Élection présidentielle haïtienne de 2000

Élection présidentielle haïtienne de 2000
Type d’élection Élection présidentielle
Corps électoral et résultats
Inscrits 3 668 049
Votants 2 871 124
69,4 %  +7
President, Jean-Bertrand Aristide, speaking at New York's John F. Kennedy airport, says he remains hopeful of returning to Haiti.jpg Jean-Bertrand Aristide – Fanmi Lavalas
Voix 2 632 534
91,81 %
Gérard Gourgue haiti politique.jpg Gérard Gourgue – Sans étiquette
Voix 56 678
8,35 %
Président de la République d'Haïti
Sortant Élu
René Préval
Fanmi Lavalas
Jean-Bertrand Aristide
Fanmi Lavalas

L'élection présidentielle haïtienne de 2000 fut une consultation électorale à Haïti qui donna la victoire au président Jean-Bertrand Aristide.

Le mandat présidentiel de René Préval arrivant à terme, il prépara avec son Premier ministre, Jacques-Édouard Alexis l'organisation de la future élection présidentielle.

L'élection présidentielle fut fixée à la date du 26 novembre 2000.

RésultatsModifier

Les résultats furent sans surprise en raison de l'absence d'une véritable opposition qui boycottait cette élection présidentielle[1].

Candidats Partis et formations politiques Votants Pourcentage
Jean-Bertrand Aristide Fanmi Lavalas 2 632 534 91,81 %
Gérard Gourgue Indépendant 239 068 8,35 %
Total   2 871 602 100,00 %

Jean-Bertrand Aristide est élu pour la seconde fois président d’Haïti, dès le premier tour, avec près de 92 % des bulletins exprimés.

Le président Aristide prêta serment le 7 février 2001.

ConséquencesModifier

L'opposition qui bouda cette élection, constitua un front politique sous l'appellation de la Convergence démocratique et élabora une plate-forme politique alternative au pouvoir en place. La Convergence démocratique désigna symboliquement un président d'Haïti en la personne de Gérard Gourgue[2].

Cette élection présidentielle, sans réel enjeu au vu des surprenants résultats qui portèrent Jean Bertrand Aristide au pouvoir le 26 novembre 2000 fut responsable de l'instabilité politique qui s'ensuivit. À la suite du Coup d'État de 2004 à Haïti, le président Aristide dut démissionner sous la pression populaire et internationale le 29 février 2004[3].

Notes et référencesModifier