Élections régionales de 2020 à Hambourg

Élections régionales de 2020 à Hambourg
121 députés du Bürgerschaft
(Majorité absolue : 61 députés)
le
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 316 575
Votants 812 373
63,2 %  +6,6
Votes blancs et nuls 16 463
2019-07-06 BeachVolleyball Weltmeisterschaft Hamburg 2019 StP 0537 LR10 by Stepro.jpg SPD – Peter Tschentscher
Voix 1 591 098
39,2 %
 −6,5
Sièges obtenus 54  −4
Fegebank, Katharina - 1889.jpg Grünen – Katharina Fegebank
Voix 980 361
24,2 %
 +12
Sièges obtenus 33  +18
2014-09-11 - Marcus Weinberg MdB - 8575.jpg CDU – Marcus Weinberg
Voix 452 372
11,2 %
 −4,7
Sièges obtenus 15  −5
2018-09-26 Cansu Özdemir (WLP Hamburg) by Sandro Halank–3.jpg Die Linke – Cansu Özdemir
Voix 368 471
9,1 %
 +0,6
Sièges obtenus 13  +2
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
AfD – Dirk Nockemann
Voix 214 596
5,3 %
 −0,8
Sièges obtenus 7  −1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
FDP – Anna von Treuenfels-Frowein
Voix 201 162
4,9 %
 −2,5
Sièges obtenus 1  −8
Premier bourgmestre
Sortant Élu
Peter Tschentscher
SPD
Peter Tschentscher
SPD

Les élections régionales de 2020 à Hambourg (en allemand : Bürgerschaftswahl in Hamburg 2020) ont lieu le afin d'élire les 121 membres de la 22e législature du Bürgerschaft de la ville libre et hanséatique de Hambourg.

Le Parti social-démocrate d'Allemagne arrive en tête, bien qu'en fort recul en termes de voix. Les Grünen prennent la deuxième place et enregistrent leur record électoral dans ce land. Déstabilisés par une crise politique en Thuringe le mois précédent, la CDU et le FDP sont en nette baisse, tandis que l'AfD en connait une légère. La CDU obtient son plus faible score dans un land depuis 1951, et le FDP échoue a atteindre le seuil électoral de 5 %[1].

ContexteModifier

Le SPD perd aux élections régionales de 2015 sa majorité absolue, ce qui le force à se tourner vers l'Alliance 90 / Les Verts pour constituer une coalition rouge-verte, qui permet à Olaf Scholz d'être reconduit dans ses fonctions de premier bourgmestre le [2].

Lors des élections fédérales allemandes de 2017, la CDU devient la premier parti de la région avec 27,2 % des suffrages. Le SPD suit avec 23,5 % des voix.

Au cours de l'année 2019, les Verts décollent dans les sondages et sont donnés à plus de 20 % des intentions de vote. Aux élections européennes de 2019, l'Alliance 90 / Les Verts devient le premier parti de la région avec 31,1 % des suffrages récoltés.

Campagne électoraleModifier

La circulation en ville fait partie des thèmes principaux de la campagne. Les Verts et Die Linke souhaitent diminuer le nombre de voitures circulant en ville dans le cadre du débat sur le climat et proposent des mesures telles que des interdictions de circuler en voiture ou la suppression de places de stationnement. Le SPD a d'abord pris ses distances avec son partenaire de coalition avant de soutenir des interdictions de circuler dans certaines rues. La CDU soutient également les rues interdites aux voitures et promet de diminuer le prix des transports en communs par l'extension à tous des billets à prix réduits[3].

En revanche, le FDP et l'AfD s'opposent à des politiques climatiques jugées trop ambitieuses, telles que la construction de pistes cyclables sur 35 km[3].

Le logement fait aussi partie des grands thèmes de la campagne. Face au mécontentement d'une partie de la population, notamment concernant les loyers élevés, Die Linke propose d'introduire un plafonnement des loyers tel qu'il est déjà pratiqué à Berlin. Contrairement à la section berlinoise, Les Verts s'opposent à cette mesure[3].

Mode de scrutinModifier

Le Bürgerschaft est constitué de 121 députés (Mitglied der Hamburgischen Bürgerschaft, MdHB) élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Sainte-Laguë par les résidents hambourgeois âgés de 16 ans et plus.

Chaque électeur dispose de dix voix, selon le principe du « vote cumulatif » : les cinq premières (Wahlkreisstimmen) lui permettent de voter pour un ou plusieurs candidats de sa circonscription, le Land comptant 17 circonscriptions pourvoyant chacune entre trois et cinq sièges ; les cinq autres (Landesstimmen) lui permettent de voter pour une ou plusieurs listes de candidats ou un ou plusieurs candidats au niveau de la ville. Au total, 71 députés sont élus dans le cadre des circonscriptions.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 121 sièges est répartie proportionnellement aux secondes voix entre les partis ayant remporté au moins 5 % des suffrages exprimés au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats de circonscription selon les règles du scrutin majoritaire plurinominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci. Les sièges restants sont attribués aux candidats de la liste municipale, en tenant compte du nombre de suffrages reçus personnellement par chacun d'eux.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats de circonscriptions que la proportionnelle ne lui en attribue, il conserve ces mandats supplémentaires et la taille du Bürgerschaft est augmentée par des mandats complémentaires distribués aux autres partis pour rétablir une composition proportionnelle aux secondes voix. Si un parti obtient des mandats de circonscription sans franchir le seuil électoral municipal, il conserve ces sièges mais la taille du Bürgerschaft n'est pas réajustée avec des mandats complémentaires.

Principales forcesModifier

Parti Idéologie Chef de file Résultats de 2015
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Centre gauche
Social-démocratie, troisième voie, progressisme
Peter Tschentscher
(Premier bourgmestre)
45,7 % des voix
58 députés
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme, libéralisme
Marcus Weinberg 15,9 % des voix
20 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Centre gauche
Écologie, progressisme
Katharina Fegebank 12,2 % des voix
15 députés
Die Linke Gauche
Socialisme démocratique, anticapitalisme
Cansu Özdemir 8,5 % des voix
11 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Centre droit
Libéralisme, social-libéralisme
Anna von Treuenfels-Frowein 7,4 % des voix
9 députés
Alternative pour l'Allemagne
Alternative für Deutschland
Droite à extrême droite
National-conservatisme, souverainisme, euroscepticisme
Dirk Nockemann 6,1 % des voix
8 députés

SondagesModifier

Sondages en vue des élections régionales de 2020 à Hambourg[4]
Institut Date SPD Grünen CDU Linke AfD FDP Autres
Forschungsgruppe Wahlen 39 % 24 % 12 % 8,5 % 6 % 5 % 5,5 %
Universität Hamburg 34 % 32 % 12 % 7 % 5 % 6 % 5 %
Civey 35,4 % 24,5 % 13,8 % 8,6 % 7,9 % 5,2 % 4,6 %
INSA 38 % 23 % 13 % 8 % 7 % 5 % 6 %
Forschungsgruppe Wahlen 37 % 25 % 13 % 8 % 7 % 4,5 % 5,5 %
Infratest Dimap 38 % 23 % 14 % 8 % 6 % 5 % 6 %
Trend Research Hamburg 33 % 24 % 14 % 10 % 7 % 7 % 5 %
Infratest Dimap 34 % 27 % 14 % 8 % 7 % 5 % 5 %
Infratest Dimap 32 % 27 % 16 % 8 % 7 % 6 % 4 %
Civey 30,2 % 24,9 % 15,7 % 8,6 % 6,9 % 7,2 % 6,5 %
Infratest Dimap 29 % 29 % 15 % 9 % 7 % 7 % 4 %
Trend Research Hamburg 32 % 23 % 13 % 13 % 8 % 8 % 4 %
Forsa 29 % 26 % 16 % 10 % 7 % 7 % 5 %
Civey 30,4 % 24,1 % 13,6 % 13,7 % 7,5 % 7,4 % 3,3 %
Infratest Dimap 28 % 26 % 17 % 11 % 7 % 6 % 5 %
Trend Research Hamburg 32 % 23 % 13 % 12 % 8 % 7 % 4 %
INSA 25 % 26 % 17 % 12 % 8 % 8 % 4 %
Trend Research Hamburg 28 % 28 % 14 % 11 % 9 % 6 % 4 %
Policy Matters 30 % 22 % 16 % 11 % 10 % 9 % 2 %
Universität Hamburg 35 % 29 % 15 % 9 % 4 % 6 % 3 %
Infratest Dimap 31 % 22 % 17 % 10 % 8 % 8 % 4 %
Forsa 30 % 24 % 14 % 11 % 7 % 9 % 5 %
Forsa 36 % 18 % 16 % 12 % 7 % 7 % 4 %
Policy Matters 28 % 15 % 22 % 14 % 10 % 8 % 3 %
Universität Hamburg 48 % 16 % 18 % 8 % 4 % 5 % 1 %
Infrastest Dimap 39 % 15 % 18 % 11 % 8 % 6 % 3 %
Trend Research Hamburg 37 % 13 % 14 % 10 % 13 % 8 % 5 %

RésultatsModifier

Chaque électeur étant doté de dix voix à répartir selon son choix, le total des voix est largement supérieur au nombre de votants.

Résultats préliminaires des régionales de 2020 à Hambourg[5]
 
Partis Circonscriptions Proportionnelle Total
sièges
+/−
Votes % Sièges +/− Votes % +/− Sièges
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 1 401 459 34,9 28   7 1 591 098 39,2   6,5 26 54   4
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 1 031 967 25,7 20   8 980 361 24,2   11,9 13 33   18
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 604 332 15,1 15   3 452 372 11,2   4,7 0 15   5
Die Linke (Die Linke) 446 287 11,1 7   3 368,471 9,1   0,6 6 13   2
Alternative pour l'Allemagne (AfD) 216 904 5,4 0   214 596 5,3   0,8 7 7   1
Parti libéral-démocrate (FDP) 219 786 5,5 1   201 162 4,9   2,4 0 1   8
Die PARTEI 56 775 1,4   0,5 0 0  
Volt Hambourg 25 485 0,6 0   52 241 1,3 Nv 0 0  
Parti de protection des animaux 27 017 0,7 Nv 0 0  
Parti écologiste-démocrate 25 871 0,6 0   27 558 0,7   0,3 0 0  
Électeurs libres 16 362 0,4 0   25 020 0,6 Nv 0 0  
Parti d'action pour les animaux 21 491 0,5 Nv 0 0  
Parti pirate 17 582 0,4 0   20 507 0,5   1,1 0 0  
Parti des humanistes 8 381 0,2 Nv 0 0  
Parti pour la recherche en santé 7 811 0,2 Nv 0 0  
Autres partis (4) 6 225 0,2 0 Nv 0  
Total des voix 4 012 260 100 4 054 861 100
Votes valides 812 373 97,67 819 401 98,52
Votes blancs et nuls 16 463 2,33 10 331 1,48
Total 831 715 100 71   831 715 100 - 52 123   2
Abstentions 484 860 36,83
Inscrits / participation 1 316 575 63,17

AnalyseModifier

La CDU obtient son pire score lors d'une élection régionale depuis 1951, lorsqu'elle reçut seulement 9 % des voix à Brême[6]. Le mois précédent, le parti avait été déstabilisé par une grave crise politique en Thuringe, qui avait vu ses députés voter conjointement avec l'extrême droite pour l'investiture du ministre-président libéral Thomas Kemmerich, avant d'apporter leur soutien au socialiste Bodo Ramelow, ce qui a pu rendre confus les sympathisants conservateurs et a poussé la présidente fédérale du parti Annegret Kramp-Karrenbauer à annoncer sa démission et renoncer à succéder à Angela Merkel en 2021[6].

Bien qu'arrivé une nouvelle fois en tête, le SPD recule par rapport à 2015, souffrant de la perte de vitesse enregistrée par le parti au niveau fédéral[6].

Les Grünen deviennent la deuxième force politique de Hambourg, en doublant leur nombre de voix par rapport à 2015, profitant d'une dynamique très favorable pour le parti écologiste au niveau national depuis les élections européennes de 2019, en raison des préoccupations causées par le dérèglement climatique[6].

L'Alternative pour l'Allemagne (AfD), déjà peu implantée à Hambourg, est également en recul. L'une des explications pourrait être les récents attentats de Hanau, à caractère raciste et d'extrême-droite, dans lesquels la responsabilité des discours xénophobes de l'AfD dans le passage à l'acte du terroriste a été souligné par plusieurs commentateurs et acteurs politiques[6].

Analyse sociologiqueModifier

Sondage Forschungsgruppe Wahlen[7]
Catégorie SPD Grünen CDU Linke AfD FDP
Sexe
Hommes 37 % 22 % 11 % 10 % 7 % 6 %
Femmes 40 % 28 % 10 % 9 % 3 % 4 %
Âge
Moins de 30 ans 27 % 32 % 7 % 14 % 3 % 6 %
30−44 ans 30 % 33 % 10 % 10 % 5 % 4 %
45−59 ans 40 % 25 % 12 % 8 % 6 % 5 %
Plus de 60 ans 56 % 12 % 15 % 6 % 6 % 5 %
Statut
Ouvrier 46 % 15 % 9 % 9 % 11 % 3 %
Employé 39 % 26 % 11 % 9 % 4 % 5 %
Fonctionnaire 43 % 26 % 11 % 8 % 5 % 4 %
Indépendant 31 % 25 % 15 % 10 % 6 % 9 %
Études
Hauptschulabschluss 61 % 7 % 11 % 5 % 8 % 4 %
Mittlere Reife 46 % 16 % 13 % 7 % 8 % 4 %
Abitur (baccalauréat) 34 % 28 % 10 % 11 % 5 % 5 %
Hochschulabschluss (supérieur) 32 % 33 % 11 % 10 % 3 % 6 %

Notes et référencesModifier

  1. « Allemagne : le parti conservateur d'Angela Merkel, en pleine crise, subit un revers électoral à Hambourg », sur Franceinfo, (consulté le 27 février 2020)
  2. (de) « Scholz mit großer Mehrheit wiedergewählt », sur ndr.de, (consulté le 13 novembre 2015)
  3. a b et c (de) « Wahl in Hamburg: Die Topthemen des Wahlkampfs », sur www.ndr.de (consulté le 23 février 2020)
  4. (de) Philipp Guttmann, « Bürgerschaftswahl Hamburg: Neueste Wahlumfragen im Wahltrend | Sonntagsfrage #hhwahl », sur DAWUM, (consulté le 10 février 2020)
  5. « Bürgerschaftswahl 2020 », sur www.wahlen-hamburg.de (consulté le 23 février 2020)
  6. a b c d et e « Allemagne : le parti conservateur d'Angela Merkel, en pleine crise, subit un revers électoral à Hambourg », sur francetvinfo.fr, (consulté le 24 février 2020)
  7. (de) « Zahlen zur Wahl », sur zdf.de (consulté le 24 février 2020)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier