Élections législatives kosovares de 2017

Élections législatives kosovares de 2017
120 députés de l'Assemblée du Kosovo
(Majorité absolue : 61 sièges)
le
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 888 059Voir et modifier les données sur Wikidata
Participation
41,30 %  −1,3
Votes exprimés 727 986
Votes blancs 6 553
Votes nuls 42 554
Ramush Haradinaj (-125880784).jpg AAK – Ramush Haradinaj
Voix 245 627
33,74 %
 −11,3
Sièges obtenus 39  −15
Albin Kurti duke protestuar (2).jpg VV – Albin Kurti
Voix 200 135
27,49 %
 +13,9
Sièges obtenus 32  +16
Avdullah Hoti.jpg LDK – Avdullah Hoti
Voix 185 884
25,53 %
 −4,4
Sièges obtenus 29  −1
Slavko Simić.jpg SL – Slavko Simić
Voix 44 499
6,11 %
 +0,9
Sièges obtenus 9  0
Composition de l'assemblée à l'issue des élections
Diagramme
  • Autodétermination : 32
  • Liste serbe pour le Kosovo : 9
  • Coalition LAA : 29
  • Coalition PAN : 39
  • Autres : 11
Premier ministre du Kosovo
Sortant Élu
Isa Mustafa
LDK
Ramush Haradinaj
AAK

Les élections législatives kosovares de 2017 (en albanais : Zgjedhjet parlamentare në Kosovë 2017) se tiennent le dimanche , afin d'élire les cent vingt députés de l'Assemblée du Kosovo pour une législature de quatre ans.

Elles ont lieu de manière anticipée à la suite de la chute du gouvernement d'Isa Mustafa. Celui ci se voit infligé une motion de censure le 10 mai 2017 par 78 voix contre 34 après l'échec de la conclusion d'un accord avec le Monténégro voisin sur une reconnaissance de leur frontière commune.

Le scrutin conduit à une impasse parlementaire, les principales formations albanophones du pays se constituant en trois grand blocs aux résultats électoraux plus ou moins égaux qui ne parviennent pas à s'entendre sur un nouveau gouvernement. L'impasse politiqueest finalement résolue grâce à la défection de l'Alliance pour un nouveau Kosovo au profit de la coalition PAN - renommée PANA. Le dirigeant de l'Alliance pour l'avenir du Kosovo Ramush Haradinaj devient ainsi le premier ministre d'un fragile gouvernement minoritaire mené par la coalition avec le soutien sans participation de la minorité serbes et de quelques autres partis ethniques mineurs.

ContexteModifier

Il s'agit d'une élection anticipée à la suite d'une motion de censure à l'encontre du gouvernement du Premier ministre Isa Mustafa. Cette motion, soutenue par 42 députés, a été déposée par les partis NISMA (en), Alliance pour l'avenir du Kosovo ainsi que Autodétermination (parti politique).

Lors du vote en assemblée plénière le , le texte a été approuvé par 78 voix pour, 34 contre et 3 abstentions. 3 députés étaient absents. Le Parti démocratique du Kosovo a soutenu a une très large majorité cette motion (32 pour, 1 contre, 1 abstention). Les députés de la Ligue démocratique du Kosovo ont quant à eux voté à l'unanimité contre la motion (31 contre). Les trois partis dépositaire de la motion ont eux approuvé à l'unanimité la motion[1].

Le 11 mai, la Commission électorale décide que les candidatures devront être déposées avant le , que le tirage au sort des numéros des listes aura lieu le . Elle décide par la même occasion de la période électoral qui débutera le mercredi et se terminera le vendredi .

le Parti démocratique du Kosovo (PDK) cherche à former de nouvelles alliances afin de s'assurer une majorité parlementaires. Divers tractations ont lieu entre les partis. Finalement, un accord est trouvé. Il concerne le Parti démocratique du Kosovo (PDK), l'Alliance pour l'avenir du Kosovo (AAK), Initiative pour le Kosovo (en)(NISMA) ainsi que dix autres petits partis. La commission électorale, par son rapport du , confirme la coalition de ces trois partis.

La Ligue démocratique du Kosovo conclu une coalition avec l'Alliance pour un nouveau Kosovo (AKR). Autodétermination (Vetëvendosje!) décide de ne pas former de coalition avec d'autres mouvements[2].

Un nouveau parti attire l'attention des médias. Il s'agit du parti « Parole » (Fjala) qui est le seul nouveau parti a déposer 110 candidatures pour cette élection (maximum). Ce parti prône le conservatisme social.

Mode de scrutinModifier

L'Assemblée du Kosovo (en albanais : Kuvendi i Republikës së Kosovës) se compose de cent vingt députés, élus pour un mandat de quatre ans. Cent députés représentent la majorité albanaise et vingt représentent les minorités ethniques, dont dix pour les seuls Serbes.

Pour les cent députés albanophones, le territoire kosovar constitue une circonscription unique. La loi électorale de 2008 prévoit que chaque liste ait au moins 30 % de députés de chaque sexe. Seules les listes ayant remporté au moins 5 % des suffrages exprimés participent à la répartition. Les sièges sont distribuées entre les listes admises selon le scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt. Les vingt députés des minorités sont répartis de la même manière. En outre, chaque électeur peut accorder une voix à un candidat de la liste pour laquelle il a voté.

Les minorités (serbe, turc, bosniaque...) ont le droit à 20 sièges, dont 10 pour la communauté serbe.

CampagneModifier

Principales forces politiquesModifier

Parti Idéologie Chef de file Résultat en 2014
Parti démocratique du Kosovo
Partia Demokratike e Kosovës
Centre droit
Social-libéralisme, nationalisme, europhilie
Kadri Veseli 30,38 % des voix
37 députés
Ligue démocratique du Kosovo
Lidhja Demokratike e Kosovës
Centre droit
Conservatisme, libéralisme, europhilie
Avdullah Hoti 25,24 % des voix
30 députés
Autodétermination
Vetëvendosje!
Gauche
Nationalisme, protectionnisme, démocratie directe
Albin Kurti 13,59 % des voix
16 députés
Alliance pour l'avenir du Kosovo
Aleanca për Ardhmërinë e Kosovës
Centre droit
Conservatisme, europhilie
Ramush Haradinaj 9,54 % des voix
11 députés
Liste Serbe
Српска листа
Centre droit
Libéralisme, défense de la minorité serbe
Slavko Simić 5,98 % des voix
10 députés
Initiative pour le Kosovo (en)
NISMA për Kosovën
Centre droit
Conservatisme, europhilie
Fatmir Limaj (en) 5,15 % des voix
6 députés
Alliance pour un nouveau Kosovo
Aleanca Kosova e Re
Centre
Libéralisme
Behgjet Pacolli 4,67 % des voix
aucun député


Enquêtes d'opinionModifier

Selon un sondage du (avant les coalitions) réalisé par le « Centre de recherche sur la politique économique et sociale » du Kosovo, le Parti démocratique du Kosovo (PDK) remporterait les élections avec 24,6 % des voix, suivi par l'Alliance pour l'avenir du Kosovo (AAK) avec 22,7 %, la Ligue démocratique du Kosovo avec 19,4 %, Autodétermination (Vetëvendosje!) avec 16,3 %, Initiative pour le Kosovo (en)(NISMA) avec 4,2 % et enfin l'Alliance pour un nouveau Kosovo (AKR) avec 3,9 %. Les autres partis se repartiraient 8,9 % des voix[3].

Toutefois, un sondage réalisé par « Ubo Consulting » sur 1065 personnes démontre une tout autre conception des élections. En effet, selon ce sondage c'est Autodétermination (Vetëvendosje!) qui remporterait les élections avec 26 % des voix, suivi du Parti démocratique du Kosovo (PDK) avec 23 %, la Ligue démocratique du Kosovo avec 20,4 %, l'Alliance pour l'avenir du Kosovo (AAK) avec 14,4 % et enfin l'Alliance pour un nouveau Kosovo (AKR) avec 5 % des voix. Les autres partis se repartiraient 9,2 % des voix.

Ce sondage rapporte d'autres informations comme le report des voix entre partis et celles des abstentionnistes. Selon ce sondage, 24,1 % des sondés n'ayant pas participé à la dernière élections voteront pour Autodétermination (Vetëvendosje!) (31,6 % ne souhaitent pas répondre, 12,6 % pour le Parti démocratique du Kosovo (PDK), 9,2 % pour la Ligue démocratique du Kosovo). 9,1 % des électeurs de la Ligue démocratique du Kosovo iront voter Autodétermination (Vetëvendosje!) selon ce sondage, de même que 8,2 % des électeurs du Parti démocratique du Kosovo (PDK)[4].

Néanmoins, certains accusent Autodétermination (Vetëvendosje!), qui a commandité ce sondage, d'avoir user de son influence pour modifier les résultats.

Le « Centre de recherche sur la politique économique et sociale » du Kosovo a effectué un autre sondage après les coalitions officielles. 3500 personnes ont répondu à ce sondage. Il donne vainqueur la coalition PDK-AAK-NISMA avec 40,82 % des voix, suivi de la coalition entre la Ligue démocratique du Kosovo et l'Alliance pour un nouveau Kosovo avec 30,22 % des voix et enfin Autodétermination (Vetëvendosje!) avec 19,45 % des voix. Les autres partis se repartiraient 9,51 % des voix [5].

Les sondages ne sont pas encore très utilisé au Kosovo et intéressent peu les kosovars. Leur nombre est limité et leur fiabilité aussi [6].

Faits et événements marquantsModifier

RésultatsModifier

Les élections législatives ont lieu pendant le mois de Ramadan, cela peut modifier la participation durant la matinée.

Participation nationale à 11h00 : 8,56 %

Participation nationale à 15h00 : 27,67 %

Selon Valdete Daka, Présidente de la commission électorale, les résultats définitifs ne seront pas connus avant 3 semaines après l'élection à cause de « procédures » liées au comptage des voix. Néanmoins elle confirme que la coalition PAN (PDK-AAK-NISMA) arrive en tête avec près de 34 %, Autodétermination (Vetëvendosje!) avec près de 27 %, et la coalition LAA (LDK-AKR-Alternativa (en)) avec près de 26 %[7].

Voix et siègesModifier

Résultats des élections législatives kosovares de 2017[8],[9],[10],[11],[12],[13]
 
Parti ou coalition Voix % +/- Sièges +/-
Parti démocratique du Kosovo (PDK) 245 627 33,74   11,33 23   14
Alliance pour l'avenir du Kosovo (AAK) 10   1
Initiative sociale-démocrate (NISMA) 6 -
Coalition PAN 39   15
Autodétermination (VV) 200 135 27,49   13,9 32   16
Ligue démocratique du Kosovo (LDK) 185 884 25,53   4,38 23   7
Alliance pour un nouveau Kosovo (AKR) 4   4
Alternativa 2   2
Coalition LAA 29   1
Liste serbe pour le Kosovo (SL) 44 499 6,12   0,9 9 -
Fjala 7 991 1,10 Nv 0 -
Parti démocratique turc du Kosovo (KDPT) 7 852 1,08   0,06 2 -
Coalition VAKAT (VAKAT) 6 444 0,89 - 2 -
Nouveau parti démocratique (NDS) 3 561 0,49   0,10 1 -
Parti libéral indépendant (SLS) 3 539 0,49   0,44 1   1
Parti démocrate des Ashkalis du Kosovo (PDAK) 2 424 0,33   0,13 1 -
Parti libéral égyptien (PLE) 2 415 0,33   0,06 1 -
Parti unifié des Gorans (JGP) 2 369 0,33 Nv 1   1
Parti des serbes du Kosovo - Active 2 123 0,29 Nv 0 -
Parti Ashkali pour l’intégration (PAI) 2 107 0,29   0,07 1 -
Parti démocratique progressiste (PDS) 1 697 0,23   0,59 0   1
Nouvelle Initiative démocratique du Kosovo (IRDK) 1 520 0,21   0,01 0 -
Partie turc de la justice au Kosovo 1 438 0,20   0,12 0 -
Coalition SDA 1 355 0,19 Nv 0 -
POKRET ZA GORA 1 020 0,14   0,04 0 -
Parti unifié des Roms du Kosovo (PREBK) 955 0,13   0,04 1   1
KOSOVAKI NEVI ROMANI PARTIA 950 0,13   0,04 0 -
GRAĐANSKA INICIJATIVA GORE 813 0,11 Nv 0 -
PARTIA DEMOKRATIKE E UNITETIT 478 0,07 Nv 0 -
GI. ZA PROSPERITET KOSOVA 312 0,04 Nv 0 -
G I EROMENDJE ALTERNATIVA 244 0,03 Nv 0 -
NAPREDNA SNAGA KOSOVA 226 0,03 Nv 0 -
Suffrages exprimés 727 986 93,68
Votes blancs 6 553 0,84
Votes nuls 42 554 5,47
Total 777 093 100 - 120 -
Abstention 1 110 996 58,84
Inscrits/Participation 1 888 059 41,16

AnalyseModifier

GénéralModifier

Le résultat divise le pays en trois grandes parties : la coalition PAN (PDK-AAK-NISMA (en)), Autodétermination, la coalition LAA (LDK-AKR-Alternativa (en)).

La Coalition PAN (PDK-AAK-NISMA (en)) perd au total 15 sièges, mais reste le premier groupe à l'Assemblée. Le Parti démocratique du Kosovo est le grand perdant de ces élections en nombre de députés. Alors qu'il possédait 37 députés avant ces législatives, il n'en rassemble que 23 après. Le parti dirigé par Ramush Haradinaj, l'AAK, ne perd qu'un siège. NISMA (en)) ne perd aucun siège.

Autodétermination réalise la meilleure performance de ces élections. Malgré sa deuxième place aux élections, le parti double son nombre de sièges à l'Assemblée. Les cadres du parti se considèrent comme premier parti du Kosovo puisque selon eux, la coalition PAN n'est pas un parti mais un regroupement de partis et que le Parti démocratique du Kosovo n'a que 23 députés[14].

Enfin, la coalition LAA (LDK-AKR-Alternativa (en)) ne perd qu'un siège. Néanmoins, on peut observer qu'à l'intérieur de la coalition la Ligue démocratique du Kosovo perd sept sièges. L'Alliance pour un nouveau Kosovo qui n'avait pas passé le plafond de 5 % lors des dernières élection profite de cette alliance pour faire élire quatre députés. Enfin deux députés (Ilir Deda, ancien VV et Mimoza Kusari Lila, ancienne AKR) sont élus dans cette coalition sous l'étiquette "Alternativa".

Les grands gagnantsModifier

Les candidats ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages sont Albin Kurti avec 143 621 (63 602 en 2014), suivi de Kadri Veseli avec 129 947 (54,'72 en 2014) et enfin Avdullah Hoti avec 115 693 (10 887 en 2014). Vjosa Osmani est quatrième de ce classement avec 64 147.

Rapport homme/femmeModifier

Afin d'éviter une très faible représentation des femmes à l'Assemblée, il est prévu par l'alinéa 111[15] du code électoral, qu'au minimum 30 % des élus doivent faire partie du sexe minoritaire à l'Assemblée. Cette loi empêche une majorité d'homme d'accéder à la fonction de député. Ils sont remplacés par les femmes ayant obtenu le plus de suffrages dans leur parti après eux. Sans cette loi, l'Assemblée aurait compté 21 femmes au lieu de 38, et compte donc 82 hommes au lieu de 99.

Formation du gouvernementModifier

Il est impossible pour la coalition PAN de former seule un gouvernement. En effet, même avec les 20 sièges des minorités, la coalition ne pourrait obtenir que 59 sièges. La Ligue démocratique du Kosovo quant à elle refuse tout accord avec le Parti démocratique du Kosovo. De son côté Autodétermination refuse aussi toute alliance avec le Parti démocratique du Kosovo qu'elle considère comme responsable de la situation du pays.

Les politologues estiment qu'une coalition entre Autodétermination et la Ligue démocratique du Kosovo pourrait voir le jour, mais semble compliquée au vu du passé de la Ligue démocratique du Kosovo et de son désir qu'un de ses membres brigue le poste de Premier ministre du Kosovo[16],[17].

Après plusieurs mois de blocage, c'est Alliance pour un nouveau Kosovo (AKR) qui débloque la situation. Son président Behgjet Pacolli accepte l'offre de la coalition PAN. Avec ses 4 députés, il se voit offrir 5 ministères dont le prestigieux ministère des Affaires étrangères qui est attribué à Behgjet Pacolli. Celui-ci déclare que ce n'est pas un retournement de veste, mais que l'alliance avec la Ligue démocratique du Kosovo était une perte de temps dû à son envie de briguer le poste de Premier ministre du Kosovo[18]. À la suite de cette nouvelle alliance, Korab Sejdiu, député de AKR, annonce sa démission du parti[19].

L'AKR ne peut promouvoir tous ses députés au rang de ministre. En effet, selon le code électoral, les députés qui deviennent ministres doivent quitter leur sièges, et les députés qui quittent leur siège sont remplacés par les suivants de leur liste. Étant donné que l'AKR et la LDK sont présentés aux élections sur une liste commune, la LDK peut espérer récupérer des sièges. Behgjet Pacolli, lors de son entrée en fonction en tant que vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, a été remplacé par un député de la Ligue démocratique du Kosovo[20].

La Ligue démocratique du Kosovo ainsi que Autodétermination sont pris de court par cette annonce, malgré les nombreux avertissement de Behgjet Pacolli. Les deux camps se renvoient la faute et la tension monte[21],[22].

ConséquencesModifier

Le , Ramush Haradinaj devient Premier ministre du Kosovo en recevant la confiance de 61 députés sur 120. Autodétermination ainsi que la Ligue démocratique du Kosovo ayant quitté la salle, il n'y a aucun vote contre. Le député Zafir Berisha (NISMA) s'est abstenu pour raison de disqualification par la commission électorale de sa candidature à la mairie de Prizren. Le député met d'ailleurs en garde le gouvernement en leur indiquant qu'il est « Le soixante et unième député de la coalition »[23]

Mouvement à la suite du vote de confiance :

 

Coalition LAA :

- Behgjet Pacolli (AKR), nommé ministre des Affaires étrangères du Kosovo, est remplacé par Imet Rrahmani (LDK).

- Islam Pacolli (AKR) et Labinot Tahiri (AKR) quittent le groupe parlementaire de la Ligue démocratique du Kosovo et deviennent députés sans étiquette.

- Korab Sejdiu (AKR), élu au sein de la coalition LAA, quitte son parti (AKR), mais reste membre du groupe parlementaire de la Ligue démocratique du Kosovo en tant qu'indépendant.

Le groupe parlementaire de la Ligue démocratique du Kosovo compte donc 27 membres (24 LDK, 2 « Alternativa », 1 indépendant), alors qu'il en comptait 29 après les élections.

Coalition PAN :

- Ramush Haradinaj (AAK), nommé Premier ministre du Kosovo, est remplacé par Nait Hasani (PDK)

- Pal Lekaj (AAK), nommé Ministres des infrastructures du Kosovo, est remplacé par Bekë Berisha (AAK)

- Rrustem Berisha (AAK), nommé Ministre des forces armées du Kosovo, est remplacé par Gani Dreshaj (AAK)

- Enver Hoxhaj (PDK), nommé vice-Premier ministre du Kosovo, est remplacé par Enver Hoti (NISMA (en))

- Fatmir Limaj (NISMA (en)), nommé Ministre des transports et des télécommunications du Kosovo, est remplacé par Fadil Beka (PDK)

La coalition PAN compte donc 39 membres (24 PDK, 9 AAK, 6 NISMA (en)). Le PDK gagne un siège au profit de l'AAK.

Notes et référencesModifier

  1. (sq) « Vote:10.05.2017 14:25 », sur http://www.kuvendikosoves.org, 10.05.2017 14:25
  2. KQZ, « Njoftim nga mbledhja e KQZ-së », sur Komisioni Qendror i Zgjedhjeve (consulté le 9 juin 2017)
  3. (sq) « Sondazhi i fundit: PDK e para, AAK e dyta », sur http://www.kosovapress.com/, (consulté le 10 mai 2017)
  4. (en-US) « Ky është sondazhi sipas të cilit Vetëvendosje është partia e parë në Kosovë (Dokument) - Periskopi », Periskopi,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2017)
  5. (sq) « Një sondazh i ri e nxjerr PDK’në të parën, LDK’në të dytën, VV të tretën », sur http://www.gazetaexpress.com, (consulté le 6 octobre 2017)
  6. (sq) « "Sondazhet në Kosovë, jo serioze, të pabesueshme, fontanë dëshirash" », sur http://indeksonline.net, (consulté le 6 octobre 2017)
  7. (en-US) « Daka: Rezultatet përfundimtare pas tri javësh - RTV21 », RTV21,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juin 2017)
  8. (en) « Early Election for Assembly of Republic of Kosovo 20 » (consulté le 15 juin 2017)
  9. « Elections for Kosovo Assembly 2017 », sur CEC (consulté le 7 novembre 2019)
  10. « REZULTATETPËR KOSOVË » (consulté le 7 novembre 2019)
  11. « REZULTATETE KANDIDATËVE (LISTAPËRFUNDIMTARE E KANDIDATËVE) » (consulté le 7 novembre 2019)
  12. « STATISTIKAT PËR KOSOVË » (consulté le 7 novembre 2019)
  13. « Lista e Kandidateve sipas Subjekteve dhe Votave me të larta » (consulté le 7 novembre 2019)
  14. (sq) « VV partia e parë, LDK e dyta, PDK e treta, … », sur http://zeri.info, (consulté le 14 septembre 2017)
  15. « LIGJI NR. 03/L-073 PËR ZGJEDHJET E PËRGJITHSHME NË REPUBLIKËN E KOSOVËS », sur gzk.rks-gov.net (consulté le 13 septembre 2017)
  16. (sq) Blendi Devolli, « Bashkëqeverisja VV-LDK mision i (pa)mundur », sur https://telegrafi.com, (consulté le 13 septembre 2017)
  17. (sq) « VV i përgjigjet LDK-së për postin e Kryeministrit », sur https://telegrafi.com/, (consulté le 13 septembre 2017)
  18. (sq) « Pacolli thotë se LAA ishte humbje kohe », sur https://telegrafi.com/, (consulté le 13 septembre 2017)
  19. (sq) « Korab Sejdiu jep dorëheqje nga AKR », sur https://telegrafi.com, (consulté le 13 septembre 2017)
  20. (sq) « Nëse Pacolli merr post qeveritar, vendin ia zë një deputet i LDK-së », sur https://telegrafi.com, (consulté le 14 septembre 2017)
  21. (sq) « Frashër Krasniqi: LDK ta mbyllë gojën! », sur https://telegrafi.com/, (consulté le 13 septembre 2019)
  22. (sq) « Molliqaj: LDK nuk dëshiron të bëjë marrëveshje me Vetëvendosjen », sur https://telegrafi.com/, (consulté le 13 septembre 2017)
  23. (sq) « Berisha: AAK e PDK të mos harrojnë që jam deputeti i 61-të i koalicionit (Video) », sur https://telegrafi.com, (consulté le 17 septembre 2017)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier