Ouvrir le menu principal

Église Saint-Ayoul de Provins

édifice religieux situé à Provins

Ancien prieuré Saint-Ayoul
Image illustrative de l’article Église Saint-Ayoul de Provins
Présentation
Nom local Église Saint-Ayoul
Culte Catholique romain, actuellement désacralisée
Type Prieuré
Rattachement Avant 1801 : Diocèse de Troyes
Depuis 1801 : Diocèse de Meaux
Début de la construction 1048 (fondation)
Fin des travaux 1763 (transept)
Style dominant Gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1862, transept)
Logo monument historique Classé MH (1909, nef)
Logo monument historique Classé MH (1913, chœur, chapelle, clocher)
 Inscrit MH (2005, prieuré)
Logo monument historique Classé MH (2006, aile)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Ville Provins
Coordonnées 48° 33′ 38″ nord, 3° 18′ 12″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ancien prieuré Saint-Ayoul

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Ancien prieuré Saint-Ayoul

L'église Saint-Ayoul est une église catholique de Provins, en France.

Sommaire

LocalisationModifier

L'édifice est situé dans la ville-basse de Provins, Seine-et-Marne, rue Abélard.

HistoriqueModifier

 
Saint Ayoul céphalophore (XVIe siècle)

L'église est bâtie à la suite de la redécouverte de la sépulture d'Aigulphe de Bourges (connu sous plusieurs autres noms : Au, Ay, Août, Ayeul ou Ayoul), ancien évêque de Bourges enterré dans le plus grand secret en 845. À la suite d'une guérison attribuée à un miracle, ses reliques sont retrouvées en 996 et transférées dans un sanctuaire voisin, transformé en prieuré en 1048, année ou l'église Saint-Ayoul de Provins est donnée par Thibaud Ier de Champagne comte de Champagne avec l'autorisation du roi de France Henri Ier de France à l'abbaye Saint-Pierre de Montier-la-Celle qui envoie comme prieur Robert qui sera fondateur de l'abbaye de Molesme en 1075 et de l'abbaye de Cîteaux en 1095.

L'église est alors un lieu de pèlerinage, et son parvis héberge les premières foires commerciales de Provins. L'édifice est partiellement détruit par un incendie en 1157 et immédiatement reconstruit, puis remanié à de nombreuses reprises jusqu'au XVIe siècle.

Pendant la Révolution française, le prieuré Saint-Ayoul est vendu. Une partie du cloître est transformée en habitations, le chœur est utilisé comme lieu de stockage. L'État rachète le monument en 1828 et l'intègre à une caserne militaire. L'église est restaurée au XXe siècle.

L'édifice est protégé au titre des monuments historiques en plusieurs fois[1] : le transept est classé en 1862, la nef en 1909, le chœur, la chapelle et le clocher en 1913; le reste du prieuré est inscrit en 2005 et son aile est classée en 2006.

DescriptionModifier

ArchitectureModifier

 
Porche de l'église Saint-Ayoul.

L'architecture principale, datant du XIIe siècle, est de style gothique primitif. De nombreuses parties furent ensuite reconstruites jusqu'à la révolution, une galerie en bois du XVIIIe siècle rompant notamment la symétrie de la façade occidentale[2].

MobilierModifier

SculpturesModifier

 
Vierge de l'Assomption, albâtre, XVIe siècle
 
Charles Thévenin, Jésus et les docteurs de la Loi
  • La Vierge de Pitié, saint Jean et la Madeleine au pied de la croix (Jacques Jubert, XVIe siècle)[3]
  • La Vierge de l'Assomption (XVIe siècle)[4], statue en albâtre rehaussé de peinture dorée, formant un groupe avec deux anges musiciens (XVIe siècle)[5], l'un jouant de l'orgue portatif et l'autre du luth. Une réplique de cette statue se trouve à l'église Saint-André de Saint-André-les-Vergers, dans l'Aube[6],[7].
  • Saint Ayoul céphalophore (XVIe siècle)[8]
  • Plaque funéraire de Pierre Blasset (Pierre Godot, XVIIe siècle)[9]
  • Saint Évêque assis (haut-relief, XVIIe siècle)[10]
  • Monument funéraire de F. M. Michelin (XIXe siècle)[11]

PeinturesModifier

  • L'Assomption de la Vierge (XVIIe siècle)[12]
  • Le Christ au Calvaire (XVIIe siècle)[13]
  • Jésus parmi les docteurs (Charles Thévenin, XVIIIe siècle)[14]

VitrauxModifier

  • Sainte en prière (XVIIe siècle)[15]
  • Verrières (XVIe siècle)[16]

Autres objetsModifier

  • Autel, tabernacle, retable[17]
  • Banc des Clercs (XVIIIe siècle)[18]
  • Banc des Marguilliers (XVIIIe siècle)[19]
  • Clôture de chœur (XVIIIe siècle)[20]
  • Orgue de tribune (1777)[21],[22],[23]
  • Retable (Pierre Blasset, XVIIe siècle)[24]
  • Vantaux (XVIIIe siècle)[25]

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. « Ancienne abbaye ou prieuré Saint-Ayoul », notice no PA00087196, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Eglise Saint-Ayoul », (consulté le 3 janvier 2014)
  3. « groupe sculpté : La Vierge de Pitié, saint Jean et la Madeleine au pied de la croix », notice no PM77001385, base Palissy, ministère français de la Culture
  4. « statue : La Vierge de l'Assomption », notice no PM77001381, base Palissy, ministère français de la Culture
  5. « 2 statues : Anges musiciens », notice no PM77001938, base Palissy, ministère français de la Culture
  6. « Statue de la Vierge de l'Assomption à Saint-André-les-Vergers », notice no PM10001878, base Palissy, ministère français de la Culture
  7. Jacques Baudoin, La sculpture flamboyante en Champagne Lorraine, Éditions Créer, , 366 p. (présentation en ligne), p.223, (ISBN 2902894724)
  8. « statue : Saint Ayoul [[Céphalophorie|céphalophore]] », notice no PM77001402, base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « plaque funéraire de Pierre Blasset, sculpteur, mort en 1663 », notice no PM77001384, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « haut-relief : Saint évêque assis », notice no PM77001406, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « monument funéraire de F. M. Michelin, mort en 1820 », notice no PM77001388, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « tableau : L'Assomption de la Vierge », notice no PM77001387, base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « tableau : Le Christ au Calvaire », notice no PM77001400, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « tableau : Jésus parmi les docteurs », notice no PM77001386, base Palissy, ministère français de la Culture
  15. « verrière : Une Sainte en prière », notice no PM77001935, base Palissy, ministère français de la Culture
  16. « verrières », notice no PM77001380, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « autel, tabernacle, retable, lambris de revêtement, clôture de chapelle (grille de communion) », notice no PM77001401, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « banc de Messieurs les clercs », notice no PM77001404, base Palissy, ministère français de la Culture
  19. « banc des Marguilliers », notice no PM77001403, base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « clôture de chœur (grille) », notice no PM77001937, base Palissy, ministère français de la Culture
  21. « orgue de tribune », notice no PM77002266, base Palissy, ministère français de la Culture
  22. « orgue de tribune : buffet d'orgue », notice no PM77001407, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. « orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue », notice no PM77001389, base Palissy, ministère français de la Culture
  24. « retable, lambris de revêtement, chaire à prêcher, banc d'œuvre », notice no PM77001383, base Palissy, ministère français de la Culture
  25. « vantaux », notice no PM77001936, base Palissy, ministère français de la Culture