Ouvrir le menu principal

Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Bellevaux

église française située à Bellevaux

Église Notre-Dame-de-l’Assomption
Image illustrative de l’article Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Bellevaux
Présentation
Culte Catholicisme
Début de la construction XIVe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Style dominant Style style néo-classique sarde
Reminescences de baroque
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Ville Bellevaux
Coordonnées 46° 15′ 24″ nord, 6° 31′ 54″ est

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Église Notre-Dame-de-l’Assomption

L’église Notre-Dame-de-l’Assomption de Bellevaux est une église catholique, située sur la commune de Bellevaux en Haute-Savoie. De style néo-classique sarde, elle est dédiée à l'Assomption de la Vierge Marie.

HistoriqueModifier

Les bénédictins de Saint Jean de Genève, dépendant de l'abbaye d'Ainay de Lyon, bâtissent une petite église en bois lorsqu'ils s'installent dans la vallée en 1136[1],[2].

En 1536, le prieuré et l'église sont délaissés, lorsque que la réforme protestante s'étend à la partie nord du duché de Savoie. Quelques années plus tard, en 1567, les troupes protestantes se retirent et les bénédictins reprennent possession du prieuré, en mauvais état.

En 1737, l'église s'effondre[3], notamment la tour datant du XIVe siècle. Elle est entièrement reconstruite sur l'emplacement de l'ancienne[2] et achevée durant l'été 1740.

Lorsque en 1792, le duché de Savoie est annexé à la France révolutionnaire, l'édifice est fermé un certain temps. En 1795, la Convention se montre moins sévère et l'abbé Rey, curé de Bellevaux, recommence à célébrer la messe. Aussitôt l'ordre vient de Thonon de démolir l'église. Elle est simplement fermée[4].

Après la Révolution, la tour du clocher est reconstruite en 1808, la flèche est refaite en 1894[5]. L'ancien presbytère est rasé et le nouveau est bâti à un autre endroit.

En 1826, la cure est achevée, la population de la commune s’agrandit, l'église, devenue trop petite, est reconstruite. Les paroissiens la souhaitent belle, grande et haute. Le projet est confié à l'architecte, adjudant du génie, Guillet, Victor Delémontex et Laurent Taberlet[3]. La décoration intérieure, notamment les peintures, est confiée à des artisans originaires de la province de Verceil[3]. L'ancienne église est rasée, sauf la tour du clocher la partie la plus ancienne. Les habitants de Bellevaux participent à tour de rôle à son édification, les femmes et les enfants en dessous de 16 ans, étaient dispensés[6].

Lors de la construction un accident fait 5 morts dont le syndic. Une petite croix sur un socle de pierre, située entre l'église et le jardin alpin.

L'église est reconstruite dans style néo-classique avec des éléments baroques entre 1828 et 1829[3].

Le nouvel édifice reprend les éléments de l'ancienne église[3]. Seul est gardé le clocher[3].

En 1967, les systèmes de chauffage sont installés et en 1969 l'intérieur de l'église est entièrement restauré par des peintres originaires de La Giettaz lors de la réforme liturgique, en gardant les tons chauds du néo-classique sarde[7].

Au printemps 1977, les toitures et le clocher sont restaurés ainsi que les façades[réf. nécessaire].

En octobre 1999, le sol est entièrement refait[réf. nécessaire].

Description architecturaleModifier

L'architecture de l'église est composite avec un style néo-classique, dit « sarde »[Note 1], dans laquelle des « réminiscences baroques marquées viennent s'y mêler »[3],[2].

Le bâtiment est constitué de trois nefs séparées par des piliers quadrangulaires supportant des corniches avec des « arcs doubleaux de la voûte »[3],[2].

Les peintures intérieures, comme souvent en Savoie, sont réalisées par des artistes valsésiens (Province de Verceil)[3],[2].

L’église possède un baptistère avec des panneaux de bois sculptés de style gothique, réalisé par Laurent Baud de Morzine, d’un tableau de saint François de Sales antérieur à 1660, de stalles de style renaissance réalisées au XIXe siècle. La tour du clocher à bulbe, surmonté d’une flèche, est la partie la plus ancienne. L'église s'effondre en 1737[3].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les clochesModifier

Le clocher de l'église abrite six cloches de plus de 270 kilos[10]. Elles ont toutes été coulées en 1956 par la fonderie Paccard. La sonnerie est composée de : Mib3 - Fa3 - Sol3 - Lab3 - Sib3 - Do4. La grosse cloche, Marie-Françoise Alphonsine Jeanne, pèse 1 250 kilos[11].

ProtectionModifier

L'église possède des objets classés par les Monuments historiques :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le style néoclassique est régulièrement qualifié de style « sarde » en Savoie afin de souligner son origine étrangère à la Savoie et que « cela produit des édifices un peu conventionnels »[8], voire « rigide[s] »[9]. Il fait son apparition à la suite de la Restauration de la Maison de Savoie en Savoie à partir de 1815.

RéférencesModifier

  1. Histoire des communes savoyardes, 1980, p. 138.
  2. a b c d et e « Chablais », Paroisse Saint-André en Gavot-Léman, sur le site du Diocèse d’Annecy (consulté le 17 octobre 2016)
  3. a b c d e f g h i et j Histoire des communes savoyardes, 1980, p. 141-143, « L'Eglise ».
  4. Histoire de la vallée de Bellevaux, 1973, p. 146, « la cure et l'église ».
  5. Histoire de la vallée de Bellevaux, 1973, p. 145, « la cure et l'église ».
  6. Histoire de la vallée de Bellevaux, 1973, p. 148, « la cure et l'église ».
  7. Histoire de la vallée de Bellevaux, 1973, p. 151, « la cure et l'église ».
  8. Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, Parc naturel régional du Massif des Bauges, Les Bauges : entre lacs et Isère. Histoire et patrimoine, vol. 107, Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, coll. « Mémoires et Documents », , 350 p. (ISBN 978-2-85092-000-4), p. 119.
  9. Art et archéologie en Rhône Alpes, n°4, 1988, p.134.
  10. « Les cloches de Bellevaux », sur le site Mémoire Alpine, la base de données de l'écomusée PAYSALP - memoire-alpine.com, (consulté le 3 août 2016).
  11. « Cloches : Bellevaux (74) - Solos & Plenum », sur la chaîne Youtube du site Les Cloches Savoyardes, (consulté le 3 août 2016).
  12. Notice no PM74000109, base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. Notice no PM74000111, base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. Notice no PM74000110, base Palissy, ministère français de la Culture.