Ouvrir le menu principal

Écurey-en-Verdunois

commune française du département de la Meuse

Écurey-en-Verdunois
Écurey-en-Verdunois
L'église de l'Assomption.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Montmédy
Intercommunalité Communauté de communes de Damvillers Spincourt
Maire
Mandat
Claude Aubry
2014-2020
Code postal 55150
Code commune 55170
Démographie
Gentilé Ecureuils
Population
municipale
127 hab. (2016 en diminution de 8,63 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 50″ nord, 5° 21′ 02″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 387 m
Superficie 6,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Écurey-en-Verdunois

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Écurey-en-Verdunois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Écurey-en-Verdunois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Écurey-en-Verdunois

Écurey-en-Verdunois est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

GéographieModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Claude Aubry    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2016, la commune comptait 127 habitants[Note 1], en diminution de 8,63 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
512579589570609624638633633
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
539556546509510468505504488
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
457428387330319282268277269
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
247240200161156151133138129
2016 - - - - - - - -
127--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église de l'Assomption : la tour de l'église présente encore des fenêtres trilobées sur les côtés. En outre, le portail est surmonté d'une rosace et d'un tympan. L'église possède trois nefs et un chevet. L'intérieur de l'édifice est de style gothique. Des peintures de style classique, très colorées, ornent le plafond et les murs du chœur de l'église. Elles présentent des scènes religieuses et figurent des saints et des prophètes.
  • Le lavoir d'Ecurey-en-Verdunois a été jusqu'en 1789, utilisé comme un four banal pour cuire le pain et cela a été tenu par les paysans du village. Par ailleurs, en contrepartie, ils devaient payer un droit au seigneur du lieu. Par la suite, les fours deviennent de la compétence des communes. De plus, certains foyers en possèdent également afin de pouvoir faire leur propre pain. L'ancien four banal d'Écurey-en-Verdunois disparaît à la suite de la Révolution française. Par la suite, le bâtiment est reconstruit et transformé en lavoir et orné d'un cygne par la suite jusqu'à ce jour.[1]
  • Les flamandes : ce sont les maisons de la campagne meusienne étaient généralement construites les unes à côté des autres, sur toute la profondeur du bâtiment. De plus, elles possédaient au moins une pièce borgne. Cette ouverture de taille variable est de forme pyramidale sur la toiture et filtre la lumière par une mitre de verre.

Typiquement lorraine, la flamande apparaît dans les années 1830-1840.

Il y a un circuit des flamandes au cœur du village comportant 12 étapes pour découvrir le village meusien et ses particularités.

Personnalités liées à la communeModifier

Héraldique, logotype et deviseModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier