Élections législatives turques de 1995

Élections législatives turques de 1995
550 sièges de la Grande Assemblée nationale de Turquie
(Majorité absolue : 276 sièges)
Corps électoral et résultats
Inscrits 34 155 981
Votants 29 101 469
85,20 % en augmentation 1,3
Necmettin Erbakan.jpg RP – Necmettin Erbakan
Voix 6 012 450
21,38 %
en augmentation 4,5
Sièges obtenus 158
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
ANAP – Mesut Yılmaz
Voix 5 527 288
19,65 %
en diminution 4,4
Sièges obtenus 132
(Tansu Çiller) Rueda de prensa de Felipe González y la primera ministra de Turquía. Pool Moncloa. 16 de noviembre de 1995 (cropped).jpeg DYP – Tansu Çiller
Voix 5 396 009
19,18 %
en diminution 7,9
Sièges obtenus 135
Bülent Ecevit-Davos 2000 cropped.jpg DSP – Bülent Ecevit
Voix 4 118 025
14,64 %
en augmentation 3,9
Sièges obtenus 76
Deniz Baykal headshot.jpg CHP – Deniz Baykal
Voix 3 011 076
10,71 %
en diminution 10
Sièges obtenus 49
Répartition des sièges à l'assemblée
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Tansu Çiller
DYP
Necmettin Erbakan[a]
RP

Les élections législatives turques de 1995 ont eu lieu le .

RésultatsModifier

SuitesModifier

Invalidation du gouvernement Yılmaz IIModifier

À la fin de l'année 1995, le Parti du bien-être (Refah Partisi) arrive en tête des élections législatives avec plus de 6 millions de voix, soit 21,38 % des suffrages exprimés. Ne disposant cependant pas de la majorité absolue des sièges à la Grande Assemblée nationale de Turquie, il ne peut gouverner seul le pays. Conscient de cette situation, les forces armées turques, résolument hostiles à Erbakan et son parti qu'elles jugent trop religieux, pressent le président Süleyman Demirel de demander à Mesut Yılmaz et à Tansu Çiller, dont les formations politiques (l'ANAP et le DYP) sont respectivement arrivées deuxième et troisième aux élections, de former un gouvernement de coalition[1],[2]. Le 3 mars 1996, leurs partis signent un protocole de coalition qui comporte les clauses suivantes[3] :

  • Le Premier ministre et le vice-Premier ministre n'appartiendront pas au même parti ;
  • Le Premier ministre ne pourra décider seul dans les procédures de nomination et d'affectation, les décisions prises devant également être signées par le vice-Premier ministre ;
  • Un membre de l'ANAP devra être Premier ministre en 1996-1997 et 1999-2000 et un membre du DYP devra être Premier ministre en 1997-1999 et 2000 ;
  • Le gouvernement sera composé de 33 ministres, les 16 postes de ministre d'État seront divisés à parts égales entre l'ANAP et le DYP et sur les 17 postes ministériels restant, 9 seront pris en charge par le DYP et 8 par l'ANAP ;
  • La supériorité numérique du DYP au sein du gouvernement devra être maintenue, y compris en cas d'évolution du nombre de ministres.

C'est dans ce cadre que le gouvernement de l'ANAYOL (mot-valise d'Anavatan Partisi et de Doğru Yol Partisi, noms turcs des deux partis membres de la coalition) voit le jour le avec l'approbation du président Süleyman Demirel. Le , le gouvernement de l'Anayol, qui peut compter sur le soutien du Parti de la gauche démocratique, reçoit un vote de confiance du Parlement avec 257 voix pour, 207 voix contre, 80 abstentions et 6 absents. Immédiatement après le scrutin, Necmettin Erbakan fait valoir sa caducité auprès de la Cour constitutionnelle en affirmant que les votes d'approbation n'ont pas atteint le quorum (273 dans ce cas précis). Le , la Cour constitutionnelle donne raison à Erbakan et annule officiellement le vote de confiance. Les députés du Parti du bien-être en profitent pour déposer une motion de censure contre le gouvernement le . Après discussion, la motion est acceptée par le parlement le . Trois jours plus tard, le Premier ministre Mesut Yılmaz remet sa démission au président Süleyman Demirel qui l'accepte et demande au principal chef de l'opposition (en), Necmettin Erbakan, de former un nouveau gouvernement.

Gouvernement ErbacanModifier

Après trois semaines d’intenses négociations avec Tansu Çiller, Necmettin Erbakan parvient finalement à constituer un gouvernement de coalition entre son Parti du bien-être (RP) et le Parti de la juste voie (DYP) de Çiller le [4]. Le protocole de coalition entre les deux partis prévoit un changement de Premier ministre tous les deux ans, Necmettin Erbakan devant assumer la charge de 1996 à 1998 et Tansu Ciller de 1998 à 2000. En attendant son tour, cette dernière est placée aux postes de vice-Première ministre et de ministre des Affaires étrangères[5].

Le , après un discours de Necmettin Erbakan devant la Grande Assemblée nationale de Turquie, le gouvernement obtient la confiance par 278 votes pour, 265 contre et 1 abstention[6]. De nombreux députés du Parti de la juste voie (dont le ministre des Affaires étrangères du gouvernement précédent Emre Gönensay) ayant voté contre la confiance, le soutien des 7 députés du Parti de la grande unité s'avère décisive dans l'obtention de cette dernière[6].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Mesut Yılmaz, désigné Premier ministre à la suite du scrutin, voit sa nomination invalidée par la Cour constitutionnelle, puis renversé par le Parlement.

RéférencesModifier