Élection présidentielle burundaise de 2020

Élection présidentielle burundaise de 2020
Corps électoral et résultats
Inscrits 5 113 418
Votants 4 484 928
87,71 % en augmentation 14,3
Votes blancs et nuls 171 224
Evariste Ndayishimiye (cropped).jpg Évariste Ndayishimiye – CNDD–FDD
Voix 3 082 210
71,45 %
en diminution 2,5
Agathon Rwasa.png Agathon Rwasa – CNL
Voix 1 084 788
25,15 %
en augmentation 4,9
Président de la république
Sortant Élu
Pierre Nkurunziza
CNDD–FDD
Évariste Ndayishimiye
CNDD–FDD

L'élection présidentielle burundaise de 2020 a lieu le afin d'élire le président de la République du Burundi. Des élections législatives et municipales ont lieu en même temps que le premier tour.

Le pays connaît depuis cinq ans une crise politique violente, les opposants au régime sont brutalement réprimés et près de 25 000 personnes ont dû fuir le pays. Cette crise politique se double d'une grave crise économique, qui devient le sujet principal de la campagne. Les élections ne sont pas reportées malgré la pandémie de Covid-19 qui touche le pays ; l'opposition s'inquiète du fait que la situation sanitaire ne permet pas la venue d'observateurs étrangers pour le déroulement du scrutin[1].
Le président Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis quinze ans, ne se représente pas, préférant passer la main à son dauphin désigné, Évariste Ndayishimiye. Ce dernier devient sans surprise le favori du scrutin, avec l'opposant Agathon Rwasa, arrivé second à la présidentielle de 2015[2].

Ndayishimiye l'emporte dès le premier tour avec un peu plus de 68 % des suffrages, ce qui aurait conduit, sans la mort subite de Pierre Nkurunziza le 8 juin, à la première passation de pouvoir démocratique du pays depuis l'indépendance 58 ans plus tôt.

ContexteModifier

 
Pierre Nkurunziza.

Le scrutin intervient dans la continuité de la réélection très controversée du président Pierre Nkurunziza en 2015, ayant débouché sur une crise pré puis post-électorale précédée d'une tentative avortée de coup d'État de la part d'une partie de l'armée, et d'une vive remontée des tensions interethniques au Burundi.

Pierre Nkurunziza est au pouvoir depuis son élection en 2005. Réélu en 2010 pour un second mandat de cinq ans, il annonce en 2015 se présenter pour un troisième mandat, malgré la limite constitutionnelle à deux mandats, consécutifs ou non. Le 5 mai, la Cour constitutionnelle valide pourtant cette candidature. Cette décision suscite une importante controverse[3]. Son vice-président, dénonçant « des pressions énormes et même des menaces de mort[4] », démissionne et s’enfuit du pays. De grandes manifestations sont organisées dans le pays.

Tentative de coup d'ÉtatModifier

Le 13 mai 2015, le général Godefroid Niyombare, ancien chef d'état-major des armées[5], issu du CNDD-FDD[6], annonce un coup d'État sur une radio privée pendant que le président Nkurunziza est en déplacement à Dar es Salam, en Tanzanie pour un sommet consacré à la crise politique au Burundi[7]. La présidence burundaise dément aussitôt le coup d'État et annonce le retour du président. Le général putschiste ordonne la fermeture des frontières et de l'aéroport de Bujumbura.

Le 14 mai cependant, les putschistes échouent à prendre le contrôle de la RTNB, qui reste aux mains des loyalistes. Des combats ont lieu aux sièges d'autres médias, tels que la RPA. Le soir, l'entourage de Pierre Nkurunziza annonce que le président est rentré au Burundi[8]. Plusieurs meurtres, visant des personnalités politiques ou militaires, de l'opposition ou du camp présidentiel ont lieu[9].

Le 24 juillet, Pierre Nkurunziza est proclamé vainqueur dès le premier tour de l'élection présidentielle burundaise de 2015 par la Commission électorale nationale indépendante, avec 69,41 % des suffrages[10]. Agathon Rwasa arrive en seconde position avec 18,99 % des voix, malgré son appel initial à boycotter l’élection[11]. La crise politique qui se poursuit fait plus de 1 200 morts et 400 000 réfugiés entre avril 2015 et mai 2017, d'après les estimations de la Cour pénale internationale (CPI), qui ouvre une enquête sur ces événements[12].

Référendum de 2018Modifier

 
Policiers burundais pourchassant des manifestants en avril 2015.

Un référendum constitutionnel est organisé le 17 mai 2018. Les électeurs sont amenés à se prononcer sur une modification de la Constitution visant principalement à permettre au président Pierre Nkurunziza de se présenter pour un quatrième mandat, dont la durée serait allongée par un passage du quinquennat au septennat[13]. La campagne électorale pour le référendum est marquée en janvier 2018 par des arrestations d'opposants par le pouvoir burundais[14],[15],[13]. Le projet d'amendement de la constitution est approuvé par 79,08 % des votants, pour un taux de participation de 96,20 %[16].

L'amendement crée un poste de Premier ministre et effectue le passage du quinquennat au septennat pour le mandat du président de la République, qui reste non renouvelable plus d'une fois, mais seulement de manière consécutive. En remettant les compteurs constitutionnels à zéro, cette réforme permet néanmoins au président en exercice Pierre Nkurunziza de briguer un quatrième mandat en 2020 après trois quinquennats. De fait, l'accord d'Arusha est de nouveau altéré, celui-ci interdisant à un président le maintien au pouvoir plus de dix ans[17]. De même, il est mis fin au système des deux vice-présidences réparties entre les communautés hutu et tutsi, un seul vice-président restant désormais, privé de la majorité de ses attributions. Au niveau législatif, enfin, le seuil d'adoption des lois passe des deux tiers à la majorité absolue, mettant fin à une disposition à l'époque mise en place pour forcer au consensus entre les deux ethnies. Les quotas de 60 % de Hutus et 40 % de Tutsis au gouvernement et au Parlement, ainsi que la parité dans l'armée et la police sont néanmoins maintenus[18]. Enfin, le texte prévoit également la possibilité de rétablir la monarchie[19].

Non candidature de NkurunzizaModifier

À la surprise générale, Pierre Nkurunziza annonce le 7 juin 2019 ne pas être candidat à sa succession en 2020, malgré le feu vert de sa révision constitutionnelle. Rappelant sa promesse en 2015 de ne pas chercher à se maintenir après son troisième mandat, il assure ne pas avoir l'intention de revenir dessus[12]. L'opposition reste cependant prudente, mettant en doute la parole du chef d'État après les événements de 2015 et la rupture de l'Accord d'Arusha[20]. Nkurunziza demeure toutefois le « guide suprême éternel » de son parti, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD)[21].

L'isolement régional et international dont fait l'objet le pays a des conséquences désastreuses sur son économie, de même que la répression sur son image à l'international, ce qui aurait incité le parti au pouvoir a pousser Nkurunziza vers la sortie afin de le remplacer par un nouveau président plus présentable[22]. Les délégués du CNDD-FDD choisissent leur candidat à la présidence lors d'un congrès organisé le 26 janvier 2020 à Gitega, dans le centre du pays. Leur choix se pose sur Évariste Ndayishimiye, général de 52 ans dont le discours reflète la tournure chrétienne évangélique prise par le parti depuis la crise de 2015. Ndayishimiye assure ainsi avoir reçu des « signes » de « Dieu le Tout-Puissant » pour ce « destin hors du commun », tel le passage d'un pigeon s'étant posé sur la tête de son épouse[23],[24],[25]. Il est cependant préféré par les généraux au président de l'assemblée nationale, Pascal Nyabenda, qui avait les faveurs de Nkurunziza[26]. Du fait de la répression exercée à l'encontre de l'opposition, Ndayishimiye apparait comme le grand favori du scrutin, tout en étant considéré comme plus modéré que le président sortant[27].

Pandémie de coronavirusModifier

Le gouvernement burundais maintient le scrutin malgré la progression de la Pandémie de Covid-19, qui contraint la quasi-totalité des autres pays à reporter les leurs. Le premier vice-président Gaston Sindimwo va jusqu'à qualifier les partisans d'un report d'« ennemis de la démocratie », affirmant que la pandémie n’empêchera pas les élections car les burundais sont « un peuple béni par Dieu »[28].

Calendrier électoralModifier

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) rend public en novembre 2019 le chronogramme des élections. Le scrutin présidentiel est organisé le 20 mai 2020 en même temps que les législatives et les municipales, avec un second tour éventuel le 19 juin[29]. Elles sont précédées d'une révision des listes électorales du 9 au 12 décembre 2019, suivi d'un décret de convocation des électeurs le 20 février 2020, et d'une période de dépôt des candidatures du 25 février au 5 mars, pour une liste définitive des candidats arrêtée le 21 mars[29]. La campagne électorale de l'ensemble des scrutins présidentiels, parlementaires et municipaux s'étale du 27 avril au 17 mai[30].

Enfin, les résultats provisoires sont attendus pour le 26 mai, et ceux définitifs le 4 juin, pour une prestation de serment du président élu le 20 aout 2020[29].

Mode de scrutinModifier

Le président burundais est élu pour un mandat de sept ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Si aucun candidat ne recueille la majorité absolue des suffrages exprimés, un second tour est organisé sous quinze jours entre les deux candidats arrivés en tête, et celui recueillant le plus de suffrages est déclaré élu. Le mandat de président n'est renouvelable qu'une seule fois de manière consécutive, l'article 97 de la constitution contenant le passage « Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ». Cette disposition ne s'applique cependant pas aux mandats effectués avant la modification de la constitution par référendum en mai 2018[31],[32].

Le mandat de sept ans du président élu débute le jour de son investiture. L'élection présidentielle est quant à elle organisée dans un intervalle allant du mois précédant la fin des sept années de mandat du président sortant à trois mois suivant cette date. Dans ce cas, le président sortant reste en fonction jusqu'à l'investiture de son successeur. Les présidents en exercice ayant officiellement déposé leur candidature à leur succession ne peuvent plus dissoudre le parlement ni légiférer par décret-loi jusqu'au jour de l'élection[31].

Les candidats à la présidence doivent être âgés d'au moins quarante ans, posséder la seule citoyenneté burundaise et ce depuis la naissance, résider sur le territoire national, être en pleine possession de leurs droits civiques, et ne pas avoir de casier judiciaire ayant conduit à une peine de prison. Les candidats ne peuvent par ailleurs pas se déclarer indépendants s'ils ont appartenu à un parti politique au cours des deux années précédant le scrutin, et doivent obtenir les parrainages d'au moins deux cents personnes répondant elles-mêmes aux conditions de candidature à l'assemblée nationale[31].

RésultatsModifier

Résultats de la présidentielle burundaise de 2020[33],[34]
Candidats Partis Premier tour
Voix %
Évariste Ndayishimiye CNDD–FDD 3 082 210 71,45
Agathon Rwasa CNL 1 084 788 25,15
Gaston Sindimwo UPRONA 73 353 1,70
Domitien Ndayizeye CKB 24 470 0,57
Léonce Ngendakumana FRODEBU 21 232 0,49
Dieudonné Nahimana Indépendant 18 709 0,43
Francis Rohero[a] Indépendant 8 942 0,21
Votes valides 4 313 704 96,18
Votes blancs 87 534 1,95
Votes nuls 83 690 1,87
Total 4 484 928 100
Abstention 628 490 12,29
Inscrits / participation 5 113 418 87,71

SuitesModifier

Annonce des résultatsModifier

 
Candidats arrivés en tête par province.

Le général Évariste Ndayishimiye — considéré comme plus modéré que son prédécesseur[27] — est élu dès le premier tour avec une large avance sur le principal candidat de l'opposition, Agathon Rwasa, qui qualifie les résultats de « mascarade électorale »[35],[36]. Ses recours sont rejetés le par la Cour constitutionnelle, qui les jugent insuffisamment appuyés de preuves avant de valider les résultats définitifs donnant Évariste Ndayishimiye vainqueur. Sa prise de fonction est fixée au [37],[38].

Ndayishimiye succède ainsi à 52 ans au président Pierre Nkurunziza, qui demeure néanmoins « Guide suprême du patriotisme » et garde une importante influence sur le pouvoir politique du pays. La passation de pouvoir — qui doit être la première à avoir lieu entre deux présidents élus depuis l'indépendance du Burundi en 1962 — est alors prévue pour le 20 août suivant[36].

TransitionModifier

La transition est cependant modifiée le 9 juin 2020, lorsque le gouvernement annonce la mort de Pierre Nkurunziza, survenue le à l’hôpital du Cinquantenaire Natwe Turashoboye de Karuzi à la suite d'un « arrêt cardiaque » peu de temps avant la passation de pouvoir prévue pour le mois d'[39]. Le communiqué indique que cet arrêt cardiaque est consécutif à un malaise survenu le 6 juin[40]. Pourtant, la veille, des sources gouvernementales avaient démenti les rumeurs sur son état de santé[41], tandis que des sources le disaient lui-même atteint du coronavirus SARS-CoV-2[42], et dans un état grave[43]. Un deuil national de sept jours est décrété à partir du 9 juin[44]. Les circonstances du décès du président sortant amènent de nombreux observateurs à avancer l'hypothèse d'une contagion par le coronavirus, que le gouvernement chercherait à cacher en raison de sa négation de la pandémie au cours des mois précédents[45],[42]. Le 30 mai 2020, son épouse est évacuée vers le Kenya pour des raisons médicales, après avoir été infectée par le Covid-19[46],[47],[48].

Gouvernement et opposition sont en désaccord quant à la succession et à la suite des événements. Alors que le gouvernement planche sur une investiture anticipée de Ndayishimiye, l'opposition exige que le président de l'Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, assure l'intérim et convoque un nouveau scrutin[49],[50]. Le 11 juin, du fait que le pays se trouve dans une situation de transition constitutionnelle, le gouvernement et les deux vice-présidents saisissent la Cour constitutionnelle pour constater la vacance présidentielle et indiquer la marche à suivre[51]. Dans les faits, un comité de crise, composé de généraux et de membres du parti au pouvoir[52], se réunit pour trancher la succession, entre une investiture rapide du président élu, un intérim ou encore un intérim écourté[53]. Le Soir affirme qu'en réalité, le président de l'Assemblée nationale et le président élu ont également été contaminés par le coronavirus[54].

Le 12 juin, la Cour constitutionnelle du Burundi estime qu'une période d'intérim n'est pas nécessaire, et ordonne d'investir « le plus rapidement possible » Évariste Ndayishimiye. La décision est largement attribuée au comité de crise[55]. La vacance du pouvoir s'étend ainsi du 8 au 18 juin. La Cour constitutionnelle décide de ne pas recourir à une présidence par intérim du président de l'Assemblée, Pascal Nyabenda, comme pouvait le prévoir la Constitution, arguant de l'existence d'un président élu. La juridiction décide cependant d'avancer du 20 août au 18 juin la prise de fonction d'Évariste Ndayishimiye[56],[57].

InvestitureModifier

L'investiture a lieu le 18 juin[57],[58] dans le stade Ingoma de Gitega[59].

Le futur gouvernement — comportant un Premier ministre et un vice-président — ne doit initialement être formé qu'à partir du 20 août, date de l'entrée en fonction de la nouvelle législature, alors que le Sénat reste à pourvoir le 20 juillet[60]. Le 23 juin, le Parlement sortant approuve Prosper Bazombanza et Alain-Guillaume Bunyoni respectivement comme vice-président et Premier ministre[61].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les résultats préliminaires attribuent 8 942 voix à Francis Rohero, qui deviennent 6 942 dans ceux proclamés définitifs. Les autres chiffres des candidats ainsi que le total des voix restants cependant exactement les mêmes, il est conservé ici le chiffre des résultats provisoires qui n'engendrent pas une incohérence mathématique.

RéférencesModifier

  1. « Élections 2020: le Burundi à la veille d’un changement? », Radio France internationale, 20 mai 2020
  2. Le Point, magazine, « Les Burundais aux urnes, pour une présidentielle sous Covid et à huis clos », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  3. « Burundi : le risque de contagion régionale existe », Laurence Caramel, Le Monde Afrique, 6 mai 2015
  4. Violences politiques : des milliers de Burundais se précipitent au Rwanda, Pierre Lepidi, Le Monde Afrique, 6 mai 2015
  5. Burundi : qui est le général putschiste Niyombare ?, Raoul Mbog, Le Monde Afrique, 13 mai 2015
  6. Burundi: Godefroid Niyombaré avait mis en garde Nkurunziza, Pierre Nkrurunziza, RFI, 13 mai 2015
  7. Burundi : bras de fer entre le président et un général putschiste, Le Monde Afrique, 13 mai 2015
  8. « Burundi : des combats sporadiques autour des sièges de plusieurs médias », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. « Nouvel assassinat d’un opposant au Burundi », Le Monde Afrique,‎ (lire en ligne)
  10. « Afrique - Burundi : le président Nkurunziza réélu pour un troisième mandat », sur France 24, (consulté le ).
  11. Clement Manirabarusha, Burundi's Nkurunziza wins presidential vote boycotted by rivals, reuters.com, 24 juillet 2015.
  12. a et b « Burundi : le président Pierre Nkurunziza annonce qu'il ne se représentera pas en 2020 », sur Europe 1 (consulté le ).
  13. a et b « Burundi : le référendum constitutionnel controversé fixé au 17 mai », Le Monde, 18 mars 2018.
  14. « Burundi: des opposants au référendum constitutionnel arrêtés - RFI », sur RFI Afrique (consulté le )
  15. « Burundi: des milliers de manifestants rassemblés pour protester contre un rapport de l’ONU — La Libre Afrique », sur La Libre Afrique (consulté le )
  16. (de) « Burundi, 17. Mai 2018 : Verfassung ».
  17. « Burundi: le projet de nouvelle Constitution, coup de grâce à l'accord d'Arusha - RFI », sur RFI Afrique (consulté le )
  18. « Burundi: un projet de révision en profondeur de la Constitution adopté - RFI », sur RFI Afrique (consulté le )
  19. « Au Burundi, Pierre Nkurunziza renonce à la présidence à vie… pas à la monarchie », sur Le Monde.fr (consulté le )
  20. https://www.facebook.com/FRANCE24, « Burundi : Pierre Nkurunziza promet de ne pas briguer un autre mandat présidentiel », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  21. « Nkurunziza nommé guide suprême éternel », BBC News Afrique, 12 mars 2018
  22. André Guichaoua, « Burundi : le lourd bilan de Pierre Nkurunziza », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  23. « Burundi : Évariste Ndayishimiye désigné candidat à la présidentielle par le CNDD-FDD », AFP et Jeune Afrique,
  24. villesetcommunes.info, « Les présidentielles à suivre dans le monde en 2020 », sur Villes et Communes, https:web.facebook.comVillesetcommunestv, (consulté le ).
  25. AFP, « Evariste Ndayishimiye, le nouveau visage du régime burundais », sur VOA, VOAAfrique (consulté le ).
  26. « Burundi: rumeurs sur la disparition de Pierre Nkurunziza — La Libre Afrique », sur La Libre Afrique, lalibreafrique, (consulté le ).
  27. a et b « Burundi: Ndayishimiye, un homme du sérail plus ouvert que son mentor », sur TV5MONDE, (consulté le ).
  28. « Burundi/Covid-19 : « Pas de question d’ajourner les élections », dixit Gaston Sindimwo – IWACU », sur www.iwacu-burundi.org (consulté le ).
  29. a b et c « Burundi / Elections 2020 : la commission électorale dévoile son calendrier », sur www.aa.com.tr (consulté le ).
  30. « Burundi: la campagne électorale pour le triple scrutin démarre », sur rfi.fr, Radio France internationale, (consulté le ).
  31. a b et c « Constitution », sur www.assemblee.bi (consulté le ).
  32. « Loi organique du 20 mai 2019 », sur www.droit-afrique.com (consulté le ).
  33. « PRESENTATION DES RESULTATS PROVISOIRES DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE 2020 », sur www.ceniburundi.bi (consulté le ).
  34. « ARRET RCCB 387 DU 4 JUIN 2020 LES RESULTATS DEFINITIFS DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE. », sur www.ceniburundi.bi (consulté le ).
  35. « Au Burundi, Pierre Nkurunziza n’est plus président mais « guide suprême du patriotisme » », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  36. a et b « Évariste Ndayishimiye élu président du Burundi (officiel) », RFI,
  37. « Burundi : Évariste Ndayishimiye proclamé président élu par la Cour constitutionnelle », sur TV5MONDE, (consulté le ).
  38. « Elections au Burundi: les recours de l'opposition rejeté, Evariste Ndayishimiye proclamé président élu », RFI,
  39. « Burundi: décès du président Pierre Nkurunziza »
  40. « Burundi : le président Pierre Nkurunziza est mort », sur TV5MONDE, (consulté le ).
  41. https://www.facebook.com/RFI, « Burundi: décès du président Pierre Nkurunziza », sur rfi.fr, Radio France internationale, (consulté le ).
  42. a et b Maria Malagardis, « Burundi : mort de Pierre Nkurunziza, chef rebelle devenu despote », sur liberation.fr, (consulté le )
  43. Colette Braeckman, « Le président sortant du Burundi Nkurunziza serait dans un état grave », sur Le Soir, (consulté le ).
  44. « Pierre Nkurunziza, le président du Burundi, est mort », Le Monde, 9 juin 2020.
  45. « Burundi : après la mort du président Nkurunziza, les Burundais entre stupeur et inquiétude », sur france24.com, (consulté le )
  46. http://www.slateafrique.com/auteur/104480, « Après la mort du président Nkurunziza, le Burundi en quête d'une transition », sur Slate Afrique (consulté le ).
  47. « Burundi : la première dame a-t-elle été évacuée pour se faire soigner du coronavirus ? – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le ).
  48. « Burundi: la Première dame Denise Nkurunziza hospitalisée au Kenya », RFI, .
  49. « Burundi: après la mort du président, désaccord entre pouvoir et opposition sur la succession », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  50. « Mort de Pierre Nkurunziza: quelles conséquences pour le Burundi? », sur rfi.fr, Radio France internationale, (consulté le ).
  51. « Burundi : Qui succédera à Nkurunziza? A la Cour constitutionnelle de le dire — La Libre Afrique », sur La Libre Afrique, lalibreafrique, (consulté le ).
  52. « Burundi: réunion extraordinaire du conseil des ministres après le décès du président », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  53. AFP/VOA, « Le gouvernement burundais se tourne vers la Cour constitutionnelle pour la transition », sur VOA, VOAAfrique (consulté le ).
  54. Colette Braeckman, « Burundi: le Covid-19 décapite la classe dirigeante et plonge le pays dans l’angoisse », sur Le Soir Plus, (consulté le ).
  55. « Burundi : la Cour constitutionnelle ordonne l'investiture d'Évariste Ndayishimiye au plus vite », sur france24.com, (consulté le )
  56. FRANCE24, « Burundi : la Cour constitutionnelle ordonne l'investiture d'Évariste Ndayishimiye au plus vite », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  57. a et b « Burundi: la Cour constitutionnelle ordonne l'intronisation du président élu », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  58. Le Point, magazine, « Le président Ndayishimiye prend la tête d'un Burundi fragilisé - Le Point », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  59. « Burundi : le nouveau président Évariste Ndayishimiye a prêté serment », sur france24.com, (consulté le )
  60. « Evariste Ndayishimiye entre deux Constitutions – IWACU », sur www.iwacu-burundi.org (consulté le ).
  61. « Burundi: le Premier ministre et le vice-président approuvés tambour battant », sur RFI, (consulté le )