Église paroissiale Santa Maria Assunta (Elva)

L’église Sainte-Marie-de-l'Assomption (en italien : Chiesa parrocchiale di santa Maria Assunta) est une église paroissiale située à Elva, une localité de la province de Coni, dans le Piémont.

Église paroissiale Santa Maria Assunta
Chiesa parrocchiale di Santa Maria Assunta di Elva.JPG
L’église.
Présentation
Culte
Type
Dédicataire
Style
Localisation
Pays
Région
Province
Commune
Coordonnées

HistoireModifier

L’église actuelle est le résultat d'une série d'ajouts et modifications effectuées sur l'édifice tout au long des siècles.

La construction du premier édifice est antérieure au XIVe siècle. C'est au cours du XVe siècle qu'ont été ajoutés le presbytère à la voûte d'arêtes et le campanile.

À la fin du XVIIe siècle, la nef principale a été allongée vers la droite par rapport à l'entrée. En 1762, le mur placé en face de l'entrée a été percé et la chapelle Saint-Pancrace créée.

ExtérieurModifier

Sous l'atrium, une stèle romaine comportant l'inscription VICTORIAE/AUG/VIBIUS CAESTII est murée dans la colonne de gauche. Le portail en pierre est composé de petites colonnes séparées par des petits piliers à arêtes.

L'architrave est posée sur deux petits chapiteaux dont celui de gauche est décoré d'une curieuse figure de Télamon. Plus haut, toujours à gauche, se trouve une longue chaîne qui relie une figure humaine à un serpent[1].

Sur le tympan se trouve une fresque de La Vierge et l'Enfant et Anges trônant attribué à Giovanni Baleison. L'Enfant tient un petit oiseau à la main.

IntérieurModifier

Le bénitier en pierre qui est muré à gauche de la porte d'entrée date de 1463 est attribué aux frères Zabreri de Pagliero. Les fonts baptismaux, semblable à ceux à Paglières, Verzuolo et Marmora datent d'une période comprise entre la moitié XIVe début du XVe siècle. Il est constitué de deux blocs de pierre superposés. Sa décoration est composée de quatre bandes horizontales qui se développent sur les huit façades des blocs.

Le presbytère est encadré par un grand arc en pierre verte (fin XIVe début du XVe siècle), témoignage de l'époque gothique tardive avec ses allégories du Mal et ses images fantastiques.

La voûteModifier

La voûte est décorée de fresques datant des années 1470, œuvres d'un artiste anonyme. Dans les voiles triangulaires sont représentés quatre couples de personnages assis sur trônes avec écritoire. Il s'agit du tétramorphe, la représentation des quatre Évangélistes avec chacun l'être ailé qui le symbolise (homme, lion, taureau ou aigle), discutant avec les quatre premiers docteurs de l'église).

À côté se trouvent des ogives, ornées de cartouches rouges et verts qui s'enroulent autour de branches blanches se déroulant avec des festons végétaux et des putti.

La paroi du fond et les deux latérales du presbytère sont complètement recouvertes par les fresques de La Crucifixion et Les Scènes de Vie de la Vierge, œuvres du peintre Hans Clemer.

Autres œuvresModifier

D'autres retables sont in situ :

  • Retable de San Costanzo (1694) ;
  • Retable du rosaire (fin XVIIe siècle signé G. Pietro Botta) ;
  • Retable de l'Assunta (deuxième moitié du XVIIe siècle.

BibliographieModifier

  • Catherine Acchiardi, Les Fresques d'Elva en Haut Piémont fin XVe début XVIe siècle partie I - Le Trésor d'Elva, II - Les Mystères d'Elva, III - le Maître d'Elva, Nice, université de Nice, mémoire de maîtrise (1986-1987=,


Notes et référencesModifier

  1. Symbole du péché qui rend l'individu esclave du démon.

(it) Guida di Elva, Turin,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

« Les fresques d'Elva », sur Peintures.murales.free.fr