Élections législatives portugaises de 1987

Élections législatives portugaises de 1987
250 députés de l'Assemblée de la République
(Majorité absolue : 126 députés)
le
Type d’élection élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 7 930 668
Votants 5 676 358
71,57 %  −2,6
Votes exprimés 5 552 690
Votes blancs 50 135
Votes nuls 73 533
Cavaco Silva 2007.jpg PPD/PSD – Aníbal Cavaco Silva
Voix 2 850 784
50,22 %
 +20,4
Députés élus 148  +60
Informal Meeting of EU Finance Ministers (26486792252) (cropped).jpg PS – Vítor Constâncio
Voix 1 262 506
22,24 %
 +1,5
Députés élus 60  +3
Alvaro Cunhal.jpg PCP – Álvaro Cunhal
Voix 689 137
12,14 %
 −3,4
Députés élus 31  −7
António Ramalho Eanes.jpg PRD – António Ramalho Eanes
Voix 278 561
4,91 %
 −13
Députés élus 7  −38
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
CDS – Adriano Moreira
Voix 251 987
4,44 %
 −5,5
Députés élus 4  −18
Composition politique
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Aníbal Cavaco Silva
PPD/PSD
Aníbal Cavaco Silva
PPD/PSD
eleicoes.cne.pt

Les élections législatives portugaises de 1987 (en portugais : Eleições legislativas portuguesas de 1987) se sont tenues le afin d'élire les 250 députés de la cinquième législature de l'Assemblée de la République pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin est remporté à la majorité absolue par le Parti social-démocrate (PPD/PSD).

ContexteModifier

Depuis la « révolution des Œillets » du , le Portugal connaît une forte instabilité politique puisque trois élections législatives anticipées ont été convoquées, aucun gouvernement n'est allé au terme de son mandat de quatre ans et dix cabinets se sont succédé au pouvoir.

Ainsi, les élections législatives anticipées du sont convoquées à la suite de la rupture de la « grande coalition » entre le Parti socialiste (PS) et le Parti social-démocrate (PPD/PSD) en place depuis à peine deux ans. Ce scrutin voit le PPD/PSD l'emporter avec une majorité relative de 88 députés sur 250 et 30 % des voix. Il est suivi du PS, qui s'était choisi un nouveau chef de file après le renoncement de son dirigeant historique et fondateur Mário Soares, et qui se contente de 21 % des suffrages et 57 parlementaires. Les socialistes sont en effet talonnés par le nouveau Parti rénovateur démocratique (PRD), constitué des soutiens du président de la République António Ramalho Eanes, qui recueille 18 % des bulletins de vote, soit 45 mandats à l'Assemblée de la République pour sa première participation électorale. En conséquence, l'Alliance du peuple uni (APU) formée autour du Parti communiste portugais (PCP) rétrograde en quatrième place avec un résultat de 38 élus et 16 % des voix. Elle devance toutefois le Parti du centre démocratique et social (CDS), qui obtient 10 % des suffrages et 22 députés.

Le président du Parti social-démocrate et ancien ministre des Finances Aníbal Cavaco Silva est donc désigné Premier ministre par le chef de l'État et gouverne en minorité grâce au soutien sans participation du PRD et du CDS.

Le , le pouvoir de Cavaco Silva se trouve conforté par les élections locales qui voient le PPD/PSD prendre le pouvoir dans 149 villes sur 305, soit 70 de plus que le PS. Cinq semaines plus tard se tient l'élection présidentielle à laquelle le général Eanes, déjà élu deux fois, ne peut postuler. Alors que la gauche se divise entre Mário Soares, candidat du PS, et le dissident socialiste Salgado Zenha, investi par le PRD et le PCP, le centre droit s'unit autour de la candidature de Diogo Freitas do Amaral, fondateur du CDS et ancien Vice-Premier ministre. Au second tour, Soares s'impose avec 51,2 % des suffrages exprimés, alors qu'Amaral comptait 21 points d'avance au premier tour.

Usant du prétexte d'un incident diplomatique mineur, le Parti rénovateur démocratique désormais présidé par António Ramalho Eanes propose une motion de censure qui obtient le soutien du PS et de l'APU. Le gouvernement est renversé mais Cavaco obtient de Soares qu'il prononce la dissolution du Parlement et la convocation d'élections législatives anticipées.

Mode de scrutinModifier

Le mode de scrutin retenu, fixé par la loi électorale du , prévoit l'élection des députés au scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt, connue pour avantager les partis arrivés en tête.

La loi électorale, conformément aux dispositions constitutionnelles, établit le nombre de députés à 250, le maximum autorisé. Les députés sont élus dans 22 circonscriptions électorales, à savoir les 18 districts du Portugal, les Açores, Madère, l'Europe, et le reste du monde.

Principaux partis et chefs de fileModifier

Parti Idéologie Chef de file Résultats en 1985
Parti social-démocrate
Partido Social Democrata
Centre droit
Libéralisme
Aníbal Cavaco Silva
Premier ministre
29,9 % des voix
88 députés
Parti socialiste
Partido Socialista
Centre gauche
Social-démocratie, socialisme démocratique
Vítor Constâncio 20,8 % des voix
57 députés
Parti rénovateur démocratique
Partido Renovador Democrático
Centre
Social-libéralisme
António Ramalho Eanes 17,9 % des voix
45 députés
Coalition démocratique unitaire
Coligação Democrática Unitária
Gauche
Communisme, écologie
Álvaro Cunhal 15,5 % des voix
38 députés
Parti du centre démocratique et social
Partido do Centro Democrático Social
Centre droit
Démocratie chrétienne, libéralisme
Adriano Moreira 10,0 % des voix
22 députés

RésultatsModifier

ScoresModifier

Résultats des élections législatives portugaises de 1987
Partis Voix % Sièges +/-
Parti social-démocrate (PPD/PSD) 2 850 784 50,22 148   60
Parti socialiste (PS) 1 262 506 22,24 60   3
Coalition démocratique unitaire (CDU) 689 137 12,14 31   7
Parti rénovateur démocratique (PRD) 278 561 4,91 7   38
Parti du centre démocratique et social (CDS) 251 987 4,44 4   18
Autres partis 219 715 3,87 0 -
Suffrages invalides 123 668 2,18
Total 5 676 358 100 250  
Abstentions 2 254 310 28,43
Nombre d'inscrits / participation 7 930 668 71,57

AnalyseModifier

ConséquencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier