Éditions Amsterdam

maison d'édition française

Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 2003
Fondée par Jérôme Vidal
Fiche d’identité
Forme juridique société à responsabilité limitée

SIREN 449357102

Statut Éditeur indépendant
Siège social Paris (France)
Dirigée par Olivier Brunot (depuis le 07/04/2016)
Spécialités Ouvrages de philosophie, d'histoire et de sciences sociales
Langues de publication Français
Diffuseurs Les Belles Lettres
Site web www.editionsamsterdam.fr
Données financières
Chiffre d'affaires 130 900 € en 2013

comptes récents non disponibles

Résultat net -12 200 € en 2013 (perte)

Éditions Amsterdam est la raison sociale d'une maison d'édition française fondée en 2003[1]. Elle publie des sciences humaines, des documentaires et des essais. Sa direction éditoriale est assurée par Nicolas Viellescazes.

HistoriqueModifier

Installées à Paris, les Éditions Amsterdam, ainsi nommées en hommage à Spinoza et aux éditeurs du Siècle d'or néerlandais, ont été créées en 2003 par Jérôme Vidal, avec la collaboration, entre autres, de Charlotte Nordmann. Les premières parutions datent du printemps 2004. La SARL au capital de 100 000 euros fonctionne alors comme un atelier de traduction, la plupart des traductions publiées étant réalisées en interne.

La maison d'édition se définit alors comme « démocritique » et témoigne un intérêt particulier pour les questions et politiques « minoritaires ». Elle se donne pour objectif de rendre accessibles au public francophone les écrits de théoriciens critiques de langue anglaise évoluant, notamment, dans le champ des cultural studies, des gender studies, et des postcolonial studies. Elle établit un temps un partenariat avec les revues Vacarme et Multitudes.

L'équipe des Éditions Amsterdam lance en 2007 La Revue internationale des livres et des idées, revue critique mensuelle sur le modèle de la New York Review of Books ou de la London Review of Books.

Après une pause éditoriale de presque deux ans consacrée à la réimpression de titres épuisés, Éditions Amsterdam reprend ses publications de nouveautés à l'automne 2016[2].

Politique éditorialeModifier

Les Éditions Amsterdam comptent environ 150 ouvrages à leur catalogue, dont un tiers de traductions. Elles ont contribué à faire connaître et reconnaître en France les œuvres de Judith Butler, Studs Terkel et Slavoj Žižek.

Citons parmi les ouvrages publiés par les Éditions Amsterdam : L'Hydre aux mille têtes de Marcus Rediker et Peter Linebaugh, Le Pouvoir des mots et Défaire le genre de Judith Butler, Les Lumières radicales de Jonathan Israel, Identités et Cultures de Stuart Hall, L'Invention de la tradition sous la direction d'Eric Hobsbawm et Terence Ranger, Épistémologie du placard d'Eve Kosofsky Sedgwick, ainsi que des ouvrages de Sam Bourcier, Yves Citton, Roger Ekirch, Gatien Elie, Éric Fassin, David Harvey, Maurizio Lazzarato, Yann Moulier-Boutang, Geoffroy de Lagasnerie, Antonio Negri, Matthieu Renault, Kristin Ross, Grégory Salle, Ivan Segré, Diane Scott, James C. Scott, Takiji Kobayashi, Pierre Tevanian, Studs Terkel, Monique Wittig et Slavoj Žižek.

Certains des livres publiés par les Éditions Amsterdam suivent les normes de l'orthographe dite réformée ou recommandée.

CollectionsModifier

Les Éditions Amsterdam comptent quatre collections actives :

  • L'ordinaire du capital, fondée en 2017 et dirigée Allan Popelard, accueille des documentaires littéraires.
  • Les prairies ordinaires, issue du rachat du fonds de l'éditeur du même nom en 2017[3] et dédiée à la critique culturelle et artistique.
  • Contreparties, dirigée par Abdellali Hajjat et Jocelyne Dakhlia, consacrée au monde islamique et à son histoire.
  • L'émancipation en question, dirigée par Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann, qui accueille de brèves introductions aux théories critiques.

Anciennes collections :

  • Démocritiques, lancée en 2005.
  • Caute !, lancée au printemps 2006 et consacrée aux études spinoziennes.

ComplémentsModifier

BibliographieModifier

  • Jérôme Vidal, Lire et penser ensemble, Sur l'avenir de l'édition indépendante et la publicité de la pensée critique, Éditions Amsterdam, [4].
  • André Schiffrin, Le Contrôle de la parole, La Fabrique, 2005
  • « Les indés de la critique sociale », dossier réalisé par François Cusset pour Livres-Hebdo (no 667, ).
  • « "La pensée radicale n'avait plus droit de cité" – entretien avec Nicolas Vieillescazes », LVSL, mars 2021.

Autres ouvrages ou articles (ne mentionnant pas les Éditions Amsterdam, mais permettant de la situer dans le contexte plus général de l'édition indépendante ou de l'édition de sciences humaines) :

  • Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales: le cœur en danger, PUF, 2004.
  • Janine et Greg Brémond, L’Édition sous influence, Liris, 2002.
  • André Schiffrin, L'Édition sans éditeur, La Fabrique, 1999.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « identité, chiffre d'affaires, résultat, bilans. », sur www.societe.com (consulté le )
  2. « Chouette, les éditions Amsterdam sont de retour », Bibliobs,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Les Prairies ordinaires rejoignent les Éditions Amsterdam, editionsamsterdam.fr, 5 janvier 2017.
  4. [PDF] Lire et penser ensemble, Sur l'avenir de l'édition indépendante et la publicité de la pensée critique.