Ouvrir le menu principal

École royale des élèves protégés

École royale des élèves protégés
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Pays
Organisation
Fondateur

L’École royale des élèves protégés fut créée en 1748, sous la direction de Charles Antoine Coypel, par le roi de France Louis XV afin de permettre aux lauréats du grand prix de l’Académie royale de peinture et de sculpture de passer trois ans d'études « particulières » sous la conduite d’un peintre (Carle Van Loo) et d’un professeur pour l’Histoire, la Fable et la Géographie, qui sera Michel-François Dandré-Bardon en 1749, avant d’effectuer le traditionnel séjour de l’Académie de France à Rome[1]. Les lettres patentes accordées le , l’ouverture de l’école eut lieu le .

Il existait déjà un système de bourses permettant à six élèves parmi| la centaine d’inscrits d’assister à l’étude du modèle, juste après les fils d’académiciens, dans l’amphithéâtre de l’Académie. En outre, ces élèves recevaient du roi une bourse de 300 livres pendant trois ans. Cependant, la faiblesse des résultats aux concours incita Coypel, alors directeur de l’Académie royale à suggérer, en 1747, au directeur général des Bâtiments d’imposer une étape supplémentaire de trois ans aux protégés avant leur départ pour Rome.

Elle accueillait pour trois ans six élèves de l’Académie, avec une petite pension du roi. Les membres de la noblesse recrutés à l’Académie comme associés libres ne pouvaient cependant voir d’un bon œil l’admission de protestants, de francs-maçons ou le soutien aux nouveaux principes esthétiques importés de Rome par ces élèves. Ils réussirent à saper le soutien à l’École qui dut fermer en 1775, après avoir formé plusieurs artistes de renom[2] comme Jean-Honoré Fragonard.

Notes et référencesModifier

  1. Christian Michel, « L’Enseignement à l’École royale des élèves protégés », Le Progrès des Arts réunis 1763-1815, Colloque international Bordeaux Toulouse, mai 1989, Bordeaux, 1992.
  2. Louis Courajod, op. cit., Paris, Jean-Baptiste Dumoulin, , cité par Annie Verger, « Entrer à l’Académie de France à Rome -- La faveur, le droit, le choix », dans Gérard Mauger, Droits d’entrée : Modalités et conditions d’accès aux univers artistiques, Paris, éd. MSH, (lire en ligne), p. 13-46

BibliographieModifier

  • Louis Courajod, Histoire de l’enseignement des arts du dessin au XVIIIe siècle. École royale des élèves protégés précédée d’une étude sur le caractère de l’enseignement de l’art français, aux différentes époques de son histoire et suivie de documents sur l’école royale gratuite de dessin fondée par Bachelier, Jean-Baptiste Dumoulin, 1874, 264 p.
  • Christian Michel, « L’Enseignement à l’École royale des élèves protégés », Le Progrès des Arts Réunis 1763-1815, Colloque international Bordeaux Toulouse, mai 1989, Bordeaux, 1992.

Liens externesModifier