Ouvrir le menu principal
Électorat de Salzbourg
(de) Kurfürstentum Salzburg

18031805

Drapeau Blason
Description de l'image Map_Keurvorstendom_Salzburg.jpg.
Informations générales
Statut Électorat
- État du Banner of the Holy Roman Emperor with haloes (1400-1806).svg Saint-Empire romain germanique
Capitale Salzbourg
Langue Allemand
Religion Église catholique romaine
Fuseau horaire UTC+0 et UTC+1
Histoire et événements
1803 Recès d'Empire
1805 Traité de Presbourg
Électeur de Salzbourg
1803-1805 Ferdinand Ier

Entités suivantes :

L'électorat de Salzbourg (en allemand : Kurfürstentum Salzburg) était une principauté-électorale éphémère du Saint-Empire romain germanique. Il est créé lors du Recès d'Empire en 1803, par lequel Ferdinand III de Habsbourg-Lorraine, l'ancien grand-duc de Toscane, reçoit la dignité de prince-électeur. La capitale de l'électorat était Salzbourg ; son territoire correspond à peu près à celui de l'actuel land de Salzbourg.

HistoireModifier

 
Ferdinand III, grand-duc de Toscane (1797).

En 1803, l'archevêché de Salzbourg est sécularisé et est érigé en électorat pour Ferdinand III, issu de la maison de Habsbourg-Lorraine, un frère cadet de l'empereur François II. L'ancien grand-duc a été contraint de fuir la Toscane pendant la guerre de la Deuxième Coalition en 1799. Par le traité de Lunéville, signé le , il a dû renoncer à son grand-duché en faveur des ducs de Parme.

En compensation, Napoléon lui a promis le nouveau électorat de Salzbourg, décidée par un contrat conclu avec l'empereur François II le . Le territoire sécularisé comprenait, en plus de l'archevêché de Salzbourg, la prévôté de Berchtesgaden et des parties des évêchés (Hochstifte) de Passau et d'Eichstätt au nord de la Bavière. Le , le dernier prince-archevêque de Salzbourg, Hieronymus von Colloredo-Mansfeld, renonça à ses droits en tant que souverain temporel ; quatre jours plus tard, la dignité électorale a été remise à Ferdinand.

En 1805, par le Traité de Presbourg, l'électorat est cédé à l'empire d'Autriche. La principauté d'Eichstätt et une partie de celle de Passau sont cédées au royaume de Bavière[1]. En compensation, Ferdinand reçoit le grand-duché de Wurtzbourg[2], également érigée en électorat[3]. Lors de la dissolution du Saint-Empire en 1806, la dignité életorale s'éteignait.

Après le traité de Schönbrunn en 1809, Salzbourg est cédé à la Bavière et incorporé au cercle de la Salzach (Salzachkreis). Lors du traité de Paris en 1814, la plus grande partie fait retour à l'empire d'Autriche et, par le traité de Munich deuc ans plus tard, est incorporée au cercle de Salzbourg (Salzburgkreis) au sein de l'Haute-Autriche. Le duché de Salzbourg autonome n'a été mis en place qu'en 1849.

Notes et référencesModifier

  1. Article 8 : « S.M. l'Empereur d'Allemagne et d'Autriche, tant pour lui, ses héritiers et successeurs, que pour les princes de sa Maison, leurs héritiers et successeurs respectifs, renonce aux principautés, seigneuries, domaines et territoires ci-après désignés ; cède et abandonne : - à S.M. le Roi de Bavière, [...] la principauté d'Eichstätt, la partie du territoire de Passau appartenant à S.A.R. l'Électeur de Salzbourg, et située entre la Bohême, l'Autriche, le Danube et l'Inn [...] ».
  2. Article 11 : « S.M. l'Empereur des Français, Roi d'Italie, s'engage à obtenir, en faveur de S.A.R. l'Archiduc Ferdinand, Électeur de Salzbourg, la cession, par S.M. le Roi de Bavière, de la principauté de Wurzbourg, telle qu'elle a été donnée à Sadite majesté parle recès de la Députation de l'Empire Germanique, du 25 février 1803 (6 ventôse an XI) ».
  3. Article 11 : « Le titre électoral de S.A.R. [l'Archiduc Ferdinand] sera transféré sur cette principauté [de Wurzbourg], que S.A.R. possèdera en toute propriété et souveraineté, de la même manière et aux mêmes conditions qu'elle possédait l'Électorat de Salzbourg ».