est moins bien résolue spatialement mais mieux temporellement. Les premières cartes EEG ont été réalisées avec de premiers casques d’enregistrements EEG (de type par exemple Electrocap) qui comportaient peu d’électrodes d’enregistrements simultanés. Ce casque correspondait au montage standard sur le scalp, dit montage d'électrodes du 10-20 system (EEG)[68] qui est toujours couramment utilisé en électroencéphalographie[69].

 
Vingt-et-une électrodes du système international 10-20 pour EEG.

Dans les années 1970-1980 la cartographie EEG a donné lieu à de nombreux articles internationaux[70] et ouvrages[71] , congrès, conférences, etc. Dans l'ouvrage collectif édité par Frank Duffy en 1986 après un premier congrès à New York sur la cartographie EEG, Etevenon publie un chapitre des résultats d'une tâche simple de calcul mental qui active spécifiquement le carrefour cortical temporo-pariéto-occipital de l'hémisphère gauche[72] chez l'homme.

En 1991 un premier "Atlas of Brain Mapping" est publié par Konrad Maurer et Thomas Dierks[73].

Le développement de la cartographie EEGModifier

Des modèles ont encore été proposés en neurosciences comme pour la latéralisation hémisphérique[74],[75],[76], et pour simuler les électroencéphalogrammes[77] et les analyser.

Des algorithmes mathématiques transposés de la géophysique (problème inverse résolu par les équations de Levinson) ont été appliqués aux enregistrements d’électrodes EEG de surface à haute résolution ou densité (64, 128 électrodes sur le scalp, comme le casque Geodesic EEG Sensor de la société EGI[78], pour permettre ensuite de rechercher et de visualiser les générateurs profonds sous-corticaux des rythmes principaux observés en EEG et aussi sur le cortex cérébral. De nouvelles publications[79],[80],[81] sont apparues à partir de cette avancée technologique majeure. Cette méthode nouvelle de recherche des générateurs corticaux et profonds sous-corticaux est d’autant plus précise que le nombre d’électrodes de dérivations EEG a augmenté : de 48 en basse densité d'électrodes, à 64 et 128 électrodes EEG en haute densité ou résolution d'analyse ultérieure sur ordinateur.

Le futur des nouvelles méthodesModifier

En neurosciences et en cliniqueModifier

Les progrès des recherches récentes en imagerie cérébrale sont considérables et au-delà du cadre de cet article. Des ouvrages grand public sont écrits par des spécialistes de neurosciences[82]. En Belgique, Steven Laureys[83] a publié en 2015 un livre sur Les états limites de la conscience qui décrit les progrès de l'imagerie cérébrale en clinique, en réanimation particulièrement, et avec tous les problèmes d'éthique que cela pose. Ce médecin neurologue et clinicien-chercheur, se consacre à l'étude des altérations de la conscience chez des patients qui sont sévèrement cérébrolésés, maintenus en vie en soins intensifs bien que parfois proches de la mort cérébrale. En plus de l'examen clinique primordial, il utilise toutes les techniques d'imagerie cérébrale comparées et qui sont associées à d'autres techniques récentes.

L'imagerie cérébrale électrophysiologique qui est celle de l'électroencéphalographie quantitative moderne, et aussi la plus récente imagerie de la magnétoencéphalographie (MEG), est non-invasive pour le sujet enregistré. Elle permet avec un grand nombre de capteurs d'enregistrements (48 au moins, 64, 128, 256 canaux au plus en haute densité) de mettre en évidence des générateurs corticaux et/ou sous-corticaux des sources EEG ou MEG. Cela est réalisé par des programmes de traitement des signaux électrophysiologiques[84].

Cette imagerie électrophysiologique est progressivement fusionnée en recherche avancée avec l'imagerie métabolique du fonctionnement cérébral et aussi l'imagerie morphologique des structures cérébrales anatomiques (CT-scan ou Scanner radiologique qui est une méthode radioactive invasive). D'autre part la stéréoencéphalographie permet d'implanter dans le cerveau de multiples électrodes étagées et cette méthode électrophysiologique est appliquée à la détection des aires cérébrales profondes impliquées dans l'épilepsie ainsi que dans la maladie de Parkinson et d'autres troubles neurologiques qui peuvent être traités ensuite par des stimulations électriques intracraniennes spécifiques.

Les résultats de l’imagerie cérébrale fonctionnelle métabolique (IRMf, TEP ou PET-scan), et son prolongement récent l'IRM-DTI qui permet de visualiser les faisceaux de matière blanche dans le cerveau (par la méthode dite du tenseur de diffusion), peuvent être encore comparés avec la cartographie EEG à haute densité d'électrodes laquelle peut être encore associée à la stimulation trans-crânienne à courant direct (t-DCS).

Enfin, après tous les examens précédents effectués et comparés entre eux, l’association avec l’interface cerveau-machine et le neurofeedback (la rétroaction biologique) permet de préciser encore plus si le cerveau d'un patient cérébrolésé est en état de mort cérébrale ou non.

Les dynamiques neuronales et l'interaction socialeModifier

À la fin de cet article nous allons présenter deux voies de recherches trans-disciplinaires récentes. Ce sont des exemples de l'électroencéphalographie quantitative qui ont ensemencé des expériences nouvelles et imprévues qui ouvrent des perspectives tant sociales que médicales.

Le premier exemple est celui de l'étude des dynamiques neuronales[85] qui permet de comprendre ce qui se passe entre deux sujets qui entrent en interaction imitative synchrone et simultanée. Cela se poursuit ensuite par la description de modèles de compréhension du comportement[86] et de l'intégration sociale[87].

Le deuxième exemple présente d'autres articles publiés par le Département de psychologie de l'Université de Chicago, de 2009[88], 2014[89], puis 2015[90], qui montrent l'influence de l'isolation sociale sur les comportements en société et les changements fonctionnels cérébraux après des stimuli sociaux. Jean Decety[91] étudie aussi à Chicago l'empathie et les neurosciences sociales.

Des états de conscience altérés aux états modifiés de conscienceModifier

Parler de conscience puis d’état de conscience altéré ou d'état modifié de conscience, fait appel à de nombreuses catégories différentes et un article à ce sujet revient à faire de la sélection transversale parmi différents domaines de connaissances. Dès 1954 Alfred Fessard du Collège de France à Paris publie un article fondateur qui parle des mécanismes de l’intégration nerveuse et de l’expérience consciente[92]. En 1958 Kasamatsu et ses collaborateurs[93] présentent une première étude au Japon sur les effets de la méditation za-zen. Ils poursuivent leurs recherches pendant des années avec des groupes de pratiquants za-zen sélectionnés et publient ensuite un important article qui montre que la méditation za-zen n’est ni un état d’éveil, ni un état de sommeil, et qu’elle présente des caractéristiques particulières[94].

C’est en 1969 que le psychologue américain Charles Tart publie un livre aux États-Unis sur "Les états altérés de conscience"[95] qui incluent pour lui les hallucinations, les états de méditation, les états mystiques, l’hypnose, les transes et les rêves. En 1970 une première bibliographie de Beverley Timmons et Joe Kamiya[96] tous deux chercheurs au Langley Porter Psychiatric Institute de San Francisco, présentent 400 références à propos de la psychologie et de la physiologie de la méditation et des états de conscience associés. Toujours en 1970 Wallace[97] soutient une thèse aux États-Unis sur les effets de la méditation transcendantale (M.T.) qui est suivie d’un article dans Science[98].

Roland L. Fischer en 1971 publie un autre article dans Science[99] qui présente un modèle de cartographie de la méditation selon deux voies, l’une proche de l'enstase et l’autre de l’extase selon les termes de Mircéa Eliade. Toujours dans les années 1970 une série d’articles par Wallace et Benson ont été publiés à partir de la pratique de "la méditation transcendantale"[100] qui est la répétition (japa) pendant 30 minutes de syllabes (mantras) qui entraîne une profonde relaxation avec diminution de la tension artérielle et du taux de lactate circulant dans le sang, ce qui peut être considéré comme anti-stress et anti-fatigue. En 1973 à Toulouse, Jean-Paul Banquet a publié ensuite un article[101] avec des résultats obtenus précédemment à Boston d'analyse spectrale d'enregistrements EEG chez 12 sujets pratiquant la méditation transcendentale (M.T.) qui furent comparés à un groupe témoin. Benson se sépare ensuite de Wallace en observant que la simple répétition du mot One (Un en français) produit les mêmes effets et il publie ensuite un livre sur ces résultats[102]. Puis Benson continue de publier à Boston des recherches sur les effets physiologiques de la méditation, comme en 2005[103] et ensuite.

En 1972 à Paris au Centre Hospitalier Sainte-Anne, Etevenon[104] et collaborateurs enregistrent en EEG quantitative les tracés électroencéphalographiques du moine zen Taisen Deshimaru Roshi et de ses élèves, assis pendant 30 minutes de méditation za-zen, en observant que l’activité cérébrale alpha est augmentée et reste hyper-stable dans le temps. Ces chercheurs publient ensuite dans La Recherche[105] sur « Les états de conscience modifiés volontairement » puis un article de recherche médicale[106] est ensuite publié des résultats d’électroencéphalographie quantitative après analyse spectrale de ces tracés EEG qui sont en accord avec des précédents articles japonais sur les effets de la méditation za-zen. Pour le chercheur Pierre Etevenon[107] les états modifiés de conscience (E.M.C.) ne sont ni des états altérés pathologiques, ni non plus des états de sommeil tels que le stade 1 d’endormissement ou le stade de sommeil paradoxal. Aujourd’hui ces deux premiers articles de 1972-73 sont considérés comme des études préliminaires de cas uniques.

En tant qu'état modifié de conscience il existe encore des grands rêves[108] encore appelés dans l'antiquité des songes. C'est le cas de rares rêves prémonitoires qui peuvent alors être expliqués par un nouveau modèle de compréhension des rêves[109], modèle qui tient compte aussi de la synchronicité selon Jung et de Robert Hopcke[110].

L’association ARTEMOC[111] a organisé à Paris des Colloques en 2008 et 2009 sur les états de conscience modifiés puis publié un rapport pour le CNRS[112]. Le Forum des sciences cognitives à Paris organisé en 2013 au Campus des Cordeliers portait sur ce thème des états de conscience altérés et modifiés[113] dont l’historique fut présenté en introduction par Pierre Etevenon avant que Jean-Pierre Changeux ne parle de la conscience chez l’homme. Ces recherches se sont multipliées à tel point que la base de données américaine sur la méditation de l’Institute of Noetic Sciences (IONS) comporte fin 2016 presque 7000 références dont 4000 à propos des différents types de méditation. L'hypnose[114] est étudiée dans de très nombreux articles[115] comme plus récemment l'étude en imagerie cérébrale d'une transe chamanique volontairement induite de Corine Sombrun qui a été enregistrée en EEG quantitative au Canada par Pierre Flor-Henry (en)[116] et publiée ensuite[117], font partie de ces recherches d'états de conscience modifiés. Antoine Lutz est un chercheur français INSERM en neurosciences à Lyon, dont la thèse de neurosciences fut effectuée (au LENA dirigé par Antoine Rémond) à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris. Il est parti à Madison aux États-Unis où il a d'abord poursuivi sa carrière en enregistrant en imagerie cérébrale (EEG quantitative, IRM fonctionnelle et signal BOLD) des méditants bouddhistes experts (comme Mathieu Ricard[118]) et il a publié une trentaine d’articles sur ce sujet[119] dont un premier article dans PNAS en 2004[120]. Ce domaine de recherche des états modifiés de conscience[121] est en pleine expansion et fait l’objet de nombreuses discussions et controverses. Il faudra du temps et de la persévérance pour que ces nouvelles recherches, qui sont basées sur les progrès des neurosciences et particulièrement de l'imagerie cérébrale la plus récente, puissent être publiées dans des ouvrages grand public, plus complets ou plus rigoureux que ceux disponibles à ce jour.

Notes et référencesModifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juillet 2018). Découvrez comment la « wikifier ».
  1. (de) Berger H. Über das Elektrenkephalogramm des Menschen Arch. Psychiat. Nervenk. 1929, 87:527-570.
  2. (en) Gloor P.Hans Berger on the electroencephalogram : The fourteen original reports on the human electroencephalogram Electroenceph. Clin. Neurophysiol, 1969,Supp. 28
  3. (en) Mary A.B. Brazier. The Electrical Activity of the Nervous System Chapter 18. The Electroencephalogram of Man. Pitman Medical Publishing Co., 1951, Third edition, 1968.
  4. (de) Dietsch G. Fourier-Analyse von elektrenkephalogramm des menschen. Pflügers Arch. Ges. Physiol., 1932, 18, 85-87
  5. Drohocki, Z. Die spontane elektrische spannungs-produktion der grosshirnrinde in wach-und Ruhezustand. Pflügers Arch. Ges., 1937, 239, 658-679
  6. Drohocki, Z., Drohocka, J. L’électroencéphalographie quantitative du cerveau à l’état de veille et pendant la narcose. C.R. Soc. Biol., Paris, 1939, 152, 494-498
  7. Z. Drohocki. II. Revue critique des essais d'électroencéphalographie quantitative. L’Année Psychologique, 47-48, 230-243, 1946.
  8. II. Revue critique des essais d'électroencéphalographie quantitative.
  9. A. Remond A. Handbook of électroencephalography and clinical neurophysiology. Elsevier, Amsterdam, 1972
  10. Walter W.G. An automatic low frequency analyser. Electronic Engineering, 1943a, 11, 237 ; 16, 3-13.
  11. Walter W.G. An improved low frequency analyser. Electronic Engineering, 1943b, 16, 236-240
  12. Walter W.G., Shipton H.W. A new toposcopic display system. Electroenceph. Clin. Neurophysiol, 1951,3, 281-292
  13. Remond A., Offner F. Études topographiques de l’activité EEG de la région occipitale. Rev. Neurol., Paris, 1952, 87, 182-189.
  14. Drohocki, Z. L’intégrateur de l'électroproduction cérébrale pour l’électroencéphalographie quantitative. Rev. Neurol., Paris, 1948a, 80, 617-619
  15. Drohocki, Z. Dispositif intégrateur électronique pour des tensions irrégulièrement variables en amplitude et fréquence. N° 143a19, Brevet France, CNRS, 1955.
  16. P. Etevenon. L'œuvre du Professeur Léonide Goldstein, Neurophysiol. clin. 18, 555-557, 1988.
  17. Drohocki, Z., Goldstein, L., Minz, B. La tension moyenne de l’EEG comme base d’interprétation de l’activité corticale. Rev. Neurol.. Paris, 1956a, 94, 141-144.
  18. Drohocki, Z., Électroencéphalographie quantitative : relations entre niveau et variabilité de l’EEG. Rev. Neurol., Paris, 1967b, 117, 3, 484-491.
  19. P. Etevenon. Dualisme complémentaire ou latéralisation fonctionnelle ? Diogène - 48-61 dans Revue Internationale des Sciences Humaines, UNESCO, Paris, 104, décembre 1978 ; traduction : P.Etevenon & J.Ferguson. Complementary Dualism of Functional Lateral Specialization ? Diogenes 26 (104):36-48 (1978).
  20. P. Etevenon. Effets de la stimulation en lumière intermittente (SLI) différentielle sur les structures visuelles du lapin. Variations de l'électrogénèse et de la dominance cérébrale sous l'action du LSD-25. 35-47, 21, Revue de Médecine Aérospatiale, Paris, 1967.
  21. P. Etevenon, J.R. Boissier. LSD effects on signal-to-noise ratio and lateralisation of visual cortex and lateral geniculate during photic stimulation. Experientia, 28, 11, 1338 - 1340, 1972.
  22. P. Etevenon. Effets de la S.L.I. sur les aires cortico-visuelles du lapin. Latéralisation spécifique des réponses électroencéphalographiques et variations après administration d'amphétamine et pentobarbital. Comptes.Rendus de l’Académie des Sciences, Paris, 265, 885 - 888, 1967.
  23. Walter D.O., Brazier M.A.B., eds. Advances in EEG Analysis. Electroenceph. Clin. Neurophysiol., 1968, Suppl.27
  24. D.O Walter, P. Etevenon, B. Pidoux, D. Tortrat and S. Guillou. Computerized Topo-EEG spectral maps : difficulties and perspectives. Neuropsychobiology, 11, 264-272, 1984.
  25. Walter D.O. The method of complex demodulation. In D.O. Walter and M.A.B. Brazier M.A.B., eds. Advances in EEG Analysis. Electroenceph. Clin. Neurophysiol., 1968, Suppl.27
  26. P. Etevenon. Étude méthodologique de l'électroencéphalographie quantitative. Application à quelques exemples. Thèse de doctorat d'état ès sciences naturelles, 29 novembre 1977, Université Pierre et Marie Curie, Paris VI
  27. Etevenon, P., Lebrun, N., Clochon, P., Perchey, G., Eustache, F., Baron, J.C. High Temporal Resolution Dynamic Mapping of Instantaneous EEG Amplitude Modulation after Tone-burst Auditory Stimulation. Brain Topography, 12, 2, 129-137, 2000
  28. J.S. Barlow. The ELECTROENCEPHALOGRAM. Its Patterns and Origins. The MIT Press, 1993
  29. B. Pidoux, P. Peron-Magnan, P. Etevenon, G. Verdeaux et P. Deniker. L'activité alpha dans un groupe de schizophrènes : analyse spectrale et comparaison avec un groupe témoin. Rev. EEG Neurophysiol. clin., Paris, 8, 3, 284-293, 1978.
  30. B. Pidoux, P. Etevenon, G. Verdeaux et P. Deniker. Étude spectrale statistique du rythme alpha. Modifications sous l'action tardive d'un hypnotique. Rev. EEG Neurophysiol. clin. , Paris, 8, 3, 294-301, 1978.
  31. P. Etevenon, P. Péron-Magnen, S. Guillou, M. Toussaint, B. Guéguen, P. Deniker, H. Loo, E. Zarifian. A pharmacological model of "cerebral local activation" : EEG Cartography of Caffeine Effects in Normals". 171-180 in Functional Brain Imaging, G. Pfurtscheller and F.H. Lopes Da Silva, Eds., Hans Huber, Bern, 1988.
  32. P. Etevenon, P. Péron-Magnan, S. Guillou, M. Toussaint, B. Gueguen, J.P. Boulenger, P. Deniker, H. Loo. Caféine et cartographie EEG : effets d'une tâche visuo-spatiale chez des volontaires sains. Stratégie d'analyse des données électro -pharmacologiques multi - voies et multi - sujets. Neurophysiologie Clinique. Clinical Neurophysiology, 18, 355-367, 1988.
  33. P. Etevenon. Effects of cannabis on human EEG, Adv. Biosci., 22-23, 659-663, 1978.
  34. H. Kunkel, G. Dolce, eds., 271-288, CEAN Computerized EEG analysis, G. Fischer Verlag, 1975
  35. Fink M. Cerebral electrometry. Quantitative EEG applied to human psychopharmacology. In : H. Kunkel, G. Dolce, eds., 271-288, CEAN Computerized EEG analysis, G. Fischer Verlag, 1975
  36. Itil T.M., Quantitative pharmacoelectroencephalography. In T.M. Itil, ed., 43-75, Psychotropic drugs and the human EEG, Mod. Probl. Pharmacopsychiat., Vol. 8, Karger, 1974
  37. International Pharmaco-EEG Society
  38. ISBET Committee. Recommendations for EEG and Evoked Potential Mapping, 5 avril 1990, Neuropsychobiology 1989 ; 22 : 170-176.
  39. P. Etevenon, B. Pidoux, P. Rioux, P. Peron-Magnan, G. Verdeaux and P. Deniker. Intra and Interhemispheric EEG differences quantified by spectral analysis. Comparative study of two groups of schizophrenics and a control group. Acta Psychiat. Scand. 60, 57-68, 1979.
  40. Pierre Etévenon. L'Homme éveillé.Paradoxes du sommeil et du rêve, Tchou, Paris, 1990.
  41. Pierre Etévenon. Du rêve à l'éveil. Bases physiologiques du sommeil. Albin-Michel, Paris, 1987, et réédition numérique 2016.
  42. P. Etevenon, S. Guillou. EEG cartography of a night of sleep and dreams. Neuropsychobiology, 16, 2 & 3, 146 - 151, 1986.
  43. P. Etevenon. La caverne de Platon. Ou cartographie d’une nuit de sommeil et de rêve. CNRS AV, Vidéothèque CNRS, N°89, film 16 mm puis VHS et DVD de 25 min, S/D 4/3 Couleur Sonore, 1986.
  44. ImpacT Médecin. Hebdomadaire N°208, Du 20 au 26 décembre 1986. Médecine en mouvement. Le rêve en carte, pages 39-41.
  45. L’Express Aujourd’hui, N°8, 35 mai aux 11 juin1987. Les secrets du sommeil, 48-62.
  46. Paris-Match, 23 avril 1992, M2533-2239. NOS REVES Maintenant on sait ce qui se passe pendant notre sommeil, 96-97, La carte des songes.
  47. Psychologies, septembre 1987, N°46. Nuits blanches. Des bonnes et des mauvaises. 69-72
  48. ScienceSAvenir, N°515, janvier 1990. Les secrets du sommeil. Pourquoi dormons nous ?, 18-23.
  49. a et b P. Etevenon, « Analyse quadri-dimensionnelle de l'électroencéphalogramme. Première application à un épisode de sommeil paradoxal chez l'Homme. », Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, Note présentée par M. Jouvet., Paris, 1993, no t.316, Série III, neurophysiologie, p. 267-274,,‎ .
  50. J. Allan Hobson. Le cerveau rêvant. Trad. de l'anglais (États-Unis) par Rose Saint-James, collection « Bibliothèque des Sciences humaines », Gallimard, 1992.
  51. Hobson JA. REM sleep and dreaming: towards a theory of protoconsciousness. Nat Rev Neurosci. 2009 Nov;10(11):803-13. Review.
  52. (en) Maquet P, Smith C, Stickgold R, Sleep and brain plasticity, Oxford University Press, 2003.
  53. Pierre Maquet, La Conscience du sommeil.
  54. Maquet P, Péters J, Aerts J, Delfiore G, Degueldre C, Luxen A, Franck G. Functional neuroanatomy of human rapid-eye-movement sleep and dreaming. Nature. 1996 Sep 12;383(6596):163-6.
  55. Michel Jouvet. Pourquoi rêvons-nous ? Pourquoi dormons-nous ? Où, quand, comment ? Paris, Odile Jacob, 2000, p. 89-90.
  56. M. Jouvet. DE LA SCIENCE ET DES RÊVES. Mémoire d’un onirologue, Odile Jacob, 2013.
  57. Pierre R. Etevenon. Les aveugles éblouis. Les états limites de la conscience. Albin-Michel, Paris, 1984.
  58. P. Etevenon. Des rêves pour changer votre vie. L’ascenseur des rêves, Tome 1, ERICK BONNIER éditions, 2013.
  59. P. Etevenon. Des rêves pour changer votre vie. La pratique par des exemples de rêves, Tome 2, ERICK BONNIER éditions, 2013.
  60. The Center for Creative Dreaming
  61. P. Garfield. La créativité onirique, La Table Ronde, 1983, Éditions J’ai Lu, 1998.
  62. (en) Auzou P, Eustache F, Etevenon P, Platel H, Rioux P, Lambert J, Lechevalier B, Zarifian E, Baron JC « Topographic EEG activations during timbre and pitch discrimination tasks using musical sounds » Neuropsychologia, vol. 33, no 1, 25-37, 1995.
  63. J.M. Guérit, Les potentiels évoqués, Masson, 1991
  64. (en) Gevins AS, Doyle JC, Cutillo BA, Schaffer RE, Tannehill RS, Ghannam JH, Gilcrease VA, Yeager CL. « Electrical potentials in human brain during cognition: new method reveals dynamic patterns of correlation » Science. 1981 Aug 21;213(4510):918-22
  65. (en) G. Pfurtscheller and F.H. Lopes da Silva, Eds., Functional Brain Imaging. Hans Huber, 1988
  66. a b et c (en) Lebrun N, Clochon P, Etevenon P, Eustache F, Baron JC. « Effect of Environmental Sound Familiarity on Dynamic Neural Activation/Inhibition Patterns: An ERD Mapping Study » NeuroImage 1998;79-92.
  67. (en) Lebrun N, Clochon P, Etevenon P, Lambert J, Baron JC, Eustache F. « An ERD mapping study of the neurocognitive processes involved in the perceptual and semantic analysis of environmental sounds and words » Cognitive Brain Research 2001;11:235-248.
  68. Jasper H.H. (1958) The Ten Twenty Electrode System of the International Federation. Electroenceph. Clin. Neurophysiol., 10, 371-375
  69. American Electroencephalographic Society. Guideline thirteen: Guidelines for standard electrode position nomenclature. J Clin Neurophysiol, 11:111-113, 1994
  70. John ER, Karmel BZ, Corning WC, Easton P, Brown D, Ahn H, John M, Harmony T, Prichep L, Toro A, Gerson I, Bartlett F, Thatcher F, Kaye H, Valdes P, Schwartz E. Neurometrics. Science. 1977 Jun 24;196(4297):1393-410
  71. F. H. Duffy Ed. Topographic Mapping of Brain Electrical Activity, Butterworths Pub., Stoneham, Mass., 1986
  72. P. Etevenon. Applications and perspectives of EEG cartography. Chapter 6, 115-142 in F. H. Duffy, Ed. , in Topographic Mapping of Brain Electrical Activity, Butterworths Pub., Stoneham, Mass., 1986
  73. K. Maurer, T. Dierks. Atlas of Brain Mapping'. Topographic Mapping of EEG and Evoked Potentials. Springer-Verlag, 1991. (ISBN 3-540-53090-8).
  74. P. Flor-Henry and J. Gruzelier, Eds., Laterality and Psychopathology, Elsevier, Amsterdam, 1983
  75. P. Etevenon. A model of intra and inter-hemispheric relationships, 291-300 in : P. Flor-Henry and J. Gruzelier, Eds., Laterality and Psychopathology, Elsevier, Amsterdam, 1983.
  76. P. Etevenon. Hypercube model (gamma-4) and embedded regular hypercubes of higher dimensions applied in psychology and neurosciences. Actes du 13e Congrès International de Cybernétique, Association Internationale de Cybernétique, 716-720, Namur, 1992.
  77. P. Etevenon, J.C. Levy. « Simulation sur ordinateur d'électroencéphalogrammes normaux pathologiques », Journées d'informatique méd., 265-281 dans Colloque de l'IRIA, domaine de Vauluçau, 78, Rocquencourt, 1973.
  78. Electrical Geodesics, Inc.
  79. Nunez PL, Silberstein RB, Cadusch PJ, Wijesinghe RS, Westdorp AF, Srinivasan R. A theoretical and experimental study of high resolution EEG based on surface Laplacians and cortical imaging. Electroencephalogr Clin Neurophysiol. 1994 Jan;90(1):40-57
  80. Michel CM, Murray M, Lantz G, Gonzalez S, Grave de Peralta R. EEG Source Imaging. Invited Review. Clinical Neurophysiology, 2004, 115: 2195-2222
  81. Michel CM, Lantz G, Spinelli L, Grave de Peralta R, Landis T, Seeck M. 128-channel EEG source imaging in epilepsy: clinical yield and localization precision. Journal of Clinical Neurophysiology, 2004; 21:71-83
  82. S. Dehaene. Le Code de la conscience, Odile Jacob, 2014
  83. Dr S. Laureys. Un si brillant cerveau. Les états limites de la conscience. Odile Jacob, 2015
  84. Todd C. Handy Editor. Brain Signal Analysis. Advances in Neuroelectric and Neuromagnetic Methods. The MIT Press, July 2009. (ISBN 9780262013086), DOI:10.7551/mitpress/9780262013086.001.0001
  85. Dumas G. Dynamiques neuronales de l’interaction imitative synchrone. Neural dynamics of synchronous imitative interaction. Thèse en neurosciences cognitives, Université Pierre et Marie Curie Paris 6, 3 octobre 2011
  86. Kelso JA, Dumas G, Tognoli E. Outline of a general theory of behavior and brain coordination. Neural Netw. 2013 Jan;37:120-31. doi: 10.1016/j.neunet.2012.09.003. Epub 2012 Oct 2
  87. Dumas G., Kelso JA., Nadel J. Tackling the social cognition paradox through multi-scale approaches. Front Psychol. 2014 Aug 12;5:882. doi: 10.3389/fpsyg.2014.00882. eCollection 2014
  88. Cacciopo, JT, Norris, CJ, Decety, J, Monteleone G, Nusbaum H. In the eye of the beholder: individual differences in perceived social isolation predict regional brain activation to social stimuli. J. Cogn. Neurosci., 2009 Jan:21(1):83-92. doi: 10.1162jocn.209.21007.
  89. S. Cacciopo, RM Weiss, HB Runesha, JT Cacciopo. Dynamic spatiotemporal brain analyses using high performance electrical neuroimaging: Theoretical framework and validation. Journal of Neuroscience Methods 238(2014)11-34
  90. S. Cacciopo, JT Cacciopo. Dynamic spatiotemporal brain analysis using high-performance electrical neuroimaging. Part II: A step-by-step tutorial. Journal of Neuroscience Methods, Volume 256, 30 December 2015, Pages 184-197
  91. Decety J, Smith KE, Norman GJ, Halpern J. A social neuroscience perspective on clinical empathy. World Psychiatry. 2014 Oct;13(3):233-7. doi: 10.1002/wps.20146.
  92. A.E. Fessard. Mechanisms Of Nervous Integration and Conscious Experience, in J.F. Delafresnaye Ed., Brain Mechanisms And Consciousness, Blackwell, Oxford, Masson, Paris, 200-236, 1954
  93. Kasamatsu A., Okuma T., Takenaka S., Koga E., Ikeda K. and Sugiyama H. The E.E.G. of Zen and Yoga practitioners. Electroenceph. Clin. Neurophysiol., 1958,10, 193
  94. Kasamatsu A. et Hirai T. An electroencephalographic study on the Zen meditation (Za-Zen). Folia Psych. Neurol., Japon, 1966, 20, 315-336
  95. C.T. Tart. Altered states of consciousness. A book of readings, Wiley, New York, 1969
  96. Timmons B. and Kamiya J. The psychology and physiology of meditation and related phenomenon : a bibliography. Journal Transpersonal Psychology, 1970,2, 1,41-59
  97. Wallace R. K. The physiological effects of transcendental meditation, a proposed IVth major state of consciousness. Ph. D. Thesis, U.C.L.A., Los Angeles, 1970, 142 p.
  98. R.K. Wallace. Physiological effects of transcendantal meditation, Science, 167, 1751-1754, 1970
  99. Fischer R. A cartography of the ecstatic and meditative states. Science, 174 , 897-904, 1971
  100. R.K. Wallace, H. Benson. The physiology of meditation, 226, 2, 84-91, 1972
  101. J.P. Banquet. Spectral analysis of the EEG in meditation, Electroenceph. Clin. Neurophysiol, 1973, 35:143-151
  102. H. Benson, M.Z. Klipper. The relaxation response, Avon Books, New York, 1975
  103. Lazar SW et al. (12 auteurs dont Benson H.) Meditation expérience is associated with increased cortical thickness, Neuroreport. 2005 Nov 28;16(17):1893-7
  104. Pierre Etévenon, Bernard Santerre. États de conscience sophrologie et yoga, Sand-Tchou, Paris, 2006
  105. J.G. Henrotte, P. Etevenon, G. Verdeaux. Les états de conscience modifiés volontairement. 3, 29, 1100-1102, La Recherche, Paris, 1972
  106. P. Etevenon, J.G. Henrotte, G. Verdeaux. Approche méthodologique des états de conscience modifiés volontairement. Rev. EEG Neurophysiol. clin., Paris, 3, 2, 232-237, 1973
  107. Biographie 2017 de Pierre Etevenon
  108. Revue 3e millénaire, n° 110 - La force des rêves
  109. 3e millénaire. Numéro 110, Hiver 2013. La force des rêves. Pierre Etevenon : « L'Ascenseur des rêves » : un nouveau modèle de compréhension des rêves, 60-67 et 91, M 04673
  110. Robert Hopcke. Il n'y a pas de hasards. La place des coïncidences dans le roman de notre vie. Réponses/Robert Laffont.2000
  111. ARTEMOC
  112. Rapport no 26 PIRSTEC du 15 septembre 2009
  113. G. Lapassade. Les états modifiés de conscience, PUF, Paris, 1987
  114. International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis, 5 July 2015, Routledge, London
  115. Grant J.A. & Rainville P. (2005) Hypnosis and meditation: similar experiential changes and shared brain mechanisms. Med Hypotheses, 65, 625-626
  116. P. Etevenon — Meditation as a State of Consciousness: A Personal Account. Kognitive_Neurophysiologie_2010_3_1.pdf
  117. Pierre Flor-Henry, Yakov Shapiro, Corine Sombrun. Brain changes during a shamanic trance: Altered modes of consciousness, hemispheric laterality, and systemic psychobiology. Cogent Psychology 4(1)· March 2017
  118. Ricard M. L'art de la méditation, Nil-Éditions, Paris, 2008
  119. Lutz A., Dunne J.D. & Davidson R.J. (2007), Meditation and the Neuroscience of Consciousness : An introduction, in The Cambridge Handbook of Consciousness, chap. 19, 497-549
  120. Lutz A, Greischar LL, Rawlings NB, Ricard M, Davidson RJ. Long-term meditators self-induce high-amplitude gamma synchrony during mental practice. Proc Natl Acad Sci U S A. 2004 Nov 16;101(46):16369-73
  121. Les états modifiés de conscience.Pierre Etevenon. 3emillénaire, N°127, 14-23, printemps 2018

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Thèse de doctorat sur HAL P. Etevenon. Étude méthodologique de l'électroencéphalographie quantitative]. Application à quelques exemples. Thèse de doctorat d'état ès sciences naturelles, 29 novembre 1977, Université Pierre et Marie Curie, Paris VI, 303 p., Copédith, Paris, 1978. Archive ouverte HAL Université Pierre et Marie Curie
  • [PDF] Le baron Joseph Fourier (1769-1830) est un physicien du temps de Napoléon Bonaparte, dont la théorie de Fourier s'applique toujours et partout en physique, en mathématique et aussi en biologie, spécialement en électroencéphalographie quantitative avec l'analyse spectrale de Fourier appliquée aux signaux EEG.
  • Antoine Rémond, de l’origine aux nappes spatio-temporelles. Dossier : Neurosciences : essor et enjeux. Céline Cherici et Jean-Gaël Barbara, « EEG trois lettres pour percer les mystères du cerveau », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 19 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 16 mars 2016. (lire en ligne)

Articles connexesModifier