Ouvrir le menu principal

Edward Gardère

escrimeur français
(Redirigé depuis Édward Gardère)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gardère.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Gardères.

Édward Gardère
Edward Gardère,vice-champion olympique 1936 de fleuret,(face à l'italien Gaudini).
Edward Gardère,
vice-champion olympique 1936 de fleuret,
(face à l'italien Gaudini).
Carrière sportive
Sport pratiqué Escrime
Arme Fleuret et sabre
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance
Lieu de naissance Gérardmer (France)
Décès (à 88 ans)
Lieu de décès Buenos Aires (Argentine)
Palmarès
Jeux olympiques 1 2 0
championnats du monde 0 3 1
Championnats de France 10 0 0

Edward Gardère, né le à Gérardmer dans les Vosges et mort le à Buenos Aires, est un escrimeur français pratiquant le fleuret et le sabre. Il remporte une médaille d’or lors des Jeux olympiques d'été de 1932 à Los Angeles et deux médailles d’argent lors des Jeux olympiques d'été de 1936 à Berlin

Edward Gardère est dix fois champion de France individuel entre 1930 et 1944. Il détient toujours le record de victoires aux championnats de France de fleuret.

Une fois sa carrière de tireur terminée, il devient maître d'armes et ouvre sa salle d'armes à Paris après avoir ouvert une salle destinée à l'escrime au Club Francés de Buenos Aires. Il est le frère de l'escrimeur André Gardère, connu pour ses faits d'arme cinématographiques durant les années 1950 dans des films de cape et d'épées.

Maître Gardère au Club français, Buenos Aires, 1984.

Il fait partie des Gloires du sport français.

Sommaire

PalmarèsModifier

AutresModifier

  • 1924: Champion au fleuret de deuxième série;
  • Mai 1925, Champion au fleuret de l'U.R. de la Seine (licencié E.D.L.)[1].
  • Tournois international d'escrime de Monte Carlo en avril 1936, avec son frère Edward (ainsi que Lemoine et Ch. Lion, face aux Italiens et à la Belgique)[2].
  • Challenge-défit Première série de Banville, décembre 1936 (deuxième son frère André)[3].

Notes et référencesModifier

  1. Les Jeunes. Courrier de quinzaine du Journal le Patronage, 10 mai 1925, p.300.
  2. L'Éclaireur du dimanche et "La Vie pratique, 1er mai 1936, p.43.
  3. Le Figaro, 19 décembre 1936, p.10.

Liens externesModifier