Ouvrir le menu principal

École nationale de la Marine marchande

École nationale de la Marine marchande (ENMM) était le nom donné aux écoles supérieures de navigation qui formaient les officiers de la Marine marchande en France jusqu'en 2010.

HistoriqueModifier

Il en existait quatre de ces écoles. Celles du Havre[1] et de Marseille[2] formaient des officiers polyvalents de première classe (filière A), tandis que celle de Saint-Malo et de Nantes[3] formaient des officiers monovalents (filière B).

Ces écoles, appelées Hydros en références aux écoles royales d'hydrographie créées sous Louis XIV, étaient habilitées à former les officiers chargés de l'encadrement des services pont ou machine. La formation des matelots et des mécaniciens était assurée par les lycées professionnels maritimes (LPM) ainsi que par les établissements agréés par la Direction des Affaires maritimes du ministère de l'Écologie, du Développement et de la Mer.

Les quatre écoles ont été regroupées au sein l'École nationale supérieure maritime (ENSM), créée en octobre 2010 et dont elles sont devenues des sites. L'ENSM participera à la stratégie nationale pour la mer et les océans[4] en s'intégrant dans la priorité de cette stratégie, appelée « Investir dans l'avenir », qui suppose d'« éduquer et former aux métiers de la mer ».

Le métier d'officierModifier

On distingue dans le métier d'officier de la marine marchande deux composantes distinctes et complémentaires : celle du service pont et celle du service machine.

Pour exercer le métier d'officier de la marine marchande, il est nécessaire de posséder des diplômes ou des brevets le permettant. Ces brevets sont différents selon le service d'affectation de l'officier (pont ou machine), selon l'éloignement du navire (navigation côtière ou hauturière) et selon la taille du navire (jauge et puissance).

Ainsi, pour le brevet d'officier de pont, le critère limite est la jauge (ou tonnage), ce système n'a pas de nom d'unité mentionnée on peut donc, pour clarifier, porter entre parenthèses le nom du système (UMS) ; il détermine quatre filières de formation :

Pour le brevet d'officier de machine, le critère est la puissance propulsive, qui détermine cinq filières de formation :

  • 0 à 750 kW ;
  • 750 à 3 000 kW ;
  • 3 000 à 8 000 kW ;
  • 8 000 à 15 000 kW ;
  • plus de 15 000 kW.

Élèves notoiresModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier