Ouvrir le menu principal

Édouard Louis Joseph Empain

ingénieur et entrepreneur belge
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Empain.

Édouard Louis Joseph Empain, baron Empain (né le à Belœil-en-Hainaut, Belgique, mort le dans la commune bruxelloise de Woluwe-Saint-Pierre) est un ingénieur, général, entrepreneur, financier et industriel belge. Entre autres entreprises, il se consacre aux transports en commun avec des réseaux de tramways en Belgique et dans divers pays ainsi qu'au métro de Paris que sa société, la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris construit et exploite jusqu'en 1945. Il est également passionné par l'Égypte. À ce titre, il se consacre à l'égyptologie en amateur éclairé, mais aussi il participe à la modernisation de l'Égypte. C'est à lui que l'on doit la création de la ville nouvelle d'Heliopolis avec ses bâtiments inspirés de diverses architectures du monde entier et son réseau de tramways électriques.

C'est le fondateur d'une célèbre dynastie industrielle. Général et aide de camp du roi des Belges, il est anobli par Léopold II en 1907.

La carrière industrielleModifier

 
Chromo illustrant la réalisation de tramways par Edouard Empain .

Il est le fils aîné de Julien François Empain, un instituteur. Il a 5 sœurs, et un frère, le sénateur Louis François Joseph Empain.

Il commence comme dessinateur dans une société houillère et métallurgique du Hainaut. Rapidement, il devient chef de bureau d'étude, ingénieur en chef puis administrateur. À partir de 1880, le cinquantenaire de la Belgique, il entame le développement intensif du tramway sur le territoire belge. Il crée la Société des railways économiques de Liège-Seraing et extensions.

En 1881, il crée la Compagnie générale des railways à voie étroite, ainsi que la Banque Empain (renommée en 1919 Banque industrielle belge).

En FranceModifier

En France, il crée trois sociétés :

Le métro de ParisModifier

La Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris est créée en 1898 sur la base de l'expérience acquise avec la Compagnie générale de traction fondée en 1891. C'est dans les bureaux d'études de cette société que sont mises au point les techniques de construction du métro de Paris financé par un emprunt lancé et souscrit en Belgique.

En 1903 sont fondées la Société parisienne pour l'industrie des chemins de fer et des tramways électriques et la Société d'électricité de Paris.

En BelgiqueModifier

Déjà, en 1895, avaient été fondés les ancêtres de Tractebel la Compagnie mutuelle de tramways et la Société générale belge d'entreprises électriques.

1903 voit la fondation de l'Électricité du pays de Liège et de Gaz et électricité du Hainaut.

Les ateliers de constructions électriques de CharleroiModifier

1904 voit la fondation des Ateliers de constructions électriques de Charleroi (ACEC), et le rachat en 1906 des Ateliers de Jeumont, qui deviendront les Ateliers de construction électriques du Nord et de l'Est, rebaptisés en 1921 les Forges et ateliers électriques de construction de Jeumont. La Société d'électricité et de gaz du Nord est créée en 1910.

L'Égypte et le mondeModifier

 
L'arrière du palais du Baron Empain (Qasr Al Baron) à Heliopolis, Le Caire.

C'est en 1894 que débutent par ailleurs ses activités en Égypte, où il fonde la Société anonyme des Tramways du Caire et deux ans plus tard la Société anonyme des chemins de fer de la Basse-Égypte, puis en 1906 les Chemins de fer électriques du Caire et des oasis d'Héliopolis. Le palais du Baron Empain, la "Villa hindoue" sera construite sur la concession de la compagnie Heliopolis et son Héliopolis style.

Il aura développé le chemin de fer et les tramways, urbains et interurbains en Belgique, au Congo belge et en France dont le Métro de Paris. Il a fondé l'Héliopolis cairote moderne, la Banque Empain, des sociétés d'électricité et de construction électromécanique. Il sera ministre de l'Armement du gouvernement belge durant la Première Guerre mondiale, avec rang de général. Après-guerre, il développe de nouvelles usines dans le domaine de la chimie industrielle.

Il aura contribué, à la charnière des XIXe et XXe siècles, à faire de la Belgique la deuxième puissance industrielle du monde (par tête d'habitant).

Vie familialeModifier

Il laissera deux fils nés avant son mariage en 1921 avec sa cadette de 30 ans la musicienne Jeanne Becker, Jean dit Johnny (né en 1902), qui reprendra ses affaires, et Louis (né en 1908) qui se consacrera à des œuvres sociales. Il est également le grand-père d'Édouard-Jean Empain, victime en 1978 d'un enlèvement médiatisé (affaire Empain) dont les conséquences furent de mettre fin à l'emprise de la famille Empain sur de nombreuses affaires françaises, dont le groupe Schneider.

Descendance d'Édouard Empain :

  • Baron Jean Empain (1902-1946) x Christiane Rimoz de la Rochette (1905-1979), xx Rozell Rowland (1917-2006). Il a deux filles du premier mariage et un fils du second:
    • Janine Empain (1924- ) x Jacques Grazia (1916- )
    • Huguette Empain (1925-1967) x Hermano da Silva Ramos (1925), pilote de Formule 1, xx Guy de Mesmay (1920-2014)
    • Baron Edouard-Jean Empain (1937-2018) x Silvana Bettuzzi (1939), xx Jacqueline Ragonaux
      • Patricia Empain (1958) x Terrell Braly (en) (1953), xx Bertrand Guyard
      • Christine Empain (1960) x Jean-Manuel Prévot (1953)
      • Baron Jean-François Empain (1964) x Veronique Rousselin
  • Baron Louis-Jean Empain (1908-1976) x Geneviève Hone (1909-2008)
    • Claude Empain (1939), carmélite sous le nom de sœur Claude-Marie
    • Baron Michel Empain (1941-2000) x Hélène Belzer (1941)
      • Joanna Empain (1971)
    • Monique Empain (1942) x René Michel
    • Baron Luc Empain (1944) x Baronne Anne d'Otreppe de Bouvette (1949-1978)
      • Nathalie Empain (1973) x David De Wolf, dont une fille: Héloïse De Wolf
      • Isabelle Empain (1975) x Miguel Gerez (1950), xx Ibrahima Mbow (1973)

L'empire EmpainModifier

À la mort d'Édouard Louis Joseph Empain, celui-ci est notamment constitué de :

  • douze sociétés de traction (dont le Métro de Paris qui appartiendra à la famille Empain jusqu'en 1949), tramway et chemin de fer
  • seize sociétés de fourniture de gaz et électricité
  • dix sociétés de portefeuille Electrorail
  • quatre banques
  • six sociétés immobilières
  • trois sociétés hôtelières
  • six sociétés de commerce
  • sept sociétés chimiques
  • quatorze sociétés de verrerie
  • dix-sept sociétés de construction électrique, mécanique et travaux publics
  • trois charbonnages

Edouard Empain acheta l'ancien château de Preignes à Bouffemont, (Seine-et-Oise) à 20 km au Nord de Paris.

HonneursModifier

  Grand-officier de l'ordre de Léopold.
  Croix de Guerre 1914-1918 avec palmes.
  Médaille du roi Albert 1914-1918.
  Médaille commémorative de la guerre de 1914-1918.
  Médaille de la Victoire.
  Grand-croix de l'ordre d'Isabelle la Catholique (Espagne).
  Grand-croix de l'ordre du Tigre zébré (Chine).
  Grand-croix de l'ordre de Saint-Stanislas (Russie).
  Grand-croix de l'ordre du Nil (Égypte).
  Commandeur de l'ordre de Charles III (Espagne).
  Grand-croix de l'ordre du Mérite naval (Espagne).
  Commandeur de l'ordre du Bain (Royaume-Uni).
  Commandeur de la Légion d'honneur (France).
  Croix de Guerre 1914-1918 avec palmes (France).

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Yvon Toussaint. Les barons Empain, Éd. Fayard, 480 pp. 1996.
  • Bill Binnemans et Bernard Balteau. Les arpenteurs d'horizon (les industriels et investisseurs belges) RTBF, mai 1996.
  • Ginette Kurgan et Erik Buyst, 100 grands patrons du XXe siècle en Belgique, Alain Renier éditeur, Bruxelles, 1999, p. 92-93 et 248.
  • Van Loo, Anne et Bruwier, Marie-Cécile (eds.), Héliopolis, Bruxelles: Fonds Mercator, 2010, 229 p., nbx. ill. (ISBN 978-90-6153-930-8).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier