Ouvrir le menu principal

Église grecque-catholique slovaque

Église grecque-catholique slovaque
Nom local Greckokatolicka Cirkev na Slovensku
Primat actuel Ján Babjak
Territoire primaire Slovaquie
Extension territoriale Canada
Rite byzantin
Population estimée 225 500 (2005)
Église grecque-catholique de Košice

L'Église grecque-catholique slovaque ou Église catholique byzantine slovaque est une des Églises catholiques orientales en pleine communion avec le Saint-Siège. Le chef de l'Église porte le titre d'Archevêque métropolitain de Prešov des Byzantins, avec résidence à Prešov en Slovaquie (titulaire actuel : Son Excellence Ján Babjak, depuis 2003).

HistoireModifier

Depuis que l'Union d'Oujhorod en 1646 fut unanimement acceptée sur les territoires qui incluent l'actuelle Slovaquie, l'histoire de l'Église grecque-catholique slovaque est intimement liée, et pour plusieurs siècles, à celle de l'Église grecque-catholique ruthène. Au sortir de la Première guerre mondiale, la majorité des ruthènes et slovaques grecs-catholiques ont été rattachés la Tchécoslovaquie, soit les deux éparchies de Prešov et de Moukatcheve. L'éparchie de Prešov, créée le 22 septembre 1818 fut détachée en 1937 de la juridiction du primat de Hongrie et directement rattachée au Saint-Siège cependant que les 21 paroisses de cette éparchie qui étaient en territoire hongrois constituèrent le nouvel exarchat de Miskolc. Après la Seconde guerre mondiale, le territoire de l'éparchie de Moukatcheve en Ruthénie subcarpathique fut annexé par l'Union Soviétique, ainsi l'éparchie de Prešov a rassemblé tous les fidèles grecs-catholiques de Tchécoslovaquie.

Le 28 avril 1950, lors du Sobor (« synode ») de Prešov, l'Église catholique byzantine est interdite. Les évêques Pavel Gojdic et Vasil Hopko sont avec beaucoup d'autres prêtres emprisonnés, les autres sont contraints de rejoindre l'Église orthodoxe. Les fidèles doivent, s'ils veulent conserver le rite byzantin, se séparer de Rome ; sinon il leur reste de pratiquer dans les églises catholiques latines. Plus de 123 prêtres meurent au cours de la période de 18 ans de «non-existence» de l'Église catholique byzantine.

Lors du "Printemps de Prague" de 1968, l'Église catholique byzantine est autorisée, mais l'invasion des troupes de l'URSS et de quatre autres pays du Pacte de Varsovie ruine tout espoir. L'Église est officiellement reconnue, mais ne récupère pas toutes ses propriétés confisquées et la persécution menée par l'autorité publique bloque son développement. Le clergé ne peut être formé que dans le séminaire catholique romain, le seul existant en Slovaquie.

Après les changements politiques de 1989 – 1990, la réhabilitation complète de l'Église catholique byzantine est obtenue. Le séminaire et la faculté de théologie sont rouverts et de nombreuses écoles religieuses sont fondées. Le , l'Église est élevée au rang d'Église métropolitaine[1].

OrganisationModifier

SaintsModifier

Relations avec les autres ÉglisesModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier