Ouvrir le menu principal

Élections législatives allemandes de 1881

Élections législatives allemandes de 1881
397 sièges du Reichstag
(Majorité absolue : 199 sièges)
27 octobre 1881
Type d’élection élection parlementaire
Participation
56,3 %  −7,1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Zentrum
23,2 %
 +0,1
Sièges obtenus 100  +6
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti conservateur
16,3 %
 +3,3
Sièges obtenus 50  −9
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti national-libéral
14,7 %
 −8,4
Sièges obtenus 47  −52
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti progressiste
12,7 %
 +6
Sièges obtenus 60  +34
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Union libérale
8,4 %
Sièges obtenus 46  +46
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti conservateur libre
7,4 %
 −6,2
Sièges obtenus 28  −29
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti socialiste ouvrier
6,1 %
 −1,5
Sièges obtenus 12  +3
Résultats par circonscription
Carte

Les élections législatives allemandes de 1881 permettent d'élire pour la 5e fois les députés du Reichstag. Elles ont lieu le . La participation atteint 56,3 % ce qui est largement en deçà de celle atteinte lors des précédentes élections. La campagne tourne avant tout autour de la politique fiscale et notamment autour de la question des tarifs douaniers.

Pour la première fois le parti du Zentrum qui représente les catholiques devient la première force du parlement. La plus grosse progression est à attribuer aux libéraux de gauche qui profitent de la déconfiture du parti national-libéral qui était après l'unité allemande le premier parti du pays. L'union libérale s'est entretemps formée à partir d'une scission du précédent parti.

Les conservateurs perdent également des voix, en particulier le parti conservateur libre partisan du chancelier impérial. Les élections sont donc une défaite pour Bismarck qui voit ses appuis traditionnels que sont les Junker, les grands industriels, le parti national-libéral et les conservateurs. Il doit donc gouverner avec une majorité mouvante.

Malgré les lois antisocialistes, ces derniers gagnent des mandats aux élections. La faiblesse des conservateurs et des nationaux-libéraux profitent également aux partis des minorités comme les Polonais et les Danois.

RésultatsModifier

Famille politique Parti Voix Sièges[1]
en million en % comparées à 1878 nb en % comparés à 1878
Conservateurs Conservateur 0,831 16,3 % +3,5 50 12,6 %   −9
Conservateur libre 0,379   7,4 % -6,1 28 7,1 % −29
Libéraux Droit National-libéral 0,747 14,7 % -10,5 47 11,8 % −52
Modéré Union libérale 0,429   8,4 % +8,1 46 11,6 % +46
Gauche Progressiste 0,649 12,7 % +6,0 % 601) 15,1 % +34
Populaire 0,103   2,0 % +0,9   9 2,3 %   +6
Catholiques Zentrum 1,183 23,2 % +0,1 100 25,2 %   +6
Socialistes Sociaux-démocrates (SAP) 0,312   6,1 % -1,5 121) 3,0 %   +3
Minorités Welf 0,087   1,7 % -0,8[2] 10 2,5 %   ±0
Polonais 0,195   3,8 % +0,2 18 4,5 %   +4
Danois 0,014   0,3 % ±0,0   2 0,5 %   +1
Alsace-Lorraine 0,153   3,0 % ±0,6 15 3,8 %   ±0
Divers 0,015   0,3 % ±0,0 - - −10
Total 5,097 100 % 397 100 %

1)Le social-démocrate Wilhelm Liebknecht gagne aussi bien dans la circonscription d'Offenbach que dans celle de Mayence. Il accepte le mandat à Offenbach. Les secondes élections donnent vainqueur le candidat libéral Adolph Phillips contre le social-démocrate August Bebel[3]. Dans les chiffres présentés ici, les résultats après cette seconde élection sont pris en compte.

RéférencesModifier

  1. (de) Kaiserliches Statistisches Amt, Monatshefte zur Statistik des Deutschen Reiches, Berlin, Puttkammer & Mühlbrecht, , chap. 3
  2. À l'évidence il y a une incohérence, le changement est vraisemblablement de 0%
  3. (de) Hugo Brandt, « Geschichte der SPD in Rheinhessen », Bibliothek der Friedrich-Ebert-Stiftung (consulté le 7 mai 2013)

Liens externesModifier