Ouvrir le menu principal

Église Spirito Santo dei Napoletani

édifice religieux italien

Église Spirito Santo dei Napoletani
Image illustrative de l’article Église Spirito Santo dei Napoletani
Façade de l'église
Présentation
Culte Catholicisme
Début de la construction XVIe siècle
Style dominant Architecture baroque
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Latium
Ville Rome
Coordonnées 41° 53′ 47″ nord, 12° 28′ 04″ est[1]

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Église Spirito Santo dei Napoletani

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Église Spirito Santo dei Napoletani

L'église Spirito Santo dei Napoletani (en français : église du Saint-Esprit des Napolitains) est une église de Rome située via Giulia. C'était l'église nationale du royaume des Deux-Siciles.

HistoriqueModifier

Cette église est mentionnée dans le registre de saint Pie V, comme église S. Aura in strada Iulia, annexe d'un couvent de religieuses. Au XIVe siècle, elle est mentionnée comme église Saint-Euthère (Sant'Eusterio) selon le registre de Cencio Savelli, camérier du pape. L'église et le couvent, qui sont dans un état de délabrement critique, sont confiés en 1572 à la confraternité du Saint-Esprit des Napolitains qui fait construire l'église actuelle, consacrée en 1574 au Saint Esprit. Elle est réaménagée à la fin du XVIe siècle par Domenico Fontana et Ottaviano Mascherino.

Carlo Fontana la transforme encore au début du XVIIIe siècle. Elle est restaurée au XIXe siècle et Antonio Cipolla (it) refait sa façade en 1853, avec son portail et sa rosace, et à l'intérieur l'abside et sa tribune des chantres. Elle a été concédée en 1834 aux pallottins avant qu'ils ne s'installent à San Salvatore in Onda. Elle devient église nationale du royaume des Deux-Siciles de 1934 à 1984 avant que la maison de Bourbon-Siciles n'en transfère le siège à la basilique Santa Chiara de Naples. Elle abritait jusqu'alors les dépouilles du roi François II des Deux-Siciles, de son épouse la reine Marie-Sophie et de leur fille unique, Marie-Christine, morte à trois mois en 1870.

L'église a été fermée pendant une trentaine d'années à cause des infiltrations d'eau et de son état d'abandon. Elle est restaurée dans les années 1980 et rouverte au culte en 1986.

DescriptionModifier

 
Intérieur de l'église

L'intérieur est à nef unique avec des chapelles latérales. On peut distinguer parmi les œuvres principales:

  • Chapelle de droite: Le Miracle de saint François de Paule de Bonaventura Lamberti, et Le Monument funéraire du cardinal De Luca de Domenico Guidi (1683), sculpteur dans la mouvance du Bernin.
  • Petite coupole sous le maître-autel: La Sainte-Trinité entre des anges et des saints de Giuseppe Passeri (1707)
  • Chapelle de gauche: on remarque les deux chefs-d'œuvre de cette église, Le Martyre de saint Janvier, patron de Naples de Luca Giordano (1705) et une fresque de Vierge à l'Enfant d'Antoniazzo Romano (fin du XVe siècle). On peut citer également Le Miracle de saint Thomas d'Aquin de Domenico Muratori

L'église abrite un Christus patiens, crucifix contemporain d'Antonio Nocera (2005). Les vitraux sont l'œuvre d'Oscar Guarnieri.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

 
Monument funéraire du cardinal De Luca
  • (it) P. Di Giammaria, Spirito Santo dei Napoletani, Fratelli Palombi Editori, Rome, 1999
  • (it) C. Rendina, Le Chiese di Roma, Newton & Compton Editori, Milan, 2000
  • (it) M. Quercioli, Rione VII Regola, in AA.VV, I rioni di Roma, Newton & Compton Editori, Milan 2000, Vol. II, pp. 448–498

Articles connexesModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier