Ouvrir le menu principal

Élections législatives saint-marinaises de 2019

Élections législatives saint-marinaises de 2019
60 sièges du Grand conseil général
(Majorité absolue : 31 sièges)
Corps électoral et résultats
Inscrits 34 511
Votants 19 234
55,73 %  −3,9
Votes blancs et nuls 1 262
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti démocrate-chrétien
Voix 5 562
33,35 %
 +8,9
Sièges obtenus 21  +11
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Coalition Demain en mouvement
Voix 4 116
24,73 %
 +1,6
Sièges obtenus 15  +6
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Saint-Marin Libre
Voix 2 758
16,49 %
 −4,9
Sièges obtenus 10  −14
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Nous pour la république
Voix 2 203
13,13 %
 −8,4
Sièges obtenus 8  +1

Les élections législatives saint-marinaises de 2019 ont lieu de manière anticipée le 8 décembre 2019 à Saint-Marin afin de renouveler les membres du Grand conseil général.

Pour la première fois depuis son vote lors d'un référendum d'origine populaire le 2 juin 2019, une disposition rendant le second tour des élections facultatif en cas de formation d'un gouvernement de coalition dans le mois suivant le premier tour est appliquée.

Système électoralModifier

PrincipesModifier

Les 60 sièges du Grand Conseil général sont pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal, selon la méthode d'Hondt. Le seuil électoral est calculé en multipliant le nombre de partis qui participent aux élections par 0,4 avec un seuil maximum possible de 3,5 %[1]. Depuis le référendum de 2016 à Saint-Marin, les électeurs ont la possibilité d'exprimer un vote préférentiel en votant pour l'un des candidats en particulier de la liste qu'ils choisissent. Les candidats ayant recueilli le plus de vote préférentiel se voient attribués en priorité les sièges remportés par la liste.

Si aucune coalition n'obtient la majorité absolue au premier tour, un second tour est organisé entre les deux coalitions ayant obtenu le plus de voix. À l'issue de ce second tour, le vainqueur obtient une prime majoritaire pour lui assurer d'avoir une majorité. Les sièges de la prime sont prélevés sur ceux obtenus au premier tour par l'ensemble des partis ou coalitions ayant reçu des sièges au premier tour, y compris ceux n'ayant pas participé au second[2]. Un second tour est pour la première fois nécessaire lors des élections de 2016.

Changements de 2019Modifier

En juin 2019, un référendum d'initiative populaire rend le second tour facultatif. Un comité d'initiative propose en effet que le second tour ne soit plus automatique en cas de parlement sans majorité, et soumet son projet à référendum. Est ainsi proposé que les élections soient suivies d'une période de deux fois quinze jours au cours de laquelle les deux partis arrivés individuellement en tête du scrutin aient chacun la possibilité de former avec d'autres partis un gouvernement de coalition disposant de la majorité absolue. A défaut, passé ce délai, un second tour serait organisé entre les deux partis ou coalitions ayant réunis le plus de voix, dans les mêmes termes que la méthode jusqu'alors utilisée[3],[4],[5].

Ce référendum d'origine populaire a lieu dans le cadre de la Nuove norme in materia di referendum e iniziativa legislativa popolare de 1994 qui permet à la population saint-marinaise de mettre en œuvre un référendum législatif afin de voter sur une proposition de loi, ou abrogatif afin au contraire d'en abroger une existante, et ce dans plusieurs domaines relevant des attributions et des compétences du Grand Conseil général, si les signatures d'au moins 1,5 % des électeurs inscrits sur les listes électorales sont réunies dans un délai de 45 jours pour une proposition de loi, ou 90 jours pour une abrogation[6],[7]. Le référendum est légalement contraignant et, pour la première fois depuis les changements apportés par le référendum de 2016, la simple majorité des voix exprimées est suffisante pour en valider le résultat[8]. En réunissant 60,58 % des voix, le projet d'origine populaire est adopté, et s'applique pour la première fois au scrutin organisé en 2019[9].

OrganisationModifier

Une seule coalition, Demain en mouvement, est en lice. Les autres formations se présentent soit seules, soit en listes communes par le biais d'alliances électorales. Les partis Gauche démocrate et socialiste, Mouvement civique 10, Mouvement idéal socialiste et Réformes et développement s'associent ainsi en une seule liste sous le nom de Saint-Marin Libre, tandis que le Parti socialiste, le Parti des socialistes et des démocrates, le Mouvement démocratique – Ensemble Saint-Marin et Nous Saint-Marinais font de même sous le nom Nous pour la république. Les listes électorales totalisent cette année 34 511 personnes, dont 15 581 hommes et 18 930 femmes. Sur ce total, 22 720 vivent à Saint-Marin tandis que 11 791 vivent à l'étranger[10].

RésultatsModifier

Résultats préliminaires des élections législatives saint-marinaises de 2019[11].
Parti Voix % +/- Sièges +/-
Parti démocrate-chrétien 5 993 33,35   8,9 21   11
Mouvement civique R.E.T.E. 3 276 18,23   0,1 11   3
Domani Motus Liberi 1 112 6,09 Nv. 4   4
Voix directes pour la coalition 57 0,32
Total coalition Demain en mouvement 4 445 24,73   1,5[a] 15   6
Gauche démocrate et socialiste 2 964 16,49   4,9[b]
Mouvement civique 10
Mouvement idéal socialiste Nv.
Réformes et développement Nv.
Total liste Saint-Marin Libre 10   14
Parti socialiste 2 359 13,13   8,4[c]
Parti des socialistes et des démocrates
Mouvement démocratique – Ensemble Saint-Marin
Nous Saint-Marinais
Total liste Nous pour la république 8   1
République du futur 1 850 10,29   0,7 6   5
Ēlego 361 2,01 Nv. 0
Suffrages exprimés 17 972 93,44
Votes blancs et invalides 1 262 6,56
Total 19 234 100 - 60  
Abstentions 15 277 44,27
Inscrits / participation 34 511 55,73

ConséquencesModifier

Arrivés largement en tête du scrutin, les démocrates-chrétiens mènent la première quinzaine des négociations pour la formation d'un gouvernement de coalition. Les dirigeants du parti rencontrent, le 11 décembre, les représentants de l'ensemble des formations ayant obtenus des sièges, affichant leur volonté de conclure rapidement un accord « sans perdre de temps »[12]. Bien qu'une alliance de deux partis soit suffisante pour atteindre la majorité absolue, les démocrates-chrétiens font part de leur souhait d'une coalition élargie susceptible d'apporter un large soutien à un programme de réforme[13].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Résultat comparé à celui de la coalition menée par le Mouvement RETE au dernier scrutin, Démocratie en mouvement, soit 23,18% et 9 sièges.
  2. Résultat comparé à celui, cumulé, des partis Gauche démocrate et socialiste et Mouvement civique 10 au dernier scrutin, soit 21,38% et 24 sièges.
  3. Résultat comparé à celui, cumulé, des quatre partis composant cette alliance, lors du dernier scrutin, soit 21,49% et 7 sièges.

RéférencesModifier

  1. (en) « SAN MARINO Consiglio grande e generale (Great and General Council) », sur IPU (consulté le 13 janvier 2018).
  2. (it) « Sistema Elettorale vigente nella Repubblica di San Marino », sur Elezioni SM (consulté le 13 janvier 2018).
  3. (de) San Marino, 2. Juni 2019 : Zweiter Wahlgang bei Parlamentswahlen Démocratie Directe
  4. Comitati promotori referendum: "Quesiti referendari discussi al collegio garante"
  5. Referendum 2 Giugno 2019
  6. (en) San Marino, national Popular or citizens initiative [PCI] - Referendum propositivo
  7. (en) San Marino, national Popular or citizen-initiated referendum [PCR] - Invalidating referendum
  8. Consiglio, chiusura col botto: riferimento di Renzi sull'Europa e parola ai cittadini su modifiche alla Carta dei Diritti
  9. San Marino Rtv, « Emesso il decreto di scioglimento del Consiglio, si vota l'8 dicembre », sur San Marino Rtv (consulté le 4 novembre 2019)
  10. (it) San Marino Rtv, « È iniziata la campagna elettorale a San Marino », sur San Marino Rtv, (consulté le 6 décembre 2019).
  11. (it) Secrétariat d'État des Affaires internes et de la Fonction publique, « Elezioni Politiche 2019 - Repubblica di San Marino », sur www.elezionipolitiche.sm (consulté le 9 décembre 2019)
  12. (it) San Marino Rtv, « Direttivo DC: “Non c'è tempo da perdere”, al via dal pomeriggio le consultazioni », sur San Marino Rtv, (consulté le 11 décembre 2019).
  13. (it) San Marino Rtv, « Consultazioni: Dim porta al tavolo le sue condizioni », sur San Marino Rtv, (consulté le 13 décembre 2019).