Élections législatives françaises de 1889

Élections législatives françaises de 1889
576 députés
et
Type d’élection Élections législatives
Corps électoral et résultats
Inscrits 10 387 330
Votants 7 953 382
76,57 % en diminution 0,7

Photo of Charles de Freycinet.jpg Républicains opportunistes – Charles de Freycinet
Voix 2 974 565
37,40 %
en augmentation 3,2
Députés élus 214 en augmentation 14
Atelier Nadar - Georges Boulanger (1837-1891), General und Kriegsminister (Zeno Fotografie).jpg Boulangistes – Georges Boulanger
Voix 2 918 891
36,70 %
en augmentation 24,2
Députés élus 206 en augmentation 133
AragoNadar1890s.jpg Union républicaine – Emmanuel Arago
Voix 1 375 935
12,50 %
en diminution 9,5
Députés élus 69 en diminution 99
René Goblet.jpg Gauche radicale – René Goblet
Voix 516 970
6,50 %
en diminution 0,4
Députés élus 57 en augmentation 17
Alexandre Ribot 02.jpg Républicains progressistes – Alexandre Ribot
Voix 167 021
4,80 %
en diminution 9,4
Députés élus 14 en diminution 69
Barodet-photo.jpg Gauche socialiste et radicale-socialiste – Désiré Barodet
Voix 146 618
2,10 %
en diminution 8,1
Députés élus 13 en diminution 47
Composition de la Chambre des députés
Diagramme
  • Gauche socialiste et radicale-socialiste : 13 sièges
  • Gauche radicale : 57 sièges
  • Union républicaine : 69 sièges
  • Républicains opportunistes : 214 sièges
  • Républicains progressistes : 14 sièges
  • Conservateurs : 206 sièges
  • Indépendants : 3 sièges
Gouvernement
Sortant Élu
Pierre Tirard II
Opportuniste
Charles de Freycinet IV
Opportuniste
Législature élue
Cinquième de la IIIe Rép.

Les élections législatives de 1889 ont eu lieu les et . Elles se sont déroulées au scrutin uninominal à deux tours par arrondissements (loi du 13 février 1889).

RésultatsModifier

Les scandales qui éclaboussent la majorité républicaine et la popularité du général Boulanger entraînent une poussée de l'opposition et l'élection de 88 boulangistes à la Chambre des députés. Cependant l’abandon du scrutin de liste au profit du scrutin d’arrondissement (moins favorable aux mouvements populistes) et l’interdiction des candidatures multiples permettent aux républicains de garder la majorité absolue. Parmi ces derniers, les opportunistes ont su coordonner leurs efforts électoraux (notamment grâce à leur Association nationale républicaine) et, malgré la défaite de leur chef Jules Ferry à Saint-Dié, ils conservent plus du tiers des sièges et restent prédominants.

Pour la métropole (Corse incluse), il y a eu 10 387 330 inscrits, 7 953 382 votants et 7 872 797 suffrages exprimés.

Corps électoral
Inscrits (Outre-mer compris) 10 600 000 100,00 %
Votants (Outre-mer compris) 8 100 000 76,57 %
Abstentions (Outre-mer compris) 2 500 000 23,60 %
Résultats
Alliances et partis[1] Votes % Sièges
Républicains opportunistes 2 974 565 37,4 214
Boulangistes 2 918 891 36,7 206
Union républicaine 1 375 935 12,5 69
Gauche radicale 516 970 6,5 57
Républicains progressistes 167 021 4,8 14
Gauche socialiste et radicale-socialiste 146 618 2,1 13
Total 576

Ve législatureModifier

Durée de la législature : - .

Président de la République : Sadi Carnot.

Président de la Chambre des députés : Charles Floquet (jusqu'au ), Jean Casimir-Perier ensuite.

Liste des gouvernements successifs
Gouvernement Dates (Durée) Président du Conseil Composition initiale
 1   Gouvernement Charles de Freycinet (4) du au (1 an et 338 jours) Charles de Freycinet (Opportuniste) 10 ministres
1 sous-secrétaire d'État
 2   Gouvernement Émile Loubet du au (275 jours) Émile Loubet (Opportuniste) 10 ministres
 3   Gouvernement Alexandre Ribot (1) du au (35 jours) Alexandre Ribot (Progressiste) 10 ministres
1 sous-secrétaire d'État
Gouvernement Alexandre Ribot (2) du au (78 jours) 10 ministres
 4   Gouvernement Charles Dupuy (1) du au (233 jours) Charles Dupuy (Opportuniste) 10 ministres
1 sous-secrétaire d'État

Notes et référencesModifier

  1. Laurent de Boissieu, « Chambre des députés 1889 », sur www.france-politique.fr (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier