Élections législatives françaises de 1885

Élections législatives françaises de 1885
584 députés
et
Type d’élection Élections législatives
Corps électoral et résultats
Inscrits 10 278 979
Votants 7 868 546
77,22 % en augmentation 6,7

Freycinet, de Saulces de, Charles, Nadar, Gallica.jpg Union des gauches – Charles de Freycinet
Voix 3 837 879
48,40 %
Députés élus 283
Armand de Mackau 1913.jpg Union des droites – Armand de Mackau
Voix 2 735 678
34,50 %
en augmentation 18,4
Députés élus 201 en augmentation 113
Barodet, Désiré (phot. Carjat).jpeg Extrême gauche – Désiré Barodet
Voix 816 739
10,20 %
en augmentation 1,6
Députés élus 60 en augmentation 14
Floquet.jpg Gauche radicale – Charles Floquet
Voix 547 135
6,90 %
Députés élus 40
Composition de la Chambre des députés
Diagramme
  • EXG : 60 sièges
  • GR : 40 sièges
  • UDG : 283 sièges
  • UDD : 201 sièges
Gouvernement
Sortant Élu
Henri Brisson I
Union républicaine
Charles de Freycinet III
Union des gauches
Législature élue
Quatrième de la IIIe Rép.

Les élections législatives françaises de 1885 ont eu lieu les et .

Mode de scrutinModifier

Le mode de scrutin des élections législatives a été changé par le gouvernement de Jules Ferry (loi du 16 juin 1885) : un vote de liste à la majorité à deux tours est utilisé. C'est une expérience de courte durée puisque l'on en revient au précédent système (loi du 13 février 1889) dès les élections suivantes.

ContexteModifier

Le Conseil des ministres est présidé par Henri Brisson lorsque les législatives de 1885 sont organisées (Gouvernement Henri Brisson (1)). Les premiers soubresauts du scandale de Panama entraînent une poussée des conservateurs à ces élections[réf. nécessaire], mais la gauche républicaine se regroupe au second tour. Le nombre de siège à pourvoir augmente légèrement passant de 541 députés en 1881 à 569 en 1885 en métropole[1]. Il faut aussi rajouter 16 députés d'outre-mer[1].

RésultatsModifier

Ces élections législatives voient une poussée des conservateurs et un renforcement de l'extrême gauche (radicaux et une dizaine de socialistes). La gauche républicaine parvient toutefois à sauver sa majorité. Dans le détail, nous pouvons constater que Lyon se distingue des 2 autres grandes villes que sont Paris et Marseille. En effet, ces dernières votent massivement pour les candidats radicaux, tandis que Lyon se tourne vers les opportunistes. Cette différence semble s'expliquer par l'influence de la bourgeoisie lyonnaise qui préfère une république modérée.

Les opportunistes perdent la majorité absolue. Toutefois, les groupes sont extrêmement mobiles et les doubles appartenances sont fréquentes[2]. Nombre de députés oscillent entre les deux tendances modérée et radicale[3].

Corps électoral
Inscrits 10 278 979 100,00 %
Votants 7 937 431 77,22 %
Abstentions 2 341 548 22,78 %
Résultats
Partis[4] et groupes parlementaires[4] Votes % Sièges
Union des gauches (UDG) 3 837 879 48,4 283
Union des droites (UDD) 2 735 678 34,5 201
Extrême gauche (EXG) 816 739 10,2 60
Gauche radicale (GR) 547 135 6,9 40
Total 584

Composition détailléeModifier

Groupes Tendances
Extrême gauche Parti ouvrier (PO) 2
Fédération des travailleurs socialistes de France (FTSF) 2
Socialiste indépendant (SI) 1
Radicaux-socialistes (RS) 55
Gauche radicale Républicains radicaux (RR) 40
Union des gauches Union démocratique (UD) et Union républicaine (UR) 200
Centre gauche (CG) 83
Union des droites Orléanistes 63
Légitimistes et cléricaux 73
Bonapartistes 65
Total : 584

IVe législatureModifier

Durée de la législature : - .

Président de la République : Jules Grévy (jusqu'au ), Sadi Carnot ensuite.

Président de la Chambre des députés : Charles Floquet (1885-1888), Jules Méline ensuite.

La législature fut notamment perturbée par l'ascension et la chute du général Boulanger, ainsi que le scandale des décorations qui entraina la démission du Président de la République.

Liste des gouvernements successifs
Gouvernement Dates (Durée) Groupe(s) politique(s) Président du Conseil Composition initiale
 1   Gouvernement Charles de Freycinet (3) du au (330 jours) Union des gauches (UDG) Charles de Freycinet 12 ministres
4 sous-secrétaires d'État
 2   Gouvernement René Goblet du au (157 jours) Gauche radicale (GR) René Goblet 11 ministres
1 sous-secrétaire d'État
 3   Gouvernement Maurice Rouvier (1) du au (188 jours) Union des gauches (UDG) Maurice Rouvier 10 ministres
 4   Gouvernement Pierre Tirard (1) du au (110 jours) Pierre Tirard 10 ministres
 5   Gouvernement Charles Floquet du au (317 jours) Gauche radicale (GR) Charles Floquet 10 ministres
 6   Gouvernement Pierre Tirard (2) du au (1 an et 19 jours) Union des gauches (UDG) Pierre Tirard 10 ministres

Nombre de députés par circonscriptionModifier

Nombre de députés[5] Département ou circonscription
1 Cochinchine, Guyane française, Inde française, Sénégal
2 Haut-Rhin, Alger, Constantine, Oran, Guadeloupe, Martinique, La Réunion
3 Basses-Alpes, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Lozère, Pyrénées-Orientales
4 Aube, Cantal, Corse, Creuse, Doubs, Eure-et-Loir, Gers, Loir-et-Cher, Lot, Haute-Marne, Hautes-Pyrénées, Savoie, Haute-Savoie, Tarn-et-Garonne, Var, Vaucluse
5 Ardennes, Ariège, Aude, Cher, Corrèze, Drôme, Indre, Indre-et-Loire, Jura, Landes, Haute-Loire, Lot-et-Garonne, Mayenne, Meuse, Nièvre, Haute-Saône, Seine-et-Marne, Deux-Sèvres, Vienne, Haute-Vienne, Yonne
6 Ain, Allier, Ardèche, Aveyron, Charente, Côte d'Or, Eure, Gard, Loiret, Marne, Meurthe-et-Moselle, Oise, Orne, Basses-Pyrénées, Tarn, Vosges
7 Calvados, Charente-Inférieure, Haute-Garonne, Hérault, Sarthe, Vendée
8 Aisne, Bouches-du-Rhône, Dordogne, Maine-et-Loire, Manche, Morbihan, Somme
9 Côtes-du-Nord, Ille-et-Vilaine, Isère, Loire, Loire-Inférieure, Puy-de-Dôme, Saône-et-Loire, Seine-et-Oise
10 Finistère
11 Gironde, Rhône
12 Pas-de-Calais, Seine-Inférieure
20 Nord
38 Seine

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République : 1870-1940, Editions du Seuil, , 445 p. (ISBN 978-2-02-006777-5, OCLC 11739056).
  2. D'où des distorsions statistiques à la marge selon les sources
  3. Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Fayard 1988 pp. 236
  4. a et b « Élections législatives de 1885 par Laurent de Boissieu sur son site internet www.france-politique.fr »
  5. Chambre des députés, Tables analytiques des Annales de la Chambre des députés. Quatrième Législature (1885-1889), p. 263-267.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier