Ouvrir le menu principal

Église de Dieu (Septième Jour)
Image illustrative de l’article Église de Dieu (Septième Jour)
Logo de la Conférence générale de l'Église de Dieu (septième jour) aux États-Unis
Généralités
Branche Christianisme
Courant Restaurationnisme, adventiste
Gouvernance Conciliaire
Territoire mondial
Fondation
Fondateur Gilbert Cranmer
Date 1858
Lieu Stanberry, Missouri, États-Unis
Origine et évolution
Issue de Millerites
Chiffres
Divers
Site Web [1]

L' Eglise de Dieu (Septième Jour) ou "(7eme Jour)" est une confession chrétienne protestante et évangélique descendant du mouvement millérite dans les États-Unis au cours du XIXe siècle. L'organisation est présente dans 45 pays du monde[1].

L'église est organisée en conférences nationales qui forment ensemble le Congrès ministériel international de l'Église de Dieu (Septième jour), dont les dirigeants sont élus chaque quatre ans[2].

Les Églises de Dieu (7ème jour) qui font partie du Congrès ministériel international suivent des doctrines communes avec le reste du protestantisme, telles que la divinité de Jésus-Christ, le salut par grâce et le reste des Cinq solae. Cependant, il existe des enseignements distincts tels que l'état inconscient des morts et le suivi de la loi de l'alimentation, de sorte que les membres distinguent les animaux purs des animaux impurs[3].

Au début du XXe siècle, il faut distinguer deux divisions importantes: même s’il s’agit de petits groupes, ces organisations ont choisi de conserver des noms similaires, elles sont souvent appelées Conférence à Salem et Conférence à Jérusalem (Mount Zion Church of God 7th day). Ils se trouvent dans la diversité religieuse des États-Unis et ils ont maintenu une orientation théologique unitaire et n'appartiennent pas au Congrès ministériel international[4],[5].

Sommaire

HistoireModifier

Le début de l'église aux États-UnisModifier

Le Second grand réveil religieux qui a eu lieu aux États-Unis au XIXe siècle est à l'origine du contexte qui a conduit à l'émergence du mouvement sabbatiste. Ce phénomène, catalogué par certains groupes protestants avec la dénomination de "Réveil chrétien"[6], a été la cause de l'augmentation des études prophétiques sur des événements importants de l'époque, tels que les guerres napoléoniennes ou le séisme du 1er novembre 1755 à Lisbonne. L'un des enthousiastes autour des prophéties bibliques était William Miller, un prédicateur baptiste inspiré du livre prophétique "La venue du Messie en gloire et majesté" (1791) du chilien Manuel Lacunza, ainsi que des études apocalyptiques d'Isaac Newton[7].

William Miller est arrivé à la conclusion que Jésus-Christ reviendrait sur Terre vers 1843 à cause d'une interprétation du verset de la Bible dans Daniel 8:14[7].

Les Églises de Dieu (7e Jour) sont les héritières de congrégations sabbatariennes venues d’Europe (Angleterre, Hollande, Moravie, Hongrie). Il s'agit d'une église que l'on peut qualifier d'adventiste, le terme adventiste référant ici, au sens large, aux chrétiens qui attendent la seconde Venue du Christ ou parousie. En 1858, cinq ans avant la fondation de l’Église adventiste du Septième Jour, un groupe conduit par Gilbert Cranmer du Michigan se désolidarisa de ceux qui allaient par la suite décider de suivre les enseignements d’Ellen G. White, l’une des fondatrices du mouvement connu sous le nom d'Église adventiste du septième jour. Une autre église indépendante sabbatarienne, formée en Iowa en 1860, se joignit alors au groupe mené entre autres par Gilbert Cranmer, pour former ce qui prendrait plus tard l’appellation officielle d’"Église de Dieu (Septième Jour)".

Une publication appelée The Hope of Israel débutera en 1863. Cette publication permettra à l'Église d’étendre son influence et de croître.

Par le biais de cette publication, les doctrines de la parousie et du Sabbat du septième jour furent promues, et d’autres chrétiens furent invités à joindre le mouvement. Ceci permit à l’Église d’étendre son influence vers le Missouri, le Nebraska et d’autres États des États-Unis.

L’Église se constitua en corps juridiquement reconnue, et le terme « (Septième Jour) » fut ajouté en 1923. Les Bureaux furent établis à Stanberry, Missouri. L’Église de Dieu (Septième Jour) se scinda en deux groupes lors de la conférence tenue le 4 novembre 1933, un groupement d’églises a pris son quartier général à Salem, en Virginie-Occidentale et est connu sous le nom d’Église de Dieu (7e Jour) - Conférence de Salem, un autre groupement a pris son quartier général à Denver, Colorado et est connu sous le nom de Conférence Général de l'Église de Dieu (Septième Jour). Un troisième groupe est connu sous le nom de General Council Churches Of God (Seventh Day) Inc.. Il existe de nombreuses églises indépendantes, notamment en Amérique du Nord.

MembresModifier

 
Une Église de Dieu (Septième jour) dans la ville de Puebla, au Mexique.

L’Église de Dieu (Septième Jour) compte de nombreuses congrégations aux États-Unis, au Canada et au Mexique. Au niveau mondial, on trouve des membres et des ministères affiliés dans 45 pays[8] dont l'Inde, les Philippines, l'Ukraine, les Caraibes, le Guatemala, Royaume-Uni (parmi de nombreux autres pays d'Amérique latine) et en Afrique, qui sont, pour les églises en lien avec la Conférence de Denver, organisé au sein du Congrès ministériel international de l'Église de Dieu (Septième Jour)[9].

Doctrine et PratiqueModifier

Selon l’Église de Dieu (7e Jour), le Salut s’obtient par la Grâce, par la Foi en Jésus Christ. L’Église de Dieu (7e Jour) est non-trinitaire (cf. antitrinitarisme). Certaines congrégations sont maintenant binitariennes, notamment celles membres de la Conférence Général de l'Église de Dieu (Septième Jour) situé à Denver, Colorado. La Conférence de Salem situé en Virginie Occidentale et l'Église de Dieu (7e Jour) Jérusalem n'enseignent pas que Jésus est le Dieu tout puissant. Certaines églises indépendantes[10] et certains membres ont conservé la christologie qui était celle de Gilbert Cranmer, le fondateur de ce mouvement d’églises, Gilbert Cranmer étant lui-même un unitarien biblique[11].

L’Église de Dieu (7e Jour) encourage fortement l'obéissance aux Dix Commandements, comme faisant partie des fondements d’une vie chrétienne épanouie.

L’Église observe deux sacrements : le baptême par immersion et le repas du Seigneur (accompagné du lavement des pieds) observé chaque année au moment de l’ancienne Pâque juive ou Pessa'h (voir Pâque quartodécimaine), le jour de la mort de Jésus.

L’Église décourage la consommation des nourritures déclarées impures dans l’Ancien Testament, comme le porc et les fruits de mer. Elle s'oppose également à la pratique de fêtes comme Noël, Pâques, considérées traditionnellement comme chrétiennes, ainsi qu'à la célébration d'Halloween, considérant que ces célébrations ont un caractère et des origines païennes. Bien que profondément ancrée dans l'Ancien Testament, l’Église de Dieu (7e Jour) ne pratique pas les fêtes juives décrite en Lévitique chapitre 23, estimant qu'elles font partie d'une loi cérémonielle trouvant sa réalisation en Christ, et ainsi rendue caduque. Le pacifisme (ou objection de conscience) est l'une des positions doctrinales de l’Église de Dieu (7e Jour).

Différences entre l’Église de Dieu (7e Jour) et l’Église Adventiste du Septième JourModifier

Afin de clarifier les différences entre ces deux groupements d'églises, voici tout d'abord les doctrines que l’Église de Dieu (7e Jour) et que l’Église Adventiste du Septième Jour ont en commun.

1. Ces deux groupements d'églises croient que la Bible, Ancien et Nouveau Testament, est la Parole de Dieu.

2. Ces deux groupements d'églises croient que le Salut s’obtient par la Grâce de Dieu au travers de la Foi en Jésus Christ.

3. Ces deux groupements d'églises croient que les Dix Commandements sont les standards moraux donnés par Dieu et par lesquels les chrétiens doivent aujourd’hui vivre, le Sabbat du Septième Jour devant être observé le Samedi.

4. Ces deux groupements d'églises croient que les humains ne sont pas conscients et « dorment » entre leur mort et la résurrection.

5. Ces deux groupements d'églises croient que Jésus Christ va bientôt revenir physiquement sur la Terre.

6. Enfin ces deux groupements d'églises croient que les méchants seront détruits pour toujours et par conséquent ne souffriront pas « les tourments de l’enfer » pour l’Éternité (doctrine de l'annihilationisme).

L'une des plus grandes différences entre l’Église de Dieu (7e Jour) et l’Église Adventiste du Septième Jour concerne le rôle et les écrits d’Ellen G. White. En effet, Mme White fut l’une des fondatrices de l’Église Adventiste du Septième Jour et est considérée par cette organisation comme étant une prophétesse. L’Église de Dieu (7e Jour) considère Mme White comme elle le ferait de tout autre écrivain(e) depuis que fut achevée d’être écrite la Bible : Sa « vérité » est entremêlée d’erreurs. Pour l’Église de Dieu (7e Jour), Ellen G. White, pas plus que ses écrits ne sont une expression du don de prophétie.

Au delà de cette différence essentielle, voici quelques-uns des enseignements de l’Église de Dieu (7e Jour) que ne partage pas l’Église Adventiste du Septième Jour :

1. À la différence de l’Église Adventiste du Septième Jour, l’Église de Dieu (7e Jour) ne croit pas que l’année 1844 ait une quelconque valeur en termes de prophétie biblique. L’Église de Dieu (7e Jour) croit que les dispositions nécessaires à notre Salut ont été pleinement réalisées quand Jésus est mort, a ressuscité des morts et est retourné au ciel et ne croient pas que le Christ ait dû passer du Lieu saint au Lieu très saint dans le sanctuaire céleste en 1844. C’est pourquoi pour l’Église de Dieu (7e Jour) les doctrines de « la purification du sanctuaire » et de « l’instruction du jugement », qu’enseigne l’Église Adventiste du Septième Jour, n’ont aucune validité.

2. L’Église de Dieu (7e Jour) croit que la durée de la mise au tombeau de Jésus a été de 3 jours et 3 nuits entières, du mercredi soir jusqu’au samedi soir.

3. L’Église de Dieu (7e Jour) croit que les célébrations populaires de Noël et de Pâques sont un compromis avec des pratiques païennes et ne devraient absolument pas être pratiquées par l’Église. L’Église Adventiste du Septième Jour a une position moins tranchée sur la question et autorise qu'un culte soit pratiqué pour l'occasion, y voyant une opportunité d'évangelisation [12].

4. L’Église de Dieu (7e Jour), au contraire de l’Église Adventiste du Septième Jour, est antitrinitaire, en particulier pour ce qui est de la Conférence de Salem, qui enseigne que Jésus Christ n'est pas le Dieu tout puissant, mais, en tant que Parole de Dieu, la première création divine, néanmoins la Conférence Générale de l'Église de Dieu (Septième Jour) avec siège à Denver professe la divinité de Jésus-Christ, donc maintient une orientation théologique binitaire[13].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « The international structure of the Church of God (Seventh Day) is a work in progress. This graphic shows its current structure » (consulté le 31 décembre 2018)
  2. (en) « Congreso Ministerial Internacional » (consulté le 31 décembre 2018)
  3. (es) « Fundamentos doctrinales de la Iglesia de Dios (7º día) A.R. » (consulté le 31 décembre 2018)
  4. (en) « Church of God (7th Day), Conférence de Salem » (consulté le 28 juillet 2018)
  5. (en) Nickels, Richard, « XV. The "Church Depression Period," 1974-1987 » (consulté le 31 décembre 2018)
  6. (es) « Segundo Gran Despertar norteamericano », sur Protestante Digital, (consulté le 3 janvier 2019)
  7. a et b (en) George W. Reid, « Seventh-day Adventists - A Brief Introduction to their Beliefs » (consulté le 3 janvier 2019)
  8. (es) « Carta IMC de la Iglesia de Dios (Séptimo día) » (consulté le 22 décembre 2017)
  9. (en) « International Conferences CoG7 » (consulté le 22 décembre 2017)
  10. « Mont Sion Église de Dieu, À propos » (consulté le 28 juillet 2018)
  11. Robert Coulter, "The Journey: A History of the Church of God (Seventh Day)" (2014), p.25, (ISBN 978-0-615-99123-8)
  12. « Les Adventistes doivent-ils célébrer Noël », sur AdventisteMagazine, (consulté le 28 juillet 2018)
  13. (en) « What We Believe », sur COG7 (consulté le 3 mars 2018)

AnnexesModifier