Ouvrir le menu principal

Élections législatives sud-coréennes de 2016

Élections législatives sud-coréennes de 2016
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kim Moo-sung at Buddha's Birthday ceremony 2015 (cropped).jpg Parti Saenuri – Kim Moo-sung
Voix 7 960 272
33,5 %
Sièges obtenus 122  −35
Ahn Cheol-Soo cropped.jpg Parti du peuple – Ahn Cheol-soo
Voix 6 355 572
26,7 %
Sièges obtenus 38  +18
Kim Jongin's press conference in 2016 (cropped to Kim).jpg Parti Minju – Kim Chong-in
Voix 6 069 744
25,5 %
Sièges obtenus 123  +16
Sim Sang-jung.jpg Parti de la justice – Sim Sang-jung
Voix 1 719 891
7,2 %
Sièges obtenus 6  +1
Composition du Parlement
Diagramme

Les élections législatives sud-coréennes de 2016 se déroulent le , afin de renouveler les députés du Gukhoe, chambre unique du Parlement, pour un mandat de quatre ans. Lors des élections précédentes, 300 sièges étaient à pourvoir dont 246 au scrutin uninominal majoritaire à un tour et 54 à la proportionnelle.

Sommaire

ContexteModifier

 
Composition de la législature sortante.

La campagne électorale pour les législatives de 2016 a commencé dans la confusion car le découpage des circonscriptions n'a pas pu être finalisé avant son début. Le découpage précédent avait été jugé inconstitutionnel par la Cour constitutionnelle en octobre 2014 car la taille des circonscriptions était trop irrégulière[1]. Dorénavant, le ratio maximal pour la population ne devrait pas dépasser 2:1.

Le parti au pouvoir, les conservateurs du Parti Saenuri, est considéré comme favori, notamment en raison de la division de l'opposition[2]. En effet, le principal parti d'opposition, les sociaux-démocrates de la Nouvelle alliance politique pour la démocratie (NAPD), a dû se réorganiser au mois de décembre à la suite du départ de son co-président, Ahn Cheol-soo, qui fonde ensuite le Parti du peuple en étant rejoint par 16 députés démocrates[3]. La NAPD se renomme alors en Parti Minju le 30 décembre 2015[4].

L'autre force d'opposition représentant la gauche, les progressistes, sort d'une grave crise : plusieurs hauts responsables du Parti progressiste unifié ont été emprisonnés en raison d'activités contraires à la loi de sécurité nationale et le parti a été dissous en décembre 2014, une première depuis 1958[5]. À sa place, le courant progressiste est représenté par le nouveau Parti de la justice emmené par Sim Sang-jung.

CampagneModifier

Les candidats ont pu enregistrer leur candidature auprès de la Commission électorale nationale (NEC) à partir du 15 décembre 2015. Cette inscription leur donne le droit de lancer leur campagne électorale, de recueillir des fonds (150 millions de wons au maximum, soit 117 000 euros), d'embaucher trois employés, d'expédier des e-mails et des SMS ainsi que de téléphoner à un maximum de 10 % des foyers[1]'[6].

Sondages d'opinionModifier

Sondages publiés avant la campagne
Date Institut Saenuri Minju Peuple Justice Autres
4-8 janvier 2016 Realmeter[7] 36,1 % 20,3 % 18,7 % 3,8 % 5,8 %
1-5 février 2016 Realmeter[8] 40,2 % 27,0 % 15,0 % 4,4 % 3,5 %
7-11 mars 2016 Realmeter[9] 44,1 % 27,8 % 11,1 % 5,7 % 2,2 %
14-18 mars 2016 Realmeter[10] 41,5 % 28,3 % 12,3 % 6,9 % 3,8 %
21-25 mars 2016 Realmeter[11] 38,3 % 24,9 % 14,0 % 8,5 % 4,0 %

RésultatsModifier

 
Bureau de vote à Séoul.
6 123 38 11 122
J
P
Minjoo Parti du
peuple
Ind. Saenuri

Parlement sans majorité. Le Parti Minju (social-libéral) devance d'un seul siège le Parti Saenuri (conservateur, au pouvoir). Ce dernier perd sa majorité absolue des sièges.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier