Église évangélique luthérienne du Mecklembourg

L'Église évangélique luthérienne du Mecklembourg (allemand : Evangelisch-Lutherische Landeskirche Mecklenburgs; abrégé ELLM) était une église luthérienne implantée dans l'état allemand de Mecklembourg-Poméranie occidentale, au service des habitants de l'ancienne province du Mecklembourg. Le siège de l'évêque (allemand: Landesbischof) était à Schwerin, la capitale de l'état de Mecklembourg-Poméranie, la cathédrale de Schwerin étant l'église principale de cette église. C'est la principale dénomination chrétienne dans cette région.

Territoire d'implantation de l'Église évangélique luthérienne du Mecklembourg.

Fondée en 1934 par fusion de deux églises régionales, l'Église évangélique luthérienne du Mecklembourg a elle-même fusionné en avec l'Église évangélique luthérienne du nord de l'Elbe et l’Église évangélique de Poméranie pour former l'Église évangélique luthérienne en Allemagne du Nord[1].

ThéologieModifier

Cette église chrétienne était fondée sur les enseignements des réformateurs protestants et est particulièrement restée fidèle au premier d'entre eux, Martin Luther.

HistoriqueModifier

Le luthéranisme au Mecklembourg remonte à l'époque de la Réforme. Les idées de Luther ont commencé dès 1523 à se manifester dans les trois duchés qui formaient alors le Mecklembourg (Mecklembourg-Güstrow, Mecklembourg-Schwerin et Mecklembourg-Strelitz). En 1549, Jean Albert Ier, duc de Mecklembourg a gagné à la cause de la Réforme la majorité des députés du parlement uni des duchés du Mecklembourg. La religion luthérienne est donc devenue la religion d’État des trois duchés dès cette époque.  Chaque duc a été nommé chef (summus episcopus) de l'église luthérienne de son duché. Deux de ces duchés, Schwerin et Strelitz, fusionnèrent par la suite, de même que leurs églises officielles.

Les grands-ducs de Mecklembourg-Schwerin et de Mecklembourg-Strelitz ont abdiqué en 1918 et le régime de gouvernement seigneurial des églises a été aboli par la Constitution de Weimar ; dès lors privées de leurs chefs, les églises d’État ont toutes les deux adopté de nouvelles constitutions ecclésiastiques prévoyant une fonction d'évêque d’État (Landesbischof). En 1934, ces deux églises ont fusionné pour former l'Église évangélique luthérienne du Mecklembourg.

L’église luthérienne du Mecklembourg s'est illustrée par sa résistance au nazisme dans le cadre du Kirchenkampf, puisque, lors de l'offensive anti-juive du mouvement des Chrétiens allemands en 1939, ce sont 131 pasteurs de l'église du Mecklembourg qui ont protesté formellement contre la loi portant exclusion des Juifs chrétiens, en argumentant que cette mesure équivalait à une annulation des vœux d’ordination et à remettre en cause l’unité de l’Église.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’église luthérienne du Mecklembourg a rejoint la fédération d'églises protestantes allemandes dite Église Évangélique en Allemagne (EKD), et a été co-fondatrice de la fédération purement luthérienne, l'Église évangélique luthérienne unie d'Allemagne (VELKD). En 1969, l'église a démissionné de l'EKD et a fondé avec les autres églises d’État sur le territoire de la RDA et de Berlin-Est la Fédération des Églises évangéliques de la RDA. En 1991, l'église du Mecklembourg a pu se joindre à nouveau à l'EKD.

Au plan international, l’église luthérienne du Mecklembourg a été membre de la Communion d'Églises protestantes en Europe et de la Fédération luthérienne mondiale (FLM).

En , elle a fusionné au sein de l'Église évangélique luthérienne en Allemagne du Nord, qui a conservé les mêmes appartenances et adhésions.

Malgré l'intégration à la nouvelle église, on dispose toujours de statistiques régionales pour le secteur (Kirchenkreis) du Mecklembourg. Il compte environ 193 000 adhérents et 270 paroisses (en ).

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier