Élections législatives nauruanes de 2022

Élections législatives nauruanes de 2022
date à venir
Type d’élection législatives
Lionel Aingimea.jpg Lionel Aingimea – Sans étiquette
(majorité sortante)
Sièges en 2019 12
David Adeang (cropped).jpg David Adeang – Sans étiquette
(opposition sortante)
Sièges en 2019 6
Président
Sortant
Lionel Aingimea

Des élections législatives doivent se tenir à Nauru en 2022. Il s'agit d'élire l'ensemble des dix-neuf députés du Parlement national pour un nouveau mandat de trois ans, le parlement renouvelé devant à son tour élire le président de la République.

À moins d'élections anticipées, le scrutin doit se tenir « en septembre ou en octobre 2022 »[1].

ContexteModifier

Législatives de 2019Modifier

Au pouvoir de 2013 à 2019, le gouvernement du président Baron Waqa et de son influent ministre de la Justice David Adeang est accusé de multiples atteintes à la démocratie dans le pays. Ainsi « la censure, la déportation du président de la Cour suprême et l'arrestation de députés d'opposition ont mené à un grave déclin de la crédibilité de la démocratie à Nauru »[2].

Baron Waqa est battu dans sa circonscription de Boe aux élections législatives de 2019, ce qui lui interdit de briguer un troisième mandat à la tête de l'État. Les deux seuls députés d'opposition sortants, Riddell Akua et Kieren Keke, perdent toutefois également leurs sièges. David Adeang brigue sans succès la présidence de la République, les députés lui préférant Lionel Aingimea, député depuis 2016 et appartenant lui aussi à la majorité sortante[3]. Le nouveau président s'inscrit dans la continuité du gouvernement précédent, et continue notamment la persécution des « Dix-Neuf de Nauru », opposants politiques arrêtés sous le gouvernement Waqa[4],[5].

Restrictions d'éligibilitéModifier

À l'initiative du gouvernement Aingimea, le Parlement adopte une loi obligeant les candidats potentiels à se déclarer très en amont du scrutin. Les candidatures doivent être enregistrées le 30 novembre 2021 au plus tard, soit presque un an avant les élections[1].

En novembre 2021, le gouvernement organise une consultation populaire, à laquelle participer est obligatoire, pour demander à la population d'approuver sa proposition d'abroger l'éligibilité au Parlement des citoyens naturalisés et de leurs descendants. Fort d'un vote à 70,44 % en sa faveur, il introduit en au Parlement un projet de loi d'amendement constitutionnel en ce sens[6].

Système électoralModifier

Il n'y a pas de partis politiques à Nauru, les députés s'associant néanmoins pour former une majorité et une opposition. Le droit de vote est ouvert à tous les citoyens âgés d'au moins 20 ans. Voter est obligatoire – tout comme en Australie, l'ancienne puissance coloniale. La non-participation est punie en principe par une amende de 6 A$[7].

Le système électoral, communément appelé « système Dowdall », est un système de vote préférentiel. L'électeur doit indiquer un ordre de préférence pour tous les candidats dans sa circonscription. Son bulletin de vote n'est valide que s'il a assigné un ordre de préférence à chaque candidat. Le candidat qu'il classe premier reçoit une voix pleine ; celui qu'il classe second reçoit une demi-voix (0,5 voix) ; celui qu'il classe troisième reçoit un tiers de voix (0,33 voix), et ainsi de suite. Les circonscriptions étant plurinominales, plusieurs députés sont élus par circonscription[7].

Le nouveau Parlement doit élire un président du Parlement parmi ses membres, puis un président de la République, également parmi ses membres. Le président de la République nomme alors des députés aux divers postes de ministres. Le président de la République, à la fois chef de l'État et du gouvernement, conserve son siège de député ; il en va de même pour ses ministres[8]. Le président de la République ne demeure en poste qu'aussi longtemps qu'il conserve la confiance d'une majorité des députés.

Candidats et campagneModifier

Il y a quatre-vingt-six candidats déclarés à la clôture des candidatures en novembre 2021, dont l'ensemble des dix-neuf députés sortants. Les anciens députés d'opposition Riddell Akua, Kieren Keke, Roland Kun (en exil en Nouvelle-Zélande), Mathew Batsiua et Squire Jeremiah (en exil en Australie), dont certains ont été persécutés sous le gouvernement Waqa, ne se présentent pas. L'ancien président de la République Baron Waqa, battu dans sa circonscription en 2019, se représente[9].

RésultatsModifier

NationauxModifier

Résultats nationaux[10]
Faction Voix % Sièges +/-
Députés de la majorité sortante
Députés de l'opposition sortante
Nouveaux députés
Votes valides
Votes blancs et invalides
Total 100 19  
Abstention
Inscrits / participation

Résultats par circonscriptionModifier

YarenModifier

Bulletins: ---. Dont suffrages exprimés: ---.

Candidat[9] Voix Résultat Remarques
Charmaine Scotty députée sortante ; ministre de l'Intérieur sous Baron Waqa
Isabella Dageago ministre sortante de l'Intérieur et de la Santé
Aloysius Amwano (en) ancien député
Charisma Capelle
Dominic Cain
Mariae Cain
John Julius
Hunter Itaia

BoeModifier

Bulletins: ---. Dont suffrages exprimés: ---.

Candidat Voix Résultat Remarques
Martin Hunt ministre sortant des Finances
Asterio Appi ministre adjoint sortant aux Services publics et aux Affaires étrangères
Baron Waqa président de la République de 2013 à 2019
Dempsey Detenamo
Wanganeen Emiu
Samvic Namaduk

Ewa/AnetanModifier

Bulletins: ---. Dont suffrages exprimés: ---.

Candidat Voix Résultat Remarques
Timothy Ika député sortant
Marcus Stephen président du Parlement sortant ;
président de la République de 2007 à 2011.
Antonius Atuen
Clifford Simon
Raynor Tom
Begg Adire
Darryl Tom

AiwoModifier

Bulletins: --. Dont suffrages exprimés: --.

Candidat Voix Résultat Remarques
Rennier Gadabu ministre sortant du Commerce, de l'Industrie et de Réchauffement climatique
Milton Dube député sortant
Aaron Cook ancien député, ancien ministre
Delvin Thoma
Clarissa Jeremiah
Shane Detenamo
Evi Agir
Vania Scotty
Ken Blake
Corey Caleb

BuadaModifier

Bulletins: --. Dont suffrages exprimés: --.

Candidat Voix Résultat Remarques
Shadlog Bernicke (en) député sortant ; ministre sous Baron Waqa
Bingham Agir ministre adjoint sortant à la Gestion des terres
Sheeva Cook
Sean Halstead
Arrow Depaune
Rowan Detenamo
Nanero Thoma
Eggo Soriano
Elchen Anabella Morgan
Klenny Harris
Aie Ribauw
Jaxon Olsson
Ace Capelle

Anabar/Ijuw/AnibareModifier

Bulletins: --. Dont suffrages exprimés: --.

Candidat Voix Résultat Remarques
Maverick Eoe ministre sortant de la Justice, de l'Immigration et des Sports
Pyon Deiye ministre adjoint sortant à la Santé, aux Télécommunications et aux Médias
Ludwig Scotty président de la République en 2003 puis de 2004 à 2007
Paul Doguape
Dawson Agege
Johnny Junior Olsson
Bureiy Deireragea
Patrick Scotty
Sparkle Degia
Marita Agigo

MenengModifier

Bulletins: --. Dont suffrages exprimés: --.

Candidat Voix Résultat Remarques
Lionel Aingimea président de la République sortant
Richard-Hyde Menke ministre adjoint sortant à l'Éducation et à la Poste
Lyn-Wannan Kam député sortant
Jesse Jeremiah
Vodrick Detsiogo ancien député
Robert Timothy
Ronay Dick
Jim Brechtefeld
Darius Rock
Jerielyn Teleni
Wiram Wiram
Nickos Simon

UbenideModifier

Bulletins: --. Dont suffrages exprimés: --.

Candidat Voix Résultat Remarques
David Adeang ancien ministre de la Justice et homme fort du gouvernement de Baron Waqa
Russ Kun ministre adjoint sortant aux Finances et au Développement durable
Reagan Aliklik ministre sortant de la RONPHOS et de la Nauru Rehabilitation Corporation
Wawani Dowiyogo ministre sortant de la Nauru Utilities Corporation (gestion publique de l'eau et de l'électricité) et des Pêcheries
Ranin Akua ancien député
Gregor Garoa
Livingtsone Hiram
Maximillian Kun
George Gioura
Vyko Adeang
Mark Menke
Abednego Dongobir
Daniel Itsimaera
Cecilia Giouba
Wayman Harris
Starsky Dagagio
Fabian Ribauw
Temakau Tannang
Aidan-Luke Atto

RéférencesModifier

  1. a et b (en) "Public Notice: Candidates for 2022 elections must declare their intention to run now.", Commission électorale de Nauru, 29 octobre 2021
  2. (en) Matthew Dornan et Tess Newton Cain, "Pacific perspectives in 2016", East Asia Forum, 6 janvier 2017
  3. (en) "Aingimea chosen as Waqa's successor in Nauru", Radio New Zealand, 27 août 2019
  4. (en) "Former Nauru MP who fled to Australia fears for colleagues facing retrial over protest", Special Broadcasting Service, 14 novembre 2019
  5. (en) "Freedom in the World 2020: Nauru", Freedom House
  6. (en) "Parliament Jan-Feb 2022", Nauru Bulletin, 4 mars 2022, p.2
  7. a et b Nauru : système électoral, Union interparlementaire.
  8. (en) "Nauru country brief", ministère australien des Affaires étrangères, février 2013
  9. a et b (en) "LIST OF PERSONS WHO HAVE DELIVERED DECLARATIONS OF INTENT TO CONTEST GENERAL ELECTION FOR 2022", Commission électorale de Nauru, 8 décembre 2021
  10. (en) "Election Results", Commission électorale