Église Sant'Onofrio al Gianicolo

église italienne de Rome

Église Sant'Onofrio al Gianicolo
Présentation
Nom local Chiesa di Sant'Onofrio al Gianicolo
Géographie
Pays
Coordonnées 41° 53′ 44″ nord, 12° 26′ 27″ est
Géolocalisation sur la carte : Latium
(Voir situation sur carte : Latium)
Église Sant'Onofrio al Gianicolo
Géolocalisation sur la carte : Rome
(Voir situation sur carte : Rome)
Église Sant'Onofrio al Gianicolo
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Église Sant'Onofrio al Gianicolo

L'église Sant'Onofrio al Gianicolo (en français : Saint-Onuphre-du-Janicule) est un complexe église-couvent de Rome dédiée à saint Onuphre l'Anachorète située dans le rione de Trastevere sur la promenade du Janicule. Elle est le siège du titre cardinalice de Sant'Onofrio al Gianicolo.

HistoireModifier

 
Le Portique extérieur et la chapelle du Rosaire

Fondée en 1439 sous forme d'ermitage, elle a conservé son ancien aspect. Le petit cloître du couvent est peut-être la partie la plus ancienne du complexe : il a été construit dès l'origine, au milieu du XVe siècle, et dispose d'une galerie de vérandas à l'étage supérieur. Il a gardé tout son charme d'époque.

 
Le cloître

L'endroit, très pittoresque et panoramique, est connu pour avoir donné refuge aux ultimes angoisses du célèbre poète Torquato Tasso, dit Le Tasse. C'est ici que le poète décéda le . En son hommage, Sant'Onofrio est devenu l'une des étapes d'artistes et d'écrivains lors d'une visite à Rome[1]. Parmi eux, Goethe et Chateaubriand (plaques commémoratives).

Non loin du couvent - actuellement situé de l'autre côté de la "promenade du Janicule," établie entre 1865 et 1868 - a été préservé le "Chêne du Tasse", où il est dit que le poète aimait aller contempler et méditer[2]. Le site a ensuite été utilisé par saint Philippe Neri comme lieu de promenades, et fut équipé pour le théâtre de sa congrégation, comme "lieu de pieux divertissements"[3]. Encore aujourd'hui, le théâtre est le lieu de représentations théâtrales en plein air.

Le Gouvernorat de Rome a ouvert un musée (musée Tassiano), qui recueille les reliques et le masque de mort du Tasse, à partir de 1930, puis a donné la propriété au Saint-Siège depuis les années 1930. Le , le pape Pie XII a assigné l'église et le couvent à l'Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, peut-être en l'honneur de la Jérusalem délivrée du Tasse.

ChronologieModifier

 
Les pierres tombales en mémoire des visites de Chateaubriand et Goethe

XVe siècle

XVIe siècle

XVIIe siècle

XVIIIe siècle

XIXe siècle

  • En 1849, Giuseppe Garibaldi, sauve la plus petite des trois cloches de l'église de Sant'Onofrio, appelée "la cloche du Tasse"

XXe siècle

ŒuvresModifier

Dans l'égliseModifier

Chapelles latérales dédiéesModifier

Autres œuvres d'artModifier

 
Le tombeau de Torquato Tasso, avec son portrait (1608)

L'église contient plusieurs inscriptions, dont certaines rappellent la construction de la rue (d'une œuvre commandée par le pape Sixte V) et le revêtement de sol (commandé par le pape Clément VIII).

Près du portique extérieur il y a aussi la pierre tombale de Nicolas de Forca Palena, sculpture attribuée à un anonyme toscan, dans laquelle se retrouve l'influence de Donatello.

Le passage vers le cloître abrite le tombeau du poète Alessandro Guidi, et le monument funéraire du marquis Giuseppe Rondanini.

Dans l'église, dans la première chapelle sur la gauche se trouve le monument funéraire de Torquato Tasso, tandis que sur le même côté sont logées les tombes des cardinaux Filippo Sega (avec un portrait de Le Dominiquin) et Giuseppe Mezzofanti.

Notes et référencesModifier

  1. Parmi eux le poète Giacomo Leopardi, comme en témoigne la lettre adressée à son frère Charles: "...j'ai été à la visite de la tombe du Tasse, et nous avons pleuré.
  2. Sur le chêne du Tasse il y a une délicieuse histoire de l'imagination d'Achille Campanile, lisible ici
  3. J'ai donc dit à Giuseppe Vasi en 1761 (cité par [1]):« San Filippo Neri per allettare la gioventù alla parola di Dio, e altresì per allontanarla dalle lusinghe del secolo, soleva nell'alto del giardino di quello convento andare a spasso con li suoi penitenti, e con bella grazia vi introdusse alcune conferenze spirituali, con altri devoti trattenimenti. Perciò i Preti dell'Oratorio ad imitazione del loro santo Fondatore seguitano in ogni festa di precetto dopo il vespro, principiando dal secondo giorno di Pasqua di Resurrezione fino alla festa di s. Pietro Apostolo, a venirvi con gran concorso di uomini devoti, e vi fanno de' sermoni accompagnati con pii trattenimenti. A tal fine hanno eretto nel medesimo luogo, che frequentava s. Filippo tutto il comodo con sedili in forma di teatro, inalberando però sulla cima il segno della s. Croce. »

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :