Ouvrir le menu principal

Écureuil géant de l'Inde

espèce d'animaux

Ratufa indica

Ratufa indica
Description de cette image, également commentée ci-après
Écureuil géant de l'Inde
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Rodentia
Sous-ordre Sciuromorpha
Famille Sciuridae
Sous-famille Sciurinae
Genre Ratufa

Nom binominal

Ratufa indica
Erxleben, 1777[1]

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 01/07/1975

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après
En rouge sur la carte

L'écureuil géant de l'Inde (Ratufa indica) est une espèce de grands écureuils du genre Ratufa originaire de l'Inde. C'est un grand Sciuridé diurne, arboricole et principalement herbivore que l'on trouve en Asie du Sud[2].

Un Écureuil géant de l'Inde aux chutes d'Athirappilly (en), au Kerala.

Caractéristiques physiquesModifier

La longueur de la tête et du corps de l'adulte varie autour de 35 cm et la longueur de la queue est d'environ 60 cm soit près d'un mètre en tout pour un poids adulte de 2 kg en période faste[3].

Le pelage de Ratufa indica a un schéma de couleur bicolore (et parfois tricolore) très visible[4]. Les couleurs concernées peuvent être le beige-crème, le chamois, le fauve, la rouille, le brun ou même le noir pangaré[5]. Les parties inférieures et les pattes antérieures sont en général de couleur crème tandis que la tête peut être brune ou beige, mais il y a une tache blanche distinctive entre les oreilles[4].

ComportementModifier

Sociologie et comportements territoriauxModifier

L'Écureuil géant de l'Inde est une espèce qui vit dans la partie supérieure de la canopée, qui quitte rarement les arbres et qui a besoin de « grands arbres abondamment ramifiés pour la construction des nids »[2].

Il se déplace d'arbre en arbre avec des sauts allant jusqu'à 6 m de longueur. Souvent, en cas de danger, le Ratufa indica se fige ou s'aplatit souvent contre le tronc de l'arbre au lieu de s'échapper[4]. Ses principaux prédateurs sont les rapaces et le léopard[4]. L'écureuil géant de l'Inde est surtout actif tôt le matin et le soir, se reposant à midi. Ce sont en général des animaux solitaires qui ne se rassemblent que pour la reproduction. Comme la plupart des Sciuridés, l'espèce joue un rôle important dans la formation de l'écosystème de son habitat en se livrant à la dispersion des graines[6].

L'Écureuil géant de l'Inde vit seul ou en couple. Il construit de grands nids globulaires de rameaux et de feuilles, les plaçant sur des branches plus minces où les grands prédateurs ne peuvent les atteindre. Ces nids deviennent visibles dans les forêts de feuillus pendant la saison sèche. Un individu peut construire plusieurs nids dans une petite zone de forêt pour servir de dortoir, dont un sert de nurserie[6].

AlimentationModifier

 
Des écureuils de l'Inde se nourrissent d'un jacque mûr.

L'alimentation comprend des fruits, des fleurs, des noix et l'écorce d'arbres. Certaines sous-espèces sont omnivores et mangent aussi des insectes et des œufs d'oiseaux[7].

ReproductionModifier

La reproduction en captivité de l'Écureuil géant oriental, un parent proche, a indiqué des naissances en mars, avril, septembre et décembre. Les jeunes pèsent 74,5 g à la naissance et ont une longueur de 27,3 cm. Au Kanara, l'Écureuil géant de l'Inde a été repéré avec des jeunes en mars[réf. nécessaire].

RépartitionModifier

L'espèce est endémique des forêts décidues, semi-décidues (en) et sempervirents humides de l'Inde péninsulaire, s'étendant au nord jusqu'à la chaîne de collines des Satpura au Madhya Pradesh (env. 22° N)[2].

Sous-espècesModifier

 
Ratufa indicus dealbatus (haut) et Ratufa indicus typicus (bas)

Le nombre admis de sous-espèces de la lignée Ratufa indica est communément de quatre[8],[9] ou cinq[10],[11].

  • R. i. indica Erxleben, 1777[12]
  • R. i. centralis Ryley, 1913[13]
  • R. i. maxima Schreber, 1784[14]
  • R. i. superans Ryley, 1913[13]
  • R. i. bengalensis Blanford, 1897

Le rouille et chamois Ratufa indica centralis (Ryley, 1913) vit dans les forêts tropicales sèches et sèches de feuillus de l'Inde centrale, près de Hoshangabad[15]. Le Ratufa indica dealbata chamois et fauve (Figure 1, en haut) se trouve dans les forêts tropicales humides de feuillus du district de Dang.  Le Ratufa indica maxima plus sombre, noir pangaré, fauve et beige (et le plus foncé) (Schreber, 1784) (figure 2, en bas) est dans la forêt tropicale humide persistante de Malabar. Quant à Ratufa indica bengalensis (Blanford, 1897) (figure 2, en haut), brun foncé, fauve et beige (et le plus grand), vit dans les forêts tropicales semi-persistantes à l'est des montagnes Brahmagiri, en Kodagu, jusqu'à la côte de la baie du Bengale, en Orissa. On le voit aussi (brun foncé) sur les collines de Tirumala (en), à Tirupati, ainsi que dans les parc nationaux de Nagarhole et de Bandipur qui longent la rivière Kabini.

Le tableau ci-dessous énumère les quatre sous-espèces reconnues (d'après Thorington & Hoffmann 2005) de Ratufa indica, ainsi que tout synonyme associé à chaque sous-espèce[8] :


Taxonmie de Ratufa indica
Sous-espèces Autorité Synonymes
R. i. indica Erxleben (1777) bombaya, elphinstoni, purpureus, superans
R. i. centralis Ryley (1913) aucun
R. i. dealbata Blanford (1897) aucun
R. i. maxima Schreber (1784) bengalensis, malabarica


Notes et référencesModifier

  1. Catalogue of Life, consulté le 18 mai 2019
  2. a b et c (Datta et Goyal 1996, p. 394)
  3. Prater 1971, p. 198
  4. a b c et d Tritsch 2001, p. 132–133
  5. Prater 1971, p. 24-25
  6. a et b James Justice, « Ratufa indica: Indian Giant Squirrel » (consulté le 4 novembre 2015)
  7. « Indian giant squirrel (Ratufa indica) » [archive du ], Arkive (consulté le 25 février 2010)
  8. a et b R.W. Jr. Thorington et R.S. Hoffmann, Mammal Species of the World: a taxonomic and geographic reference, The Johns Hopkins University Press, , 754–818 p. (ISBN 0-8018-8221-4, OCLC 26158608, lire en ligne), « Ratufa indica »
  9. Gordon Barclay Corbet et John Edwards Hill, The mammals of the Indomalayan Region:a systematic review, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 0-19-854693-9, OCLC 25281229)
  10. Nandini Rajamani, Sanjay Molur et P. Ommer Nameer, « Ratufa indica », IUCN Red List of Threatened Species. Version 2009.2, International Union for Conservation of Nature and Natural Resources (IUCN), (consulté le 24 février 2010)
  11. John R. Ellerman, Rodentia: variation, vol. 3 (in 2 parts), Delhi, Manager of Publications, coll. « Fauna of India including Pakistan, Burma and Ceylon. Mammalia. », , 483–884 p. (OCLC 78803208)
  12. (la) Johann Christian Polykarp Erxleben, Systema regni animalis per classes, ordines, genera, species, varietates cum synonymia et historia animalium. Classis I. Mammalia., vol. 42, Leipzig, Germany, Impensis Weygandianis, (OCLC 14843832)
  13. a et b Kathleen V. Ryley, « Scientific results from the mammals survey », Bombay Natural History Society, Mumbai, India, vol. 22,‎ , p. 434–443 (ISSN 0006-6982, OCLC 1536710)
  14. (de) Johann Christian Daniel von Schreber, Die Säugthiere in Abbildungen nach der Natur, mit Beschreibungen, vol. 3, Erlangen, Wolfgang Walther, (1re éd. Chapter on The Squirrel first published in 1784) (OCLC 16860541), « Der Springer »
  15. Prater 1971, p. 24–25

BibliographieModifier

  • W. T. Blanford, The large Indian squirrel (Sciurus indicus erx.) and its local races and sub-species, vol. 11, , 298–305 p., chap. 2
  • Renee M. Borges, Figs, Malabar Giant Squirrels, and Fruit Shortages Within Two Tropical Indian Forests, vol. 25, , 183–190 p. (DOI 10.2307/2389182, JSTOR 2389182), chap. 2
  • Aparajita Datta et S. P. Goyal, Comparison of Forest Structure and Use by the Indian Giant Squirrel (Ratufa indica) in Two Riverine Forests of Central India, vol. 28, , 394–399 p. (DOI 10.2307/2389203, JSTOR 2389203), chap. 3
  • Joseph Curtis Moore, Squirrel Geography of the Indian Subregion, vol. 9, , 1–17 p. (DOI 10.2307/2411536, JSTOR 2411536), chap. 1
  • S. H. Prater, The book of Indian Animals, Mumbai: Bombay Natural History Society and Oxford University Press. Pp. xxiii, 324, 28 color plates by Paul Barruel., (ISBN 0-19-562169-7)
  • Hema Somanathan, Subhash Mali et Renee M. Borges, Arboreal larder-hoarding in tropical Indian giant squirrel Ratufa indica, vol. 14, , 165–169 p. (DOI 10.2980/1195-6860(2007)14[165:alitti]2.0.co;2, lire en ligne), chap. 2
  • Mark F. Tritsch, Wildlife of India, London: Harper Collins Publishers. Pp. 192, (ISBN 0-00-711062-6)
  • Koli, Vijay Kumar, Chhaya Bhatnagar, and Dilip Mali. "Gliding Behaviour Of Indian Giant Flying Squirrel Petaurista Philippensis Elliot." Current Science (00113891) 100.10 (2011): 1563-1568. Academic Search Premier. Web. 3 Nov. 2015.\
  • Srinivas, V., P. Dilip Venugopal, and Sunita Ram. "Site Occupancy Of The Indian Giant Squirrel Ratufa Indica (Erxleben) In Kalakad-Mundanthurai Tiger Reserve, Tamil Nadu, India." Current Science (00113891) 95.7 (2008): 889-894. Academic Search Premier. Web. 3 Nov. 2015
  • Jathanna, Devcharan, N. Samba Kumar, and K. Ullas Karanth. "Measuring Indian Giant Squirrel (Ratufa Indica) Abundance In Southern India Using Distance Sampling." Current Science (00113891) 95.7 (2008): 885-888. Academic Search Premier. Web. 3 Nov. 2015.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :