Ouvrir le menu principal

Élections législatives turques de 2011

Élections législatives turques de 2011
550 sièges de la Grande Assemblée nationale
(Majorité absolue : 276 sièges)
Corps électoral et résultats
Inscrits 52 806 322
Votants 43 914 948
83,16 %  −1,1
Erdogan cropped.JPG AKP – Recep Tayyip Erdoğan
Voix 21 399 082
49,83 %
 +3,2
Sièges obtenus 327  −14
Kemal Kilicdaroglu.png CHP – Kemal Kılıçdaroğlu
Voix 11 155 972
25,98 %
 +5,1
Sièges obtenus 135  +23
Devlet Bahçeli VOA 2015 (cropped).jpg MHP – Devlet Bahçeli
Voix 5 585 513
13,01 %
 −1,3
Sièges obtenus 53  −18
Parti en tête par province et district
Carte
Composition de l'assemblée
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Recep Tayyip Erdoğan
AKP
Recep Tayyip Erdoğan
AKP
L'hémicycle de la Grande Assemblée nationale.

Les élections législatives turques de 2011 (en turc 2011 Türkiye Genel Seçimleri) se sont tenues le , afin d'élire les cinq cent cinquante députés de la 23e législature de la Grande Assemblée nationale. Il s'agit du premier scrutin tenu à terme depuis 1977.

ContexteModifier

Domination de l'AKPModifier

 
Composition de l'Assemblée sortante.

Lors des élections législatives anticipées du 22 juillet 2007, le Parti de la justice et du développement (AKP), du Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, au pouvoir depuis 2002, avait remporté une seconde majorité absolue consécutive avec 46,6 % des suffrages. Il avait tout de même perdu une vingtaine de sièges, le Parti d'action nationaliste (MHP) ayant réussi à entrer à la Grande Assemblée nationale. Bien qu'il se soit encore éloigné de la majorité des deux-tiers, nécessaire pour désigner le président de la République, l'AKP est parvenu à faire élire son candidat, le ministre des Affaires étrangères Abdullah Gül, au troisième tour de scrutin, le 28 août suivant. Par ailleurs, plus d'une trentaine d'indépendants, dont une vingtaine de Kurdes, sont parvenus à se faire élire.

ChangementsModifier

À l'occasion du référendum constitutionnel du , les électeurs ont approuvé, à presque 69 %, la réduction de la durée d'une législature de cinq à quatre ans[1]. Au mois d', les députés ont approuvé quelques modifications importantes dans la loi électorale[2], notamment la réduction de l'âge d'éligibilité, qui passe de 30 ans à 25 ans, l'augmentation de la durée de la campagne électorale, qui passe de vingt à trente jours, l'autorisation de faire campagne en langue kurde[3] et l'installation d'urnes transparentes en remplacement des traditionnelles urnes en bois. Lors d'un vote à l'unanimité, organisé le , l'Assemblée a décidé que les élections législatives se tiendraient le 12 juin suivant[4], respectant ainsi la volonté exprimée par le Premier ministre[5].

Mode de scrutinModifier

Le Parlement turc compte cinq cent cinquante députés, élus pour quatre ans au scrutin proportionnel, chacune des soixante-dix neuf provinces constituant une circonscription électorale. Les candidats présents sur la liste d'un parti politique ne sont élus que si leur formation a obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés au niveau national, si elle a présenté deux candidats à chaque siège de député dans au moins la moitié des provinces, et si elle est bien implantée dans la moitié des provinces et un tiers des arrondissements provinciaux.

CampagneModifier

Principaux partis et chefs de fileModifier

Formation Idéologie Chef de file Résultats de 2007
Parti de la justice et du développement
Adalet ve Kalkınma Partisi (AKP)
Centre droit,
libéralisme économique,
conservatisme, islamisme
Recep Tayyip Erdoğan
(Premier ministre sortant)
46,58 % des voix
341 députés
Parti républicain du peuple
Cumhuriyet Halk Partisi (CHP)
Centre gauche
Social-démocratie,
républicanisme, kémalisme
Kemal Kılıçdaroğlu 20,88 % des voix
112 députés
Parti d'action nationaliste
Milliyetçi Hareket Partisi (MHP)
Droite à extrême droite
Conservatisme, nationalisme
Devlet Bahçeli 14,27 % des voix
71 députés

SondagesModifier

Institut Date AKP CHP MHP
Pollmark 05.2011 47,5 % 25,2 % 12,6 %
ORC 05.2011 49,5 % 25,2 % 11,3 %
AKAM 04.2011 41,8 % 25,8 % 15,1 %
ORC 04.2011 50,1 % 24,5 % 11,7 %
Genar 04.2011 47,9 % 24,4 % 12,2 %
Metro POLL 03.2011 48,3 % 27,5 % 11,7 %
IK Sara 03.2011 48,0 % 28,0 % 15,0 %
USADEM 02.2011 46,7 % 27,4 % 11,2 %
Metro POLL 01.2011 43,5 % 30,7 % 13,8 %
A&G 12.2010 44,0 % 31,0 % 10,0 %
Konsensus 12.2010 40,9 % 26,0 % 15,6 %
Dernières élections 22.07.2007 46,6 % 20,9 % 14,3 %

DéroulementModifier

Le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir s’appuie sur son bilan économique depuis 2002 : croissance de 8,9 % en 2010, inflation modérée (4 % de mars 2010 à mars 2011) et chômage en baisse (9,1 % en février 2011). Le pays a relativement bien affronté la crise mondiale tout en améliorant l'état de ses finances publiques. L'AKP prévoit que le pays devienne la dixième puissance mondiale d'ici 2021 (il est actuellement la 17e). Le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a également défendu un gigantesque projet pour construire un canal visant à désengorger le détroit du Bosphore de son trafic maritime. Le Premier ministre soutient également une réforme de la Constitution et promet qu'elle garantira plus de droits aux citoyens.

De son côté, l'opposition laïque et de gauche (le Parti républicain du peuple, CHP) a longtemps dénoncé une « islamisation du pays » selon elle et estime que la laïcité du pays, inscrite dans la constitution, est en danger. Toutefois, le parti a recentré son programme sur les questions sociales durant cette campagne, ainsi que sur le droit des femmes et des minorités[6]. Ce positionnement se fait autour du nouveau dirigeant du parti, Kemal Kılıçdaroğlu, désigné à ce poste en 2010. Le CHP s'oppose aussi au projet du Premier ministre de réformer la Constitution pour transformer le régime parlementaire en présidentiel et dénonce une « dérive autoritaire » du pouvoir.

L'opposition nationaliste et conservatrice (le Parti d'action nationaliste, le MHP) a été victime d'un scandale durant la campagne électorale. Des vidéos montrant des membres importants du pays ayant des relations avec leurs amantes ont été publiées. Le parti a dénoncé un complot, qui pourrait ne pas être représenté au Parlement s'il ne franchit pas la barre des 10 %.

RésultatsModifier

 
Parti arrivé en tête par province :
 
Composition politique de la nouvelle législature.
Parti Voix % +/- Députés +/-
Parti de la justice et du développement (AKP) 21 442 528 49,83   3,27
327 / 550
  14
Parti républicain du peuple (CHP) 11 131 371 25,98   5,13
135 / 550
  23
Parti d'action nationaliste (MHP) 5 580 415 13,01   1,23
53 / 550
  18
Parti de la félicité (SP) 534 209 1,24   1,30
0 / 550
Parti de la voix du peuple (HSP) 326 020 0,76   0,76
0 / 550
Parti de la grande unité (BBP) 314 908 0,73   0,73
0 / 550
Parti démocrate (DP) 278 281 0,65   4,77
0 / 550
Parti des droits et de l'égalité (HEPAR) 121 814 0,28   0,28
0 / 550
Parti de la gauche démocratique (DSP) 106 025 0,25   0,25
0 / 550
Parti de la juste voie (DYP) 64 387 0,15   0,15
0 / 550
Parti communiste turc (TKP) 60 818 0,14   0,09
0 / 550
Parti de la nation 59 481 0,14   0,14
0 / 550
Parti nationaliste et conservateur (MMP) 36 602 0,09   0,09
0 / 550
Parti du travail (İP) 31 549 0,07  
0 / 550
Parti libéral-démocrate (LDP) 15 570 0,04   0,06
0 / 550
Indépendants 2 859 170 6,57   1,34
35 / 550
  9
Total (participation : 86,7 %) 42 963 148 100,00 - 550  
Majorité absolue
135 35 327 53
CHP Ind. AKP MHP

AnalyseModifier

Avec près de 50 % des suffrages exprimés, soit la meilleure performance depuis 1965, l'AKP remporte un troisième mandat consécutif, une performance réalisée seulement une fois, dans les années 1950 par le Parti démocrate (DP), et s'assure une nouvelle majorité absolue. Paradoxalement, cette progression en voix s'accompagne d'un recul en nombre d'élus, du fait de la poussée des candidats indépendants (pour la plupart des représentants de la communauté kurde) et du CHP, qui échoue cependant à atteindre la barre des 30 % des voix comme ses dirigeants l'avaient espéré. L'AKP ne dispose donc pas des majorités qualifiées nécessaires pour modifier seul la Constitution, ou en adopter une nouvelle. Le MHP s'érode légèrement, probablement à cause du scandale l'ayant affecté, mais n'a eu aucun mal à reconduire son groupe parlementaire à la Grande Assemblée nationale. Aucun autre parti n'a franchit la barre des 10 % des suffrages exprimés pour accéder à la répartition des sièges, tous se situant en outre très largement en dessous de ce seuil, confortant la dimension quadripolaire du système partisan turc.

Pour la première fois depuis 1960, un député issu d'une minorité chrétienne est élu, en tant qu'indépendant, Erol Dora.

ConséquencesModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier