Élection présidentielle cap-verdienne de 2011

Élection présidentielle cap-verdienne de 2011
-
Type d’élection Élection présidentielle
Corps électoral et résultats
Inscrits 304 621
Votants 182 363
59,87 % en augmentation 6,8

Votes exprimés 180 114
Votes blancs et nuls 2 249
Jorge Carlos Fonseca 2014.png Jorge Carlos Fonseca – MPD
Voix 97 103
54,09 %
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Manuel Inocêncio Sousa – PAICV
Voix 82 414
45,91 %
Président
Sortant Élu
Pedro Pires
PAICV
Jorge Carlos Fonseca
MPD

L’élection présidentielle cap-verdienne de 2011 a lieu les et afin d'élire pour cinq ans le Président du Cap-Vert.

Elle est remportée au second tour par Jorge Carlos Fonseca, candidat du Mouvement pour la démocratie (MPD)[1].

CandidatsModifier

Candidats
Nom Qualité Parti
Manuel Inocêncio Sousa Ministre des Affaires étrangères (20012002) PAICV
Aristides Raimundo Lima Président de l'Assemblée nationale (2001-2011) PAICV dissident
Jorge Carlos Fonseca Ministre des Affaires étrangères (19911993) MPD
Joaquim Monteiro Indépendant

RésultatsModifier

Candidat 1er tour 2e tour
Voix % Voix %
Jorge Carlos Fonseca 60 438 37,3 97 103 54,09
Manuel Inocêncio Sousa 51 970 32,0 82 414 45,91
Aristides Raimundo Lima 44 500 27,4
Joaquim Monteiro 3 169 2,0

RéactionsModifier

Au soir même du scrutin, Manuel Inocêncio Sousa reconnaît sa défaite et félicite son adversaire pour sa victoire[2]. Le lendemain, le Premier ministre José Maria Neves, du PAICV, félicite lui aussi Fonseca pour sa victoire, qu'il qualifie de « grande journée de plein exercice de la liberté de choix démocratique » affirme son « entière disponibilité » au futur chef de l'État, dans le cadre institutionnel[3].

Le même jour, la mission d'observation électorale de l'Union africaine a rapporte « la maturité des acteurs politiques et des citoyens » et salue « la paix, la bonne entente entre les candidats » ainsi que « le respect du Code électoral »[4].

Le vainqueur reçoit ensuite des félicitations des présidents portugais, Aníbal Cavaco Silva, est-timorais, José Ramos-Horta, et de la Commission européenne, José Manuel Durão Barroso[5].

RéférencesModifier

SourceModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier