Édouard Pingret

peintre français

Édouard Henri Théophile Pingret né à Saint-Quentin (Aisne) le [2] et mort à Paris le [3] est un peintre et lithographe français.

Édouard Pingret
Image dans Infobox.
Édouard Pingret, Autoportrait (1854),
localisation inconnue[1].
Naissance
Décès
Nom de naissance
Édouard-Henri-Théophile PingretVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Mouvement
Distinction

BiographieModifier

Édouard Pingret est le fils d'une famille de la bourgeoisie. Son père, Antoine Adrien, maître menuisier à Saint-Quentin, est l'époux de Marie Josèphe Bachelet, sœur de Georges Quentin Bachelet, architecte de cette ville et parrain de l'enfant[4].

Le , Édouard Pingret épouse à Paris, Victoire Brouet, originaire de Sens, fille de tonnelier[5]. Il a pour neveu Arnold Joseph Pingret (1798-1862), devenu pour sa part graveur sur médailles à Paris[6]. Il est inhumé à Paris au cimetière Montmartre (9e division, avenue des Anglais), aux côtés de son épouse, sa fille, son gendre et son petit-fils.

Carrière artistiqueModifier

Le père d'Édouard Pingret serait lié aux hautes sphères de l'aristocratie protestante et est homme de loi. Pendant la Révolution, il est nommé représentant pour le département de l'Aisne à la Convention. Aussi a-t-il une résidence secondaire à Paris.

Édouard Pingret étudie la peinture avec Jacques-Louis David et avec Jean-Baptiste Regnault, puis à l'Académie de Saint-Luc à Rome. En 1808, il peint un portrait de Napoléon Ier. À partir de 1810, il expose aux Salons de Paris. En 1831, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur.

En 1851[7], il part vivre à Mexico, où il reste jusqu'en 1855. Il expose à l'Academia de Bellas Artes. Il produit de nombreuses scènes de genre, d'intérieurs mexicains qui feront sa célébrité dans toute l'Amérique. En 1851, il réalise le portrait du général Mariano Arista (Mexico, musée national).

Lithographe, il réalise une importante série de personnages et costumes des Pyrénées françaises, qui connaissent un grand succès et qui sont toujours reproduites. En 1846, il illustre le Voyage de S. M. Louis-Philippe 1er, roi des Français au Château de Windsor. Dédié à S. M. Victoria, reine d'Angleterre[8].

Notes et référencesModifier

  1. L'artiste s'est représenté dans un paysage mexicain.
  2. Baptisé le , à Saint-Quentin, paroisse Saint-Jacques. Son père, Antoine Adrien, est dit, sur l'acte de baptême : « maître menuisier à Saint-Quentin ».
  3. Archives de Paris, acte de décès no 1009 dressé le 04/07/1869, vue 2/31.
  4. Mention dans son acte de baptême. Georges Quentin Bachelet est architecte, paroisse Sainte-Pécine à Saint-Quentin.
  5. Familysearch, reconstitution chronologique des actes de mariage, Paris, vue 2085/2380. Le père de l'épouse, Jean Pierre Denis Brouet, tonnelier, est décédé à Sens le .
  6. Henri Théophile Edouard Pingret (1785-1869) est le frère cadet de Louis Antoine Quentin Pingret (1772-1821), père du graveur Arnold Joseph Pingret.
  7. Registre no 4 des matricules des français venant au Mexique - Légation de France au Mexique - Passeport Paris du - Inscrit matricule 589 le avec un âge de 60 ans.
  8. Éditions Pingret, Paris, Ackermann, Londres, 1848, 25 planches de lithographies, quelques-unes colorées.

Liens externesModifier