Élections législatives lettonnes de 2018

Élections législatives lettonnes de 2018
100 sièges de la Saeima
6 octobre 2018
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 548 100
Votants 840 574
54,30 % en diminution 4,6
Votes exprimés 834 649
Votes nuls 5 925
Vjačeslavs Dombrovskis.jpg Parti social-démocrate « Harmonie » – Vjačeslavs Dombrovskis
Voix 167 117
19,80 %
en diminution 3,7
Sièges obtenus 23 en diminution 1
12.Saeimas deputāts Arturs Kaimiņš (15382064724).jpg Qui possède l'État ? – Artuss Kaimiņš (en)
Voix 120 264
14,25 %
Sièges obtenus 16 en augmentation 16
Jānis Bordāns.jpg Nouveau Parti conservateur – Jānis Bordāns
Voix 114 694
13,59 %
en augmentation 12,9
Sièges obtenus 16 en augmentation 16
Artis Pabriks saeima.jpg Développement/Pour ! – Artis Pabriks
Voix 101 685
12,04 %
en augmentation 11,2
Sièges obtenus 13 en augmentation 13
Roberts Zīle, 2010-03-31.jpg Alliance nationale – Roberts Zīle
Voix 92 963
11,01 %
en diminution 5,6
Sièges obtenus 13 en diminution 4
21.jūlija Saeimas ārkārtas sesiju sēdes (35672313340).jpg Union des verts et des paysans – Māris Kučinskis
Voix 83 675
9,91 %
en diminution 9,6
Sièges obtenus 11 en diminution 10
11.Saeimas deputāts Arvils Ašeradens (6634884999).jpg Nouvelle Unité – Arvils Ašeradens
Voix 56 542
6,69 %
en diminution 15,2
Sièges obtenus 8 en diminution 15
Premier ministre
Sortant Élu
Māris Kučinskis
ZZS
Arturs Krišjānis Kariņš
V

Les élections législatives lettonnes de 2018 (en letton : 13. Saeimas vēlēšanas) se tiennent le samedi afin d'élire les 100 députés de la 13e législature de la Saeima pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin voit arriver à nouveau en tête le Parti social-démocrate « Harmonie » de la minorité russophone, qui continue cependant à faire l'objet d'un cordon sanitaire de la part du reste de la classe politique. Les partis Qui possède l'État ?, Nouveau Parti conservateur, ainsi que l'alliance Développement/Pour ! arrivent en position suivante et font leur entrée au parlement. Une large coalition est ainsi nécessaire.

Après quatre mois de négociations, une nouvelle coalition pentapartite de droite réunissant les partis Nouvelle Unité, Développement/Pour !, Qui possède l'État ?, le Nouveau Parti conservateur et Alliance nationale forme un nouveau gouvernement. Arturs Krišjānis Kariņš, ancien ministre de l'économie et dirigeant de Nouvelle Unité, devient Premier ministre.

ContexteModifier

Gouvernement StraujumaModifier

À peine quelques jours après les élections d'octobre 2014, la Première ministre, Laimdota Straujuma, reçoit le soutien de son parti Unité ainsi que de ses alliés sortants, l'Union des verts et des paysans (ZZS) et l'Alliance nationale (NA) pour continuer à gouverner le pays[1]. Ayant confirmé cette coalition, elle reçoit la confiance de la Saeima au début du mois de et prend la direction de son second gouvernement[2].

Gouvernement KučinskisModifier

Le , Laimdota Straujuma remet sa démission au président de la République, Raimonds Vējonis, tous deux laissant entendre que le travail et l'action du gouvernement n'étaient pas optimaux[3]. Le chef de l'État confie cinq semaines plus tard à Māris Kučinskis, proposé par la ZZS et préféré au candidat d'Unité, Kārlis Šadurskis, la tâche de former le nouvel exécutif letton[4]. Il conclut le une nouvelle entente avec les deux partis de la coalition sortante[5], puis obtient l'investiture des députés le , prenant ainsi la tête de son propre cabinet[6].

Mode de scrutinModifier

 
Lieu de réunion de la Saeima.

La Saeima constitue le parlement unicaméral de Lettonie. Elle est composé de 100 sièges pourvus pour quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal avec vote préférentiel dans cinq circonscriptions plurinominales correspondants aux régions lettonnes. Ces régions — Vidzeme, Latgale, Courlande, Zemgale et la capitale Riga qui englobe également les votes des Lettons de l'étranger — sont pourvus de 13 à 32 sièges en fonction de leur population. Le scrutin a lieu avec des listes ouvertes, les électeurs pouvant exprimer une voix de préférence — positive ou négative — envers un ou plusieurs candidats. Les sièges sont répartis entre les listes ayant franchi le seuil électoral de 5 % au niveau national selon la méthode de Sainte-Laguë[7]

CampagneModifier

Principales forces politiquesModifier

Parti Idéologie Chef de file Résultat en 2014
Harmonie (S)
Saskaņa
Centre gauche
Social-démocratie, défense de la minorité russe
Vjačeslavs Dombrovskis 23,48 %
24 sièges
Nouvelle Unité (JV)
Jaunā Vienotība
Centre droit
Libéralisme, conservatisme, social-libéralisme
Arturs Krišjānis Kariņš 21,87 %
23 sièges
Union des verts et des paysans (ZZS)
Zaļo un Zemnieku savienība
Centre droit
Écologie, agrarisme
Māris Kučinskis 19,74 %
21 sièges
Alliance nationale (NA)
Nacionālā apvienība
Droite
Nationalisme, conservatisme
Roberts Zīle 16,61 %
17 sièges
Développement/Pour ! (AP)
Attīstībai / Par!
Centre
Libéralisme, Social-libéralisme, europhilie
Artis Pabriks 0,89%
0 sièges
Nouveau Parti conservateur (JKP)
Jaunā konservatīvā partija
Droite
Conservatisme, Anti-corruption, europhilie
Jānis Bordāns 0,70 %
0 sièges
Qui possède l'État ? (KPV)
Kam pieder valsts?
Droite
Conservatisme, euroscepticisme, anti-élite
Artuss Kaimiņš (en) Nouveau.
Scission de la LRA

SondagesModifier

RésultatsModifier

Résultats des élections législatives lettonnes de 2018[8]
 
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Parti social-démocrate « Harmonie » (SSDP) 167 117 19,80   3,20 23   1
Qui possède l'État ? (KPV LV) 120 264 14,25 Nv. 16 Nv.
Nouveau Parti conservateur (JKP) 114 694 13,59   12,89 16   16
Développement/Pour ! (A/P) 101 685 12,04   11,15 13   13
Alliance nationale (NA) 92 963 11,01   5,60 13   4
Union des verts et des paysans (ZZS) 83 675 9,91   9,62 11   10
Nouvelle Unité (JV) 56 542 6,69   15,18 8   15
Association lettonne des régions (LRA) 35 018 4,14   2,52 0   7
Union russe de Lettonie (LKS) 27 014 3,20   1,62 0  
Les Progressistes (P) 22 078 2,61 Nv. 0 Nv.
Du cœur pour la Lettonie (NSL) 7 114 0,84   6,01 0   7
Nationalistes lettons 4 245 0,50 Nv. 0 Nv.
Pour une alternative 2 900 0,34 Nv. 0 Nv.
Union SKG 1 735 0,20 Nv. 0 Nv.
Parti de l'action eurosceptique 1 059 0,12 Nv. 0 Nv.
Parti centriste letton 897 0,10 Nv. 0 Nv.
Suffrages exprimés 834 649 99,32
Votes blancs et invalides 5 925 0,68
Total 840 574 100 - 100  
Abstentions 707 526 45,70
Inscrits / participation 1 548 100 54,30

Analyses et conséquencesModifier

Le , les dirigeants des différents partis rencontrent le président de la République, Raimonds Vējonis, pour initier des négociations en vue de la formation d'une coalition. Bien qu'aucune proposition de Premier ministre ne fasse alors consensus, les partis font état de leur volonté d'arriver à un accord tout en excluant le parti pro-russe Harmonie, si besoin en réunissant de manière très large les partis restants. Des propositions sont ainsi avancées pour la formation de coalition à cinq voire six partis, soit l'ensemble du Parlement à l'exclusion d'Harmonie[9].

Le dirigeant du Nouveau Parti conservateur, Jānis Bordāns, est chargé le par le chef de l'État de former un gouvernement de coalition sous quinze jours[10]. Il y renonce finalement le . Le , le président confie la même mission à Aldis Gobzems (lv), membre de Qui possède l'État ?, qui propose une coalition avec le Parti conservateur, l'Alliance nationale, Unité et l'Union des verts et des paysans, malgré les objections des conservateurs d'inclure cette dernière[11], mais l'accord n'est pas trouvé et Gobzems est déchargé de sa mission par le président le suivant.

Le , le dirigeant de Nouvelle Unité, Arturs Krišjānis Kariņš, parvient à former un gouvernement de coalition réunissant cinq partis. Au sien s'ajoutent ainsi Développement/Pour !, Qui possède l'État ?, le Nouveau Parti conservateur et Alliance nationale, totalisant une majorité absolue de 66 sièges sur 100[12],[13].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Straujuma gains coalition support for continuing as PM », Baltic News Network,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. (en) « Saeima approves Laimdota Straujuma’s new government », Baltic News Network,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « Lettonie: la Première ministre Laimdota Straujuma annonce sa démission. », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (en) « President nominates Māris Kučinskis as Prime Minister », LSM,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. (en) « Parties strike a deal on new government », LSM,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) « Kucinskis takes over as Prime Minister », LSM,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « IPU PARLINE database: LETTONIE (Saeima), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le ).
  8. (lv) « 13. Saeimas vēlēšanas », sur sv2018.cvk.lv (consulté le ).
  9. (en) « Latvian parties’ talks with the president fail to outline a prime minister candidate », Baltic News Network,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Lettonie: Janis Bordans, premier ministre », sur Le Figaro, .
  11. (en) « Possible shape of Latvian cabinet revealed », sur LSM.lv, .
  12. La Lettonie a enfin un gouvernement
  13. Lettonie : un nouveau gouvernement 4 mois après les élections

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier