Élections législatives fidjiennes de 1966

Élections législatives fidjiennes de 1966
34 des 40 sièges du Conseil législatif
au
Kamisese Mara.jpg Parti de l'Alliance – Ratu Kamisese Mara
Voix 214 872
51,9 %
Sièges obtenus 23
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti de la fédération – A.D. Patel
Voix 113 310
27,4 %
Sièges obtenus 9
Chef du gouvernement
Sortant Élu
-
-
Kamisese Mara
Alliance

Des élections législatives se tiennent aux Fidji du au [1]. C'est la première élection dans cette colonie britannique à produire un Conseil législatif majoritairement élu, dans le cadre d'une transition vers l'autonomie politique des Fidjiens.

Réforme politique et électoraleModifier

Le Conseil législatif compte désormais quarante membres, dont trente-quatre sont élus. Les citoyens sont catégorisés en listes ethniques : « Fidjiens » (autochtones), « Indiens » (d'ascendance indienne) et « Généraux » (minorités ethniques : Euro-Fidjiens, Sino-Fidjiens...). Les « Fidjiens » disposent de quatorze sièges réservés au Conseil législatif : neuf députés élus par les électeurs autochtones uniquement, trois élus par les citoyens de toutes appartenances ethniques, et deux nommés par le Grand Conseil des chefs. Les « Indiens » disposent de douze sièges réservés : neuf députés élus par les électeurs indo-fidjiens uniquement, et trois élus par les citoyens de toutes appartenances ethniques. Les « électeurs généraux » (petites minorités ethniques) ont la garantie de dix représentants : sept élus par les électeurs « généraux », et trois par les électeurs de toutes appartenances ethniques. Les quatre derniers membres du Conseil sont des administratifs nommés par le gouverneur colonial[2].

Chaque électeur peut déposer ainsi quatre bulletins dans l'urne. Dans sa circonscription, il élit un député appartenant à sa propre communauté ethnique. Dans le même temps, le pays est divisé aussi en circonscriptions plus larges, où chaque électeur, quelle que soit son appartenance ethnique, élit un député issu de chacune des trois catégorisations ethniques[2].

Le fait que la très grande majorité des membres du Conseil législatif soient désormais élus signifie que le gouverneur colonial n'y disposera plus d'une majorité automatique[1].

Partis et enjeuxModifier

Pour la première fois, des partis politiques se sont constitués. Le parti de l'Alliance, mené par le grand chef Ratu Kamisese Mara, se veut multi-ethnique tout en préservant l'autorité politique aux mains des chefs autochtones. Le Parti de la fédération, mené par l'avocat A.D. Patel, représente principalement la population rurale indo-fidjienne. Le Parti national démocrate, du syndicaliste Apisai Tora, défend les intérêts des autochtones de l'ouest du pays, les grands chefs dominants étant issus de l'est[2].

Les principaux enjeux sont la place des Fidji dans l'Empire britannique et la pérennisation ou non du système électoral ethnique. Le parti de l'Alliance représente en premier lieu l'entente historique entre les grands chefs autochtones et les représentants de la petite communauté euro-fidjienne, les descendants de colons ; l'Alliance souhaite le « développement progressif [du pays] sous direction britannique », au sein de l'Empire, et veut maintenir un système de représentation ethnique pour garantir la protection des intérêts des autochtones (43 % de la population) et des Euro-Fidjiens (4 %). Les Indo-Fidjiens étant presque exactement 50 % de la population du pays, l'Alliance argue que la représentation ethnique garantit la protection des minorités. À l'inverse, le Parti de la fédération souhaite que les Fidji deviennent rapidement indépendantes, et fait campagne pour l'adoption d'un système électoral sans distinctions ethniques[2].

Le Parti de la fédération ne parvient toutefois à présenter que treize candidats, dont douze sont indo-fidjiens et un seul est autochtone, le parti comptant très peu de membres autochtones[2].

RésultatsModifier

Par partiModifier

Les résultats sont les suivants[3] :

Partis Dirigeants Voix % Sièges ethniques autochtones Sièges ethniques indo-fidjiens Sièges ethniques généraux Sièges nationaux autochtones Sièges nationaux indo-fidjiens Sièges nationaux généraux Sièges (total)
Parti de l'Alliance Ratu Kamisese Mara 214 872 51,94 9/9 0/9 5/7 3/3 3/3 3/3 23
Parti de la fédération A.D. Patel 113 310 27,39 0/9 9/9 0/7 0/3 0/3 0/3 9
Parti national démocrate Apisai Tora 6 874 1,66 0/9 0/9 0/7 0/3 0/3 0/3 0
Candidats indépendants n/a 78 644 19,01 0/9 0/9 2/7 0/3 0/3 0/3 2

Par circonscriptionModifier

Les résultats sont les suivants[3] :

Sièges ethniques autochtonesModifier

Cakaudrove

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Jone Naisara 4 908 Élu
sans étiquette Anare Tuidraki 949

Lau-Rotuma

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Jonati Mavoa pas d'adversaire Élu

Lomaiviti-Kadavu

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Solomone Momoivalu pas d'adversaire Élu

Macuata-Bua

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Ratu Emosi Vuakatagane 2 885 Élu
sans étiquette Militoni Leweniqila 1 774

Viti Levu nord-ouest

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Sakeasi Waqanivavalagi 6 354 Élu
sans étiquette Isaia Vakabua 1 670
sans étiquette Jone Ravunakana 1 268

Rewa-Suva

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Alipate Sikivou 4 427 Élu
sans étiquette Jone Mataitini 1 779
sans étiquette Noa Nawalowalo 1 268

Viti Levu sud-centre

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Ratu David Toganivalu 4 368 Élu
sans étiquette Penaia Latianara 981
sans étiquette Meli Loki 873
sans étiquette Ifereimi Nakaiwalu 205

Viti Levu sud-ouest

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Peniame Naqasima 5 600 Élu
Parti national démocrate Apisai Tora 2 632

Tailevu

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Ratu William Toganivalu 3 347 Élu
sans étiquette Livai Volavola 1 530
sans étiquette Meli Baleilakeba 383

Sièges ethniques indo-fidjiensModifier

Vanua Levu nord-est

Parti Candidat Voix % Remarque
Fédération James Madhavan 5 049 Réélu
sans étiquette Gaya Prasad 2 494

Viti Levu nord-est

Parti Candidat Voix % Remarque
Fédération C. A. Shah 3 799 Réélu
Alliance Vishnu Deo 1 955
sans étiquette V. P. Bajpai 770

Nord-est

Parti Candidat Voix % Remarque
Fédération Ram Jati Singh 2 328 Élu
sans étiquette Harish Kohli 1 238

Viti Levu nord-ouest

Parti Candidat Voix % Remarque
Fédération R. D. Patel (en) 4 704 Élu
Alliance James Shankar Singh 4 421

Viti Levu sud-centre

Parti Candidat Voix % Remarque
Fédération Mohammed Khan 4 380 Élu
sans étiquette Ramanlal Kapadia 1 650
sans étiquette B.D. Moti 67
sans étiquette B. D. Lakshman 24

Viti Levu sud-ouest

Parti Candidat Voix % Remarque
Fédération A.D. Patel 7 601 Réélu
Alliance Ayodhya Prasad 4 025

Suva

Parti Candidat Voix % Remarque
Fédération Irene Jai Narayan 5 676 Élue
sans étiquette Andrew Deoki 2 779 Sortant battu

Tailevu-Rewa

Parti Candidat Voix % Remarque
Fédération K. C. Ramrakha 3 220 Élu
sans étiquette K. B. Singh 677
sans étiquette Ram Regan 604

Viti Levu-ouest

Parti Candidat Voix % Remarque
Fédération Siddiq Koya 6 318 Réélu
sans étiquette Jaswant Singh 2 221
sans étiquette C. A. Patel 19

Sièges ethniques générauxModifier

Est et centre

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Wesley Barrett 816 Élu
sans étiquette Robert Spowart 132

Nord

Parti Candidat Voix % Remarque
sans étiquette Harold Gibson 392 Élu
sans étiquette Fred Archibald 292 Sortant battu
sans étiquette Hugh Thaggard 151
sans étiquette Lawrence Simpson 73

Suva (3 sièges)

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance John Falvey 1 544 Réélu
Alliance William Yee 1 381 Élu
sans étiquette Charles Stinson 1 348 Élu
Alliance Margaret Bain 1 288

Viti Levu-ouest (2 sièges)

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Ronald Kermode pas d'adversaire Réélu
Alliance Robin Yarrow pas d'adversaire Élu

Sièges nationaux autochtonesModifier

Centre

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Ratu Edward Cakobau pas d'adversaire Réélu

Nord et est

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Ratu Kamisese Mara 26 025 Réélu
sans étiquette Nemani Waka 8 635

Ouest

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Ratu Josua Toganivalu 25 960 Élu
Fédération Penaia Rokovuni 23 171
Parti national démocrate Isikeli Nadalo 4 242

Sièges nationaux indo-fidjiensModifier

Centre

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Abdul Lateef 15 498 Élu
Fédération Madho Singh Tikaram 13 487
sans étiquette C. P. Singh 7 939 Sortant battu
sans étiquette Shiu Narayan Kanhai 1 505
sans étiquette M. Columbus 1 077
sans étiquette M. Azam 987

Nord et est

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Vijay R. Singh 26 634 Élu
Fédération Vijay Singh 8 068

Ouest

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance K. S. Reddy (en) 28 200 Élu
Fédération Deo Narayan 25 509

Sièges nationaux générauxModifier

Centre

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Douglas Walkden-Brown 21 208 Élu
sans étiquette James Ah Koy 5 604
sans étiquette David Whippy 2 622 Sortant battu
sans étiquette Trevor McNally 976

Nord et est

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Lindsay Verrier pas d'adversaire Élu

Ouest

Parti Candidat Voix % Remarque
Alliance Loloma Livingston 23 768 Élue
sans étiquette Peter Davis 22 677

Membres nommés par le Grand Conseil des chefsModifier

Le Grand Conseil des chefs nomme les deux membres suivants, dont l'une des trois seules femmes à siéger à cette assemblée[3] :

Nom
Ratu George Cakobau
Adi Losalini Dovi (en)

Membres nommés par le gouverneurModifier

Le gouverneur Sir Francis Jakeway (en) nomme les quatre autres membres du Conseil législatif selon leurs compétences dans l'administration coloniale. Il siègent ex officio au Conseil exécutif, le gouvernement de la colonie[4] :

Nom Fonction
Justin Lewis Procureur général
Ian Thomson (en) Secrétaire-en-chef
Harry Ritchie Secrétaire aux finances
Ratu Penaia Ganilau Secrétaire aux affaires autochtones et locales

Formation d'un gouvernementModifier

Vingt-trois des vingt-sept candidats du parti de l'Alliance sont élus, conférant au parti une majorité absolue des sièges au Conseil législatif. Ratu Sir Kamisese Mara, chef autochtone coutumier et chef de ce parti, est ainsi invité à prendre la direction du Conseil exécutif. Il obtient le titre de « Responsable des affaires du gouvernement », le pouvoir exécutif dépendant toujours du gouverneur, et doit intégrer à son gouvernement les quatre membres ex officio du Conseil législatif. Il est néanmoins libre de nommer à sa guise les autres membres du gouvernement. Il écarte la possibilité d'un gouvernement d'union nationale qui inclurait des représentants du Parti de la fédération, et choisit donc les membres du Conseil exécutif parmi les élus de son propre parti[4]. A.D. Patel, le chef du Parti de la fédération, est reconnu comme chef de l'opposition au Conseil législatif, fonction créée à cette occasion[4].

Ronald Kermode est élu président du Conseil législatif, à l'unanimité. En application de la tradition britannique selon laquelle le président d'un corps législatif n'entre en fonction qu'à contrecœur, Ratu Kamisese Mara et A.D. Patel le prennent par les bras et font mine de le traîner jusqu'à son siège[5].

SuitesModifier

Au , le Royaume-Uni accorde à la colonie le plein droit à un gouvernement responsable. Le Conseil exécutif devient le Conseil des ministres, dont les membres sont désormais des ministres, doté du pouvoir exécutif sur leurs ministères respectifs. Le gouvernement dispose dès lors d'une importante autonomie, bien que le gouverneur de la colonie, Sir Derek Jakeway, conserve la responsabilité exclusive des affaires étrangères, de l'intérieur et de la défense[6].

Les Fidji deviennent indépendantes le . Le Conseil législatif devient la Chambre des représentants, les membres élus en 1966 devenant automatiquement les députés de cette nouvelle Chambre. Le gouvernement de Kamisese Mara demeure en fonction jusqu'aux élections législatives de 1972.

RéférencesModifier

  1. a et b (en) "New and old Fiji Councils", Pacific Islands Monthly, 1er août 1966, p.15
  2. a b c d et e (en) "The Fiji electoral scene", Pacific Islands Monthly, 1er octobre 1966, p.10
  3. a b et c (en) "Fiji election details", Pacific Islands Monthly, 1er novembre 1966, p.40
  4. a b et c (en) "Ratu Mara heads Fiji's new government", Pacific Islands Monthly, 1er novembre 1966, pp.10-11
  5. (en) "Fiji's new opposition gets down to business", Pacific Islands Monthly, 1er décembre 1966, pp.9-10
  6. (en) "Ministerial government for Fiji now", Pacific Islands Monthly, vol.38, n°9, 1er septembre 1967, p.20