Élections générales honduriennes de 2021

Élections générales honduriennes de 2021
Président du Honduras
128 sièges du Congrès national
20 sièges du Parlement centraméricain
Corps électoral et résultats
Inscrits 5 182 425
Votants 2 374 929
69,28 % en augmentation 11,8

Votes blancs et nuls 136 286
Xiomara Castro (August 07, 2007).jpg Xiomara Castro – Libre
Colistier : Salvador Nasralla
Voix 1 177 950
51,54 %
Nasry Asfura in 2017 (cropped).jpg Nasry Asfura – Parti national
Colistier : Mireya Agüero
Voix 808 544
35,37 %
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Yani Rosenthal – Parti libéral
Colistier : Yadira Bendaña
Voix 218 919
9,58 %
Sièges au Congrès national
Diagramme
Président
Sortant Élue
Juan Orlando Hernández
PNH
Xiomara Castro
Libre

Les élections générales honduriennes de 2021 ont lieu le afin d'élire le président de la République et les membres du Congrès national du Honduras, ainsi que les députés honduriens du Parlement centraméricain. Des élections municipales sont organisées simultanément.

Le président sortant Juan Orlando Hernández n'est pas candidat à sa réélection.

Les résultats préliminaires portant sur un peu plus de la moitié des bulletins donnent vainqueure la candidate de l'opposition Xiomara Castro sur le dauphin d'Hernández, Nasry Asfura. Ce dernier reconnaît sa défaite et félicite sa principale opposante le , en fin de journée.

La victoire de Castro marque la fin des douze années de gouvernement du Parti national du Honduras (PNH), au pouvoir depuis le coup d'État de 2009 organisé à l'encontre du président Manuel Zelaya, époux de Castro.

Le scrutin est qualifié d'historique à plusieurs points de vue. Hormis les périodes de dictatures militaires, c'est la première fois depuis 1894 qu'un parti autre que le Parti national et le Parti libéral du Honduras (PLH) l'emporte. La candidate du Parti Liberté et refondation (Libre) devient également la première femme à accéder à la présidence du Honduras, au cours d'un scrutin à la participation record.

ContexteModifier

 
Le président sortant, Juan Orlando Hernández.

Le 28 juin 2009, le président Manuel Zelaya est victime du coup d'État de 2009 au Honduras. Arrêté et expulsé du pays par l'armée, il est remplacé dans ses fonctions par Roberto Micheletti, qu'une grande partie de la communauté internationale refuse alors de reconnaître. Le coup d’État aurait été commandité par l'élite économique hondurienne et les multinationales établies au Honduras comme la United Fruit Company, inquiètes du rapprochement effectué par le gouvernement avec l'ALBA (soutenue notamment par le Venezuela et Cuba) au détriment de la Banque mondiale, et de l'éventualité que ce changement comporterait une réorientation alternative au néolibéralisme de l’économie[1]. Des élections générales sont organisées fin 2009 par le gouvernement putschiste. En dépit du boycott de l'opposition, l'élection du candidat Porfirio Lobo est assez rapidement entérinée par la communauté internationale.

Juan Orlando Hernández est élu pour la première fois en 2013 après avoir battu Xiomara Castro puis réélu de manière controversée en 2017, à la suite d'une modification constitutionnelle ayant levé l'interdiction qui était faite à un président de se représenter. Des manifestations de grande ampleur contre Hernández ont lieu après les élections de 2017 suivies par d'autres au cours de l'année 2019[2]. Début 2021, Hernández annonce ne pas se représenter pour un troisième mandat[3]. Au pouvoir depuis 2009, le Parti national exerce un contrôle total sur les institutions du pays, tant sur la police que sur l’enseignement ou la justice[4].

La justice américaine accuse Juan Orlando Hernández, en janvier 2021, d’être lié au narcotrafic. Le président hondurien aurait accepté des pots-de-vin de narcotrafiquants, protégeant en échange leurs activités[5]. Son frère, le député Tony Hernández[6], et le vice-président Ricardo Antonio Álvarez Arias sont également mis en cause[7]. Le Parlement a dissout en 2020 une commission anticorruption soutenue par l’Organisation des États américains (OEA) et adopté un nouveau code pénal prévoyant de plus faibles peines pour corruption ou trafic de drogue. Beaucoup de parlementaires étaient visés par des enquêtes de cette commission[8].

Depuis 2018, le pays connait une crise migratoire avec la formation de caravanes de migrants allant vers les États-Unis. En , les États-Unis annoncent réduire l'aide économique accordée au Honduras, lui reprochant de ne pas suffisamment agir contre l'émigration[9]. Face aux très forts taux de pauvreté et de criminalité, quelque 60% des Honduriens souhaiteraient quitter le pays[4].

Système électoralModifier

PrésidentModifier

Le président du Honduras est élu au scrutin uninominal majoritaire à un tour pour un mandat de quatre ans. Le candidat ayant reçu le plus de voix en un seul tour de scrutin est déclaré vainqueur. Chaque candidat à la présidence se présente avec trois colistiers, candidats aux 1re, 2e et 3e vice présidences. La passation de pouvoir a lieu le 27 janvier de l'année suivant l'élection[10],[11].

Bien que la Constitution prévoit qu'un président ne puisse solliciter plus d'un mandat, une décision de la Cour suprême de justice vient invalider cet article en 2015, supprimant ainsi toute limite du nombre de mandat[12].

CongrèsModifier

Le Congrès national du Honduras est un parlement unicaméral composé de 128 sièges pourvus pour quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal avec liste ouverte dans 18 circonscriptions de un à 23 sièges correspondants aux 18 départements du Honduras, le nombre de sièges par circonscription variant en fonction de leur population. La répartition des sièges après décompte des suffrages se fait selon le quotient de Hare et au plus fort reste. Le droit de vote s'acquiert à 21 ans. Il est obligatoire, mais en pratique aucune sanction n'est faite aux abstentionnistes[13],[14].

CampagneModifier

Les primaires des trois principaux partis, le Parti national, le Parti Liberté et Refondation et le Parti libéral, ont lieu le afin d'en désigner les candidats à la présidence[15].

La campagne est émaillée de violence. Depuis septembre 2020, l'ONU recense 63 cas de violences politique, 29 assassinats, 14 attaques 12 agressions et un enlèvement en lien avec les élections[16].

Le parti au pouvoir mène des campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux. Des milliers de comptes Twitter et Facebook générés automatiquement, dont beaucoup se présentent comme des sympathisants de la candidate d'opposition Xiomara Castro, diffusent de fausses informations attribuant notamment à celle-ci un pacte avec Yani Rosenthal, condamné pour corruption, et incitent à ne pas aller voter[17].

Candidats à la présidenceModifier

Nasry AsfuraModifier

Maire de la capitale du Honduras, Tegucigalpa, Nasry Asfura est le candidat du Parti national au pouvoir sous la présidence de Juan Orlando Hernández[15].

Il dénonce la proposition de Xiomara Castro de légaliser l’avortement, estimant que « la création de Dieu n'est pas discutable, la vie des innocents n'est pas discutable. Dans chaque réunion où je vais, je vois une mère qui allaite un enfant, c'est la création de la vie et cela ne se discute pas, c'est la création de Dieu »[18]. La candidate vice-présidentielle du parti est Mireya Agüero[19].

Xiomara CastroModifier

Xiomara Castro est la cofondatrice du parti de gauche Liberté et Refondation avec son mari Manuel Zelaya, ancien président ayant été destitué lors du coup d'État de 2009. Candidate lors des élections générales de 2013, elle finit deuxième[15] .

Elle propose notamment l'organisation d'un référendum sur l’adoption d'une nouvelle constitution, l’établissement de relations diplomatiques avec la Chine et la création d'une commission anti-corruption soutenue par les Nations unies sur le modèle de la Commission internationale contre l'impunité au Guatemala (CICIG). Sur les questions économiques, elle s'est opposée aux ZEDES, des zones de libre-échange semi-autonomes promue par Juan Orlando Hernández, et défend des programmes sociaux pour lutter contre la pauvreté, tout en essayant pendant la campagne d’entretenir de bons rapports avec le secteur privé[4].

Sur le plan sociétal, la candidate défend la légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel, ce qui lui vaut de vives critiques de la part du parti au pouvoir, à l'opposé de ces positions[20]. Elle est accusée pendant la campagne d’être communiste, d’être une marionnette de son époux et d’être liée à Cuba et au Venezuela[21]. Après avoir annoncé qu'il retirait sa candidature, le centriste Salvador Nasralla soutient le parti Libre et négocie la place de colistier pour la vice-présidence[22].

Yani RosenthalModifier

Homme d'affaires membre de longue date du Parti libéral situé au centre-droit de l'échiquier politique, Yani Rosenthal est condamné à trois ans d'emprisonnement aux États-Unis pour son rôle dans une affaire de blanchiment d'argent liée aux stupéfiants. Il est libéré en 2020 juste à temps pour se présenter et entamer sa campagne présidentielle[15]. Sa candidate à la vice-présidente est la membre du parti libéral, Yadira Bendaña[23].

Candidats ayant renoncéModifier

Salvador NasrallaModifier

 
Ancien candidat du Parti sauveur, Salvador Nasralla.

Déjà candidat aux élection présidentielle de 2013 et de 2017, Salvador Nasralla se présente à nouveau en tant que candidat d'une coalition réunissant le Parti liberté et refondation et le Parti Innovation et Unité. En 2017, la présidence lui avait échappé de quelques dizaines de milliers de voix. Quatre ans plus tard, il se présente comme candidat du Parti sauveur[15].

Distancé dans les sondages, Salvador Nasralla renonce à sa candidature en octobre 2021 et se joint à la campagne de Xiomara Castro[24],[25].

Intentions de voteModifier

Le tableau suivant présente l'évolution des intentions de vote en fonction des informations obtenues via les firmes de sondage. À partir de plusieurs mois avant la date des élections, la candidate du parti Libre, Xiomara Castro semble être en avance, et ce, nonobstant la firme de sondage impliquée. Cette tendance se consolide après le retrait de Salvador Nasralla dans la course.

Sondage Date

(2021)

Sondés Nasry Asfura  Xiomara Castro  Salvador Nasralla  Yani Rosenthal

 

Autre Indécis/Ne répond pas Abstention
TResearch[26] 22-25 nov. 1 000 28,2 42,9 N/A 4,0 2,9 22,1 N/A
Tecnimerk[27] 24-28 oct. N/A 25,5 38,8 N/A 8,4 N/A 27,3 N/A
Paradigma[28] 14-26 oct. 3 463 27,7 25,7 N/A 6,6 2,0 23,4 14,6
CESPAD[29] 14-20 oct. 1 726 21,0 38,0 N/A 3,0 5,0 21,0 9,0
Salvador Nasralla retire sa candidature et appuie Xiomara Castro
Tecnimerk[30] 1-4 oct. N/A 23,4 31,6 13,0 7,6 N/A N/A N/A
Paradigma[31] 14-28 sept. 3 355 22,7 18,7 10,1 5,5 2,7 13,8 26,5
TecniMerk[32] 2-9 sept. N/A 22,0 31,0 15,4 6,5 0,3 25,0 N/A
TResearch[33] 8-9 sept. 1 000 30,9 31,8 15,8 9,3 2,2 9,9 N/A
CID Gallup[34] 1-7 sept. 1 288 21 18 18 13 2 28
Paradigma[35] 11-26 août 4 446 15,0 13,8 7,5 4,8 0,6 27,6 30,7
Voto 2021 HN[36] Août 3 800 13 18 45 5 1,5 6,5 11,0
Paradigma[37] 28 juin-13 juil. 3 003 12,4 12,9 7,1 6,1 1,3 26,6 33,6
TecniMerk[38] 1-5 juil. N/A 22,7 27,4 13,2 8,5 N/A 28,2 N/A
CESPAD[39] 13 avr.-7 mai 1 888 14,9 11,7 7,9 6,6 7,6 51,1 N/A
Élections primaires réalisées le 14 mars 2021
C&E Research[40] 2 mars 600 14,2 13,8 15,5 14,1 N/A 14,4 28,0

RésultatsModifier

PrésidentielleModifier

Résultats préliminaires de la présidentielle hondurienne de 2021 (dépouillement à 65,73 %)[41],[42]
Candidats
et 1er colistier
Partis Voix %
Xiomara Castro
Salvador Nasralla
Libre 1 177 950 51,54
Nasry Asfura
Mireya Agüero
PNH 808 544 35,37
Yani Rosenthal
Yadira Bendaña
PLH 218 919 9,58
Milton Benítez
Lilian Funez
Ind. 5 629 0,25
Carlos Mauricio Portillo
Wendy Aguilera
DC 4 112 0,18
Romeo Vásquez Velásquez
Martha Hernandez
APH 4 037 0,18
Autres candidats 19 452 0,84
Votes blancs
Votes valides 2 285 726 94,18
Votes invalides
Total 2 374 929 100
Abstention
Inscrits / participation 5 182 425 69,26

LégislativesModifier

Résultats des législatives honduriennes de 2021[42]
 
Partis Voix % Sièges +/-
Liberté et Refondation (Libre) 51   21
Parti national (PNH) 40   21
Parti libéral (PLH) 21   5
Parti sauveur (PSH) 14   14
Parti démocrate-chrétien (DC) 1  
Parti anti corruption (PAC) 1  
Parti Innovation et Unité (PINU) 0   4
Alliance patriotique hondurienne (APH) 0   4
Unification démocratique (UD) 0   1
Front large (FA) 0  
Autres partis 0  
Votes valides
Votes blancs et invalides
Total 100 128  
Abstentions
Inscrits / participation

DéroulementModifier

 
Candidat arrivé en tête par département.
 
Candidat arrivé en tête par municipalité.
 
Sièges par parti par circonscription

Le scrutin est marqué par une forte hausse de la participation, celle ci atteignant plus de 63 %, un taux jugé « historique » par la commission électorale[20].

Au lendemain du scrutin, les résultats préliminaires donnent la candidate du Parti Liberté et Refondation (Libre), Xiomara Castro, largement en tête avec plus de 53 % des voix, contre 33 % au candidat du Parti national du Honduras (PNH), Nasry Asfura. Les résultats, encore partiels, font l'objet d'appels au calme en attendant ceux définitifs, la possibilité d'une fraude électoral étant très redoutée après la présidentielle controversée de 2017, tandis que les deux principaux candidats se déclarent tout deux vainqueurs[20],[43].

À h 55 HNC, le , l'actualisation des résultats est stoppée à 51,45 % des bulletins dépouillés, et ce pendant plusieurs heures, occasionnant une forte appréhension parmi la population qui craint alors de voir se répéter un scénario similaire aux évènements ayant suivis les élections générales de 2017[44]. La divulgation des résultats recommence au compte-gouttes le matin du , plus de 24 heures après son interruption[45]. Au cours de la journée, le candidat du Parti national, Nasry Asfura reconnaît finalement sa défaite et félicite Xiomara Castro[46].

AnalysesModifier

Xiomara Castro remporte une large victoire en réunissant plus de la majorité absolue des suffrages exprimés dans le contexte d'une forte participation de la population. La candidate de gauche aurait notamment bénéficié des retraits en sa faveur des candidatures de plusieurs autres candidats, ainsi que d'un vote de rejet à l'égard du pouvoir en place. Raul Pineda, ancien député du Parti national, estime ainsi peu avant le scrutin que « les gens ne voteront pas pour Xiomara, mais contre [le président sortant] Juan Orlando Hernandez et ce qu'il représente ». Grévé par le mauvais bilan économique de son prédecesseur, accusé d'avoir instauré un « régime d'hyper corruption », Nasry Asfura fait ainsi l'objet d'un vote sanction à l'égard du gouvernement sortant[47].

La question de la corruption, alors au centre des préoccupations des électeurs, aurait notamment provoquée une « lassitude nationale » touchant la population au délà des appartenance politiques, dont Castro aurait bénéficée[47].

Notes et référencesModifier

  1. « Honduras, un an après le coup d’État », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).
  2. « Honduras: manifestation contre le président Hernandez », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le ).
  3. (es) Deutsche Welle (www.dw.com), « Presidente de Honduras no buscará segunda reelección en 2021 », sur DW.COM (consulté le ).
  4. a b et c (en-US) Brendan O’Boyle, « Could Honduras Shift Left? A Look at Xiomara Castro », sur Americas Quarterly,
  5. « EEUU: Presidente Honduras dijo que ejército ayudaría a narco », sur AP NEWS,
  6. « Honduras: le frère du président Hernandez condamné pour trafic de cocaïne », sur RFI,
  7. (es) Jacobo García, « El triste panorama electoral de Honduras », sur EL PAÍS,
  8. « Honduras: des élections marquées par la corruption et la violence », sur Le Journal de Montréal,
  9. « Le Honduras, un pays « pris en étau entre pauvreté extrême et ultraviolence » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. « Constitution », sur www.constituteproject.org (consulté le ).
  11. « Elections: Honduras Presidential Nov 09 », IFES Election Guide (consulté le )
  12. (es) Legis Ámbito Jurídico, « Aprueban reelección presidencial en Honduras », sur La decisión contó con el voto favorable de los cinco jueces de la Sala Constitucional de la Corte, aunque uno de ellos, José Elmer Lizardo, se retractó después., (consulté le )
  13. « HONDURAS Congreso nacional (Congrès national) », sur Union interparlementaire
  14. « Elections: Honduras National Congress », IFES Election Guide (consulté le )
  15. a b c d et e (en-US) AQ Editors, « Meet the Candidates: Honduras », Americas Quarterly, sur americasquarterly.org, (consulté le )
  16. « À la Une: fin de campagne minée par la violence au Honduras », sur RFI,
  17. (en) « Honduras Shows How Fake News Is Changing Latin American Elections », sur Time,
  18. (es) « El aborto no es un tema para campaña, dice Nasry Asfura en gira por Sabanagrande », sur Proceso Digital,
  19. (es) Hondudiario, « Figura de Nasry “Tito” Asfura, está por encima de los errores del partido », sur hondudiario.com, (consulté le )
  20. a b et c « Au Honduras, la candidate de gauche Xiomara Castro est en tête de l’élection présidentielle », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  21. « Honduras : Xiomara Castro en tête de l’élection présidentielle », sur Le Point,
  22. (es) El Heraldo, « Salvador Nasralla presenta su renuncia como candidato presidencial y se inscribe como designado de Libre », sur Diario El Heraldo, (consulté le )
  23. (es) La Tribuna, « Yadira Bendaña: Lamentamos que la unidad que quiere Yani no sea acompañada », sur Diario La Tribuna, (consulté le )
  24. (en) « Alliance de la gauche et du centre-droit en vue des présidentielles au Honduras », sur Les 2 Rives,
  25. (en) AP News, « Ex-Honduran candidate endorses Zelaya party for president », sur apnews.com, (consulté le )
  26. (es) Carlos Peña, « Así van honduras: Xiomara Castro a la cabeza », sur TResearch, (consulté le )
  27. (es) La Notta, « https://twitter.com/lanotta/status/1453769876238184453 », sur twitter.com, (consulté le )
  28. (es) M. Torres, « En su última encuesta del proceso electoral actual, Paradigma declara empate técnico entre Nasry Asfura y Xiomara Castro », sur hch.tv, (consulté le )
  29. (es) Centro de Estudio para la Democracia, Encuesta del CESPAD: ¿Influye en la intención del voto la alianza LIBRE y PSH?, Tegucigalpa, , 22 p. (lire en ligne [PDF])
  30. A 108 días de las elecciones, la encuestadora TECNIMERK da a conocer su más reciente encuesta de opinión pública realizada del 1 al 8 de agosto de 2021, con relación a las próximas elecciones presidenciales en #Honduras.
  31. (es) Ingris Coello, « A menos de dos meses de las elecciones generales, Nasry Asfura es el candidato favorito para la presidencia de Honduras, según el estudio #90 de la firma Encuestadora Paradigma », sur Diario Paradigma, (consulté le )
  32. (es) Allan Martínez, « Encuesta de Tecnimerck da como ganadora a Xiomara; la sitúa 9 puntos arriba de Asfura », sur HONDUSA TV, (consulté le )
  33. (es) Carlos Peña, « Así van honduras: Xiomara Castro a la cabeza », sur TResearch, (consulté le )
  34. (es) La Prensa, « CID Gallup: la mayoría cree que Nasry Asfura será el presidente », sur laprensa.hn, (consulté le )
  35. (es) Fanny Zelaya, « Nasry Asfura y Xiomara Castro, siguen como favoritos para ganar las elecciones generales, según el estudio #89 de la firma Encuestadora Paradigma », sur Diario Paradigma, (consulté le )
  36. Encuesta nivel presidencial Agosto 2021. Voto2021hn. Consultado el 30 de octubre de 2021.
  37. (es) Ingris Coello, « A cuatro meses de las elecciones generales, Xiomara Castro aventaja con estrecho margen la candidatura a la presidencia, según el estudio #88 de la firma Encuestadora Paradigma », sur Diario Paradigma, (consulté le )
  38. La Notta, « https://mobile.twitter.com/lanotta/status/1412469593843679233 », sur twitter.com, (consulté le )
  39. (es) Redacción, « Análisis | Fragmentación y necesidad de articulación política: un análisis sobre la fidelidad partidaria y la intención del voto en Honduras | CESPAD » (consulté le )
  40. C&E Research, « Honduras. Destino 21. Marzo 2021 » [archive du ], sur ceonline, (consulté le )
  41. « Résultats », sur resultadosgenerales2021.cne.hn (consulté le ).
  42. a et b (es) « Elecciones Nacionales de Honduras 28 de Noviembre 2021 - Escrutinio provisorio », sur cne.hn, (consulté le ).
  43. Le Point, magazine, « Honduras : Xiomara Castro en tête de l’élection présidentielle », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  44. (es) BBC News Mundo, « Elecciones en Honduras: amplia ventaja de la izquierdista Xiomara Castro sobre el oficialista Nasry Asfura con el escrutinio paralizado en el 51% », BBC News Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. (es) La Prensa, « Rixi Moncada a candidatos: “No vamos a ocultar datos, tengan paciencia” », sur laprensa.hn, (consulté le )
  46. (es) Diario El Heraldo, « Nasry 'Tito' Asfura acepta la derrota y felicita a Xiomara Castro con un abrazo », sur elheraldo.hn, (consulté le )
  47. a et b « Honduras: forte participation à la présidentielle de dimanche, Xiomara Castro revendique la victoire », sur RFI,