Élections à l'Assemblée de Madrid de 2021

Élections à l'Assemblée de Madrid de 2021
136 députés de l'Assemblée
(majorité absolue : 69 députés)
Type d’élection Élections législatives de communauté autonome
Durée de campagne du au
Corps électoral et résultats
Inscrits 5 112 658
Votants 3 644 577
76,25 %  +12
Votes exprimés 3 622 363
Votes nuls 22 214
Isabel Díaz Ayuso 2020b (cropped).jpg PPCM – Isabel Díaz Ayuso
Voix 1 620 213
44,73 %
 +22,5
Députés élus 65  +35
Mónica García infoLibre (cropped).jpg Más Madrid – Mónica García
Voix 614 660
16,97 %
 +2,3
Députés élus 24  +4
(Ángel Gabilondo) Pregón de "La Noche de los Teatros" (46785085594) (cropped).jpg PSOE-M – Ángel Gabilondo
Voix 610 190
16,85 %
 −10,5
Députés élus 24  −13
Rocío Monasterio 2019 (cropped).jpg Vox – Rocío Monasterio
Voix 330 660
9,13 %
 +0,3
Députés élus 13  +1
Pablo Iglesias 2020 (portrait).jpg Unidas Podemos – Pablo Iglesias
Voix 261 010
7,21 %
 +1,6
Députés élus 10  +3
Parti arrivé en tête par commune
Carte
XIIe législature de l'Assemblée
Diagramme
Président de la communauté de Madrid
Sortante Élu
Isabel Díaz Ayuso
PP
-
resultados2021.comunidad.madrid

Les élections à l'Assemblée de Madrid de 2021 (en espagnol : elecciones a la Asamblea de Madrid de 2021) se tiennent le , afin d'élire les 136 députés de la XIIe législature de l'Assemblée, pour un mandat de deux ans.

Le scrutin est convoqué par la présidente de la communauté de Madrid Isabel Díaz Ayuso après qu'elle a rompu sa coalition minoritaire en dénonçant le risque d'une motion de censure à son encontre.

La journée électorale est marquée par une très forte hausse de la participation électorale et une nette victoire du Parti populaire, qui rate de peu la majorité absolue en absorbant l'intégralité des députés du parti Ciudadanos, éjecté de l'Assemblée. Le Parti socialiste, première force d'opposition depuis , est supplanté en voix par Más Madrid.

Le secrétaire général de Podemos Pablo Iglesias se retire de la vie politique à la suite des élections, tandis que le secrétaire général régional du Parti socialiste José Manuel Franco remet sa démission et le chef de file socialiste Ángel Gabilondo renonce à siéger dans la future législature.

ContexteModifier

À la suite des élections parlementaires du 25 mai 2019, le Parti populaire (PP) — au pouvoir depuis  — d'Isabel Díaz Ayuso conclut le un accord pour former un gouvernement de coalition minoritaire avec le parti libéral Ciudadanos (Cs) d'Ignacio Aguado, prévoyant notamment un exécutif comprenant six membres de Cs — dont Ignacio Aguado comme vice-président —, sept membres du PP et Isabel Díaz Ayuso occupant la présidence de la communauté autonome[1]. Trois semaines plus tard, Ciudadanos accepte verbalement les exigences du parti d'extrême droite Vox de Rocío Monasterio, dont les députés sont indispensables pour disposer de la majorité absolue[2]. Le , Isabel Díaz Ayuso reçoit l'investiture de l'Assemblée de Madrid par 68 voix pour et 64 contre, issues du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), de Más Madrid (MM) et de Podemos[3].

Isabel Díaz Aysuo annonce le qu'elle prononce la dissolution de l'Assemblée et convoque des élections anticipées le suivant. Elle explique avoir pris cette décision en raison de l'accord de coalition dévoilé le matin même entre le Parti socialiste et Ciudadanos dans la région de Murcie — où gouvernait depuis un gouvernement minoritaire PP-Cs avec le soutien sans participation de Vox — et dont elle souhaite éviter la réplique dans la communauté de Madrid[4]. En parallèle, elle relève de leurs fonctions les six membres de son gouvernement issus de Ciudadanos après qu'Ignacio Aguado a dénoncé la convocation des élections[5].

En réaction, le PSOE et Más Madrid annoncent chacun le dépôt d'une motion de censure — postulant comme candidats à la présidence Ángel Gabilondo et Mónica García — dans le but de bloquer la dissolution du parlement territorial, puisque le statut d'autonomie interdit de convoquer des élections anticipées quand une telle motion est à l'étude ; les motions sont accueillies favorablement par le bureau de l'Assemblée dans la journée, grâce au soutien des députés de Ciudadanos[6]. Finalement le , le bureau accepte d'appliquer le décret de dissolution mais dépose un recours pour le contester devant la justice administrative[7]. Le référé suspension déposé par les administrateurs parlementaires est cependant repoussé le par le tribunal supérieur de justice, qui estime que « le pouvoir de dissolution se trouve effectivement exercé dès lors que le décret correspondant est signé, sans préjudice du déploiement de l'efficacité juridique de la convocation du scrutin une fois ledit décret publié au Journal officiel » ; bien qu'il ne se prononcent pas de jure sur le fond, les juges de la chambre du contentieux administratif répondent de facto aux arguments invoqués, laissant peu de doute sur la tenue du scrutin[8].

EnjeuxModifier

L'Assemblée de Madrid est la législature décentralisée et monocamérale de la communauté de Madrid, dotée d'un pouvoir législatif en matière régionale tel que défini par la Constitution espagnole et le statut d'autonomie de la communauté de Madrid, ainsi que de la capacité de voter la confiance en un président du gouvernement ou de la retirer. Conformément à l'article 69.5 de la Constitution, l'Assemblée a la faculté de désigner des sénateurs représentant la communauté autonome au Sénat.

Dissolution de l'AssembléeModifier

Le mandat de l'Assemblée de Madrid expire quatre ans après la date de son élection précédente, à moins qu'elle n'ait été dissoute plus tôt. Le président de la communauté de Madrid doit déclencher des élections vingt-cinq jours avant la date d'expiration des pouvoirs de l'Assemblée, le jour des élections ayant lieu le cinquante-quatrième jour suivant celui de la convocation et devant correspondre au quatrième dimanche du mois de mai.

Le président de la communauté de Madrid a néanmoins la possibilité de dissoudre l'Assemblée et de convoquer des élections à tout moment, à condition qu'aucune motion de censure ne soit en cours et que cette dissolution n'intervienne pas avant un an après la précédente, ni lorsqu'il ne reste qu'un an avant l'expiration naturelle de la législature ou qu'un processus électoral national est en cours. La dissolution est également impossible lors de la première session parlementaire ayant lieu après des élections. En cas de dissolution, la nouvelle législature ne dure pas quatre ans mais se trouve limitée au terme initial de la législature dissoute.

Si un processus d'investiture échoue à élire un président régional dans un délai de deux mois à compter du premier tour de scrutin, l'Assemblée est automatiquement dissoute et une nouvelle élection déclenchée.

Mode de scrutinModifier

Conformément à l'article 10 du statut d'autonomie de la communauté de Madrid, l'Assemblée est composée d'un député par tranche de 50 000 habitants ou fraction supérieure à 25 000 habitants selon les données de recensement disponibles les plus récentes[9]. La loi électorale madrilène 11/1986 dispose que les députés (en espagnol : diputados) sont élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel d'Hondt à listes fermées[10] par l'ensemble des personnes résidant dans la communauté autonome où résidant momentanément à l'extérieur de celle-ci, si elles en font la demande.

Conformément à l'article 18 de la loi électorale, la circonscription électorale correspond à l'ensemble du territoire de la communauté autonome[10].

Comme dans toute l'Espagne, le vote blanc est reconnu et comptabilisé comme un vote valide. Il est par conséquent pris en compte pour déterminer si un parti a franchi ou non le seuil électoral. En revanche, conformément à l'article 96.5 de la LOREG, seuls les suffrages exprimés sont pris en compte pour la répartition des sièges à pourvoir[11],[12].

Conditions de candidatureModifier

La loi électorale prévoit que les partis, fédérations, coalitions et groupements électoraux sont autorisés à présenter des listes de candidats. Toutefois, les partis, fédérations ou coalitions qui n'ont pas obtenu de mandat aux Cortes lors de l'élection précédente sont tenus d'obtenir au moins la signature de 0,1 % des électeurs inscrits au registre électoral de la circonscription dans laquelle ils cherchent à se faire élire, alors que les regroupements d'électeurs sont tenus d'obtenir la signature d'au moins 0,5 % des électeurs. Il est interdit aux électeurs de signer pour plus d'une liste de candidats. En même temps, les partis et les fédérations qui ont l'intention d'entrer en coalition pour participer conjointement à une élection sont tenus d'informer la commission électorale compétente dans les dix jours suivant le déclenchement de l'élection. Les listes doivent comprendre des candidats des deux sexes dans une proportion non inférieure à 40 % l'un par rapport à l'autre.

Répartition des siègesModifier

Toute candidature qui n'a pas obtenu un minimum de 5 % des voix n'est pas admise à participer à la répartition des sièges. La répartition se déroule de la manière suivante :

  • on ordonne les candidatures sur une colonne en allant de la plus votée vers la moins votée ;
  • on divise le nombre de voix obtenues par chaque candidature par 1, 2, 3... jusqu'au nombre de sièges à pourvoir dans le but de former un tableau ;
  • on attribue les sièges à pourvoir en tenant compte des plus grands quotients selon un ordre décroissant ;
  • lorsque deux candidatures obtiennent un même quotient, le siège est attribué à celle qui a le plus grand nombre total de voix ; lorsque deux candidatures ont exactement le même nombre total de voix, l'égalité est résolue par tirage au sort et les suivantes de manière alternative.

Les sièges propres à chaque formation politique sont attribués aux candidats en suivant l'ordre de présentation sur la liste. En cas de décès, incapacité ou démission d'un député, le siège vacant revient au candidat ou, le cas échéant, au suppléant placé immédiatement derrière le dernier candidat élu de la liste.

CampagneModifier

Isabel Diaz Ayuso mène une campagne jugée[Par qui ?] à la lisière de l'extreme droite. Sous le slogan « communisme ou liberté », elle défend en particulier l'ouverture des bars et restaurants dans un contexte de crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19, s'opposant aux mesures restrictives souhaitées par le gouvernement[13]. Elle s'engage également à réduire l’imposition des riches[14]. Elle refuse tout cordon sanitaire autour du parti d'extrême droite Vox, n'excluant pas non plus l'hypothèse de faire entrer des membres de ce parti au sein de l’exécutif madrilène si le PP n'obtenait pas à lui seul une majorité[13].

Principaux partisModifier

Parti Chef de file Résultat en 2019
Parti socialiste ouvrier espagnol de la communauté de Madrid
Partido Socialista Obrero Español de la Comunidad de Madrid
PSOE-M Ángel Gabilondo 27,3 % des voix
37 députés
Parti populaire de la communauté de Madrid
Partido popular de la Comunidad de Madrid
PPCM Isabel Díaz Ayuso
(Présidente)
22,2 % des voix
30 députés
Ciudadanos
Citoyens
Cs Edmundo Bal (es) 19,4 % des voix
26 députés
Más Madrid
Plus de Madrid
MM Mónica García 14,7 % des voix
20 députés
Vox Rocío Monasterio 8,9 % des voix
12 député
Unidas Podemos
Unies, nous pouvons
UP Pablo Iglesias 5,6 % des voix
7 députés

SondagesModifier

Institut Date PSOE PP Cs Vox MM Pod Autres
Metroscopia/El País 20-26 avril 2021 19,7 41,3 3,0 9,4 17,6 7,8 1,2
Sigma Dos/El Mundo 12-15 avril 2021 21,1 40,9 4,5 9,4 14,9 8,1 1,1
Celeste-Tel/Onda Cero 13 avril 2021 25,2 41,7 4,5 8,2 12,5 7,2 0,7
ElectoPanel/Electomanía 7 avril 2021 25,9 41,2 3,5 8,5 10,4 8,7 1,8
NC Report/La Razón 14-27 mars 2021 26,0 40,1 5,1 9,1 9,5 9,2 1,0
ElectoPanel/Electomanía 17 mars 2021 26,6 41,2 2,0 9,3 9,7 9,3 1,9
Hamalgama Métrica/OKDiario 16-17 mars 2021 27,1 39,1 5,3 10,5 10,3 7,0 0,7
DYM/20 minutos 15-17 mars 2021 23,2 36,5 6,2 10,8 13,1 8,7 1,5
SocioMétrica/El Español 16 mars 2021 21,8 36,2 5,5 12,3 11,3 11,0 1,9
GAD3/Telecinco 15-16 mars 2021 24,8 42,1 1,9 7,9 9,2 10,9 3,2
SyM Consulting 15 mars 2021 22,5 36,0 2,4 16,7 11,0 9,6 1,8
ElectoPanel/Electomanía 15 mars 2021 23,3 45,2 1,8 7,4 20,9 1,4
26,7 41,1 2,7 9,2 10,8 8,0 1,5
NC Report/La Razón 10-13 mars 2021 27,6 33,2 6,3 13,7 12,8 5,2 1,2
GAD3/ABC 10-12 mars 2021 27,8 39,6 3,1 10,5 11,1 5,1 2,8
Demoscopia y Servicios/ESdiario 11 mars 2021 28,2 31,3 5,8 15,2 12,5 5,5 1,5
Metroscopia/El Confidencial 10-11 mars 2021 28,4 41,0 4,0 9,3 11,0 4,9 1,4
SyM Consulting 10 mars 2021 25,5 28,8 5,3 21,7 11,3 5,2 2,2
ElectoPanel/Electomanía 10 mars 2021 27,2 33,2 4,4 13,7 14,6 5,3 1,6
Hamalgama Métrica/OKDiario 10 mars 2021 26,7 29,9 9,0 15,6 11,9 5,2 1,7
SocioMétrica/El Español 15-17 octobre 2020 25,9 26,8 12,3 14,8 13,1 5,2 1,9
Hamalgama Métrica/OKDiario 9-12 octobre 2020 26,5 32,8 10,3 10,2 12,4 5,6 2,2
NC Report/La Razón 5-10 octobre 2020 26,9 33,1 12,3 8,7 12,1 5,4 1,5
ElectoPanel/Electomanía 1-9 octobre 2020 28,5 33,7 9,2 9,1 12,7 5,1 1,7
DYM/20 minutos 5-7 octobre 2020 28,5 24,3 13,9 12,7 14,0 5,1 1,5
SyM Consulting 2-4 octobre 2020 25,0 27,7 9,1 16,2 14,2 5,8 2,0
ElectoPanel/Electomanía 2 octobre 2020 28,4 33,4 10,0 9,8 10,8 6,5 1,1
NC Report/La Razón 8-12 septembre 2020 27,4 28,4 14,0 9,4 13,0 5,9 1,9
ElectoPanel/Electomanía 31 août 2020 28,6 30,9 11,3 10,9 9,5 7,2 1,6
Sigma Dos/Telemadrid 19-22 juin 2020 29,5 31,9 10,8 8,4 10,3 7,8 1,3
ElectoPanel/Electomanía 1er avril-15 mai 2020 28,5 32,3 10,2 10,2 6,5 10,5 1,8
Hamalgama Métrica/OKDiario 8-11 mai 2020 27,4 29,9 13,9 9,8 10,8 6,6 1,6
GAD3/ABC 24-29 avril 2020 27,9 41,1 7,6 7,7 6,6 6,4 2,7
SyM Consulting 20-23 avril 2020 24,7 27,3 12,3 14,9 8,9 10,0 1,9
ElectoPanel/Electomanía 26-30 mars 2020 30,3 26,0 11,3 11,8 4,3 14,4 1,9
Celeste-Te 22-26 jul. 2019 28,3 23,7 20,1 7,6 14,1 4,8 1,4
NC Report/La Razón 9-13 jul. 2019 27,8 26,0 17,7 7,1 14,2 5,1 2,1
Élections régionales de 2019 27,3 22,2 19,4 8,9 14,7 5,6 1,9

RésultatsModifier

ParticipationModifier

Taux de participation aux élections
Taux de participation En 2019 En 2021 Différence
à 13 heures 26,18 % 28,44 %  +2,26
à 19 heures 58,13 % 69,27 %  +11,14
à 20 heures 68,08 % 76,24 %  +8,16

Voix et siègesModifier

Résultats des élections à l'Assemblée de Madrid de 2021 (99,93  % des bureaux de vote)[15]
 
Partis Voix % +/− Sièges +/−
Parti populaire de la communauté de Madrid (PPCM) 1 620 213 44,73  +22,5 65  +35
Más Madrid (MM) 614 660 16,97  +2,28 24  +4
Parti socialiste ouvrier espagnol de Madrid (PSOE-M) 610 190 16,85  −10,46 24  −13
Vox 330 660 9,13  +0,25 13  +1
Unidas Podemos (UP) 261 010 7,21  +1,61 10  +3
Ciudadanos (Cs) 129 216 3,57  −15,89 0  −26
Parti animaliste contre la maltraitance animale (PACMA) 15 507 0,43  −0,33 0  0
Autres 21 721 0,58 - 0  0
Votes blancs 19 186 0,53  +0,07
Votes valides 3 622 363 99,39
Votes nuls 22 214 0,61
Total 3 644 577 100 - 136  +4
Abstentions 1 135 201 23,75
Inscrits / participation 4 779 778 76,25

AnalyseModifier

Le scrutin, marqué par une forte hausse de la participation électorale, renforce le virage à droite de la communauté de Madrid grâce à la large victoire du Parti populaire de la présidente sortante Isabel Díaz Ayuso, dont le nombre total de députés double et est désormais supérieur à l'ensemble des sièges remportés par les partis de gauche, notamment grâce à l'effondrement de Ciudadanos dont l'intégralité des sièges revient au Parti populaire. Dans l'ensemble, le bloc de droite compte vingt députés d'avance, cinq fois plus qu'aux élections de 2019. La baisse de l'abstention ne renforce pas l'opposition, le Parti socialiste ouvrier espagnol enregistrant un important recul et le pire résultat de son histoire régionale, deux mois et demi après avoir remporté les élections en Catalogne, tandis que la progression de Más Madrid — qui surpasse le PSOE de 4 000 voix — et d'Unidas Podemos, qui augmentent de deux points chacun, ne compense que partiellement le reflux des socialistes[16].

Au niveau local, le Parti populaire s'impose dans la quasi-totalité de la communauté de Madrid en absorbant l'immense majorité des électeurs de Ciudadanos et en raison d'un déplacement électoral de la gauche vers la droite. Dans la banlieue et les districts sud de la capitale, fiefs de la gauche, le PP l'emporte sur le PSOE, qui perd un tiers de ses voix en deux ans. Dans les quartiers où se concentrent les 20 % des Madrilènes les moins riches, les partis de droite progressent et frôlent les 50 % des suffrages, et dans ceux où vivent les 5 % les plus aisés, le rapport est de un à six en leur faveur. La sensible amélioration de la participation ne profite pas aux partis de gauche, puisque dans le sud de Madrid, la participation monte de dix points et la droite y engrange sept points supplémentaires[17].

Réactions et conséquencesModifier

Le scrutin est une victoire pour le Parti populaire de la communauté de Madrid (PPCM) qui double sa représentation à l'Assemblée. Dés le soir du scrutin, sa cheffe de file Isabel Díaz Ayuso, figure montante de la droite, déclare devant une foule rassemblée devant le siège madrilène du parti que la population va « retrouver la fierté [...] l'unité et la liberté dont l'Espagne a besoin » avant d'affirmer que le gouvernement national du socialiste Pedro Sánchez n'en a plus pour longtemps. Le président du Parti populaire Pablo Casado qualifie lui les résultats de « motion de censure démocratique ». Bien que ne disposant pas à lui seul de la majorité absolue, le PPCM bénéficie du soutien du parti Vox, qui l'assure dans la soirée pouvoir compter sur ses voix[18].

Devant la défaite de son parti et de la gauche en général, le secrétaire général de Podemos, Pablo Iglesias, annonce démissionner de toutes ses responsabilités et quitter la vie politique[19]. À la tête du parti depuis 2014, Iglesias avait quitté son poste de vice-président du gouvernement Sánchez II pour s'investir dans la campagne électorale madrilène. Il justifie son départ par le désir de ne pas faire obstacle à la rénovation de la direction de Podemos, dont il se sent devenu un poids en raison de son image de « bouc émissaire » mobilisant l'électorat contre lui et l’empêchant de rassembler[20],[21]. Deux jours après la tenue du scrutin, le secrétaire général régional du Parti socialiste José Manuel Franco renonce à ses fonctions, au profit d'une direction provisoire[22]. Quelques heures plus tard, Ángel Gabilondo fait savoir qu'il renonce à prendre possession de son mandat de parlementaire[23].

Notes et référencesModifier

  1. (es) Juan José Mateo, « PP y Ciudadanos firman un pacto en Madrid que Vox califica de “vergonzoso” », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021).
  2. (es) Juan José Mateo, « Isabel Díaz Ayuso presidirá la Comunidad de Madrid tras aceptar Cs las exigencias rebajadas de Vox », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021).
  3. (es) Marta R. Domingo et Sara Medialdea, « Isabel Díaz Ayuso, investida presidenta de la Comunidad de Madrid », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021).
  4. (es) Juan José Mateo et Manuel Viejo, « Ayuso llama a las urnas en Madrid el 4 de mayo para evitar una moción de censura de PSOE y Cs », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021).
  5. (es) « Ayuso destituye a Ignacio Aguado y todos los consejeros de Ciudadanos », El Independiente,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021).
  6. (es) « La Mesa de la Asamblea admite las mociones de censura de PSOE y Más Madrid contra Ayuso », RTVE,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021).
  7. (es) « La Asamblea de Madrid acepta la disolución, pero la Mesa lo recurrirá ante los tribunales », Europa Press,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021).
  8. (es) « El TSJ de Madrid avala el adelanto electoral de Ayuso al 4 de mayo », El Independiente,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2021).
  9. (es) Espagne, Communauté de Madrid. « Ley Orgánica 3/1983, de 25 de febrero, de Estatuto de Autonomía de la Comunidad de Madrid. », BOE, art. 10. (version en vigueur : 8 juillet 1998) [lire en ligne (page consultée le 12 mars 2021)]
  10. a et b (es) Espagne, Communauté de Madrid. « Ley 11/1986, de 16 de diciembre, Electoral de la Comunidad de Madrid. », BOE, art. 18. (version en vigueur : 26 décembre 1986) [lire en ligne (page consultée le 12 mars 2021)]
  11. (es) Espagne, Communauté de Madrid. « Ley 11/1986, de 16 de diciembre, Electoral de la Comunidad de Madrid. », BOE, art. 2e disposition additionnelle. (version en vigueur : 26 décembre 1986) [lire en ligne (page consultée le 12 mars 2021)]
  12. (es) Espagne. « Ley Orgánica 5/1985, de 19 de junio, del Régimen Electoral General. », BOE, art. 96. (version en vigueur : 29 janvier 2011) [lire en ligne (page consultée le 12 mars 2021)]
  13. a et b « L'ultra-conservatrice Isabel Ayuso gagne Madrid », sur www.equinoxmagazine.fr (consulté le 5 mai 2021)
  14. « Isabel Diaz Ayuso, l’égérie libérale espagnole », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne)
  15. (es) « Resultados provisionales », sur resultados2021.comunidad.madrid (consulté le 4 mai 2021).
  16. (es) Carlos E. Cué, « Ayuso arrasa en Madrid », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2021).
  17. (es) Borja Andrino, Daniele Grasso, Luis Sevillano Pires et Kiko Llaneras, « Los resultados de las elecciones en Madrid, calle a calle: la participación no ayuda a la izquierda y la derecha sube también en los barrios pobres », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2021).
  18. « Après le triomphe de la droite à Madrid, Pablo Iglesias, chef de Podemos, jette l'éponge », sur France 24, FRANCE24, (consulté le 5 mai 2021).
  19. (es) Aitor Riveiro, « Pablo Iglesias: "Dejo todos mis cargos, dejo la política" », Eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mai 2021).
  20. L'Obs avec AFP, « « Nous avons échoué » : Pablo Iglesias, fondateur de Podemos, se retire de la politique », sur L'Obs, (consulté le 5 mai 2021).
  21. « Espagne : Pablo Iglesias annonce son retrait de la politique après la déroute de la gauche à Madrid », sur Franceinfo, (consulté le 5 mai 2021).
  22. (es) « José Manuel Franco presenta su dimisión como secretario general del PSOE de Madrid », Cadena SER,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2021).
  23. (es) José Marcos, « Gabilondo renuncia al acta y Franco dimite como secretario general del PSOE de Madrid », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2021).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier