Ouvrir le menu principal

Élection présidentielle malgache de 2018

Élection présidentielle malgache de 2018
(1er tour)
(2d tour)
Type d’élection Présidentielle
Corps électoral et résultats
Inscrits 9 913 599
Votants au 1er tour 5 367 447
54,23 %  −7,5
Votes exprimés au 1er tour 4 974 612
Votes blancs et nuls au 1er tour 392 835
Votants au 2d tour 4 767 887
48,09 %
Votes blancs et nuls au 2d tour 120 102
Andry Rajoelina portrait UN.jpg Andry Rajoelina – TGV
Voix au 1er tour 1 954 023
39,23 %
Voix au 2e tour 2 586 938
55,66 %
Appl0405.loselesslycropped.jpg Marc Ravalomanana – TIM
Voix au 1er tour 1 760 837
35,35 %
Voix au 2e tour 2 060 847
44,34 %
Hery Rajaonarimampianina UNIDO.jpg Hery Rajaonarimampianina – HVM
Voix au 1er tour 439 070
8,82 %
Résultat du candidat arrivé en tête au 2d tour par région
Carte
Président de la République
Sortant Élu
Hery Rajaonarimampianina
HVM
Andry Rajoelina
TGV
Président intérimaire
Rivo Rakotovao

L'élection présidentielle malgache de 2018 se déroule les 7 novembre et 19 décembre 2018 afin d'élire le président de la République de Madagascar.

À l’issue du premier tour, qui voit l’élimination de l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, un second tour est organisé pour départager les anciens présidents Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. Ce dernier l'emporte avec 55,6 % des voix.

Sommaire

Mode de scrutinModifier

Le président de la République est élu pour un mandat de cinq ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

Les candidats qui veulent se présenter à cette élection doivent satisfaire aux conditions de la Constitution de Madagascar (être de nationalité malgache, jouir de ses droits civils et politiques, avoir au moins trente cinq ans et résider à Madagascar depuis au moins six mois). Si le président en exercice se porte candidat, il doit démissionner de son poste soixante jours avant la date du scrutin ; dans ce cas, le président du Sénat exerce ses fonctions par intérim[1].

ContexteModifier

Le , la Cour suprême donne dix jours au président Hery Rajaonarimampianina pour nommer un gouvernement d'union nationale, devant respecter le résultat des législatives de 2013, avance l'élection présidentielle malgache de 2018 à une date comprise entre mai et septembre 2018, et demande à Rajaonarimampianina de démissionner dans les soixante jours avant la présidentielle s'il souhaite se représenter[2].

Le , Olivier Mahafaly Solonandrasana annonce sa démission après que la Haute Cour constitutionnelle exige la nomination d'un « Premier ministre de consensus » afin de sortir de la crise politique[3]. Le jour même, Christian Ntsay est chargé de former un gouvernement[4], ce qu'il fait le 11 juin[5],[6] avant d'annoncer le 29 la date de la présidentielle fixée au 7 novembre[7].

Le , Rajaonarimampianina démissionne de son poste de président pour pouvoir participer au scrutin[8],[9].

Des élections législatives doivent avoir lieu peu après l’élection présidentielle[10].

CandidatsModifier

Parmi les 36 candidats[11], se trouvent notamment :

Liste électoraleModifier

Pour la première fois à Madagascar, la consultation de la liste électorale est rendue disponible en ligne par la CENI (Commission électorale nationale indépendante). On dénombre un total de 9 913 599 électeurs[19] sur toute la Grande Île.

Nombre d'électeurs par régions en 2018[20]
Provinces Régions Bureaux
de vote
Électeurs
Antananarivo Analamanga 3 593 1 906 399
Bongolava 511 2 313 07
Itasy 803 363 050
Vakinakaratra 1 680 834 804
Total 6 587 3 335 560
Antsiranana Diana 587 333 164
Sava 1027 371 252
Total 1 849 704 416
Fianarantsoa Haute Matsiara 1 128 525 376
Amoron'i mania 888 297 894
Ihorombe 408 153 566
Atsimo atsinanana 923 329 585
Vatovavy fitovinany 1 494 505 607
Total 4 841 1 812 028
Mahajanga Betsiboka 438 136 609
Boeny 814 378 492
Melaky 434 124 262
Sofia 1 628 498 959
Total 3 314 1 138 322
Toamasina Alaotra mangoro 1 090 492 843
Analanjirofo 1 065 433 067
Atsinanana 1 461 577 149
Total 3 616 1 503 059
Toliara Androy 1 297 314 031
Anosy 872 289 297
Atsimo andrefana 1 744 551 837
Menabe 732 265 049
Total 4 645 1 420 214
Total Madagascar 24 852 9 913 599

CampagneModifier

Premier tourModifier

Le premier tour de l’élection voit notamment s'opposer quatre anciens présidents, dont Hery Rajaonarimampianina, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, ceux-ci étant par ailleurs de riches hommes d'affaires[21]. Du fait de l'absence de plafond de dépense de campagne dans le pays, ces derniers dominent largement la campagne en y injectant d'importantes sommes d'argent, faisant de la campagne électorale malgache la plus coûteuse par habitant en 2018. Le candidat Ny Rado Rafalimanana pointe ainsi du doigt les manquements de la loi électorale et proteste contre l'impossibilité de rivaliser avec ces candidats[22]. Les importantes dépenses sont par ailleurs vivement critiquées dans un pays dont la population vit encore pour une grande partie sous le seuil de pauvreté[23].

Second tourModifier

À l'issue de sa défaite au premier tour, le président sortant, arrivé troisième, Hery Rajaonarimampianina, choisit de ne soutenir aucun des deux candidats[24]. André Mailhol et Tabera Randriamanantsoa adoptent la même position[25].

Éliana Bezaza[26], Fanirisoa Ernaivo, Radavidson Andriamparany, Ny Rado Rafalimanana, Serge Jovial Imbeh, et Olivier Mahafaly Solonandrasana appellent à voter pour Marc Ravalomanana[27].

De son côté, Andry Rajoelina reçoit le soutien de Saraha Georget Rabeharisoa[28], de Joseph Martin Randriamampionona, de Jean Max Rakotomamomjy, de Roland Ratsiraka[27], de Jean Ravelonarivo[26] et de Omer Beriziky[29].

Le débat télévisé de l'entre-deux est diffusé en direct dans le pays le 10 décembre[30].

RésultatsModifier

 
Candidat arrivé en tête au premier tour par région malgache
Résultats de l'élection présidentielle malgache de 2018[31],[32]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Votes % Votes %
Andry Rajoelina TGV 1 954 023 39,23 2 586 938 55,66
Marc Ravalomanana TIM 1 760 837 35,35 2 060 847 44,34
Hery Rajaonarimampianina HVM 439 070 8,82
André Mailhol GFFM 63 391 1,27
Joseph Randriamampionona RTM 57 903 1,16
Ny Rado Rafalimanana FOMBA 57 476 1,15
Andrianiaina Paul Rabary MIASA 48 980 0,98
Randriamanantsoa Tabera KINTANA 48 705 0.98
Haingo Andrianjakamalala Rasolofonjoa AF 47 932 0.96
Mamy Richard Radilofe RDS 42 748 0.86
Éliana Bezaza PSD 40 882 0.82
Jean Ravelonarivo ABA 29 224 0,59
Lalaoarisoa Marcellin Andriantseheno Tafajiaby 28 252 0.57
José Michel Andrianoelison ARO-RIAKA 26 572 0.53
Richard Razafy Rakotofiringa SJIAM 26 534 0.53
Benjamin Radavidson Andriamparany FFF 25 420 0,51
Saraha Rabeharisoa PLD 23 685 0.48
Olivier Mahafaly Solonandrasana OM 23 437 0,47
Didier Ratsiraka AREMA 22 222 0,45
Roland Ratsiraka MTS 21 377 0,43
Serge Jovial Imbeh AFM 18 962 0.38
Zafimahaleo Rasolofondraosolo MV 16 367 0,33
Jean-Omer Beriziky AM 15 352 0,31
Jean Jacques Ratsietison FM-IM 15 281 0.31
Erick Francis Rajaonary MMM 14 758 0.30
Rivomanantsoa Orlando Robimanana MVF 14 561 0.29
Fanirisoa Ernaivo ZAMA–PATRAM 14 117 0.28
Arlette Ramaroson PARRAINAGE 12 645 0.25
Falimampionona Rasolonjatovo FITAMBOLAGNELA/IAD 12 276 0.25
Jean Max Rakotomamomjy LEADER-Fanilo 11 377 0.23
Rolland Jules Etienne MF 10 756 0.22
Bruno Rabarihoela FM 9 981 0.20
Roseline Emma Rasolovoahangy EMA 8 578 0.17
Jean Louis Zafivao GM 6 162 0.12
Stephan Narison AGMM 5 675 0.11
Solo Norbert Randriamorasata UDCM 5 086 0.10
Votes valides 4 980 604 92,79 4 647 785 97,48
Votes blancs et nuls 386 946 7,21 120 102 2,52
Total 5 367 550 100 4 767 887 100
Abstention 4 581 533 46,05 5 114 760 51,98
Inscrits / participation 9 949 083 53,95 9 913 599 48,02

Représentation des résultats du second tour :

Andry
Rajoelina
(55,66 %)
Marc
Ravalomanana
(44,34 %)
Majorité absolue

SuitesModifier

La Haute Cour constitutionnelle (HCC) rejette les recours et proclame la victoire d’Andry Rajoelina le 8 janvier 2019[33]. Le lendemain, Ravalomanana reconnaît cette victoire en déclarant « Andry Rajoelina est élu président de la République et je le félicite », apaisant ainsi les craintes d'une crise post électorale[34],[35].

Rajoelina prend ses fonctions le 18 janvier 2019[36]. La cérémonie d'investiture aura lieu le lendemain 19 janvier au grand stade de Mahamasina[37],[38].

Notes et référencesModifier

  1. Constitution de la quatrième république
  2. « Madagascar : la Cour constitutionnelle ordonne la nomination d’un gouvernement d’union nationale – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 27 mai 2018)
  3. « Crise politique à Madagascar : le premier ministre annonce sa démission », sur Le Monde (consulté le 4 juin 2018)
  4. « Cap Océan Indien - Christian Ntsay, directeur du bureau de l'OIT pour l’océan Indien », RFI, (consulté le 4 juin 2018)
  5. Nomination d'un gouvernement "de consensus" à Madagascar, voaafrique.com, le 11 juin 2018.
  6. Un gouvernement de « consensus » pour mener Madagascar aux élections, Le Monde, 12 juin 2018.
  7. Madagascar: l’élection présidentielle aura lieu le 7 novembre, RFI, le 29 juin 2018.
  8. « Madagascar : le président Rajaonarimampianina candidat à un second mandat », sur Le Monde (consulté le 20 août 2018)
  9. « Madagascar: le président démissionne pour un deuxième mandat », sur Le Figaro (consulté le 7 septembre 2018)
  10. Les deux tours de la présidentielle prévus les 24 novembre et 24 décembre 2018 à Madagascar, voaafrique.com, le 3 mars 2018.
  11. a et b (mg) « Fifidianana ho Filoham-pirenena 7 novambra 2018 – HCC.gov.mg », HCC.gov.mg,
  12. « Présidentielle Madagascar - Jean-Omer Beriziky : candidature officialisée », Actualité.mg, (consulté le 17 août 2018)
  13. « Présidentielle à Madagascar : Mahafaly Solonandrasana, candidat « malgré lui » », JeuneAfrique.com, (consulté le 5 novembre 2018)
  14. « Présidentielle à Madagascar : André Mailhol, le candidat de l’Apocalypse », Le Monde,
  15. « Madagascar: le président candidat à sa propre succession », Le Figaro, (consulté le 17 août 2018)
  16. « Madagascar : Andry Rajoelina annonce sa candidature à la présidentielle – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com, (consulté le 2 août 2018)
  17. Dama, le chanteur qui veut bousculer la scène politique malgache, Le Monde, le 21 août 2018.
  18. « A Madagascar, 36 prétendants briguent la présidence », sur Le Monde,
  19. « Nombre d'électeurs par district - CENI Madagascar », sur ceni-madagascar.mg (consulté le 3 novembre 2018)
  20. « Cartographie électorale Nationale - CENI Madagascar », sur ceni-madagascar.mg (consulté le 3 novembre 2018)
  21. [1]
  22. Madagascar Presidential candidates express concern over finance
  23. Madagascar elections: 36 candidates, 4 (ex-)presidents, and a lot of money
  24. Présidentielle à Madagascar : après la défaite, le défi de la survie pour le parti de « Hery ». Jeune Afrique, 1 décembre 2018
  25. Hery Rajaonarimampianina ne soutiendra aucun candidat, actuorange.mg, 30 novembre 2018
  26. a et b Revue de la presse malgache, French.china.org.cn, 8 décembre 2018
  27. a et b Présidentielle - Les alliances se précisent, Lexpressmada.com, 4 décembre 2018
  28. Scrutin du deuxième tour - Les anciens candidats se positionnent, Lexpressmada.com, 1 décembre 2018
  29. Présidentielle à Madagascar: la question cruciale du report des voix, www.rfi.fr, 14 décembre 2018
  30. Madagascar: débat télévisé musclé entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, www.rfi.fr, 10 décembre 2018 (consulté le 12 décembre 2018)
  31. Résultats du 1er tour
  32. Résultats du 2nd tour
  33. Présidentielle à Madagascar: la HCC valide la victoire d’Andry Rajoelina RFI
  34. Le spectre d’une crise politique après la présidentielle
  35. Madagascar : Marc Ravalomanana accepte sa défaite et félicite Andry Rajoelina
  36. « Madagascar: le pouvoir officiellement remis au nouveau président, Andry Rajoelina - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 18 janvier 2019)
  37. « Présidentielle à Madagascar : la victoire d’Andry Rajoelina confirmée par les résultats définitifs – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 8 janvier 2019)
  38. « Madagascar: le pouvoir officiellement remis au nouveau président, Andry Rajoelina - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 18 janvier 2019)

Voir aussiModifier