Église Notre-Dame-de-Fatima de Jonquière

église catholique située à Saguenay

Église Notre-Dame-de-Fatima
Image illustrative de l’article Église Notre-Dame-de-Fatima de Jonquière
Église Notre-Dame-de-Fatima située à Jonquière, Canada.
Présentation
Culte catholique
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Chicoutimi
Début de la construction 1962
Fin des travaux 1963
Style dominant Expressionniste
Date de démolition 2017
Protection Site patrimonial cité (2006, église et presbytère)
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Ville Saguenay
Coordonnées 48° 25′ 07″ nord, 71° 14′ 11″ ouest[1]
Géolocalisation sur la carte : Canada
(Voir situation sur carte : Canada)
Église Notre-Dame-de-Fatima
Géolocalisation sur la carte : Québec
(Voir situation sur carte : Québec)
Église Notre-Dame-de-Fatima
Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Saguenay
(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Saguenay)
Église Notre-Dame-de-Fatima

L'église Notre-Dame-de-Fatima, nommée d'après Notre-Dame de Fátima, était un édifice religieux catholique conçu par les architectes Léonce Desgagné et Paul-Marie Côté et construite entre 1962 et 1963 à Jonquière (Saguenay), au Québec[2]. Elle était un exemple d'église blanche et constituait une œuvre majeure de l'architecture québécoise des années 1960[2].

L'église, ainsi que son presbytère, ont été cités site patrimonial par la ville de Saguenay en 2006, mais ce statut a été retiré en 2015[3]. L'église a été détruite en février 2017[4].

HistoireModifier

La paroisse de Notre-Dame-de-Fatima a été créée en 1953, lors d'une période où la croissance démographique de Jonquière nécessitait la création de nouvelles paroisses. Les premières messes ont été célébrées la même année dans un ancien camp militaire, qui a ensuite été déplacé sur le site de l'église actuelle[1].

ConceptionModifier

Selon la fille de l’architecte Léonce Desgagné, ce dernier aurait eu l’idée de construire une église de cette forme en pliant une feuille de papier pour qu’elle forme un cornet à l’envers[5].

L'église a été construite entre 1962 et 1963. Ce sont les architectes Léonce Desgagnés et Paul-Marie Côté, connus dans la région pour leurs « églises blanches » modernes inspirées des préceptes de Rome à la suite du concile Vatican II. Le bâtiment avait une architecture unique grâce à ses deux demi-cônes décalés et sa construction moderne en béton recouvert de crépi blanc ayant une forme symbolique de tipi. Un des volumes se prolongeait en une flèche terminée par une croix. L'édifice ne comportait aucune fenêtre, mis à part deux larges bandeaux de verre verticaux occupant le vide créé par le décalage des deux formes[6],[7]. Ces bandeaux de verre étaient assortis de vitraux en plexiglas de 25 mètres de hauteur, œuvre du Chicoutimien Jean-Guy Barbeau. L'église avait un aménagement mobilier spécialement conçu et il y régnait une ambiance particulière grâce à la pénétration de lumière à fleur de paroi[8].

Fermeture et détériorationModifier

L'église a été fermée au culte en 2004. L'ensemble comprenant l'église et le presbytère ont été cités site patrimonial par la ville de Saguenay en 2006[1],[9]. La même année, l'église a été vendue à la Coopérative de solidarité économique Kitchisaga pour un montant de 400 000 à 450 000 $[10],[11]. À la suite de découverte de vices cachés, le prix de vente a été revu à 250 000 $[11].

La coopérative a vidé les lieux en octobre 2007[11]. Le bâtiment a été abandonné, sans chauffage, et s'est détérioré[9]. Des promoteurs privés, Bernard et Denis Larouche, de l'entreprise Construction ATF, ont fait l'acquisition du site de l’église en 2009 afin d’y construire une résidence pour personnes âgées[6].

DémolitionModifier

Après l'abandon d'un plan pour convertir le bâtiment en unités de logement, le propriétaire des lieux a demandé la démolition de l'église[9],[12]. En novembre 2012, Larouche attendait le feu vert de la municipalité de Saguenay afin de faire démolir l'église pour faire place à une quarantaine d'unités de logement[9]. Au début d'avril 2013, le comité consultatif d'urbanisme de la ville a décidé de ne pas retirer le statut patrimonial de l'édifice qui aurait permis sa démolition[13]. En 2015, après des années de démarches, le promoteur a obtenu de la municipalité que soit retiré le statut patrimonial de l'édifice[3]. La démolition de l'église s'est amorcée à la fin de janvier 2017 pour s'achever en février 2017[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Site du patrimoine de l'Église-de-Notre-Dame-de-Fatima », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 4 décembre 2012)
  2. a et b Agence Parcs Canada, « Site du patrimoine de l'Église-de-Notre-Dame-de-Fatima », sur http://www.historicplaces.ca, Lieux patrimoniaux du Canada
  3. a et b Zone Société - ICI.Radio-Canada.ca, « L'église Notre-Dame-de-Fatima perdrait son statut patrimonial », sur Radio-Canada.ca (consulté le 7 mars 2017)
  4. a et b Zone Société - ICI.Radio-Canada.ca, « La démolition de l’église Notre-Dame-de-Fatima s’amorce à Jonquière », sur Radio-Canada.ca (consulté le 7 mars 2017)
  5. « L'église née d'un cône de papier | Daniel Côté | Arts & Spectacles », La Presse,‎ (lire en ligne[archive], consulté le 8 mars 2017).
  6. a et b Laura-Jessica Boudreault, « Église Notre-Dame-de-Fatima: joyau ou verrue? », sur Le Journal de Québec (consulté le 7 mars 2017).
  7. (en) « HistoricPlaces.ca - HistoricPlaces.ca », sur www.historicplaces.ca (consulté le 8 mars 2017).
  8. « Architecture moderne au Québec et ailleurs | Trop tard pour Notre-Dame-de-Fatima ? », sur docomomoquebec.ca (consulté le 8 mars 2017).
  9. a b c et d Denis Villeneuve, « Condamnée à la démolition », sur http://www.lapresse.ca, Le Quotidien,
  10. Stéphane Bégin, « La vente de l'église Fatima compromise », sur http://www.autochtones.ca, Le Quotidien, 13 et 15 juin 2006
  11. a b et c « La coopérative Kitchisaga toujours propriétaire », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,
  12. Dominique Savard, « FATIMA-11 prend la relève des condos de luxe », sur http://www.courrierdusaguenay.com, Le Courrier du Saguenay,
  13. « Église Notre-Dame-de-Fatima : Saguenay refuse la démolition », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 13 septembre 2013)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier