École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne

établissement français d'enseignement supérieur et de recherche

L'École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne, aussi dénommée Mines Saint-Étienne, est l'une des 204 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[2]. Elle figure parmi les plus prestigieuses écoles d’ingénieurs de France et se distingue également dans les classements internationaux[3].

École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne
Mines Saint-Étienne
Histoire
Fondation
(207 ans)
Statut
Type
Fondateur
Président
Dominique Poiroux
Directeur
Jacques Fayolle
Devise

Inspiring Innovation - Innovante par tradition

Ancienne devise : Operta Naturae Inveniunt Munera - Ils mettent à jour les œuvres cachées de la Nature
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
1 436[1]
Localisation
Pays
Campus
Ville
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Géolocalisation sur la carte : Saint-Étienne
(Voir situation sur carte : Saint-Étienne)

Créée en 1816, elle est membre de l'Institut Mines-Télécom, sous tutelle du ministère chargé de l'industrie (aujourd'hui, ministère de l'Économie, de l'industrie et du numérique).

Histoire

modifier
 
Lampe Marsaut

À la chute du Premier Empire en 1815, le traité de Vienne sépare la Sarre et la Savoie de la France, la privant ainsi des écoles pratiques des mines de Geislautern et Peisey-Nancroix alors qu'à l'aube de la révolution industrielle, le pays a grand besoin de cadres pour l'extraction de la houille. Le , Louis XVIII produit une ordonnance royale portant création d'une "école des mineurs de Saint-Étienne", ville alors en plein essor grâce à ses mines de charbon.

L'école s'établit d'abord dans un petit bâtiment place Marengo, avec à sa tête Louis-Antoine Beaunier. La première promotion en 1819 ne comprend que douze élèves ; Benoît Fourneyron en est le major. Rapidement, les locaux s'avèrent mal adaptés face à la croissance des promotions. En 1848, les Frères des Écoles chrétiennes cèdent leur domaine sur la colline de Chantegrillet où l'école déménage. En 1882, l'"école des mineurs" devient "école des mines"[4]. Le , par arrêté ministériel, le diplôme d'ingénieur civil des mines, qui n'était alors délivré que par les Ecoles des mines de Paris et de Saint-Etienne[5], est enfin reconnu comme sanctionnant des "aptitude[s] à exercer les fonctions d’ingénieurs"[6], premier pas vers l'officialisation du statut d'école d'ingénieurs.

Les travaux miniers altèrent les bâtiments et un nouveau bâtiment destiné à accueillir l'école est construit à partir de 1924 à l'emplacement actuel situé cours Fauriel. En 1927, l'école rejoint ses nouveaux locaux — on la surnomme depuis la « grande dame du cours Fauriel »[7].

En 1992, l'école devient un établissement public national à caractère administratif. En 1994, une partie rénovée des anciens locaux de Manufrance, situés à quelques centaines de mètres, est annexée. En 2002, l'école prend le tournant de la microélectronique avec la création de son 5e centre d'enseignement et de recherche : le Centre Microélectronique de Provence Georges Charpak. En 2003, l'école franchit le cap des 1 000 élèves. La première année du cursus d'ingénieur civil des mines compte 130 élèves. En 2004, l'école crée son 6e centre de formation et de recherche, consacré à l'Ingénierie de la santé. En 2009, l'école franchit le cap des 1 500 élèves.

En , l'École devient un établissement public a caractère administratif rattaché à l'Institut Mines-Télécom[8] et en 2017, elle en devient une école interne[9].

Les formations

modifier

Les offres de formations

modifier

La stratégie de l’École en matière de formation est conçue de façon à assurer une bonne cohérence avec ses autres missions que sont la recherche, le soutien au développement économique et le dialogue entre sciences, industrie et société. C’est ainsi que l’École prend en compte et s’efforce d’anticiper la diversité et la variabilité de la demande du monde économique et des entreprises pour proposer une réponse adéquate. Cet objectif se traduit par une large offre de formations clairement identifiées permettant à l’École d’être présente dans presque tous les secteurs d’activité et sur l’ensemble des territoires.

Formations d'ingénieurs

modifier
 
Entrée du bâtiment de l'espace Fauriel.

L’École propose trois profils d’ingénieurs sur ses campus de Saint-Étienne et de Gardanne.

  1. L’Ingénieur Civil des Mines (ICM), est un généraliste dont la vocation première est de devenir un dirigeant engagé, éclairé et innovant ; grâce à sa culture pluridisciplinaire, son aptitude à appréhender les problèmes complexes, sa capacité à travailler en équipe multiculturelle et son sens de l’efficacité, il saura assumer des fonctions à haute responsabilité dans tous les secteurs.
  2. L’Ingénieur Spécialité Microélectronique et Informatique (ISMIN) : avec sa double compétence en microélectronique et en informatique, il saura s’adapter aisément au secteur des nouvelles technologies, à forte valeur ajoutée et en constante mutation, en apportant sa créativité, ses capacités à innover et à entreprendre et son goût pour le travail en équipe.
  3. L’ingénieur de spécialité, sous statut salarié, formé en alternance par la voie de l’apprentissage et de la formation continue, selon un modèle d’excellence original, où l’entreprise est acteur et bénéficiaire de la formation de l’élève-ingénieur, formé avec une entreprise partenaire, aura acquis pendant sa formation la capacité à intégrer la problématique de l’entreprise et à imaginer et mettre en œuvre les solutions adaptées. Il associe qualité opérationnelle et approche conceptuelle (anciennement ISFEn).

Le tableau suivant résume les spécialisations agréées par la CTI, avec les statuts des élèves et les localisations :

Formations qui permettent d'obtenir le titre d'ingénieur diplômé de l'École nationale supérieure des mines de St-Étienne
Spécialisation Statut des élèves Localisation
géographique
Ingénieur généraliste Étudiant Saint-Étienne
Microélectronique et informatique (ISMIN) Gardanne
Génie des installations nucléaires
(en convention avec l'INSTN)

Génie industriel

Apprenti
Formation continue
Saint-Étienne
Énergétique Apprenti
Formation continue
Saint-Étienne
Systèmes électroniques embarqués Formation continue Saint-Étienne
Gardanne
Apprenti Saint-Étienne


Cursus d'ingénieur généraliste des mines (Ingénieurs Civils des Mines)

modifier

L’École des Mines de Saint-Étienne forme, depuis plus de 200 ans, des étudiants avec de petites promotions (environ 450 élèves-ingénieurs sur 3 années de formation). L’admission se fait principalement par le Concours commun Mines-Ponts, particulièrement sélectif.

C'est la formation historique de l'Ecole des Mines de Saint-Étienne. L’Ingénieur Civil des Mines[10] (ICM), est un généraliste dont la vocation première est de devenir un dirigeant engagé, éclairé et innovant ; grâce à sa culture pluridisciplinaire, son aptitude à appréhender les problèmes complexes, sa capacité à travailler en équipe multiculturelle et son sens de l’efficacité, il saura assumer des fonctions à haute responsabilité dans tous les secteurs.

Le cycle ingénieur civil a une forte composante d'internationalisation. Les élèves ICM ont la possibilité de réaliser un semestre de leur scolarité dans les plus prestigieuses universités étrangères. L'Ecole compte 141 accords internationaux[11] sur les 5 continents.

Cursus d’ingénieurs spécialisés en microélectronique informatique et nouvelles technologies

modifier
 
Centre Georges Charpak

Le cycle ISMEA (ingénieurs spécialisés en micro-électronique et applications) de l'ENSM-SE a été renommé en ISMIN (ingénieurs spécialisés en microélectronique, informatique et nouvelles technologies) au cours de l'année 2008.

Le cursus ISMIN est un cycle de formation d’ingénieurs spécialisés plus particulièrement orienté vers la microélectronique, les systèmes embarqués et les logiciels associés. Cette formation permet l'acquisition d'une double compétence informatique/électronique. Le recrutement s'effectue sur concours après les classes préparatoires aux grandes écoles sur le Concours Mines-Télécom pour les filières MP, PC et PSI et PT et sur Concours Centrale-Supélec pour la filière TSI[12].

Cette formation se déroule à Gardanne, sur le campus Provence. Elle a été créée en 1982 dans le cadre du groupe ESIM (École supérieure d'ingénieurs de Marseille, aujourd'hui Centrale Marseille) et a été intégrée à l'École des mines de Saint-Étienne en 2003.

Cursus d’ingénieurs spécialisés en génie industriel ou en génie des installations nucléaires

modifier

L'École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne propose plusieurs cursus de formation sous statut salarié en alternance. Ces formations se déroulent grâce au partenariat solidaire de l'ISTP à Saint-Étienne, et à une convention avec le CEA/INSTN (spécialité Génie des Installations Nucléaires). Elles se composent de deux filières (formation par apprentissage et formation continue) et offrent également la possibilité de VAE. L'école est habilitée par la commission des titres d'ingénieur (CTI) à délivrer le diplôme "d'ingénieur diplômé de l’École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne - Spécialité Génie industriel.

Cursus d’ingénieurs spécialisés en Systèmes Électroniques Embarqués (ISEE)

modifier

Cursus créé en 2017 et rassemblant des promotions d'une soixantaine d'élèves[13], il se déroule sous statut salarié. Les cours de déroulent sur le campus industriel de l'ISTP (à Saint-Etienne) ou directement au sein des batîments de l'école des Mines de Saint-Etienne. Ils traitent de l'électronique de manière générale (Électronique analogique et électrotechnique, électronique numérique, communication, compatibilité électromagnétique (CEM)) de l'informatique embarquée ou encore de l'ingénierie des systèmes embarqués, ouvrant la voie à des métiers comme Architecte applications embarquées, Ingénieur R&D, ...

Pour l'alternance, les étudiants effectuent leur alternance dans diverses entreprises comme : Thales, Mobilis, Renault, DCNS, ST Microelectronics, Airbus, MBDA, CNRS, CEA, Aéroport de Paris, ainsi que de nombreuses startups et PME …

Formation doctorale

modifier
 
Entrée de l'école des mines

L’Université Jean Monnet de Saint-Étienne et l’École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne, ont signé le une convention créant l’École doctorale de Saint-Étienne (ED-SE) et obtenu l’accréditation conjointe d’une École doctorale pluridisciplinaire et inter-établissements du site stéphanois. Cette école doctorale permet la création de filières de formations disciplinaires cohérentes, ayant des bases scientifiques élargies et la mise en place d’une formation globale des doctorants.

C’est dans le cadre de cette École Doctorale que sont organisées les études doctorales de l’École des mines de Saint-Étienne. Tout titulaire d'un master recherche ou d'un diplôme de même équivalence (comme un diplôme d'ingénieur, sous réserve de pouvoir justifier d'un parcours recherche) peut postuler cette formation d'une durée de 3 ans. L'école des Mines de Saint Étienne délivre le diplôme de docteur sous son seul sceau[réf. nécessaire].

Masters

modifier

L'Ecole propose actuellement 14 masters :

Mastères spécialisés

modifier

L'Ecole propose actuellement 5 mastères spécialisés :

Classements

modifier

Classements nationaux

modifier
Nom 2020 (Rang) 2021 (Rang) 2022 (Rang) 2023 (Rang) 2024 (Rang)
L’Étudiant[14] 12 12 17 11 10
Daur Rankings[15] 15 (formation ICM)
36 (formation ISMIN)
16 24 20
Le Figaro 22 19 19 19 14

Classements internationaux

modifier
Nom 2021 (Rang) 2022 (Rang) 2023 (Rang)
Times Higher Education (THE) 401-500 401-600 501-600
THE by subject 251 – 300 (Engineering & Technology)
301-400 (Physical Sciences)
251-300 (Engineering)

301-400 (Physical Sciences)

301-400 (Engineering)

501-600 (Physical Sciences)

QS World University Ranking by subject 551-600 (Computer Science and Information Systems) 451-500 (Computer Science and Information Systems)

La recherche

modifier

La recherche occupe une place fondamentale dans l'activité de l'école. À l'instar des autres écoles de la famille Mines, les unités de formation et de recherche de l'EMSE, au nombre de cinq, sont des assemblages pluridisciplinaires de départements thématiques, positionnés sur des "dorsales technologiques".

Cette organisation en unités propres permet à l'École de définir sa propre stratégie de recherche, de la coupler avec la formation des ingénieurs et de travailler en mode partenarial avec l'industrie, notamment au travers de l'association ARMINES.

Au 1/1/2012, les cinq centres de formation et de recherche de l'École sont, par ordre d'ancienneté :

  • Sciences des Matériaux et des Systèmes (SMS) : matériaux, mécanique, design
  • Sciences des Processus Industriels et Naturels (SPIN) : procédés, énergie, géosciences
  • Centre de Microélectronique de Provence (CMP, à Gardanne, créé en 2003) : packaging supports souples, logistique, sécurité, bioélectronique (créé en 2009)
  • Ingénierie et Santé (CIS, créé en 2004) : biomatériaux, génie hospitalier, toxicité des nanopoudres
  • Institut Henri Fayol (performance des processus et des organisations, créé en 2010) : génie industriel, mathématiques appliquées, informatique, analyse environnementale, management, environnement et RSE

Parallèlement, les 18 départements de recherche composant les 5 centres de l'École des Mines de Saint-Étienne sont fortement engagées dans des unités mixtes de recherche : 9 sont associés dans des UMR CNRS (dont 8 dans une UMR Matériaux-Mécanique-Procédés-Énergie, le Laboratoire Georges Friedel, en propre à l'École), 4 sont en cours d'association avec des UMR extérieures, 1 département est mixte avec le Laboratoire d'électronique et de technologie de l'information du CEA, 1 département compose une équipe d'accueil avec l'Université Jean-Monnet de Saint-Étienne

L'école possède un effectif de 142 chercheurs, dont 158 doctorants, 132 enseignants chercheurs et 66 HDR[16]. Ses ressources contractuelles annuelles s'élèvent à 7,4 millions d'euros.

Campus de Saint-Etienne

modifier

Le campus de Saint-Etienne est caractérisé par son bâtiment central, flanqué de deux structures latérales qui forment une disposition en U. La façade du bâtiment principal présente une architecture distinctive, où un balcon est élégamment soutenu par deux atlantes, représentant respectivement un mineur et un métallurgiste. Cette représentation artistique rappelle les racines industrielles et minières de l'école. Dominant l'ensemble, un fronton artistiquement conçu illustre l'école distribuant la connaissance sous la forme de livres et d'outils à des enfants casqués, symbolisant ainsi la transmission du savoir.

Deux statues remarquables symbolisent la science et l'industrie, soigneusement placées dans des niches, ajoutant une dimension artistique et symbolique à l'architecture du bâtiment. La façade elle-même est ornée de sculptures honorant les noms d'élèves, de professeurs et de directeurs éminents qui ont marqué l'histoire de l'école.

L'évolution du campus au fil des années est également perceptible, témoignant de l'expansion continue de l'établissement. En 1969, la construction d'un bâtiment au sud a contribué à étendre les infrastructures de l'école. Entre 1973 et 1975, des ajouts significatifs, tels que la construction de la Rotonde et d'autres bâtiments, ont enrichi le campus, combinant ainsi harmonieusement l'héritage historique avec des installations modernes pour répondre aux besoins croissants de la communauté éducative. L'architecture distinctive et l'évolution constante du site reflètent non seulement la croissance physique de l'école mais également son engagement envers l'histoire et l'innovation.

Campus Provence

modifier

Le Campus Provence de Mines Saint-Étienne, établi à Gardanne, s'inscrit dans le cadre naturel du village provençal, bénéficiant d'une situation stratégique à 10 km d'Aix-en-Provence et à 20 km de Marseille.

Occupant un terrain de 6 hectares autrefois dédié à l'agriculture, le campus est implanté au sud-est de Gardanne, sur le site historique de la bastide nommée "Château Laurin". Inauguré en 2008 en présence de sept lauréats du prix Nobel, dont Georges Charpak, ce site accueille le Centre Microélectronique de Provence (CMP), fondé en 2003, ainsi que la formation d’ingénieurs ISMIN et divers laboratoires.

Le Campus Provence, en plus de sa vocation éducative et scientifique, s'intègre dans le paysage provençal sans ostentation, créant un environnement propice aux activités académiques. En raison de coupes budgétaires, la construction de deux bâtiments d'habitation destinés aux étudiants n'a pu être réalisée, et aucune infrastructure sportive n'a été construite pour les mêmes raisons. Il est également à noter que le campus ne propose actuellement aucun service de restauration ou de cafétéria aux étudiants. Malgré ces contraintes, le campus demeure un lieu fonctionnel et inspirant pour la recherche et l'apprentissage. Les panoramas environnants sont caractérisés par le massif de la Sainte-Victoire au nord et la chaîne de l'Étoile à l'est et au sud.

Personnalités liées à l'école

modifier

Anciens directeurs

modifier

Anciens professeurs[17]

modifier

Anciens élèves

modifier

Parmi les anciens élèves de l'École, on trouve :

Le Prix puRkwa

modifier

Ce prix international, vise à soutenir les initiatives les plus innovantes pour assurer la promotion et le développement de l'esprit scientifique des enfants du monde entier. Il est destiné à encourager les meilleures méthodes dans le domaine général de l'enseignement des sciences, dans les programmes scolaires pour les enfants de moins de 16 ans. Il récompense des pionniers en matière d'éducation des sciences qui se sont illustrés par leur démarche d'innovation. Le Prix puRkwa était décerné, jusqu'en 2009, conjointement par l'Académie des sciences et la Fondation de l'École des Mines, chaque année à deux lauréats.

Le jury était présidé par Georges Charpak, Prix Nobel et membre de l'Académie des sciences, et composé de personnalités de haute notoriété scientifique, Prix Nobel et Académiciens français et étrangers. À la suite de la disparition de M. Charpak en 2010, le Prix a été érigé en Grand Prix de l'Académie des Sciences et est désormais organisé conjointement par cette dernière et la Fondation d'entreprise Casino. L'École n'intervient plus dans la politique d'attribution du prix, ni dans son financement.

Association des anciens élèves

modifier

L'École des Mines de Saint-Étienne était une des rares écoles à posséder trois associations d'anciens : l'une pour le cycle ICM (Mines Saint-Étienne Alumni), l'autre pour le cycle ISMIN et les anciens du cycle ISFEn (Mines Saint-Étienne Alumni Campus de Gardanne) et la troisième pour la formation ISTP (ADIIM).

Lors de l'Assemblée Générale 2017 (), Mines Saint-Étienne Alumni a décidé d'ouvrir son association à un public plus large que les ICM. Les Docteurs et ISMIN pourront donc en bénéficier. L'association des anciens élèves du site de Gardanne (Mines Saint-Étienne Alumni Campus de Gardanne) a validé cette proposition lors de sa propre Assemblée Générale. Les statuts modifiés de Mines Saint-Étienne Alumni sont en cours de validation par le ministère.

Vie étudiante et associative

modifier

La vie associative au sein de l'école constitue un pilier essentiel de l'expérience étudiante, se déployant à travers deux axes distincts mais complémentaires. D'une part, des associations internes jouent un rôle central dans la gestion de la vie communautaire au sein de l'établissement. Ces groupes variés offrent aux étudiants un éventail d'activités culturelles, artistiques, sportives et sociales visant à renforcer les liens au sein de la communauté estudiantine.

D'autre part, des associations se tournent résolument vers l'extérieur, axant leurs efforts sur des initiatives humanitaires et des projets à impact social (associations caritatives So'Mines'darité et Solidar'ISMIN, 4L Trophy, ...). Ces groupes offrent aux étudiants l'opportunité de mettre en pratique leurs compétences et de contribuer positivement à la société. Que ce soit par le biais de programmes bénévoles, de projets environnementaux, ou de partenariats avec des organisations caritatives, ces associations incarnent l'engagement citoyen et la responsabilité sociale au cœur de la vie étudiante.

En conjuguant ces deux orientations, l'école crée un équilibre dynamique entre l'épanouissement interne de ses étudiants et leur contribution positive à la société. Cette diversité associative reflète non seulement la richesse de la vie étudiante, mais également l'engagement profond de l'école envers la formation de citoyens responsables et engagés.

La Maison des élèves

modifier

La Maison des Élèves (ME) du campus stéphanois, gérée par Mines Saint-Étienne Alumni, dont elle est propriétaire, se positionne comme le point central de la vie étudiante. Située à dix minutes à pied de l'École et à moins de 15 minutes du centre-ville en bus, elle offre un environnement propice à la vie étudiante. La Maison des Elèves (ME) comporte 380 logements partagés entre 123 chambres (12 m²) et 257 studios (de 18 à 30 m²). Parmi ces logements, cinq sont spécialement aménagés pour accueillir les personnes à mobilité réduite. La grande majorité de ses habitants sont des élèves de première année (environ 120 élèves) auxquels se joignent les élèves de deuxième année qui ne sont pas partis en mobilité académique internationale en semestre 7, les élèves étrangers admis sur titre (AST) ainsi que les élèves issus de l'ISTP. Il est de coutume que les élèves laissent leur chambre ou leur studio en fin de deuxième année afin de laisser la place aux futurs élèves de première année. Des espaces communs, sportifs (salle de musculation, court de tennis, salle d'escalade etc.) et culturels (salle de musique, bédéthèque) sont aménagés pour permettre aux résidents de la ME de se divertir, faire du sport et de pratiquer leur art, favorisant ainsi un cadre de vie agréable. Des cours de musique, de danse ou de théâtre sont organisés à la ME grâce à une collaboration entre les professeurs et le Bureau des Arts (BDA).

Le campus Provence, dont la Maison des Eleves, est entièrement géré par l'école depuis sa création. Aujourd'hui, la Maison des Elèves dispose de 800 m² partagés et met 157 studios à disposition dont 5 prévus pour personnes à mobilité réduite. Sur les cinq bâtiments d'habitation prévus lors du début de la construction, seuls trois ont vu le jour. De même, les étudiants ne jouissent d'aucune infrastructure sportive en raison des coupes budgétaires qui ont empêché les différents gymnases et terrains multisports d'éclore[20]. Ces projets, bien qu'abandonnés, sont encore visibles sur la maquette présentée à l'accueil du campus. Cependant, l'école se félicite d'avoir remplacé la tonte mécanique par une solution d'éco-pâturage sur les prairies délaissées du campus avec des moutons Mourérous[21].

Dimension internationale

modifier

Les étudiants étrangers intègrent le cursus ICM en deuxième année. Ils suivent les mêmes cours que les élèves 2A qui viennent du cursus classique. Leur intégration avec les élèves du cursus classique est difficile. Toutefois, les évènements organisés cette année par le Bureau des Internationaux (BDI) notamment un week-end d'intégration entre étudiants AST ont permis de créer des liens entre ces derniers et les élèves du cursus classique, augurant d'une plus grande intégration au sein de la ME et une plus grande participation dans la vie associative. L'AGERA, l'Association des Grandes Écoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, organise la Rencontre des Étudiants Internationaux annuelle à Lyon en octobre. Cet événement d'envergure réunit 400 étudiants venant des quatre coins du monde pour une journée et une soirée festives, transformant Lyon en cité des étudiants du monde au cœur de la place Bellecour.

Uniforme

modifier

Un projet pour réhabiliter l'uniforme a été lancé par les élèves du cycle ICM en 2007. L'uniforme a alors été modernisé. Les élèves du cycle ICM ont alors pu, au choix, avoir l'uniforme. En 2009, les élèves du cycle ISMIN de l'école créé un uniforme sur la même base que celui du cycle ICM mais avec leur propre couleur[22]. en 2009. À partir de 2011, la plupart des élèves du cycle ICM ont l'uniforme de l'école[23].

Tombé en désuétude depuis 1974, l'uniforme était pourtant un des symboles de l'école depuis sa création, notamment pour unifier les promotions et se rendre visible dans la ville de Saint-Etienne (à la suite de plaintes injustifiées de dégradations dans la ville par des élèves, l'uniforme sera rendu obligatoire en dehors de l'école dans les années 1830).

Le cycle ICM porte l'uniforme d'origine de l'école (noir et bleu ciel).

Le cycle ISMIN, bien plus récent, porte un uniforme noir et rouge.

Depuis 2022, par la volonté des apprentis et le soutien des élèves ICM, les élèves en apprentissage de l'école ont pour projet de porter un uniforme propre à leurs filières mais reprenant des attributs des Mines (rabat vert pastel, veste noir, bande verticales blanches sur les pantalons). Cette démarche s'annonce comme la marque de l'évolution de l'école et de la part importante qu'occupe l'apprentissage au sein de cette dernière (plus de 50% des ingénieurs des Mines de Saint-Etienne formés tous les ans passent par cette voie).

En plus de l'uniforme, les élèves de ces trois cycles ont la possibilité de porter une épée de cérémonie, réplique de l'ancienne épée traditionnelle de l'école, forgée en France.

Notes et références

modifier
  1. a b et c « Classement 2021 des écoles d'ingénieurs : faites votre classement personnalisé - L'Etudiant », sur letudiant.fr (consulté le ).
  2. Arrêté du 25 février 2021 fixant la liste des écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé.
  3. (en) « École des Mines de Saint-Étienne », sur Times Higher Education (THE), (consulté le )
  4. http://mines-saint-etienne.org/docs/2014163514_dossierdepresentationbicentenaireensmseassociationicmmars14.pdf
  5. Après la création de l'Ecole des mines de Nancy en 1919, ce diplôme d'ingénieur civil des mines fut également délivré par cette 3e école des mines
  6. Anne-Françoise Garçon, Entre l'État et l'usine : L'École des Mines de Saint-Étienne au XIXe siècle, Presses universitaires de Rennes, , 377 p. (ISBN 978-2-7535-2481-1, lire en ligne)
  7. Plusieurs nouveaux bâtiments sont construits en 1973 et 1974 pour les laboratoires de métallurgie, de chimie et d'informatique.
  8. Décret no 2012-279 du 28 février 2012 relatif à l’Institut Mines-Télécom
  9. Décret no 2016-1527 du 14 novembre 2016 modifiant le décret no 2012-279 du 28 février 2012 relatif à l'Institut Mines-Télécom.
  10. « Ingénieur Civil des MINES », sur École des Mines de Saint-Étienne (consulté le )
  11. « Les partenaires internationaux », sur École des Mines de Saint-Étienne (consulté le )
  12. « Ingénieur Spécialité Microélectronique et Informatique », sur École des Mines de Saint-Étienne (consulté le ).
  13. « Ingénieur Systèmes Électroniques Embarqués - Alternance », sur ISTP France, (consulté le )
  14. « Classement général des écoles d'ingénieurs », sur L’Étudiant
  15. « Le classement 2020 des écoles d'ingénieurs », sur Daur Rankings
  16. « Chiffres clés - École des Mines de Saint-Étienne », sur École des Mines de Saint-Étienne, (consulté le ).
  17. Liste des anciens professeurs sur le site annales.org
  18. Annales X, Pierre Michel Moisson-Desroches, lire (consulté le 05/01/2010).
  19. René Samuel-Lajeunesse, « Jean-Baptiste Marsaut (1833-1914) », sur Les Annales des mines
  20. « l'histoire de l'ISMIN », (consulté le )
  21. « Présentation du Campus Aix-Marseille-Provence », sur Mines Saint-Etienne (consulté le )
  22. l'uniforme de l'école (en photo lors de la visite de Issoufou Mahamadou, promotion 1976, actuellement président de la république du Niger)
  23. « zoomdici.fr/actualite/Sainte-B… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier