Ouvrir le menu principal

Église Saint-Barthélemy de Paris

église détruite située à Paris, en France

Église Saint-Barthélemy
Démolition de l'église Saint-Barthelemy en 1791 - Pierre-Antoine Demachy, musée Carnavalet.
Démolition de l'église Saint-Barthelemy en 1791 - Pierre-Antoine Demachy, musée Carnavalet.
Présentation
Culte Catholique romain
Rattachement Archidiocèse de Paris
Date de démolition 1791
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 51′ 20″ nord, 2° 20′ 46″ est

L'église Saint-Barthélemy est une ancienne église paroissiale située sur l'île de la Cité à Paris.

SituationModifier

L'église se trouvait à l'angle de la rue Saint-Barthélemy (actuellement boulevard du Palais) et de la rue de la Pelleterie[1]. Elle se trouverait, de nos jours, à l'extrémité sud du tribunal de commerce de Paris, le long du boulevard du Palais.

Histoire et descriptionModifier

Les premières églisesModifier

 
Église Saint-Barthélémy sur le plan dit de la Tapisserie (1540).

Une première chapelle dédicacée à l'apôtre Barthélemy existe sur le site au Ve siècle. Vers 965, Hugues Capet la fait agrandir. Cette église adossée à la partie nord de la première enceinte gallo-romaine était l'ancienne chapelle du palais de la Cité et également ensuite celle du monastère de Saint-Magloire dont les religieux s'installent en 1138 sur leur domaine sur la rive droite de la Seine rue Saint-Denis à l'origine de l'église et de la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles[2].

Elle devient ensuite paroisse royale. Son territoire comprenait les deux côtés de la rue de la Barillerie et la partie ouest de la rue de la Pelleterie et sa population évaluée d'après les rôles la taille à 2 300 habitants vers 1 300[3],[1].

L'église inachevée du XVIIIe siècleModifier

L'église Saint-Barthélemy de Paris est réaménagée une première fois en 1730 et 1736. En 1772, Louis XVI ordonne qu'elle soit entièrement reconstruite. La Révolution française entraine l'interruption des travaux, un portail classique réalisé par Mathurin Cherpitel étant malgré tout achevé.

En 1790, l'église Saint-Barthélemy est cependant encore le siège de l'une des 52 paroisses urbaines du diocèse de Paris. Son curé depuis 1778, l'abbé Jacques-Henri Durville[4], prête le serment constitutionnel avec 10 de ses confrères prêtres de cette paroisse[5].

En février 1791, par une suite de décrets de l'Assemblée Constituante pris sur une proposition de la mairie de Paris, l'église Saint-Barthélemy, comme les neuf autres églises de l'ile de la Cité[6] perd son statut de siège de paroisse au bénéfice de la Cathédrale Notre-Dame de Paris[7].

La suppression de son siège de paroisse, l'interruption des travaux de rénovation et son nouveau statut de bien national, déclenchent sa vente en 1791 et sa destruction[8].

Sa destruction et l'évolution du siteModifier

 
Le bal du Prado en 1855, par Theodor Josef Hubert Hoffbauer

Après sa démolition, le théâtre de la Cité-Variétés et deux passages couverts (passage de Flore et passage du Prado) sont construits à son emplacement[8]. Cet ensemble est détruit en 1858 pour permettre la construction de l'actuel tribunal de commerce de Paris.

RéférencesModifier

  1. a et b Jean Junié, Plan des paroisses de Paris avec la distinction des parties éparses qui en dépendent dressé par J. Junié, ingénieur géographe de Monseigneur l’Archevêque et géomètre des Eaux et forêts de France en 1786 , Service des Travaux historiques de la Ville de Paris, 1904 [lire en ligne]
  2. Adrien Friedmann, Paris, ses rues, ses paroisses du Moyen Âge à la Révolution, Plon, , p. 63-64
  3. Adrien Friedmann, Paris, ses rues, ses paroisses du Moyen Âge à la Révolution, Plon, , p. 374-376
  4. Debure, gendre de feu d'Houry, Almanach Royal pour l'année 1789, Paris, Imp. Veuve d'Houry, s. d., p. 103). Consulter en ligne.
  5. Abbé Delarc, L'Église de Paris pendant la Révolution Française, 1789-1801, Paris, Desclées de Brouwer, s. d. (ca 1900), t. 1, chapitre VII, p. 298-299. Consulter en ligne.
  6. Ces dix églises sont St Barthélemy, St Germain-le-Vieux-en-la-Cité, St Jean-Baptiste-St Denis, St Landry, St Pierre-aux-Arcis, St Pierre-aux-Bœufs, Ste Croix-en-la-Cité, Ste Madeleine-en-la-Cité, Ste Marine, Ste Chapelle-Basse (Abbé Delarc, Id.).
  7. P. Pisani, L'Église de Paris et la Révolution, Paris, Al. Picard, 1908-1911, t. 1 (1789-1792), p. 202-205. Consulter sur Gallica.
  8. a et b Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 223 [lire en ligne]

Voir aussiModifier