Ouvrir le menu principal

Église de la Sainte-Trinité des Contamines-Montjoie

église française située aux Contamines-Montjoie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église de la Sainte-Trinité.

Église de la Sainte-Trinité
Image illustrative de l’article Église de la Sainte-Trinité des Contamines-Montjoie
Vue de l'église de la Sainte-Trinité
Présentation
Culte Catholique
Début de la construction 1759
Architecte Domenico Gualino de Stastegno
Style dominant Baroque
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Ville Les Contamines-Montjoie
Coordonnées 45° 49′ 21″ nord, 6° 43′ 48″ est

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Église de la Sainte-Trinité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église de la Sainte-Trinité

L'église de la Sainte-Trinité des Contamines-Montjoie est une église savoyarde baroque construite en 1759.

Sommaire

HistoriqueModifier

Avant 1759, les Contamines-Montjoie dépendaient de la paroisse de Saint-Nicolas de Véroce[1] qui se trouvait à une heure de marche. Les villageois obtinrent au bout de dix ans de démarche la possibilité de construire leur propre église et en confièrent les travaux par contrat signé le à Sallanches à Domenico Gualino de Sastegno, maître d'œuvre originaire de Valsesia en Piémont[2]. L'église dédiée à la Sainte-Trinité[2] comprend une seule nef, avec trois travées pour les fidèles et deux pour le chœur[3]. La Trinité est évoquée sous l'auvent par les peintures de la colombe du Saint-Esprit et le triangle équilatéral. Trois statues décorent la façade, dans des abris, celle de saint Pierre, de saint Paul et au centre, le Bon-Pasteur[3].

Le clocher carré de l'église, doté d'une flèche vers 1850, a pour base une tour de l'ancien château détruit qui gardait la frontière avec la Tarentaise[4]. Ce château tomba en ruines au XIVe siècle, lorsque le Faucigny fut rattaché à la Savoie. La tour a été dessinée par Turner, en 1802[5]. La porte sculptée par un artisan de Viuz-en-Sallaz, de style baroque savoyard, présente des colonnes, des corniches avec des angelots. Elle est entourée de pilastres. On remarque à l'intérieur une poutre de gloire, ou tref, séparant la nef du sanctuaire avec un Christ en croix de la fin du XVIIIe siècle. Les retables ont été refaits vers 1840 et le maître-autel est orné d'un dais sculpté, et entouré des statues de saint Augustin et de saint François de Sales, évêque d'Annecy de 1602 à 1622.

L'autel latéral de droite est dédié à saint Joseph, qui est entouré de saint Pierre et de saint Barthélémy. L'autel de gauche est dédié à la sainte Vierge qui porte l'Enfant-Jésus. On remarque sainte Agathe, martyre portant ses seins sur un plateau, et sainte Marguerite. La voûte est décorée de fresques avec des médaillons figurant les quatre Évangélistes, et au-dessus de la tribune saint Guérin (abbé de Saint-Jean-d'Aulps en Chablais) et saint François de Sales.

L'édifice a été rénové en 1882 par des ouvriers originaires du Piémont,puis en 1976 par le peintre Edouard Borga[5].

Galerie d'imagesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Feuillet d'information de la paroisse de la Sainte-Trinité des Contamines-Montjoie.
  • Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, Les Marches, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », 2008 =, 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4), p. 188.

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Hubert Bessat et Claudette Germi, Les noms du patrimoine alpin : Atlas toponymique II, Savoie, Vallée d'Aoste, Dauphiné, Provence, vol. 2, Ellug, , 464 p. (ISBN 978-2-8431-0052-9), p. 122.
  2. a et b Oursel 2008, p. 188.
  3. a et b Oursel 2008, p. 189.
  4. Paroisse 2012, p. 1.
  5. a et b « Patrimoine culturel et art baroque I », Patrimoine, sur le site des Contamines-Montjoie - lescontamines.com (consulté en août 2014)