Ouvrir le menu principal

Église de Saint-Lothain

église située dans le Jura, en France

Église de Saint-Lothain
Image illustrative de l’article Église de Saint-Lothain
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Archevêché de Besançon
Début de la construction Xe siècle
Fin des travaux XIIe siècle / XVIIe siècle
Style dominant Classique
Protection  Inscrit MH (1927)
Logo monument historique Classé MH (1946)
Géographie
Pays France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Ville Saint-Lothain
Coordonnées 46° 49′ 28″ nord, 5° 38′ 30″ est

L’église de Saint-Lothain est une église du Xe siècle dédiée à saint Lothain (moine ermite du VIe siècle) dans le village de Saint-Lothain, à 7 km à l'ouest de Poligny en Franche-Comté.

vue générale de l'église avec son clocher comtois.

HistoriqueModifier

Le moine de l'Abbaye de Saint-Symphorien d'Autun Lothain (Lautein - Lautenus en latin) (vers 477 à Autun - vers 518 à Saint-Lothain) se retire en ermite à Silèze (ancien nom de Saint-Lothain).

Attirés par sa présence, de nombreux disciples viennent s'établir sur le site et fondent un monastère qui compte bientôt soixante moines. Un second monastère, comprenant quarante moines, est établi à son tour dans les environs à Maximiacus (localisation actuelle indéterminée, peut-être Mesmay dans le Doubs)

Après la mort de Lautein, vers 518, le village prend le nom de Saint-Lothain et conserve ses reliques et son sarcophage (avec l'inscription latine « HIC REQVIESCIT SANCTVS LAVTENVS CONFESSOR », c'est-à-dire « Ici repose saint Lothain, confesseur ») dans la crypte de l'église qui domine le village (crypte d'architecture romane qui servit longtemps d'église primitive)[1].

Le prieuré de Silèze est relevé au IXe siècle par l’abbé Bernon, premier abbé de l'abbaye de Cluny. Le prieuré dépend alors de l'abbaye de Baume-les-Messieurs.

L'église fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2]. La crypte est elle classée depuis le 23 janvier 1946[2].

ArchitectureModifier

L’église de Saint-Lothain fut construite entre le XIe et le XIIe siècle sur une crypte de la fin du Xe siècle[2] qui renferme le sarcophage mérovingien de Saint-Lothain.
La voûte en ogive remplaça vers le premier quart du XVIIIe siècle l'ancienne charpente de bois.
Le clocher, couronné d'un dôme comtois, porte au fronton la date de 1716.

Décor religieuxModifier

La notoriété du fondateur et la présence de ses saintes reliques expliquent la richesse du patrimoine religieux.

L'église abrite de nombreuses statues du XVIe siècle, un chemin de croix du XIXe siècle en 14 huiles sur toile et un étonnant ensemble de bancs à ossature de fonte du XIXe siècle représentant une architecture religieuse.

La crypte comporte également une fresque de la mort de saint Lothain sur laquelle les habitants et visiteurs ont gravé leurs noms à travers les temps. Le traitement de ce mur graffité produit un effet d'une surprenante modernité.

Un petit édicule en albâtre situé dans la crypte est connu comme la Fontaine à huile miraculeuse dont saint Lothain se servait pour oindre les malades et les guérir. La légende dit que la source s'est tarie lorsque des mercenaires suédois de Louis XIV y ont graissé leurs bottes pendant la conquête du Comté de Bourgogne (actuelle Franche-Comté).

Galerie d'imagesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

NotesModifier

  1. Source : Brochure sur l'église de Saint-Lothain par Pierre Lacroix.
  2. a b et c Notice no PA00102019, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Trinité de Saint-Lothain.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • René Tournier, « Saint-Lothain », dans Dictionnaire des églises de France, Robert Laffont, Paris, 1969, tome V-A, Alsace, Lorraine, Franche-Comté, p. 176
  • René Tournier, Willibald Sauerländer, Raymond Ousel, préface de Michel Denieul, Franche-Comté romane, Zodiaque (collection la nuit des temps no 52), La Pierre-qui-Vire, 1979, p. 89-92
  • Christian Sapin, « Jura. Saint-Lothain, fouilles de la crypte de l'église », dans Bulletin Monumental, 1984, tome 142, no 4, p. 440-441 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier