Église Notre-Dame-de-Lorette de Paris

église parisienne

Église Notre-Dame-de-Lorette
Image illustrative de l’article Église Notre-Dame-de-Lorette de Paris
Présentation
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Début de la construction
Fin des travaux
Architecte Louis-Hippolyte Lebas
Style dominant Architecture néoclassique
Protection Logo monument historique Classé MH (1984)
Site web www.notredamedelorette.orgVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 52′ 35″ nord, 2° 20′ 20″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Notre-Dame-de-Lorette
Géolocalisation sur la carte : 9e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 9e arrondissement de Paris)
Église Notre-Dame-de-Lorette
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Église Notre-Dame-de-Lorette

L’église Notre-Dame-de-Lorette est une église située dans le 9e arrondissement de Paris. Datant du XIXe siècle, d'architecture néoclassique, elle est dédiée à Notre-Dame de Lorette et classée comme monument historique.

LocalisationModifier

Elle est encadrée au sud par la rue de Châteaudun, sur laquelle donne son fronton, au nord par la rue Saint-Lazare, à l'est par la rue Fléchier, et à l'ouest par la rue Bourdaloue.

Elle est desservie par une station de métro qui a pris son nom, Notre-Dame-de-Lorette, sur la ligne 12.

HistoireModifier

La première chapelleModifier

Une première chapelle est construite pour les habitants des Porcherons sur la rue Coquenard (actuelle rue Lamartine). La date de la fondation de cette chapelle n'est pas connue, mais elle était construite en 1646 car une confrérie y est établie à cette date.

En 1790, la chapelle considérée comme une succursale de la paroisse Saint-Pierre de Montmartre, l'une des 52 paroisses urbaines du diocèse de Paris, dont le curé est Simon-Nicolas Castelan[1] a comme unique desservant l'abbé Jean-Claude-Angélique Lapipe, qui prête le serment constitutionnel[2].

L'édifice, vendu comme bien national en 1796 est détruit. L'actuelle no 54 rue Lamartine occupe l'emplacement de l'entrée de l'église[3]. La ville de Paris rachète la chapelle Saint-Jean-Porte-Latine, construite vers 1760 au niveau des nos 60-62 de la rue du Faubourg-Montmartre (à proximité de l'actuel carrefour de Châteaudun) et détruite en 1846 pour y établir le culte de Notre-Dame-de-Lorette[4].

L'église actuelleModifier

Bien avant le baron Haussmann, Paris faisait déjà l’objet de grands travaux : le quartier dit des Porcherons où s’élève aujourd’hui l’église se situait hors des murs de la ville. Les établissements ne payant pas l’octroi, les cabarets, les guinguettes fleurissaient le long de la rue des Martyrs. Victor Hugo évoque dans Les Contemplations « C’est lundi ; l’homme hier buvait aux Porcherons Un vin plein de fureur, de cris et de jurons. » Tout proche, le quartier de la Nouvelle Athènes, allusion à la contemporaine guerre d'indépendance grecque, est également en plein développement. De nombreux artistes s’y installent.

Les églises les plus proches sont Saint-Pierre de Montmartre au nord ou Saint-Eustache au sud. L’église de la Sainte-Trinité ne sera construite qu'en 1867 et le Sacré-Cœur bien plus tard, en 1914. La construction d’une église devient donc urgente.

En 1821, décision est prise de construire l'église actuelle. Une ordonnance royale du 3 janvier 1822 prescrit la construction de cette église et un concours entre dix architectes est ouvert[5]. Hippolyte Le Bas est le seul architecte à proposer une construction sur pilotis, nécessaire compte tenu de la nature du sol[6]. Ami d'Ingres, Lebas lui demanda de l'aider au choix des artistes qui décoreront l'édifice. À l'origine, l'église devait s'ouvrir au nord, mais le plan fut inversé après le percement de la rue Laffitte depuis Paris.

La première pierre est posée, le sous le règne de Louis XVIII et la construction s'achève en 1836 sous Louis-Philippe[5].

Le , durant la période de la Commune de Paris, l'église est transformée en caserne de la Garde nationale sous le nom de caserne Châteaudun pour une partie et en prison pour les réfractaires au service armé pour une autre partie.

Alfred Caillebotte, demi-frère de Gustave Caillebotte, fut l'un des curés de Notre-Dame-de-Lorette.

L'église a été classée au titre des Monuments Historiques le , dans sa totalité[7].

DescriptionModifier

Le début du XIXe siècle est caractérisé par un néoclassicisme qui transparaît dans l’église Notre-Dame-de-Lorette. Retour à un classicisme antique, certes, mais également retour aux primitifs chrétiens. Les décorations murales sont ainsi peintes directement sur les murs. Le plan est un plan basilical classique sans transept visible de l’extérieur comme à Sainte-Marie-Majeure de Rome. La façade comporte un fronton représentant l'hommage de quatre anges à la Vierge et l'Enfant réalisé par Charles-François Nanteuil. Au-dessus du fronton, des statues rappelant les acrotères antiques représentent les trois vertus théologales : la Charité au centre secourant deux enfants par Charles-René Laitié, l'Espérance avec l'ancre de Philippe Joseph Henri Lemaire, et la Foi avec le calice et l'hostie par Denis Foyatier.

La devise Liberté, Égalité, Fraternité au-dessus de l'entrée principale a été rajoutée en 1902.

Classée monument historique en 1984[7], l'église Notre-Dame-de-Lorette est l'église la plus colorée de Paris. Jugée, à l'époque, trop moderne, trop rutilante avec l'éclairage au gaz, ses murs sont entièrement recouverts de décors.

Quatre chapelles, correspondant aux quatre sacrements importants de la vie du chrétien, encadrent la nef. La chapelle du Baptême à droite en entrant, la chapelle de l'Eucharistie au nord-est, la chapelle du Mariage par Victor Orsel au nord-ouest et enfin, au sud-ouest, la chapelle du Sacrement des malades par Blondel.

Un cycle pictural sur la vie de la Vierge est visible en partie haute dans la nef. La majorité des iconographies sont tirées des écrits apocryphes.

En effet, n’apparaissent aucunement dans les peintures de l’église parisienne le récit légendaire inaugural du transport de la sainte Maison par les Anges depuis la Terre sainte et le contexte de fin des Croisades. Héritage du mépris avec lequel Napoléon a traité les saintes Reliques de la sainte Maison qu’il a en 1797 fait mettre sous scellé après en avoir piller oeuvres et symboles.

Le seul vitrail visible dans cette église est celui de l'oratoire au nord-ouest. Il s'agit de la représentation d'une Assomption sortie des ateliers de la manufacture de Sèvres. Un pendant, commandé, sans jamais être réalisé, devait représenter Moïse et les Tables de la Loi.

À voir également, le tapis sous l'autel majeur réalisé par la manufacture des Gobelins, ainsi que la Vierge et la chaire en chêne.

En octobre 2013, Notre-Dame-de-Lorette a toutefois été inscrite sur la liste des monuments en péril du World Monument Fund.

Son décor, gravement abîmé[8], est en cours de restauration, en septembre 2019 ; comme, par un concours de circonstance, le sanctuaire de Lorette dans les Marches qui est également en restauration en cette même période.


 
Notre Dame de Lorette


PersonnalitésModifier

 
Acte de baptême de Georges Bizet en date du 16 mars 1840 en l'église Notre-Dame-de-Lorette à Paris.

À propos du nom de l'égliseModifier

Son nom fait référence à la Sainte Maison de Lorette, la maison de Marie dans laquelle, selon la tradition chrétienne, elle aurait été visitée par le Saint-Esprit pour donner naissance à Jésus. La sainte Maison aurait été déposée à Trsat en Croatie puis sur la colline de Lorette en Italie :

Le nom même de Lorette est la version francisée de l’italien loreto dérivant du latin lauretum qui désigne la colline de lauriers sur laquelle a été construit le sanctuaire de la Madonne à partir de 1294 et qui se réfèrerait probablement à l’autre nom du mont Aventin, l’une des sept collines de Rome. Le sanctuaire contient la maison originelle de Marie, et contenait jusqu’aux spoliations napoléoniennes les reliques de la sainte Vierge.

Sous Napoléon III, le terme de « lorette » désigne une courtisane débutante, à l'inverse du terme de « lionne » qui désignait une courtisane confirmée, comme la Païva. En effet, dans la paroisse de l'église, on dénombrait beaucoup de « petites maisons » au XIXe siècle[11].


IconographieModifier

La médaille frappée pour la pose de la première pierre de l'église, due aux graveurs Raymond Gayrard et Joseph-François Domard, montre le projet de façade retenu en 1823. Un exemplaire en est conservé au musée Carnavalet (ND 4177).

GalerieModifier

RéférencesModifier

  1. Debure, gendre de feu d'Houry, Almanach Royal pour l'année 1789, Paris, Imp. Veuve d'Houry, s. d. (lire en ligne sur Gallica), p. 103.
  2. Abbé Delarc, L'Église de Paris pendant la Révolution Française, 1789-1801, Paris, Desclées de Brouwer, s. d. (ca 1900), t. 1, chapitre VII, p. 322. Consulter en ligne.
  3. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 161-162 lire en ligne sur Gallica.
  4. Ibid., p. 463 lire en ligne sur Gallica.
  5. a et b Ibid., p. 493-494 lire en ligne sur Gallica.
  6. Félix de Rochegude, Guide pratique à travers le vieux Paris : maisons historiques ou curieuses, anciens hôtels pouvant être visités, en trente-trois itinéraires détaillés, Paris, Hachette et cie, , 2e éd. (lire en ligne), p. 189.
  7. a et b « Église Notre-Dame-de-Lorette », notice no PA00088905, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. L’état des églises parisiennes (2) : Notre-Dame-de-Lorette, La Tribune de l'art, 9 octobre 2013.
  9. Acte de baptême no 37 de l'année 1840, registre paroissial de l'église Notre-Dame-de-Lorette.
  10. registre paroissial de l'église Notre-Dame-de-Lorette, cité par http://www.editions-perrin.fr/_docs/9782262034955.pdf.
  11. Balzac, archéologue de Paris

BibliographieModifier

  • Aline Dumoulin, Alexandra Ardisson, Jérôme Maingard, Murielle Antonello, Reconnaître Paris, d'église en église, p. 210-213, Massin, Paris, 2008 (ISBN 978-2-7072-0583-4)

Article connexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier