École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers

École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers

Devise : « Cultiver le passé, enfanter l'avenir, tel est notre présent »

Situation
Création
Ancien nom École Nationale Supérieure des Sapeurs-Pompiers (ENSSP)
Type Établissement public administratif français
Siège 1070 rue Ltn Parayre - BP 20316 - 13798 Aix-en-Provence CEDEX 3
Coordonnées 43° 30′ 11″ N, 5° 21′ 40″ E
Dirigeant Contrôleur Général Hervé Enard
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers

L’École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (ENSOSP) est un établissement public français créé le .

Garde au drapeau de l'ENSOSP, défilé du 14 juillet 2008

L’École nationale supérieure des sapeurs-pompiers (ENSSP) est créée en 1977 par Christian Bonnet, ministre de l’intérieur. Implantée à Nainville-les-Roches dans l’Essonne, elle ouvre ses portes début .

Le Centre national d’instruction de la protection contre l’incendie, basé à Paris lui est rattaché. En 1986, l’ENSSP devient l’École nationale supérieure des officiers de sapeurs pompiers. En 1994, lors de la création de l’INESC, l’école est intégrée à l’institut. Le décret du donne à l’ENSOSP un statut d’établissement public et transfère l’Institut national d’études de la sécurité civile (INESC) auprès de l’Institut national des hautes études de la sécurité.

L’École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (ENSOSP) est aujourd'hui un établissement public national à caractère administratif créé par le décret du . Elle est placée sous la tutelle du ministre chargé de la sécurité civile et est dotée d’un conseil d’administration.

La devise de l'école est : « Cultiver le passé, enfanter l'avenir, tel est notre présent ».

MissionsModifier

Les missions de l’ENSOSP sont :

  • la mise en œuvre de la formation initiale et continue des officiers de sapeurs-pompiers (professionnels et volontaires)
  • l’organisation, en matière d’incendie et de secours, de formations destinées notamment aux élus, aux fonctionnaires, aux cadres des entreprises et aux experts français ou étrangers
  • l’animation du réseau des écoles de sapeurs-pompiers, et notamment la coordination, en liaison avec les préfets de zone, des formations, des recherches et des actions de coopération assurées par ces écoles
  • la recherche, les études, l’évaluation, la prospective, la veille technologique ainsi que la diffusion de l’information y afférente dans les domaines relevant du champ de compétence des services départementaux d’incendie et de secours
  • le développement d’actions de coopération internationale, notamment en matière de formation et de recherche, dans ses champs de compétence.

FonctionnementModifier

Site d'Aix-en-ProvenceModifier

Le site principal depuis la fermeture de Nainville-les-Roches le , est Aix-en-Provence. C'est une partie de la base aérienne 114 d'Aix-Les Milles qui a été mis à disposition de l'ENSOSP pour y construire ses nouveaux locaux. Depuis 2004 le site est occupé et les premières formations furent dispensées dans des locaux provisoires. Les nouveaux locaux de cette école, pensée comme un véritable campus, sont occupées depuis 2010.
L'ENSOSP dispose de sept bâtiments à usage d'habitation, offrant une capacité de 500 studios individuels pour l'accueil des élèves, des stagiaires et des formateurs. Une bibliothèque spécialisée, le Centre de Recherche et de Documentation propose plus de 20.000 références dans le domaine de la sécurité civile[1].

Site de VitrollesModifier

 
Remise du plateau technique de Vitrolles, 2016).

Parallèlement, le site de Vitrolles reçoit, sur une surface de 23 hectares, le plateau technique de cette école. À l'entrée, une remise de 82 véhicules incendie et secours (dont 3 échelles et 15 fourgons) est divisée en cinq centre de secours qui disposent chacun de deux fourgons, d'une ambulance et d'un véhicule chef de groupe.

Ces ateliers permettent la mise en œuvre simultanée de six exercices dans laquelle le chef de groupe apporte une vraie valeur ajoutée à l’intervention. L'emploi de trois à cinq véhicules par manœuvre est nécessaire.

Zone urbaineModifier

La zone urbaine a été conçue de manière à reproduire un maximum de scénarios d’intervention en milieu urbain. La modularité des façades (magasins, appartements, éclairage public, réseaux de gaz, etc.) et des intérieurs (appartements modulables) permet une variété de scénarios dont la limite est celle de l’imagination des formateurs. Elle intègre 2 ateliers immeubles R+4, 4 ateliers «centre urbain» (dont 3 avec feux et sauvetages sur bâtiment R+3 et 1 dans un bâtiment avec station service), 1 atelier «périurbain» avec un bâtiment R+1 et un magasin.

Zone routièreModifier

 
simulation d'un feu de voiture sur autoroute sur le plateau technique de l'ENSOSP, 2016).

2 ateliers « secours routiers et transport matières dangereuses » sur autoroute (400 m d’autoroute sont reproduits), 1 atelier identique au précédent sur une reproduction d’un tronçon de route nationale avec intersection.

Site d'OudinéModifier

Rue Oudiné, dans le 13ème arrondissement de Paris, l'ENSOSP a installé ses locaux pour des formations de prévention des incendies dans les ERP et les IGH, à destination des officiers de sapeurs-pompiers.

Dates clésModifier

  • 1946 : création du Centre national de prévention et de protection contre l'incendie à Paris ;
  • 1954 : l’École nationale de protection civile est créée à Nainville-les-Roches, dans l'Essonne ;
  • 1977 : création de l’École nationale supérieure des sapeurs-pompiers (ENSSP) à Nainville-les-Roches ;
  • 1986 : l'ENSSP devient l’École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (ENSOSP) ;
  • 1994 : création de l'Institut national d'études de la sécurité civile (INESC), l'école est rattachée à l'institut par décret ;
  • 2004 : décret du n°2004-502, qui confère à l'école un statut d'établissement public placé sous la tutelle de la direction de la sécurité civile ;
  • 2007 : délocalisation de l'ENSOSP à Aix-en-Provence et Vitrolles ;
  • 2010 : entrée dans les nouveaux locaux du pôle pédagogique.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier